Archives par étiquette : ronchon

RONCHON : Billet pas très doux

BLOG NOTRE MARRANT

Autrefois, quand j’étais marmot
J’avais la phobie des gros mots
Et si j’pensais « merde » tout bas
Je ne le disais pas
Mais
Aujourd’hui que mon gagne-pain
C’est d’parler comme un turlupin
Je n’pense plus « merde », pardi
Mais je le dis. ( G Brassens)

Un peu de rire contribue à une certaine sérénité

RONCHON RONCHONNE :
UN BILLET PAS TRÈS DOUX

Camarades potes âgés il faut que je vous fasse quelques confidences :
J’ai pas la pêche mais je vais quand même essayer de vous faire fendre la poire …

Je comprends tout à coup beaucoup de choses…

Maintenant je sais….
Je sais que si j’ai mon chien dans le PIF c’est parce qu’il fait des choses que je ne sais pas faire … Par exemple : Remuer la queue de reconnaissance

Maintenant je sais… Que c’est la chatte qui me donne des pensées lubriques surtout quand je rêve que mon cochon l’épouse et se transforme en tire lire (j’ai du sang italien)

Maintenant je sais… que je vivais bien en France … Avant… Avant il n’y avait pas de lézard…
Maintenant ils foisonnent … Je devrais dire ils empoisonnent…

Maintenant je sais… Pourquoi j’ai le même président …. Dame c’est bien connu tu coupes la queue au lézard elle repousse.
Bon… !!! On ne va pas chercher la petite bête à ceux aiment les animaux au point de faire l’élevage des virus, et qui tentent de vous en refiler un… C’est comme quand ma voisine voit sa chatte lui ramener sa portée de huit chatons… « Bonjour Ronchon j’ai un petit cadeau pour vous »

Maintenant je sais…. Je sais que je dois garder mes distances, surtout moi qui avait la main plutôt baladeuse (et électrique)
Je dis à ma main pleine de doigts, fais gaffe à qui tu serres la pogne… Surtout si c’est un homme politique … Recompte, si tu as tous tes doigts à la sortie de l’empoignade… !!!

Maintenant je sais…. Rester à distance … j’ai même changé mon vocabulaire de ma bible du savoir-vivre (xxx)  Je dis plus : « Enchanté » mais « En santé »

Maintenant je sais… Je sais que j’en ai trop dit… Alors j’arrête de vous écrire parce que ma Germaine va me traiter de fainéant (qui passe sa vie devant son ordi ) tout ça parce que je ne suis pas au jardin pour ramasser ses feuilles mortes (à la réflexion il y a plus grand-chose de vivant dans les potes âgés)

Maintenant je sais … je sais pourquoi quand ma Germaine râle elle me surnomme « jardiglande » C’est mieux que « monpoteassez » ( elle lit beaucoup)
Mais maintenant je sais qu’elle m’aime…
Elle change avec l’âge… !!!
Elle ne me fait plus de soupe à la grimace depuis qu’elle a trouvé une recette dans le « petit Macron illustré » (ce n’est pas une recette sur le comment passer la brosse à reluire)
Avec ce petit Manuel elle a beaucoup appris … C’est super :
Elle me fait des œufs embrouillés… C’est mieux.. !!!
Bref ils me les cassent tous les deux (1) ….
Mais je sais maintenant que je l’aime quand même…. Ma Germaine… !!!

 

  NOTA  (1) J’ai pas dit :
« Bref ils me les cassent toutes les deux …. » Pas fou..! il me faut garder une poire pour ma pomme… D’autant que je préfère garder mes bijoux de famille pour avoir de quoi payer, demain, mon bifteck après être passé chez ma tante  (c’est le mont de piété rue des saints père à PARIS .. ça s’invente pas )

photo familiale - poele à Germaine SANS TRUCAGE

– Camarade Ronchon je crois que tu as besoin de jumelles …
Regarde elle se démerde pas si mal,pour casser des oeufs, ta Germaine


– Ça devient compliqué en France…
Dieu reconnaitra t il les chiens….?

chat emballé– Chat c’est pas sûr nom d’un chien ….!

