Archives par étiquette : société

MADDY MALINE: BIEN CUIRE LES ŒUFS DURS

LE BLOG
DES ASTUCES
DE MADDY MALINE

ASTUCES BIEN CUIRE LES ŒUFS DURS !

Les beaux jours sont là, et avec eux, les bonnes salades pleines de fraîcheur, les pique-niques au grand air et les sandwiches pour manger dehors en profitant du soleil. Le dénominateur commun de tous ces éléments, c’est bel et bien les œufs durs qui apportent leur petit goût rond et doux ainsi que des protéines.

La technique incroyable pour faire cuire des œufs durs sans les éclater

 Le truc, c’est que même si cuire des œufs durs peut avoir l’air facile, bien souvent dans les faits, on finit immanquablement par les éclater ou rater leur cuisson, car ils sont fragiles ou qu’on les laisse trop longtemps !
Pour éviter qu’ils éclatent, chacun y va de sa petite technique, mais il y a des chances que vous ne connaissiez pas celle-ci !

Ce qu’il faut :
Une casserole
Des œufs
De l’eau
… Jusqu’ici rien d’étonnant, mais il faut aussi une boîte d’allumettes !

Les étapes :

1) Versez l’eau dans la casserole et faites-la bouillir

2) Prenez trois allumettes et allumez-les. Soufflez ensuite dessus pour les éteindre.
( Ne faites pas comme ma Germaine qui à ce stade dit :  » Celle là elle est bonne… je la garde« )

3) Placez-les dans l’eau de cuisson.

4) Continuez en ajoutant les œufs.

5) Laissez-les cuire le temps nécessaire ! Comptez trois minutes pour un œuf à la coque,
six minutes pour un œuf mollet et enfin dix minutes pour obtenir vos œufs durs.
Il ne resta plus qu’à les écaler……

 

– AH….  JE VOIS CES JEUNES FILLES N’Y CONNAISSENT RIEN….
DÉMONSTRATION CI-DESSOUS POUR ÉCALER LES OEUFS…..

 

ÉCALER SON ŒUF DUR EN QUELQUES SECONDES

Il existe de nombreuses astuces pour écaler un œuf dur, celle-ci, récemment publiée par MicahMedia a toutefois l’avantage d’être extrêmement rapide puisqu’il suffit de quelques secondes pour se débarrasser de la coquille.

Comment ça marche ?

1. Une fois votre œuf cuit, placez l’œuf dans un verre et remplissez-le d’eau jusqu’à mi-hauteur de la coquille.

2. Au-dessus de l’évier, secouez énergiquement votre verre en plaçant votre main sur l’ouverture pour éviter que l’œuf ne s’échappe.

3. Retirez la coquille, elle devrait se décoller avec une facilité déconcertante.

Cette astuce fonctionne encore mieux avec 2 oeufs dans le verre !


– C ‘est super MADDY..!!!
Désormais quand ma Germaine va me dire d’aller me faire cuire un œuf…
Ben …! je saurai comment faire…!!!

Lencyclopédie de référence des méthodes de conservation.

Un cahier pratique qui rassemble
– Tout le matériel nécessaire
– Tous les conseils avisés pour une stérilisation réussie
– Comment bien choisir ses produits ?
– Définir la meilleure méthode de conservation pour chaque produit.

200 gestes expliqués en pas à pas
Plus de 100 recettes illustrées, du simple assemblage aux plats plus élaborés.

https://amzn.to/3bnIKBf

Une auteure pédagogue et passionnée
Styliste culinaire et auteure de nombreux ouvrages, Julie Schwob adore inventer de nouvelles recettes, créer de nouvelles alliances de saveurs et mettre en scène ses créations pour les éditeurs.

La contribution de chefs et
Meilleurs Ouvriers de France

Nicolas Bernardé, Pierre Sang Boyer, Stéphane Jégo, Jean-Marc Notelet et David Wesmaël.

SOURCE : https://astucesdegrandmere.net    comment-economiser.fr
Découvrez ici : autres astuces

Maddy la maline


Share Button

LIVRES : Les différents corps subtils


BLOC NOTE LITTÉRAIRE

par Chou Blanc

«  Paroles d’hommes« 

AUJOURD’HUI : Un manuel pratique incontournable pour ressentir les énergies d’un objet, d’une personne ou d’un lieu et pratiquer un nettoyage énergétique efficace sur le long terme, dans son habitat, mais aussi sur soi-même et sur les autres.

