Archives par étiquette : expression

Porter un nom à coucher dehors

bloc note de chou vert BLOC NOTE  VERT
par Chou vert de rage

 » Mon nom est personne » 

un pote âgé en action trouvez une musique de CARLA et c'est un buzz demain
Paroles de chou rouge
 » C’est la crise …la vie est grise…pour les potes âgés… Faut du pinard pour les soulager »

Porter un nom à coucher dehors

Si tu portes un nom à coucher dehors cela veut dire que ton nom n’inspire pas confiance.

Cela date d’un époque où les déplacements se faisaient à pied, et dans la nuit  sans croissant de  lune.
Il fallait demander l’hospitalité pour coucher chez l’habitant. Comme dans le noir, le délit de sale gueule était impossible, vous donniez votre nom à travers la porte.

Alors, il valait mieux dire que vous étiez le Marquis de la Bretelle Fine que de dire Arok Breizinsky…. sinon à le dire à la porte du cabanon du jardin.

Les temps n’ont pas beaucoup changé…… Allez voir une logeuse  en disant:
« Je suis Mohamed Ben Abdhala », même en disant que vous êtes un cheik on verra très vite qu’il est sans provisions.

Vous avez dit Solidarnosk ou solidarité …. heureux ou heuros!

Les animaux pas si bête l’ont bien compris, ils ont opté depuis longtemps pour le mobil home.

petit gris ou cargol

C’est pour cela que les potes âgés n’ont aucun scrupule à les expulser du jardin des plaintes 

Cela ne fait jamais de salade……. même avec les grosses légumes.

CHOU VERT –  Lire le  dernier coup de gueule de CHOU VERT
chou vert de rage du 19 02 2010  avec la complicité de Catala
à la planche à « desseins »

wikipédiatre modérateur détracteur en chefA NOTER :
« Si tu te présentes à la porte  les mains vides…. On te dira  » le maitre dort »…. Si tu viens avec un présent …On te dira  » le maitre vous prie de bien vouloir attendre » (PROVERBE TURC)
 

LADY LADINDE : Le grand jeu à tire larigot

banniere 468px 60px ruyedesplantes
VETEMENTS ET ACCESSOIRES     SANTÉ ET SOINS DU CORPS    VOYAGES VALISES

 LA CHOUETTE LORS  DE  SON  CONCERT  D’ORGUE  A  APPRIS  QUELQUES  EXPRESSIONS   COMME   –  LE GRAND  JEU –     ET   –   A TIRE LARIGOT  –   COMME D’HABITUDE LADY LADINDE NE LES  CONNAISSAIT PAS…!!!
ELLE A PROMIS D’EN FAIRE PROFITER LE PLUS GRAND NOMBRE

Ces Expressions françaises
puisent leurs origines dans le domaine de la musique et plus particulièrement celui des instruments de la famille des flûtes et bien sûr de l’orgue


– Eh camarade… écoute un peu la dame qui te cause dans le poste car il est question d’une grosse  cloche ….

– Ah pourquoi tu me dis ça à moi…?.

– Eh flute … Il est vraiment fêlé…! .

dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

« Le grand jeu » et  à « tire larigot »

LE GRAND JEU

orgue de Saint Bertrand de COMMINGESSignification :
Déployer de grands moyens

Il semblerait que l’expression vienne du registre musical, plus particulièrement de la famille des flûtes.
« Le grand jeu » était l’ensemble des flûtes de registre grave, que l’on ne sortait que dans des occasions solennelles, au contraire du « petit jeu », formé de flûtes plus aigües, et plus populaires.

Selon d’autres interprétations, l’origine musicale semble attestée mais viendrait plutôt de l?orgue dont les ensembles de tuyaux sont appelés jeux dont les timbres sont différents et le fait de sortir le grand jeu va correspondre à un registre grave utilisé dans les représentations musicales de qualité.

Origine :
Expression française familière qui puiserait ses origines dans le domaine de la musique et plus particulièrement celui des instruments de la famille des flûtes.
En effet dans les orchestres, le grand jeu se définirait comme étant l’ensemble des flûtes de registre grave utilisé uniquement dans  certaines occasions solennelles. 