– De toutes manières quelque soit la suite cet hiver  … Nous on est sûrs de passer larme à gauche…. Un jour…!
– Pour sûr que cet hiver…
Ben on ne fera pas d’omelette sans casser des œufs

Ronchon

Share Button

BLAGUES : Le poireau de Ronchon


BLOG NOTRE MARRANT

HUMOUR :

Un peu de rire contribue à une certaine sérénité

Le poireau de Ronchon

– T’ as pas honte, à ton âge, de faire encore la cour aux jeunes femmes ?
Regarde comme tes cheveux sont blancs…


– Je suis comme les poireaux : la tête blanche mais la queue verte.

 

LA VIEILLESSE EST UN NAUFRAGE

Pépé et Mémé sont assis dans le parc
Pépé dit : « J’ai une folle envie de glace »
Mémé dit : je vais en chercher, que veux-tu ? » 
« Deux chocolat, et toi ? »
« Moi, je prendrai deux vanille »
Pépé réplique : -« Il vaut mieux que tu le notes »
”Mais non le camion de glaces est juste là devant »
« Notes le, je te dis que tu vas oublier »
« Non, non, je n’oublierai rien ! »
Mémé part en grommelant
« Deux chocolat, deux vanille… Deux ch… »
Après un bon quart d’heure Mémé revient avec 2 saucisses et 2 cornets de frites bien dorées !
  Pépé lui dit « Et où est la moutarde ? »
« Bon sang, je l’ai oubliée ! »
« Tu vois, répond Pépé, je te l’avais bien dit de le noter ! »


– Ne rigole pas, ton tour viendra ..

Auprès de ma blonde, Qu’il fait bon, fait bon, fait bon
Auprès de ma blonde, Qu’il fait bon rigoler !

Une blonde en larmes arrive au bureau, immédiatement, son patron vient la voir :
  – Mais que se passe-t-il ma petite Georgette ?
Georgette explique :
  – Ce matin, juste avant de partir travailler, j’ ai reçu un coup de fil qui m’annonçait la mort de ma grand-mère.
Le patron propose immédiatement :
  – Vous devriez rentrer chez vous et vous reposer ma petite Georgette.
 Ce à quoi la blonde répond :
– Non, merci, j’ ai besoin de me changer les idées et c’est en travaillant que j’ y parviendrai le mieux.

  Quelques heures plus tard, le patron vient revoir son employée. Il la retrouve effondrée sur son bureau, pleurant toutes les larmes de son corps. Il demande :

– Ça ne va pas mieux ma petite Georgette ?

La blonde répond :
– C’ est horrible… Je viens de recevoir un coup de fil de ma soeur…!
Sa grand-mère est morte elle aussi !

Toto mange très salement, alors son père s’écrie :

– Mon fils, tu manges comme un goret ! Sais-tu au moins ce qu’est un goret ?
– Ouais p’pa ! C’est le fils d’un cochon …

Deux Corses, le père et le fils, discutent à l’ombre d’un olivier.

– Dis-moi, Dominique, mon fils, tu n’as jamais travaillé.
– Eh non, papa. Tu le sais bien que je n’ai jamais travaillé.
Dans la famille, il n’y a que les femmes qui travaillent !
– Eh oui, mon fils. Et justement, c’est de ça dont je voulais te parler.

– Tu as quarante ans, maintenant. Ta mère et moi nous nous faisons vieux, il serait peut-être temps que tu te trouves une femme. On peut t’en présenter, si tu veux.
Elle pourrait travailler pour toi et avoir des enfants qui t’apporteraient l’anisette, comme tu le faisais pour moi quand tu étais petit.
– Papa, c’est une bonne idée. Je vais me marier et avoir des enfants.
Dis, tant qu’à faire, tu pourrais m’en présenter une qui soit déjà enceinte?

Trouver chaussure à son pied

LA DEVINETTE

Quelle est la principale cause du divorce ?