Comment réaliser un bon nettoyage énergétique

Couverture à spirales

– Illustré, 11 septembre 2018   Serge Boutboul

EXTRAIT:  Manuel d’exercices pour développer vos ressentis subtils et nettoyer les personnes et les lieux
Le nettoyage énergétique nous offre la possibilité de libérer les personnes et les lieux d’énergies stagnantes qui bloquent notre processus d’évolution.
Une énergie congestionnée, de même qu’une charge émotionnelle, est comparable à un poids que nous avons à porter, qui fausse nos perceptions, nous éloigne du positif et nous empêche de nous diriger vers notre authentique chemin de lumière…
Dans notre quotidien, il est assez fréquent de « recevoir » des pensées négatives – jalousie, haine, colère, peurs – projetées sur nos corps subtils, et particulièrement sur notre corps éthérique.

Il est également possible d’être parasité par des éléments provenant des plans subtils – parasites astraux, personnes décédées, entités du bas astral, etc. – qui ne sont pas montées vers la lumière.
Ces parasitages peuvent se matérialiser au niveau du corps éthérique, mais aussi dans les lieux où nous vivons ou travaillons. Grâce à ce manuel pratique, vous découvrirez des techniques efficaces et des enseignements inédits pour apprendre à nettoyer les personnes et les lieux des charges qui les encombrent.
A chaque exercice, vous trouverez une illustration pour favoriser la compréhension et faciliter l’apprentissage, ainsi que des pages de notes pour écrire vos ressentis au fil du travail effectué.

 

Comment réaliser un bon nettoyage énergétique
Serge Boutboul

Ce qu’il est nécessaire de connaître

Les différents corps subtils

Nous sommes constitués de différents corps subtils, emboîtés les uns dans les autres à la manière des poupées russes. En tout nous possédons 7 corps subtils, ayant chacun des caractéristiques propres, situés à l’intérieur ou à l’extérieur de notre corps physique.

Voici leurs descriptions, du plus dense au plus subtil

1.  Le corps physique :

C’est le corps qui nous permet d’expérimenter la matière. Il est un microcosme à l’image de l’univers.

2.  Le corps éthérique (ou corps vital) :

Le gardien du corps physique, qui assure sa surveillance et sa survie en cas d’absence de conscience. Il est l’enveloppe de nos chakras, c’est dans ce corps que se trouvent les méridiens, les canaux d’énergie, et les chakras qui circulent en nous. Il capte les  énergies cosmiques et telluriques et les redistribue dans tous nos corps subtils. Il assure les fonctions vitales en lien avec les différents corps subtils. C’est ce corps qui anime le  corps physique. Sans lui le corps physique serait sans vie.

3.  Le corps astral (ou corps émotionnel) :

il nous permet de nous déplacer dans les plans astraux. Il est situé à l’intérieur du corps physique et en épouse la forme. Il est relié au corps éthérique par un cordon d’argent qui ne se rompt qu’à la  mort. C’est le corps qui nous permet d’entrer en relation avec nos guides spirituels.

4.  Le corps mental (ou corps de la réflexion) :

Le siège de nos pensées, de l’intellect, de l’imagination, de l’inné et de l’acquis. C’est avec lui que nous visualisons. Le corps mental est divisé en 2 parties distinctes :

Le corps mental inférieur : c’est le corps de la raison, de la logique, il constitue principalement ce qui forme notre  personnalité, notre ego. Il est influencé par nos acquis, notre savoir et nos émotions.
Le corps mental supérieur : il permet l’accès à notre intuition, aux perceptions de niveau supérieur, aux pensées que nous captons et qui proviennent de l’Esprit et du Divin.
5.  Le  corps causal :

C’est le corps de l’âme, qui préside les causes de notre existence. Il enregistre tout ce qu’il y a dans cette vie et dans nos autres incarnations. Il contient les qualités les plus élevées : intuition plus élevée, foi, inspiration. Il  est le siège de la conscience supérieure.

6.  Le corps bouddhique ou christique :

C’est le corps de la connaissance. Il est décrit comme ne se manifestant que chez les saints ou les hommes ayant intégré leur corps causal et ayant accepté de se réincarner de nouveau pour accomplir une tâche précise. Il permet l’illumination spirituelle, la connaissance totale de toute chose et l’accès à la conscience divine.