L’orgue de Saint Bertrand JEAN PATRICE BROSSE -FANTAISIE sur l'orgue de saint bertrand de Comminges
Musique d’ambiance
visite de St Bertrand de Comminges

 A TIRE LARIGOT

Signification :
En grande quantité, énormément ou même excessivement.
Le Larigot est un jeu d’orgue appartenant à la famille des mutations. Il est spécifique de l’orgue français et fait partie de la nomenclature standardisée par Dom Bedos

Les tuyaux constituant le jeu de Larigot appartiennent à la famille des flûtes (taille large).
Bien qu’il soit l’un des jeux les plus aigus de l’orgue, il n’est ni perçant, ni agressif

Cette expression semble apparaître au début du XVIe siècle et n’était associée à l’époque qu’au verbe ‘boire’.

Ici, tirer veut dire « faire sortir un liquide de son contenant » (donc du vin de sa bouteille ou de son fût, par exemple).
A tire voulait dire « sans arrêt, d’un seul coup ».

Reste à comprendre le pourquoi du larigot. Mais là, l’origine reste controversée.
La seule certitude, c’est que cette chose était une sorte de flûte, un petit flageolet dont la forme primitive du nom est arigot ou harigot ; l’arigot a donné larigot par agglutination de l’article.

L’expression vient-elle du fait que les flûtistes avaient, depuis très longtemps, la réputation d’être de grands absorbeurs de liquides variés ? .
Quant à tire-larigot, on n’y peut voir qu’une expression populaire imagée représentant quelqu’un qui boit sans s’arrêter avec la même posture que quelqu’un qui jouerait de la flûte. On trouve d’ailleurs l’expression flûter qui signifie la même chose, boire.

 Cette absence de certitude sur l’usage de ce mot ne permet pas non plus d’expliquer pourquoi c’est le larigot qui a été privilégié dans l’expression qui aurait aussi bien pu être à tire-flûte ou bien à tire-pipeau, par exemple.

 

Voici maintenant une autre explication, issue du Larousse du  XXe siècle :

.

Claude MONET - Cathédrale de Rouen, effet de soleil, fin de journée (1892-1894)

Claude MONET – Cathédrale de Rouen, effet de soleil, fin de journée (1892-1894)

Dans la cathédrale de Rouen se trouvait une très lourde cloche nommée ‘La Rigaud’ ou ‘La Rigaude’ (selon certains, parce qu’offerte à la ville par l’archevêque Eude Rigaud au XIIIe siècle).

En raison de ses dix tonnes, elle était extrêmement difficile à mettre en branle et à faire sonner.

Très dure à se mettre en branle, les sonneurs buvaient donc souvent, et beaucoup, pour se donner des forces, d’où l’expression boire à tire la Rigault (d’ailleurs est aussi connue l’expression boire comme un sonneur) transformé en tire-larigot..

Il existe une variante :
Un prélat aimant l’entendre payait grassement les sonneurs de cette cloche qui dépensaient alors l’argent gagné en buvant.

 

« Boire à tire-larigot  » désignait donc le buveur qui passait tout son temps le goulot à la bouche, comme s’il prenait sa bouteille pour une flûte…

Variantes et autres expressions :
 » A gogo « , bien qu’un peu vieilli, reste encore assez courant, ce qui n’est pas le cas de  » à foison « , ou de  » en veux-tu en voilà « ??
De même, la très jolie expression  » A bouche que veux-tu  » n’est plus guère usitée, même pour s’embrasser…
Depuis quelques années en revanche, l’expression  » par pack de douze  » et ses variantes sont de plus en plus employées?.

A noter :
On peut également utiliser  » à tire-larigot  » chez les buveurs baiseurs  pour dire souvent ou sans arrêt « Il la trompe à tire-larigot  » ?.


« – On ne sait pas qui est le plus cloche des deux ..!*

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs « – Pour la deuxième fois nous confirmons que LADY LADINDE n’est ni blonde… .ni cloche »

 

dinde LADY LADINDE                              

retour sur la rubrique du même tabac « La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours« 

RETRO : C’est du même tabac…..

LIBRE EXPRESSION : Le con s’éveille

BLOC DU BÉTON DÉSARMÉ…!!
A l’heure où le médecin est en cabinet fermé…. où le barman de fin de soirée arrosée est aux 35 heures….
La parole semble prisonnière….
Allez voir le curé…? Oui.. Mais il y a si longtemps que vous n’avez pas vu un confessionnal que vous avez peur de vous tromper de porte …!
Alors … « Entrez sans frapper » …. est fait pour vous ….
Soufflez, sur les braises si vous le voulez…
Ainsi jaillira la lumière..!
L
a parole est à vous….. Soyez les rédacteurs d’un jour pour vous exprimer ….
Pour nous parler…!
ALLEZ Y ON VOUS ÉCOUTE….
La Chouette est sur votre épaule pour mieux vous entendre..!