- Le mariage.

 

SOURCES :  MON CONTRIBUTEUR GUY
illustrations inédites de Catala pour la Chouette

PAPY MARRANT

 

 

Share Button

Il bleuit… On en rit jaune…!!!


BLOG NOTRE
MARRANT

HUMOUR :

Un peu de rire contribue à une certaine sérénité

On peut rire jaune…. de ce qui bleuit

 

Docteur, je crois que j’ai un problème. Un de mes testicules est devenu tout Bleu !
Le docteur l’examine rapidement et conclut :
– Il va falloir vous opérer. On doit vous retirer ce testicule rapidement !
– Vous rigolez ?!? Je ne vais sûrement pas vous laisser faire une chose pareille !
– Vous voulez mourir ou quoi ? Ce que vous avez est extrêmement grave. Il n’est pas question de rigolade
Finalement, le patient se range à l’avis de l’homme de l’art, et dès le lendemain, l’opération a lieu.

Une semaine plus tard, l’opéré est de retour en consultation chez le médecin :
– Docteur, ce n’est pas de chance, mais je crois bien que le testicule qui me reste est en train de virer au bleu comme l’autre.
Une fois encore, le médecin conseille la couillectomie. Bien que le patient soit encore plus réticent, il se laisse convaincre une fois encore.
Dès le lendemain, la castration a lieu.

Mais une semaine plus tard, il faut bien se résoudre à l’évidence : il y a encore un problème.
Chez le docteur, le patient anxieux bredouille :
Docteur… ça ne va vraiment pas fort. Cette foi c’est mon sexe qui devient tout bleu…
L’examen du médecin aboutit à une mauvaise nouvelle : il va falloir procéder à l’amputation du pénis.
Mais enfin docteur, c’est impossible. Comment vais-je faire pour faire pipi ?
– Oh vous savez, ce n’est pas si grave que ça en a l’air : on vous greffera un tuyau de plastique dans l’urètre, et hop !
Résigné, le patient est émasculé dès le lendemain et pense en avoir définitivement terminé avec les amputations…

Mais… Une semaine après l’opération, il revient chez le médecin pour se plaindre :
– Docteur, le tuyau de plastique devient bleu !
– Quoi ?????
– Je vous dis qu’il bleuit ! Qu’est-ce que ça veut dire docteur ?

L’examen du médecin est un peu plus méticuleux, et finalement aboutit à cette conclusion :
– Hmm, j’ai un doute..
Se pourrait-il que ce soient vos jeans qui déteignent ?

 

AUX DONNEURS DE LEÇONS


 L’AMOUR N’A PAS D’AGE
Dans une maison de retraite, deux vieux de 90 ans se rendent compte au cours d’une soirée « veufs et veuves » qu’ils sont faits l’un pour l’autre.
Quelques temps plus tard, ils décident de se marier.

Le soir de la noce, ils se couchent l’un à côté de l’autre… Le vieux monsieur prend la main de la vieille dame et la serre très fort dans la sienne.
Puis la vieille dame prend la main du vieux monsieur et la sert très fort dans la sienne.
Puis ils s’endorment tous les deux.
La deuxième nuit, ils se couchent dans le même lit. Le vieux monsieur prend la main de la vieille dame et la serre très fort dans la sienne.
Puis la vieille dame prend la main du vieux monsieur et la sert très fort dans la sienne.
Puis ils s’endorment tous les deux.
La troisième nuit, ils se couchent tous les deux côte à côte, puis le vieux monsieur prend la main de la vieille dame qui lui dit:
– Pas ce soir chéri… J’ai la migraine.


Ah les femmes…. Les femmes…
Les femmes


– Un problème mon
petit gars…???
EUHHHH… NON….. NON….
La dame qui est dessous va me l’expliquer
……

   Une femme vient porter plainte pour viol dans un commissariat.
Pouvez-vous me décrire votre agresseur ?
– Comme il faisait nuit, ce n’est pas facile mais je peux néanmoins vous dire qu’il était Corse !
 – Qu’est-ce qui vous permet de dire cela ?
– C’est moi qui ai fait tout le travail

La blonde et son téléphone
C’est une blonde qui envoie un SMS à son chéri :
« Mon chouchou, tu as oublié ton portable à la maison… »

LA DEVINETTE

Comment est le drapeau communiste Corse ?
Rouge, mais sans les outils.