7.  Le corps divin (ou corps atmique ou la monade) :

C’est le corps en relation avec Dieu. Il correspond à notre partie divine. Il est le “corps de conscience parfait”, appelé aussi “corps supra mental”. Il est le siège de la conscience cosmique. Seuls les éveillés y ont accès. Une fois atteint ce plan ultime, nous sommes en mesure de réintégrer la conscience divine. Nous possédons également une aura, qui n’est pas un corps subtil à proprement parler mais un champ d’énergie électromagnétique situé autour de nos corps.

https://www.femininbio.com/bien-etre/conseils-et-astuces/nettoyage-energetique-serge-boutboul-comment-realiser-un-bon-nettoyage-energetique-58057

 

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc

LE TRAIN DE MA VIE

RETRO : C’est du même auteur…..

Share Button

Quand Marie Madeleine leur disait….




BLOG
de MAMY KT

– Mamy ne fait pas que du point de croix

Les femmes sont intimement associées à la
résurrection de Jésus, presque autant que le bleu l’est à la mer.

Les évangiles ne racontent-ils pas qu’elles
sont les premières à avoir vu Jésus vivant et à l’avoir annoncé ?

Elles sont quelques-unes, dont Marie de Magdala, disciples qui suivaient Jésus depuis la Galilée et qui lui sont restées fidèles jusqu’à la mort,

C’est à elles que deux hommes en habits éblouissants ont révélé que celui
qu’elles cherchaient était vivant et qu’il les précédait en Galilée, là où sont
tous les gens venus d’ailleurs

C’est à elles que Jésus s’est montré et à qui il a parlé, pour la première fois après sa mort.
Ce sont elles qui, bravant leur peur, puis les railleries, ont annoncé la Résurrection aux autres disciples.
Les quatre évangélistes le rapportent….. la chose n’est pas si fréquente

Quand Marie Madeleine leur disait….

Aujourd’hui jour de sainte Marie Madeleine nous souhaitions vous rappeler que cette dernière  fut expulsée de Palestine avec plusieurs disciples lors des premières persécutions contre les chrétiens après l’Ascension. Confiés à un frêle esquif sans voile ni gouvernail, les exilés abordèrent miraculeusement les rivages provençaux au lieu appelé désormais Les Saintes-Maries-de-la-Mer et devinrent les premiers évangélisateurs de la Provence. 

La Sainte-Baume, Roc de la Miséricorde

La grotte naturelle de sainte baume creusée par l’érosion (baumo, en provençal) est devenue un des lieux de pèlerinage les plus anciens du monde chrétien : sainte Marie-Madeleine y aurait vécu trente années de sa vie.

Les lieux saints sont au monde ce que les astres sont au firmament, une source de lumière, de chaleur et de vie    –  Père Lacordaire

La Sainte-Baume est d’abord une curiosité géologique : sa barre rocheuse, qui s’allonge sur douze kilomètres, a surgi des fonds marins à l’ère secondaire et sa forêt, protégée par la falaise, est une « relique » de celle qui couvrait la Provence à la fin du tertiaire.
La grotte naturelle creusée par l’érosion (baumo, en provençal) est devenue un des lieux de pèlerinage les plus anciens du monde chrétien :
Sainte Marie-Madeleine y aurait vécu trente années de sa vie.

Dans les Évangiles, Marie-Madeleine est cette femme que le Christ a libérée de sept démons, qui devint alors son disciple, fut présente au pied de la croix et à qui Jésus apparut en premier au matin de Pâques.
Selon la Tradition de Provence, elle fut expulsée de Palestine avec plusieurs disciples lors des premières persécutions contre les chrétiens après l’Ascension. Confiés à un frêle esquif sans voile ni gouvernail, les exilés abordèrent miraculeusement les rivages provençaux au lieu appelé désormais Les Saintes-Maries-de-la-Mer et devinrent les premiers évangélisateurs de la Provence.
Marie-Madeleine prêcha à Marseille en compagnie de Lazare puis elle s’établit dans cette montagne escarpée, dans la Grotte qui depuis porte son nom. Telle la bien-aimée du Cantique des Cantiques, « colombe cachée au creux du rocher, en des retraites escarpées », elle put s’adonner à la prière et à la contemplation dans la solitude.

En 1295, quand les fouilles conduites par Charles II d’Anjou à Saint-Maximin mirent à jour son tombeau, le pèlerinage à la Grotte connut un nouvel essor.
Les dominicains prirent alors le relais d’une longue lignée de moines établis en ces lieux depuis le Vème siècle comme gardiens de la tradition magdaléenne.
Aux siècles de foi, le mouvement des pèlerins ne cessa de s’amplifier jusqu’à la Révolution.
En 1859, ému par l’abandon du site, le Père Lacordaire entreprit la restauration des lieux saints de Provence et la construction de l’Hostellerie de la Sainte-Baume.
Aujourd’hui, la communauté des frères dominicains continue cette mission d’accueil des croyants comme des incrédules, tous pèlerins sur les pas de Marie-Madeleine.

