Archives par étiquette : art

MUSIQUE : Portrait d’un instrument – LE HAUTBOIS


De Choubert à Choumann en passant par Choupin

LA PARTITION DE MA2

La Partition de MA2

Le piano, c’est l’accordéon du riche (Michel Audiard)

  Musique à deux 

MA2 vient régulièrement vous faire découvrir les instruments de nos orchestres car nous les voyons dans les concerts, en salle ou à la télévision, sans vraiment les connaitre…
Aujourd’hui découvrons avec elle :
LE HAUTBOIS


Le hautbois est un instrument de musique à vent de la famille des bois, de perce conique et dont le son est créé par la vibration d’une anche double au passage du souffle.
Son timbre peut être puissant et sonore ou doux et charmeur, clair ou plein de rondeur et de chaleur. Le joueur de cet instrument est un hautboïste.

Connu dès l’antiquité, l’instrument a évolué dans l’espace et dans le temps avec une diversité qui n’a d’égale que la créativité des civilisations et cultures dans lesquelles cet instrument est encore utilisé de nos jours.
Les hautbois traditionnels (bombarde, cornemuse, duduk, gaïta, hichiriki et autre zurna) et les hautbois modernes (musette, hautbois, hautbois d’amour, cor anglais et hautbois baryton, hautbois baroque, hautbois classique) forment une grande famille aux multiples facettes.

Utilisé en solo, musique concertante, musique de chambre, orchestre symphonique ou bande de hautbois, le hautbois moderne désigne à l’orchestre l’ensemble de la famille.

Jean-Michel Douillard accompagné par Orchestre de Caen sous la direction de Vahan Mardirossian interprète le concerto pour Hautbois de Vincenzo Bellini…

Les œuvres pour hautbois sont essentiellement issues des répertoires baroque (Johann Sebastian Bach), et classique (Wolfgang Amadeus Mozart), puis du renouveau du XIXe siècle (Robert Schumann)

UNE ANCHE DOUBLE…?


Une anche de hautbois est constituée de deux fines lamelles de roseau ligaturées sur un tube.
C’est elle qui, sollicitée par le souffle, se met à vibrer et produit donc le son. Le plus souvent fabriquées par les hautboïstes eux-mêmes,

Le hautbois, présenté par Alexandre Gattet, hautboïste à l’Orchestre de Paris.

LA TENORA DE LA FAMILLE DES HAUTBOIS

La Sardane du pays catalan

La tenora est un instrument de musique à vent de la famille des hautbois.
Elle est répandue dans toute la Catalogne depuis un siècle.

A écouter ce passage solo d’une tenora – à 0mn 50 – dans cette sardane « la tia pepa » – Enric Ortí i Martín (ca) jouant de la tenora
  La tenora fait traditionnellement partie d’un orchestre d’onze musiciens appelé cobla. Il existe actuellement environ 150 cobles en Catalogne et huit sur le territoire français. Le rôle essentiel de ces formations est aujourd’hui de faire danser la sardane, bien que des concerts sont parfois donnés.

Le hautbois dans la musique de films

Le hautbois et le cor anglais sont fréquemment utilisés dans les musiques de film, pour leur timbre particulièrement évocateur.
Quelques exemples :

  • le hautbois joue le thème principal du morceau Across the stars de la bande originale du film Star Wars, épisode II : L’Attaque des clones composée par John Williams
  • Ennio Morricone compose un émouvant Gabriel’s oboe ( en N° 3 ci-dessous) pour le film de Roland Joffé The Mission, Palme d’or au festival de Cannes en 1986

  • Le Hautbois est l’instrument principal de la musique du film  » Les Choristes « .

Le hautbois dans la chanson française

Dans la chanson française des années 1950 à 1970, le hautbois est aussi employé pour son timbre évocateur.
Par exemple :

  • Dans les chansons Ne me quitte pas (1959) ou Les Marquises (1977), de Jacques Brel.
  • Dans la chanson La Montagne (1964), de Jean Ferrat.

