Archives par étiquette : légendes

SAINTE JULIE … Patronne de la Corse

 

                                         SAINTE JULIE                           

MARTYRE  IV Siècle –  Fête le 8 Avril ou le 22 Mai

SAINTE PATRONNE :
De la CORSE avec Sainte Devote

VÉNÉRÉE : Église PIÉVANE de NONZA en CORSE

ATTRIBUTS :
Elle est généralement représentée avec la palme des martyres et les seins coupés( voir la légende ci-dessous)

INVOQUÉE :
Pour protéger les mères contre le tarissement de leur lait

 LA VIE DE SAINTE JULIE

Sainte Julie P Biardeau
Terre cuite polychrome, XVIIe siècle
Angers-Collegiale-Saint-Martin

Julie de Corse ou sainte Julie (santa Ghjulia en corse) est la patronne de la Corse.
Elle vécut au début de l’ère chrétienne et sa fête est célébrée le 8 avril ou le 22 mai


Comme toujours lorsqu’il s’agit des saints des premiers siècles, la vie de sainte Julie divise les hagiographes.
La version des Bollandistes fut adoptée par le propre des offices du diocèse d’Ajaccio, mais elle n’est pas sans contradictions : 

Sainte Julie attribuée à Pierre Biardeau
Terre cuite polychrome
Milieu du XVIIe siècle

Selon eux, Julie était issue d’une famille noble de Carthage. Après la prise de la ville par les Vandales de Genséric en 439 et la soumission de la population, Julie fut vendue comme esclave à un commerçant syrien, Eusèbe.
La jeune chrétienne se dévoua avec zèle à son maître.

Eusèbe l’embarqua avec lui lorsqu’il partit pour la Gaule. Il fit escale en Corse, près de Nonza, où l’on célébrait ce jour-là les dieux par le sacrifice d’un taureau.
Eusèbe se joignit aux festivités mais Julie, pleine de réprobation pour une fête païenne, demeura sur le bateau.

Lorsque Félix Saxo, le gouverneur local, apprit qu’elle s’y trouvait, il enivra Eusèbe, qui refusait de la livrer.
Lorsque le marchand fut endormi, il fit enlever la jeune chrétienne et lui demanda de sacrifier aux dieux.

Julie fut condamnée à mort pour son refus et surtout pour sa réponse hardie.
Elle fut frappée au visage jusqu’au sang, traînée par les cheveux, fouettée puis crucifiée.
La légende veut qu’une colombe s’échappa de sa bouche, symbole d’innocence et de sainteté.

Des religieux de l’île de Gorgone vinrent chercher son corps et le placèrent à l’abri dans leur monastère.
Plus tard, ses restes furent transportés à Brescia et ouvrirent un culte à sainte Julie dans le Nord de l’Italie.

Cette version fut adoptée par les offices du diocèse d’Ajaccio.

SAINTE JULIE D’ORIGINE CORSE…?

Selon une autre version de la vie sainte Julie (Santa Ghjulia) était native de Nonza, et contemporaine de santa Divota, c’est-à-dire sous le règne de Dioclétien, au tout début du IVe siècle.

 

ci-contre : Statue sainte JULIE
Eglise de San Parteo : Haute-Corse : Corse

 

                                                  

 LA LÉGENDE DE SAINTE JULIE

Les fontaines de Santa Ghjulia.

village de Nonza ; deux fontaines jaillirent de la roche.

Parce qu’elle refusait de sacrifier aux dieux, les Romains la torturèrent.
La légende a retenu particulièrement l’un des supplices : ses bourreaux lui coupèrent les seins et les jetèrent contre les rochers, en contrebas du village Corse de Nonza ; deux fontaines jaillirent aussitôt de la roche.

.

 

Le miracle enragea ses bourreaux, qui l’attachèrent à un figuier et la laissèrent mourir dans la souffrance. Comme dans la précédente version, une colombe s’échappa de sa bouche à sa mort.

Cette seconde version toutefois peu vraisemblable de la vie de sainte Julie fut soutenue par de nombreux chroniqueurs tels que Vitale, Colonna ou Fra Paolo Olivese.

LE CULTE DE SAINTE JULIE

  Les versions acceptées par la tradition locale se mélangent et, par exemple, on a vu dans l’iconographie hagiologique sainte Julie crucifiée les seins coupés (ex. toile du XVIe siècle située dans l’église PIÉVANE de NONZA).

Les habitants de Nonza rendirent un culte fervent à Julie peu après son martyre. Un sanctuaire fut bâti en contrebas du village, mais détruit par les Barbaresques en 734.
LA FONTAINE DES MAMELLES , qui ne s’est jamais tarie, attira très tôt une foule de pèlerins, venus de la Corse entière.