ILS L’ONT DIT SUR LE NET
– Si vous voulez sentir la Présence de Marie-Madeleine encore aujourd’hui!
Allez à Sainte Baume en Provence où Marie-Madeleine migra et fini ses jours dans une grotte!
Vous y serez enchanté et ému jusqu’aux larmes!
Cela vaut le détour, un pèlerinage d’une après-midi qui m’a bouleversée!

Quand Marie Madeleine leur disait….

Jésus lui dit alors : « Marie !« . Elle se tourne vers lui et lui dit : « Rabbouni ! » ce qui veut dire : « Maître » dans la langue des Juifs. Jésus reprend : « Cesse de me tenir, je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu ».
Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples :
« J’ai vu le Seigneur, et voilà ce qu’il m’a dit ».

Si en effet JÉSUS l’a plus Aimée que les autres disciples, n’est-ce pas naturel, puisqu’elle a Aimé JÉSUS mieux que les autres disciples!
Pourquoi ! ?
Parce qu’elle fut Divinement Pardonnée et totalement
!

Que de Sens ..! La lecture d’un texte, à des temps différents ou devrais-je plutôt dire à des niveaux de conscience différents, peut être interprétée de bien des façons.
Lorsque tout n’est pas clair, que l’on cherche à comprendre, alors il est probable que nous ne disposons pas encore du niveau de conscience pour en appréhender le sens le plus juste. Il faut alors poursuivre son chemin, expérimenter, apprendre de ses expériences, conscientiser, puis revenir aux précédentes lectures…
Et on s’aperçoit que le sens, notre interprétation, notre vérité, peut changer.

Comme Marie Madeleine, nous aussi nous sommes appelés à annoncer l’Évangile, c’est la continuité, quelque soit là où nous sommes, annonçons Jésus, par nos paroles, actions et comportements. Nous devons aimer agir, parler, penser comme Lui. Merci pour cette magnifique méditation.

http://www.saintebaume.org/grotte/


Déjà publiés
par MAMY KT

 C’ est quoi l’assomption Mamy..?

 Les femmes sont sur le chemin de croix depuis longtemps

Sainte Véronique et le voile de la sainte face

Sainte Marthe connue pour avoir donné hospitalité au christ

  Marie Madeleine

Quand Marie Madeleine leur disait….

 

MAMY KT


Share Button

La Petite histoire du vin

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un câble …. SUPER…..Vous faites aussi…. Alors à bientôt



VINCENT DUCOTEAU EXPLIQUE AUJOURD’HUI :

La Petite histoire du vin

La vigne pousse déjà en Europe occidentale au Miocène.
La vigne sauvage (Vitis silvestris) a sans doute été consommée par l’homme dès le paléolithique. Ainsi a-t-on retrouvé des pépins dans ses habitats. Les grains étaient certainement mangés frais ou séchés.
L’origine de la vigne cultivée (Vitis vinifera) est plus obscure.
Aussi, la vigne sauvage est-elle l’une de ses ancêtres possibles.

QUAND L’HOMME A-T-IL DÉCOUVERT LA SUBTILE ALCHIMIE DE LA VINIFICATION ?
Cette question est encore aujourd’hui sans réponse.
Déjà, la Bible met en scène le Patriarche Noé cultivant sa vigne sur les versants du mont Ararat.
En effet, la Transcaucasie, située à l’est de cette montagne, est le berceau de la viticulture.

Mais les premières traces archéologiques d’une vigne cultivée datent du IVe millénaire avant Jésus-Christ à Hamra (Syrie).

 

Représentation de production de vin dans le tombeau de Nacht (TT52) avec des cruches à vin typiques.

Sa culture couvrait tout l’ensemble du Bassin méditerranéen.

Par exemple, les hiéroglyphes égyptiens gravés dans les tombeaux royaux vers 2700 avant Jésus-Christ, décrivent les travaux de la vigne, notamment l’utilisation de hottes en osier et de cuves en bois d’acacia.
Les amphores déposées dans les tombes contenaient du vin appelé « mariotique » ou « taniotique ».
Il s’agissait de provisions destinées à alimenter le défunt pendant son voyage dans l’au-delà.

Plus proche de nous, les Grecs produisaient des vins doux qu’ils coupaient à l’eau de mer ou avec du miel et des aromates pour rehausser son goût.
Cette civilisation avait, elle aussi, ses grands crus : Chios, Cos, Lesbos, Thasos…
Comme aujourd’hui, un temps de maturation était nécessaire avant de les boire : 3 ou 4 ans.