 

SOURCE : 
wikipedia


retour sur la rubrique du même tabacle logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deux

M A 2

RETRO :

Share Button

LADY LADINDE : Elle veut se trouver un « violon dinde »… Comme dirait Ingres : c’est dingue…!

hypnose-002ba.jpg dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique /
 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR

L’origine de l’expression: Avoir un violon d’Ingres

– « Un grand nombre d’expressions françaises ont des origines bien floues pour la plupart des gens… Elles sont devenues tellement usuelles que personne ne questionne véritablement leur sens premier. Et c’est bien souvent le cas de «  Avoir un violon d’INGRES« 

– je suis sûr que Lady Ladinde va tout de suite imaginer que c’est un violon dinde et qu nous voulons mettre toutes les dindes au violon

– C’ est vrai … enfin je veux dire c’est vrai qu’aujourd’hui on voit des expressions se déformer au fil du temps ….. et on parlera demain de violon dinde ou dingue….« 

– Houla vous deux vous êtes pas en train de parler de moi ou de ma femme des fois ! …
j’ ai pas tout compris à quel moment ma dinde doit apprendre la musique .. vous savez elle est déjà très forte dans les sérénades qu’elle me fait …. ça vocalise si fort parfois, que les noms d’oiseaux volent bas…!!!

dinde– Ooohhhh vous trois …!
On dérange pas là…?
Parce que moi? je bosse ….
Je suis une active…!
 » Je souhaite m’instructionner….!  »
et si vous ne parler ni de dindes ni  de dingues … alors c’est qui ce PINGRE..
Moi je ne connais qu’un seul radin sur terre c’est le Père DODU..!

     – Allez du calme..!  je crois qu’il faut que tu saches que cette expression
« Avoir un violon d’Ingres  » désigne le fait d’avoir un passe-temps favori.

L’origine de cette expression est assez simple :
Le peintre et sculpteur Dominique Ingres pratiquait également le violon pour son plaisir, en amateur.
De là est apparue l’expression « violon d’Ingres » qui désigne un loisir.

Jean-Auguste-Dominique Ingres, 'Self Portrait'

Jean-Auguste-Dominique Ingres, ‘Self Portrait’ Florence, Galleria degli Uffizi © Photo Scala, Florence Courtesy of the Ministrio per i Beni e le Attività Culturali

 

– Hé la vieille chouette je suis venu ici pour apprendre d’accord mais pas pour sortir avec un savoir encyclopédique …
Vous qui savez…! Le cyclope? C’est bien le gars qui savait tout grâce à un seul œil plus perçant que deux …..

– Sûr qu’il vaut mieux pas te faire tomber une encyclopédie sur la tête ça arrangerait pas les choses…!
Si tu veux que nous parlions de ceux qui par le seul l’œil de leur objectif témoignent et laissent des œuvres d’art à la postérité, il faut donc qu’on te parle d’un tableau du photographe Man Ray, représentant une femme vue de dos avec des ouïes de violon « incrustées » dans le bas de son dos justement.

Oui oui, le titre de cette œuvre est justement « violon  d’ingres » si je ne m’abuse…
 Il s’agit bien d’une des plus célèbres photographies de Man Ray
le ‘violon d’Ingres’, où le photographe américain, pour illustrer l’expression ‘violon d’Ingres’, associe le dos nu de sa muse enturbannée, Kiki de Montparnasse, aux ouïes d’un violon, dessinées sur la photographie originale.

Regardez sa référence au tableau d’Ingres .. un clin d’œil… de cyclope


La Baigneuse Valpinçon, également désignée sous le titre de Grande Baigneuse, est un tableau du peintre français Jean-Auguste-Dominique Ingres, daté de 1808 et conservé au musée du Louvre à Paris

Le Violon d’Ingres est une célèbre photographie en noir et blanc réalisée par l’artiste américain Man Ray en 1924. Elle représente Kiki de Montparnasse, nue, dont le dos arbore les ouïes d’un violon.