LIBRE EXPRESSION – ENTREZ SANS FRAPPER

Plus je me documente et plus j’ai l’impression qu’on m’a pris pour un con … et ça continue..!!!
Libre expression vous laisse vous faire une opinion avec cet écrit de Panchana Annie Girard


– Je sens que je vais encore…. Broyer du noir…  !

Beaucoup de gens s’imaginent, à tort que parce qu’il avance tout et son contraire, le gouvernement est incompétent.
Mais, tout a sciemment été fait pour brouiller les cartes et la compréhension des Français, qui ont été soumis à de nombreuses “injonctions paradoxales”, également appelées “doubles contraintes” incompatibles.
Une notion théorisée dans les années 50 au sein de l’école de “Palo Alto” par l’anthropologue Gregory Bateson, à l’origine de troubles mentaux comme la schizophrénie. Il s’agit d’une situation dans laquelle une personne est soumise à deux contraintes ou pressions contradictoires ou incompatibles. Si la personne est ou se sent prisonnière de la situation, surtout si elle est dans l’incapacité de communiquer à son sujet, cela rend le problème insoluble et engendre à la fois troubles et souffrances mentales.

Les exemples sont innombrables dans la gestion de cette pandémie :

Confinez-vous, mais allez travailler ;
ne vous rencontrez pas, mais soyez solidaires ;
restez chez vous, mais faites du sport ;
le masque est inutile, mais il est pourtant obligatoire ;
pour protéger nos enfants, acceptons de les maltraiter ;
Pour sauver nos aînés, laissons-les mourir de solitude ;
Pour éviter les attroupements, fermons les petits magasins ;
Pour préserver notre santé, fermons les salles de sport ;
Pour sauver nos hôpitaux, détruisons notre économie…

En réalité il s’agit donc d’une technique de manipulation parfaitement maîtrisée et d’un des grands ressorts insidieux du totalitarisme, qui fait disjoncter la masse des cerveaux lassés par tant de paradoxes afin de mieux les soumettre et les dominer.
Et force est de constater que cette stratégie est redoutablement efficace, puisque la plupart des gens perdent tout esprit critique et sont comme hébétés, incapables de la moindre réaction.

C’est donc bien une insidieuse guerre psychologique qui nous est livrée, un petit jeu bien malsain et hautement pervers.
L’acceptation généralisée aux règles les plus absurdes ne peut fonctionner que grâce au conformisme et à l’instinct grégaire de la plupart des individus.
Un facteur très puissant, qui chez la plupart entrave toute forme de discernement et de jugement personnel et qui peut expliquer beaucoup de choses concernant la passivité de la présente situation.

Ce que nous avons traversé collectivement ces derniers mois, ressemble donc à une gigantesque entreprise de contrôle social et de soumission de la population, à l’instar de la fameuse “Expérience de Milgram”.
L’expérience de Milgram est une expérience de psychologie visant à étudier la soumission à l’autorité. Jusqu’où pouvons-nous aller par obéissance ?

Ce que nous avons traversé collectivement ces derniers mois, ressemble donc à une gigantesque entreprise de contrôle social et de soumission de la population, à l’instar de la fameuse “Expérience de Milgram”.
Ainsi, on doit obéir aveuglément aux décisions les plus aberrantes, au nom du respect de l’autorité supérieure, car c’est elle qui serait détentrice de l’expertise scientifique, des compétences et du savoir, malgré des conflits d’intérêts patents qui sautent aux yeux.
Une soumission qui a culminé jusqu’à l’absurde, avec la nécessité ubuesque et profondément humiliante de se faire signer à soi-même une dérogation d’autorisation de sortie, lors des phases de confinements.
Attestations de déplacement dérogatoires officielles, qui n’avaient en réalité aucun caractère obligatoire, comme cela a été ultérieurement avoué par le Conseil d’État.
Nous nous sommes ainsi transformé en gardiens de notre propre prison.
Quelle idée tordue et quelle perversion !
Une brillante initiative que l’on doit au cabinet-conseil “McKinsey & Company”, spécialisé dans le “Nudging”, à savoir dans des techniques de marketing incitatif, basées sur l’ingénierie sociale et l’économie comportementale, de façon à induire certaines actions dans la population en la manipulant de manière infra-consciente !

Magistrale analyse – Tout est dit.
Combien de millions de personnes se trouvent en grande détresse morales avec ce degré de maltraitance.
Espérons que les 20 % de récalcitrants pourront inverser cet ordre des choses avec l’aide de Dieu évidemment.
Aide toi et le ciel t’aidera.