Aujourd’hui encore, chaque année, la Sainte-Julie, est fêtée à Nonza et dans toute la Corse, par de fastueuses cérémonies.
Sainte Julie fut proclamée patronne de la Corse (avec sainte Dévote) par un décret de la Sacrée congrégation des rites du 5 août 1809.

MIRACLES ET GUÉRISONS DE SAINTE JULIE

Ses eaux, considérées comme miraculeuses, devaient opérer de nombreuses guérisons et protéger les mères contre le tarissement de leur lait. Certaines se rendaient en pèlerinage à Nonza, pieds nus, pour s’attirer les faveurs de la sainte.

Une plaque célèbre le martyre de Julie sur le rocher de la fontaine.

DICTONS DE SAINTE JULIE

“Pour la Sainte-Julie, le soleil ne quitte pas son lit.”

Chou Blanc est effectivement magnétiseurPrécédente rubrique :  SAINTE LUCIE
L
a ligne éditoriale de cette série est accessible   BON COURAGE...!

CHOU BLANC

Share Button

ALLEZ MAMY RACONTE : Les larmes de Dyonisos Dieu du vin

barre grenat

ALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Tout cet été dans la Chouette, ma Mamy se transformera en conteuse de bord de mer….ou d’Arrière pays….
Préparez les esquimaux glacés…..
Pour les autres ….??
ceux qui sont rentrés le nez dans leur cartable ….
Ben..! Faisons les rêvez…..!
Aujourd’hui:

Les larmes de Dyonisos Dieu du vin

barre grenat

logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi, j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me dire comment les pierres qu’elle adorait étaient arrivées sur terre…. C’est ainsi que cette petite fille appris à aimer les améthystes
Mais cela c’est passé il y a longtemps …. trop longtemps …si longtemps….Qu’il ne reste que moi pour les aimer encore et peut-être vous les faire aimer aujourd’hui…..

barre grenat

Les larmes de Dyonisos Dieu du vin

logo mamy turlututu small– Le mot grec « amethystos » peut être traduit littéralement par « non ivre ». L’améthyste était considérée comme un antidote puissant contre l’ivrognerie. C’est pourquoi on en faisait souvent des gobelets.
Aujourd’hui encore, cette pierre est symbole de sobriété.

La légende qui relate l’origine de l’améthyste provient de mythes grecs.

Appelé Dionysos par les Grecs et Bacchus par les Romains,…..
“- Et si tu nous en disait deux mots Papy…”

LE CHOURISTE LES DIEUX GRECS
 -Dionysos (6), Dieu du vin et de la joie
– Aphrodite (7), déesse de la beauté
– Apollon (8) dieu de la musique.

Les principaux dieux grecs sont :

– (1) Zeus, le plus important,

– Héra (2),sa soeur,

– Poséidon (3), dieux des tremblements de terre et de la mer

– Héphaïstos (4) dieu du feu et de l’artisanat,

– Athéna (5) déesse de la guerre et de la cité,

Appelé Dionysos par les Grecs et Bacchus par les Romains,…..
le dieu du vin était en quelque sorte le « mauvais garçon » de la mythologie antique.
En dépit de la mission divine qui était la sienne
– mettre fin aux chagrins et aux peines –,
Dionysos était lui-même l’auteur de méfaits divers et variés, particulièrement après avoir bu quelques verres de vieux vin.


jonasOn raconte qu’un jour, Dionysos ivre, offensé par un mortel, jura de se venger sur le premier humain qu’il croiserait sur sa route.

La première personne qu’il rencontra fut Améthyste, une belle et innocente jeune fille, fervente adoratrice de la déesse Artémis

Dionysos en colère lança sur elle deux tigres affamés, prêts à la déchirer en pièces, et remplit sa coupe de vin pour pouvoir jouir du spectacle.…

Artémis, à qui rien n’échappait, intervint et transforma Améthyste en statue de quartz, d’une pureté aussi grande que sa vertu.
Si ce sortilège permit de protéger la jeune fille, il n’était pas possible de le révoquer ; accablé de remords, Dionysos versa d’amères larmes dans sa coupe et la renversa en s’écroulant.

Des gouttes de vin vinrent asperger la statue, faisant ainsi naître la pierre pourpre que nous connaissons sous le nom d’améthyste.

 

 

 

logo mamy turlututu small
La couleur de l’améthyste va du lilas pâle au violet profond.
Les couleurs les plus légères portent parfois le nom de
« rose de France ».