– ALLEZ… Laisse mon lapin ..! il y a plus rien à apprendre….
On rentre au poulailler..
!

dinde

Tu as bien raison mon petit canard allons voir si le père Dodu n’est pas couché … on lui montrera ces poules au dos nus

 


MORBLEU…! Ces deux là, si on les surveille pas ils nous prendraient pour des bleus et déshonoraient le fermier général DODU et toute sa basse cour ..!
Si vous voulez causer quo-notations sexuelles avec DODU … le père impuissant, maitre du fiel et de la  bière, faites qu’il ne meure pas idiot … Montrez lui cette vidéo sur Man Ray c’est plus chaud …
On passe du violon au violoncelle car on tient l’instrument  à bras le corps et entre les jambes …

SOURCE: les sites du web traitant de l’expression
wikipedia
http://www.pbase.com/image/118045036

dinde LADY LADINDE

retour sur la rubrique du même tabac “La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours

RETRO : C’est du même tabac…..

 

Share Button

Ah si j’avais des ailes comme l’oiseau


L’HOMME DES BOIS
Bloc Note de GUI7

Dans les méandres de l’internet au cœur de la toile d’une araignée céleste jaillit parfois la lumière… et mes frères les oiseaux

Ah si j’avais des ailes comme l’oiseau… Ça serait chouette….!

BIEN LE BONJOUR  AMIS ……
MESSAGERS DES DIEUX…!


AH S’il avait des ailes comme l’oiseau….
ça serait beau….!

ça serait beau….!

Es tu un oiseau rebelle…
Comme on le dit dans CARMEN

Ou es tu le messager de l’amour..?

  L’AMOUR NAISSANT

L’amour naissant tel un moineau
S’envolant de plus en plus haut,
Un coeur dégèle en cet hiver
Après bien tant d’années d’enfer…

Le feu retrouvant la splendeur,
Tel un sentiment de bonheur,
Un coeur se réchauffe aujourd’hui
Regagnant presque des envies…

Aile de « Corneille Bleue »

Aile de « Corneille Bleue » ou Rollier, Coracias garrulus, Aquarelle (1512), Albertina, Vienne. ALBRECHT DURER

L’oiseau ré-ouvre ses deux ailes
La flamme reprend l’étincelle,
Des ailes, une flamme et un coeur
Refont éclore cette fleur…

SALAM

 

 

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

– Magnifique, inspiré de la première lettre aux Corinthiens de Paul qui du coup remonte dans mon estime !

« – L’amour ce n’est pas seulement entre un homme et une femme, mais aussi entre le dieu et ses créatures, les parents et leurs enfants, un frère et sa soeur en général l’être humain et son prochain »

Es tu un modèle pour nos artistes…?

Aile de « Corneille Bleue » ou Rollier, Coracias garrulus, Aquarelle (1512), Albertina, Vienne. ALBRECHT DURER

LE CHOURISTEAile de Rollier Bleu

  • C’est Albrecht Dürer qui réalisa cette étude d’aile d’oiseau
    • il s’agit probablement de Coracias garrulus, autrefois appelé corneille bleue 

    Sur cette aquarelle du musée Albertina de Vienne 19,7 cm × 20 cm on aperçoit en bas au milieu le monogramme de l’artiste …. au-dessus, la date: 1512

Es tu un modèle pour nos poètes…?

Surtout dans ce merveilleux conte de Noël

Es tu le roi des animaux dans le ciel ?

aigle royal

aigle royal Peintre Blin François — Peintre naturaliste aux nombreux sujets animaliers. Dans la démarche artistique de son bestiaire, l’ornithologie est incontournable, omniprésente. Oiseleur passionné de la gent ailée, il capture dans ses rets colorés l’image de l’oiseau « messager des dieux », portrait personnalisé de la famille aviaire. Ce grand artiste expose régulièrement au Canada et en Angleterre ainsi qu’aux Etats-Unis ou il est Lauréat « Birds in Art »


Es tu oiseau de toutes les couleurs ?