 

Différence entre un Corse et Claude François?
Tu ne verras jamais un Corse mourir avec une ampoule à la main.

SOURCES : Mes CONTRIBUTEURS
illustrations inédites de Catala pour la Chouette

PAPY MARRANT

 

Share Button

Pourquoi les Indiens scalpaient-ils ?

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un câble …. SUPER…..Vous faites aussi…. Alors à bientôt

Musique Amérindienne pour se Détendre et se Sentir Mieux

EXPLIQUONS AUJOURD’HUI :
Pourquoi les Indiens scalpaient-ils leurs ennemis ?

Les Indiens scalpaient leurs ennemis, car ils croyaient que l’âme des personnes se trouvait au sommet de leur crâne et que les esprits prenaient les corps par la chevelure pour les tirer au ciel.
Quand on scalpait un ennemi, on s’appropriait sa force et on l’empêchait de goûter au repos éternel.
Le scalp était aussi considéré comme un trophée de guerre, symbole de gloire et d’exploit personnel.

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

C’est drôle, j’avais lu  une toute autre explication. Je ne remets pas en cause la justesse de l’anecdote ou la véracité des sources… MAIS…

Dans mes souvenirs, les Britanniques et les Français se disputaient les vastes et nouveaux territoires d’Amérique du Nord, et ce notamment par tribus indigènes interposées, principalement en ayant recours au mercenariat.
Les Anglais payaient en fonction du nombre d’ennemis tués et exigeaient leur tête tranchée comme preuve, ce qui posait les problèmes que l’on imagine après plusieurs jours de voyage jusqu’à l’avant-poste Britannique le plus proche.

En conséquence, ils auraient enseigné la technique du scalp à leurs mercenaires autochtones en remplacement de la tête entière du vaincu. Le scalp consistant à écorcher tout où partie de la partie chevelue du crâne, les cheveux restent attachés à la peau et peuvent servir de preuve.

Maintenant, cette version est peut-être complètement erronée. Ou antérieure à la pratique décrite dans l’anecdote. Qui plus est, compte tenu du nombre et de la diversité des nations amérindiennes, les deux explications pourraient être valables.

MAIS C’EST N’IMPORTE QUOI…???
Chercher plutôt la femme ….

Les scalps étaient surtout des trophées à montrer aux femmes de sa tribu.
Dans de nombreuses tribus les hommes partaient en guerre uniquement contre d autres tribus pour tuer les hommes, violer les femmes et montrer à celles de sa tribu d’origine qui est un vrai guerrier (=vrai mâle).

Attention je vous éclaire
Ce sont les européens qui ont introduit la pratique du scalp, et les Amérindiens n’ont fait que l’assimiler.

A bien des égards les Amérindiens étaient (sont devrais-je dire) beaucoup plus « civilisés » que les colons. Il est temps de cesser de les faire paraitre pour des brutes sanguinaire comme Hollywood s’est plu à les décrire.
C’est un peuple empreint de mysticisme avec un profond respect de la vie qu’on s’est amusé a affamer, massacrer et qu’on a parquer dans des camps où on a laisser leur culture s’éteindre dans le but de voler leurs terres et de prendre du galon. Voit la bibliographie a ce sujet.

On a du mal à imaginer les Indiens sans chevaux.
Pourtant, avant l’arrivée de Christophe Colomb, les habitants du Nouveau Monde n’avaient jamais vu de cheval de leur vie car ce sont les colons européens qui l’ont introduit sur le continent américain.
es indigènes à première vue, prirent les cavaliers pour des êtres fabuleux à deux bras et quatre pattes, capables de se séparer en 2 après le combat.

Share Button