L’améthyste, quartz violet transparent, est le quartz le plus utilisé en joaillerie.
Le violet a longtemps été considéré comme une couleur royale.
Elle figure parmi les joyaux de la Couronne Britannique. Catherine de Russie et les têtes couronnées d’Égypte l’eurent aussi en grande faveur.
barre grenat

coffre améthystesAllons-y mes trésors…. on joue à la chasse…  au trésor
Trouvez les coffres  pleins d’améthystes … avec Lulu le petit lutin

 

JEU N 1 : Mais qu’y a-t-il donc dans ces coffres ? ( des améthystes sûrement)
Je ne sais pas ! Lulu m’a seulement dit qu’il devait tous les ramasser, que c’était très important !
Peux-tu l’aider ? Pour ouvrir une porte tu dois d’abord prendre une clef de la même couleur. Clique sur les flèches pour déplacer Lulu.

JEU N 2 : Clique sur les flèches pour déplacer Lulu.
Pour ouvrir une porte tu dois d’abord prendre une clef de la même couleur.
Tu ne peux prendre qu’une seule clef à la fois.
Quand tu as ramassé tous les coffres, tu as gagné !
Si tu es bloqué, clique sur “Rejouer” pour recommencer la partie.
Tu peux passer d’un tableau à l’autre en cliquant sur les boutons – et + ou en tapant le numéro du tableau dans le champ “numéro du tableau” puis en cliquant sur “Rejouer”.
Bon courage !

SOURCE :                                              
http://jeux.lulu.pagesperso-orange.fr/index.htm

barre grenat

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est une autre histoire….

Share Button

ALLEZ MAMY RACONTE : L’oiseau et la poule


ALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette, ma Mamy se transformera en conteuse de bord de mer….ou d’Arrière pays….
Préparez les esquimaux glacés…..
Pour les autres ….??
ceux qui ne partent pas en vacances faute de moyens ou de forces pour assumer le voyage….
Ben..! Faisons les rêvez…..!


Aujourd’hui parlons de l’oiseau et la poule


L’oiseau et la poule

logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler d’histoires qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à modifier mon comportement ma manière d’être ou de me conduire avec les autres….. Je me rappelle de celle ci qui m’a amené à changer mon regard sur l’autre … L’autre ce mystère qui n’ait pas moi …. et pourtant si proche….!

ÉCOUTEZ-LA VOUS AUSSI POUR QUE DEMAIN VOUS SOYEZ MEILLEURS …

logo mamy turlututu small– Alors.. ACTION Mamy..!
Raconte nous encore une histoire d’animaux

– Oui je veux bien va pour une histoire de L’OISEAU ET DE LA POULE  :

L’oiseau et la poule

L‘oiseau vint dire à la poule :
« Poule, tu as des ailes, pourquoi ne peux-tu pas prendre ton envol comme je le fais ?
— Parce que je n’en suis pas capable », répondit la poule.
L’oiseau reprit :
« Pourquoi parler ainsi ? Tu as des pattes, des ailes comme les miennes et tout ce qui est dans mon corps est aussi dans le tien. »

Lorsque la poule l’entendit, vexée, elle se fâcha et ne voulut plus écouter les paroles de l’oiseau :
« Va-t’en, dit-elle, coucher dans le désert, laisse-moi dormir dans la maison ; je n’apprécie pas le langage que tu m’as tenu.

— Puisque tu ne veux pas entendre mes paroles, continua l’oiseau, demain les gens te prendront, te tueront et mangeront ta chair. Tu n’as pas d’intelligence : alors que je viens t’apprendre la sagesse, tu me repousses ! Bientôt, lorsque tu verras les gens venir pour te tuer, peut-être alors m’écouteras-tu. »
La poule répondit :
« Va-t’en, je n’ai que faire de toi.

 Très bien », dit l’oiseau en partant se percher sur un arbre.

 Mamy moi non plus je sais pas encore voler
– T’es gentil mon petit Jonas … rassure toi c’est normal quand on est petit……
– HEU …..,????
NON MAIS ……. JE SUIS PAS PETIT …?????

Dès l’aurore, le maître de maison se leva et saisit un bâton pour tuer la poule. À sa vue, celle-ci prit son vol, traversa la maison de son maître en poussant des plaintes : « Ce que l’oiseau m’avait prédit hier est arrivé, alors que j’ai refusé de l’écouter ! »
L’oiseau, toujours perché sur son arbre, dit à la poule :
« Entre dans les herbes : si ton maître te voit, il te tuera. Quand tu seras au milieu de la verdure, ne bouge pas, reste tranquille. »
Elle l’écouta et s’enfuit dans le fourré. L’homme chercha dans l’herbe après elle, sans succès. Fatigué, il rentra chez lui.

En le voyant partir, la poule sortit des herbes pour rejoindre l’oiseau.