 

Es tu amoureux..?
Es tu BAVARD ..?

 

L’oiseau de feu de J.B Hautelisse

L’oiseau de feu de J.B Hautelisse Dessin 48×62 cm

Es tu cet oiseau de feu ..?
Es tu ce condor
du Machu Pichu …?

 

Oiseau qui que tu sois, tu restes notre ami..!

L’homme des boisretour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

PEINTURE : La Cène de Léonard de Vinci


L’ART ET
LA PALETTE AUX CHOUX

Par Chou Blanc

Il y a parfois des jours où vos doigts se conduisent comme des pinceaux sur votre clavier et sont attirés par la lumière qui rayonne d’un tableau et là vous vous laissez emporter à vouloir la partager avec le plus grand nombre…. presque à les inviter à rompre le pain si  quotidien….

Détail

La Cène de Léonard de Vinci

La Cène de Léonard de Vinci est une fresque murale qui représente le dernier repas de Jésus Christ avec ses douze apôtres le soir du jeudi saint, juste avant d’être arrêté par les Romains.
Soir, qui n’est autre que la veille du jour de sa crucifixion. On retrouve de gauche à droite les douze apôtres entourant Jésus: Barthélemy, Jacques le Mineur, André, Judas, Pierre, Jean, Jésus, Thomas, Jacques le Majeur, Philippe, Matthieu, Thaddée et Simon.

Considérée par les Chrétiens comme un des piliers de la foi chrétienne, elle représente la commémoration d’institution de l’Eucharistie. L’Italie étant le berceau du catholicisme, les souverains de l’époque, les Sforza, envisageaient de faire du couvent de la Sainte Marie Des Grâces un mausolée.
Ainsi, le jeune duc, Ludovic Sforza fit appel aux services de Léonard De Vinci et quelques autres artistes peintres pour décorer la chapelle, le réfectoire et certaines pièces du couvent.
Et c’est ainsi qu’en 1494, Léonard commença son chef-d’œuvre.

Que s’est-il passé lors du dernier repas de Jésus (la cène) ?


La dernière cène  Extrait de Jésus de Nazareth de Zeffirelli
Au cours du repas, Jésus prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le partagea et le donna à ses disciples ; il leur dit : « Prenez et mangez, ceci est mon corps. » Il prit ensuite une coupe de vin et, après avoir remercié Dieu, il la leur donna en disant :
« Buvez-en tous, ceci est mon sang, le sang pour [signer] le pacte. Il sera versé pour la multitude et pour le pardon des péchés. Je vous le déclare : désormais, je ne boirai plus de ce fruit de la vigne jusqu’au jour où, avec vous dans le Royaume de mon Père, je le boirai nouveau. Après avoir chanté le chant religieux, ils s’en allèrent à la colline des Oliviers. »

 

La Cène, peinte par le génie et l’illustre Léonard de Vinci, fait une longueur de 8,80m sur 4,60m de hauteur.
Elle a été peinte sur l’un des murs du réfectoire du couvent de la Santa Maria delle Grazie, un couvent Dominicain situé à Milan, en Italie.

Il semblerait que Léonard de Vinci se soit inspiré de l’œuvre d’Andrea Del Castagno qu’il aurait vu à Florence peu avant de réaliser son chef-d’œuvre.
Mais étant lui-même un grand observateur des écrits bibliques, il a su capter l’essence-même du moment où Jésus annonça à disciples que l’un d’eux allait le trahir. La réalisation de cette peinture, commanditée par le duc Milan, Ludovic Sforza, lui a pris alors quelques années.
Il l’a entamé vers 1494 ou 1495 et ne l’achève qu’en 1498. Pressé par le chancelier de Milan et le prieur, qui lui demanda d’accélérer la cadence, il n’en fit rien et s’est même défendu devant le duc, le même qui a fait construire notamment l’Abside ou encore le Turion où repose son épouse, Béatrice d’Este.