Les Grecs transmettent la technique du vin aux Romains, qui l’améliorent.
C’est à eux que l’on doit l’usage de la greffe et de la taille. Il était d’usage, dans la civilisation romaine antique, de couper son vin avec de l’eau ou de le rehausser d’anis.
Les grands crus d’alors sont aussi ceux aujourd’hui. Ainsi les vins d’Alba, ceux de Setia ou encore le falerne de Campanie…

A la fin du second siècle avant Jésus-Christ, les Gaulois inventent la barrique en bois cerclée de fer, sous le règne de Marc-Aurèle (160-181).
Dans le même temps, les Romains s’emparent du sud de la Gaule et créent la province de Narbonnaise.

LE COMMERCE DU VIN ?

Cette conquête permet aux marchands de vins italiens d’écouler leur surplus de production et d’établir une tête de pont pour exporter leurs produits vers des provinces grandes consommatrices comme l’Armorique.
Rien d’étonnant à ce que l’on retrouve aujourd’hui de nombreuses amphores dites « gréco-romaines » dans cette région.
Elles ont déjà un emballage jetable bouché avec un morceau de liège. Le vin est donc un élément de la géopolitique romaine.

D’ailleurs, quand le Dauphiné et le Bordelais se mettent à produire du vin de qualité à partir de cépages adaptés aux climats de ces régions, l’Empereur Domitien tente de freiner la concurrence commerciale des Gaulois.
Aussi rédige-t-il un décret qui interdit toute nouvelle implantation de vigne et incite même à l’arrachage des ceps…

C’est l’essor du christianisme en Gaule qui marque le véritable décollage du commerce du vin. En effet, les moines sont vite passés maîtres dans l’art de la vinification. Charlemagne, lui, développe la culture de la vigne et les abbayes s’implantent sur les terres adaptées à la viticulture.


Dès lors, les rois offrent leur protection aux crus qu’ils affectionnent et le goût du vin s’étend dans les couches populaires.
Mais l’accroissement de la demande a un effet pervers : on privilégie la quantité.

Le peuple s’abreuve souvent de « piquette ».

Ajoutons une autre raison pour expliquer cet engouement. En effet, à cette époque et jusqu’au XVIIe / XVIIIe siècles, il n’était pas conseillé de boire trop d’eau. Non que celle-ci ait été méprisée par les hommes d’alors.Mais elle était bien souvent insalubre et « pleine de maladies mortelles ».

Avec l’alcool, au moins, est-on sûr de ne pas attraper de maladies contagieuses…

LES MALADIES DE LA VIGNE
Le XIXe siècle est une période de mutation et de tourmente pour la production vinicole.

La révolution industrielle, les marchés effacent les frontières grâce au développement des transports. Mais ces relations commerciales avec l’étranger introduisent en France des maladies végétales : l’oïdium en 1845, puis le célèbre phylloxéra en 1863.

Ce petit hémiptère américain, proche du puceron, détruit les vignes du Gard, puis de l’ensemble du territoire. Mais ce n’est pas tout… Le mildiou suit en 1878 et le black rot en 1885. On sortira du cercle infernal à l’orée du nouveau siècle en important… des ceps américains résistants à ces maladies.

Dans le même temps, l’exportation des vins pose un problème de conservation : des bactéries modifient la qualité du breuvage.
C’est Louis PASTEUR qui, entre 1822 et 1895, étudie les maladies du vin puis les procédés de fermentation à partir de 1863.
Il met en évidence le rôle des micro-organismes, combat la théorie de la génération spontanée et invente une méthode de conservation par chauffage des boissons qui fermentent. Elle portera son nom : la pasteurisation.

– ÇA CAUSE ÇA CAUSE…..
Mais ça sait même pas pourquoi le vin est mis en bouteille de 0,75cl et pas d’un litre

Le temps de remonter de la cave et je vous en parle

SOURCES : https://www.france-pittoresque.com/ https://vinsdumonde.blog/lettre-a-vitis-vinifera
(Récit fourni par la ville de Loches)

 L’histoire du vin, c’est l’histoire de la civilisation.
Dans l’Antiquité, le vin est sirupeux, aromatisé à la mûre ou au myrte, additionné de miel ou d’huile, et coupé d’eau avant d’être bu. C’est la boisson religieuse par excellence.
La mythologie grecque regorge d’allusions au vin et dans la Bible, à la fi n du Déluge, Noé plante une vigne. Le vin civilise les hommes et humanise les dieux.


POTACHE

.

 

Share Button