Celui-ci lui donna de nouveaux conseils :
« S’il vient pour te tuer, ponds un œuf. Quand il le verra, il pensera : la poule pond des œufs, je ne la tuerai pas. Mais il prendra l’œuf, s’en ira le faire cuire avec du sel, le mangera et sera content. Chaque matin, il viendra chercher à l’endroit où tu pondras un œuf. Voilà le conseil que je te donne, ne l’oublie pas.

 Je te remercie, mon frère, répondit la poule, je ferai ce que tu m’as recommandé, aujourd’hui, demain, jusqu’à ma mort. Je te remercie beaucoup. »
L’oiseau ajouta :
« Si tu écoutes mes paroles, les gens n’auront plus envie de te tuer. »

Puis il s’en alla.

LE CHOURISTE


– L’histoire de l’oiseau et de la poule est terminée.


SOURCE :
Collectif
, Contes d’Asie, ill. Delphine Bodet, rue des enfants

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

Share Button

CONTE : La nymphe des jardins

LE BLOG DE
LAMITE HOLOGIS

Si vous êtes un ami de notre vieille Chouette… Alors vous adorez les femmes comme moi ….

Alors vous aimerez être assis
autour de moi pour découvrir

Vertumne et Pomone la nymphe des jardins

Pour que vous sachiez ce qui vous attend sous le ciel étoilé, avec la lune pour
témoin, commençons par vous éclairer…

AUJOURD’HUI : La nymphe des jardins

Qui est Pomone ?

Pomone , nymphe d’une remarquable beauté, est la divinité des fruits. Elle déteste la nature sauvage et lui préfère les jardins soigneusement entretenus.

Aucune nymphe ne connaissait comme elle l’art de cultiver les jardins et surtout les arbres fruitiers. Pomone n’avait aucune attirance pour les hommes mais fut recherchée en mariage par tous les dieux champêtres.

VOIR DANS LA CHOUETTE

Nous vous avions déjà parlé des nymphes il y a déjà quelques temps…

Pour ceux qui n’étaient pas là le jour où on vous l’avez raconté …

CLIQUEZ

Pomone, peinture de Nicolas Fouché, 1700.

Qui est vertumne ?

Mosaïque représentant Vertumne, Madrid.

 Vertumne, dont le nom signifie « tourner, changer », est le dieu des jardins et des vergers dans la mythologie romaine. D’origine étrusque, son culte fut adopté par les romains qui lui construisirent un temple à Rome, près du marché aux légumes et aux fruits dont il était le dieu tutélaire. 

LE MYTHE

Vertumne et Pomone, sculpture de Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778).

Elle n’était pas isolée du monde mais seules quelques personnes pouvaient l’approcher. Au départ, elle refusa donc de recevoir Vertumne, divinité des saisons et des arbres fruitiers, éperdument amoureux d’elle mais elle finit par lui donner sa préférence. En effet, celui-ci trouva la ruse adéquate pour l’approcher et lui parler : déguisé en vieille femme, il vint complimenter Pomone sur les fruits de ses arbres et l’embrassa de bon cœur. Ensuite, il lui montra un orme enlacé par une vigne et plaida la cause de l’amour. Puis il lui raconta alors l’histoire d’amour d’Anaxarète :

« Anaxarète était une fille née de famille noble de Chypre, aimée considérablement par le berger Iphis et qui réagit si froidement à son amour passionné qu’il se pendit. Elle ne fut même pas émue en voyant le corps sans vie de son soupirant. Comme châtiment, Aphrodite la transforma en pierre alors qu’elle regardait par curiosité le cortège de l’enterrement de son amoureux passer sous sa fenêtre. »

Enfin, voyant que Pomone était séduite par l’histoire, il se révéla sous son vrai visage, resplendissant de jeunesse et de santé. Pomone n’y résista pas, s’éprit de lui et accepta son amour.

 

Pomone portant un diadème et tenant une guirlande de fruits et de fleurs sur sa poitrine, d'Étienne Le Hongre (jardins de Versailles).CULTE:
Son culte passa des Étrusques à Rome où elle avait un temple et des autels. Son sanctuaire se trouvait sur la via Ostiensis à une douzaine de milles de Rome. L’un des douze flamines mineurs, le flamen Pomonalis, dernier dans l’ordre protocolaire des flamines, lui était consacré.

REPRÉSENTATIONS:
On la représentait ordinairement assise sur un grand panier plein de fleurs et de fruits, tenant de la main gauche quelques pommes, et de la droite un rameau. Les poètes l’ont dépeinte couronnée de feuilles de vigne et de grappes de raisin, tenant dans ses mains une corne d’abondance ou une corbeille remplie de fruits.

SOURCES :      



Share Button