Une scène de repas dans un réfectoire n’est pas hors de propos.

Quant à Léonard de Vinci, il s’est vu partager entre deux œuvres dont Il Cavalli et la Cène qui nous intéresse. Comme d’usage, la Cène a été peinte dans le réfectoire du couvent. Une scène de repas dans un réfectoire n’est pas hors de propos.
Après toutes les intempéries et les siècles qu’elle a traversé, la Cène y est encore pour ravir les yeux des visiteurs et des amateurs d’art.
À cette époque, à la renaissance, l’on n’avait encore jamais entendu parler de 3D, mais en observant la Cène, on aurait dit que Léonard de Vinci en est le précurseur.
Un trompe l’œil sur le plafond prolonge la salle.
Grâce aux techniques appliquées, souvent, les visiteurs qui se retrouvent directement en face de la fresque se croient être devant des statues ou encore ont le sentiment de se trouver à cette même table. On a cette impression que le regard de Jésus nous suit qu’importe l’emplacement par rapport au mur. Notre génie a centré ses dessins sur Jésus.

Pour ce qui est de la technique de peinture utilisée par Léonard de Vinci pour La Cène, notre génie a opté pour la « tempera » (appelée également détrempe).
Commençant avec une fine couche préparatoire sous les esquisses, il enduit la terre rouge de carbonate de calcium et de magnésium. Pour la dernière étape, l’imprimatur a fait ressortir les couleurs.
En finition, il applique une émulsion d’œuf et d’huile dont on en est moins sûr (la tempera proprement dit).
Mais cette technique a une faille, celle de ne pas résister à l’humidité. La Cène, une fois terminée, fut par la suite, par tradition, peinte dans de nombreux monastères.

Quelques années après son achèvement, l’humidité a eu raison de la fresque de La Cène. Antonio da Beatis a déclaré en 1517 qu’elle était en état de dégradation à cause de l’humidité pour cause de malfaçon en faisant sans doute référence à la technique que Léonard de Vinci a choisi.
Et au fil des siècles, l’œuvre a été mainte et mainte fois maltraitée. Les occupants du monastère ont jugé bon de poser une porte pour faire communiquer le réfectoire et la cuisine, gâchant totalement la partie basse du chef-d’œuvre.
Par suite, la même salle a servi d’écurie à l’armée napoléonienne et cerise sur le gâteau, le monastère a été bombardé.
Par le plus heureux des hasards, le mur est resté intact.

Entre temps, certaines mesures ont été prises pour restaurer et préserver la fresque.

La première de ces mesures a eu lieu en 1726 par Michelangelo Bellotti. Mais apparemment, cette intervention aurait empiré son état.
En 1770, Giuseppe Mazza a tenté de réparer les dégâts. Stoppé en plein travail, il n’a pu rien faire. Andrea Appian et Bernardino Luin tentèrent à leur tour de la détacher sans mais sans succès.

En 1901, Luca Beltrami et Luighi Cavenaghi ont utilisé une technique plus moderne, la photographie mais ne parvenant pas à leur fin Oreste Silvestri est entré en jeu peu avant le bombardement du couvent.
Mauro Pellicioli a aussi tenté de raviver la Cène mais après une première intervention avant 1901, Pinin Brambilla Barcilon est revenu à la charge.
Sa campagne a durée plus de 20 ans, de 1978 à 1999. En total, il y a eu pas moins de 5 interventions pour tenter de rendre sa jeunesse à l’œuvre de Leonard de Vinci.

De par sa symbolique La Cène fut copiée et très souvent parodiée voire revisitée d’où les travaux de ceux qui essayent de recenser petit à petit les différentes versions de La Cène.

copie par l’Atelier de GIAMPIETRINO, La Cène, vers 1520, huile sur toile, 424 x 802 cm, Tongerlo, Da Vinci-Museum.

SOURCE :
http://www.lacene.fr/la-cene-de-leonard-de-vinci.html

Chou Blanc

Share Button