– Crévindiou … Elle mérite qu’on lui mette de la musique noire « 

SOURCE :
Réseau Telegram publication de Silvano Trotta AUTEUR : Panchana Annie Girard
Téléchargez l’application Telegram depuis l’App Store (iOS), Google Play (Android) ou depuis le site officiel Telegram. Ouvrez l’application, puis sélectionnez « Continuer en français ». Renseignez votre numéro de téléphone mobile et touchez le bouton en forme de flèche. Un code vous sera envoyé par SMS  – SUIVEZ SILVANO TROTTA

AVIS AUX LECTEURS CONTRIBUTEURS

Si vous avez un texte à nous soumettre voici nos coordonnées
SI vous devez encore l’écrire ….
Alors laissez les plumes de la chouette tranquilles, Prenez plutôt une alouette elle a l’habitude d’être plumée … En chantant..!

choublanc@mafeuilledechou.fr

AVERTISSEMENT CAMARADES :
– j’en suis le modérateur.. Aussi pour que la Chouette ne se fasse pas voler dans les plumes et que les autorités du web et ne la fasse tomber de son clocher, nous ne publierons rien qui ne soit dans l’esprit de notre ligne éditoriale ou qui soit contraire aux bonnes mœurs, au respect de la vie privée etc etc…
« Expression libre comme le vent » OUI mais le vent peut tourner et dans ce cas c’est pas la girouette qui tournera mais le vent…. pareil que dans les ronds points..!
Débat donc… mais pas déballage..!

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc

RETRO : C’est du même tabac…..

Arriver comme mars en carême Pile poil


dinde BLOC NOTE LADY LADINDE
 BLOC NOTE
de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire,  je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

AUJOURD’HUI  LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

« Arriver comme mars en carême »


Cette expression française signifie arriver inévitablement et  régulièrement.
Une chose arrive comme mars en carême, c’est à dire sans faute au bon moment, à propos, juste quand il faut.

Son Origine
: Le carême désigne la période de quarante-six jours, de mardi gras à pâques où excepté les dimanches, les catholiques se devaient d’observer le jeûne et de là, le mois de mars ne pouvait faire autrement que tomber pendant le carême.
De ce fait, dire au XIV ème siècle de quelqu’un  » qu’il arrivait comme mars en carême » insinuait qu’il survenait de façon régulière, prévisible et infaillible.
Une chose arrivait comme mars en carême, c’est à dire sans faute au bon moment, à propos, juste quand il faut.

A partir du XVII ème siècle, cette expression française prit le sens de « arriver à propos » passant de l’idée d’un moment inévitable à celui d’instant propice.
Mais cette interprétation fut bientôt reprise par une autre expression française à savoir :
« arriver comme marée en carême »

On faisait ainsi allusion à l’arrivée du poisson frais bienvenu en cette période d’abstinence de viande.

L’académie française à l’origine de cette distinction dans le but de restaurer la clarté française a semé la confusion dans l’esprit des gens si bien que les deux expressions françaises furent utilisées dans le même sens et ‘ »arriver comme mars en carême »  prit le sens  « d’arriver mal à propos » avec une connotation de « carême » comme événement dont on se passerait volontiers et qui ne semble pas bienvenu.

De nos jours : Elle semble avoir disparu de notre langage, on l’a remplacée, entre autres termes, par « pile-poil « …. c’est moins joli !
Autrefois, mars était donc le mois du jeûne, de l’abstinence, aujourd’hui, dans le cadre chrétien, c’est le mois de la modération, et c’est une bonne chose, plus simple à observer, conforme à la règle de Saint Benoît qui recommandait de la mesure en toutes choses.

À l’origine, le Carême, dont le mot vient de « quarante » en grec, commençait un dimanche, le 40e jour avant le Jeudi saint.

Le pape Grégoire le Grand a avancé le début du carême au mercredi précédent : Le Carême commence désormais le mercredi des Cendres et s’achève le Samedi saint. Cela correspond à une période de 40 jours de jeûne mais les dimanches ne sont pas jeûnés.
Pourquoi 40 jours ? Parce que la Bible raconte que Jésus de Nazareth s’est retiré dans le désert jeûner pendant 40 jours, au milieu des bêtes sauvages, servi par les anges et tenté par le diable…

Aujourd’hui, le jeûne n’est guère pratiqué et se limite essentiellement au vendredi Saint.

dindeLADY LADINDE  retour sur la rubrique du même tabac

    RETRO :
C’est du même tabac…..