Archives par étiquette : expressions

LADINDE: Elle veut filer à l’anglaise

barre grenat

– Ok … Ben moi
Moossieeeuuu..!
J’aime pas les anglais..!!!

barre grenat
dindeBLOC NOTE LADY LADINDE .Bloc note
de LADY LADINDE

Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique ” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture...” Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

barre grenat

AUJOURD’HUI: POURQUOI DIT-ON
“FILER A L’ANGLAISE ”

Florian Brinker – Album Filer à l’anglaise.

– LADY LADINDE … Elle veut prendre désormais du temps libre et filer à l’anglaise
– Sauf qu’elle a pris une clé anglaise pour ouvrir la porte du poulailler
– Elle file vraiment du mauvais coton….. elle voit pas qu’elle vieillit..?
– Il faut qu’on lui explique que pour elle, c’est plus la peine d’attendre… les anglais ils débarqueront plus…!

dindePrécisez…médisants !
Si c’est pas malheureux d’entendre ces deux cocos là …!
Me faire passer d’entrée pour une vieille mémère ménopausée qui filerait encore son coton … sans avoir inventé l’eau chaude …..
Ni découvert les tampax …!
– Aujourd’hui, je suis 
tellement en jambes que mes pilons au beau fixe me permettent d’envisager de filer à l’anglaise… !


– Of course Lady .. je  file avec toi
Non mais j’hallucine … ! tu me colles ou quoi ?

– Espèces de  vieilles ruines … c’est vous qui avez alerté mon époux
SI J’ ai bien compris filer à l’anglaise c’est partir sans que personne ne le saches…. Alors là raté..!
– MY GOD….! Ne nous embrouillons pas … et expliquez moi….!

– EH OUI MA COCOTTE…. c’est un peu râpé mais on va pas en faire un fromage ..!
ON T’EXPLIQUE :

– Filer à l’anglaise signifie :
Partir sans dire au revoir, sans se faire remarquer.
Fuir discrètement. Partir comme un voleur

– « filer à l’anglaise » signifie aussi “”. C’est caleter, décamper, décaniller, déguerpir, détaler, disparaître, droper, mettre les bouts, partir, se casser, s’échapper, s’éclipser, s’enfuir, s’esquiver, se carapater, se débiner, se défiler, se sauver, se tailler, etc …

– NON….. MAIS… J’HALLUCINE ..! Ces deux toquards, ils seraient capables de me faire faire des mots croisés alors que dans la basse cour je ne peux causer qu’avec le mère DOUCE FRANCE qui estropie le français rapport au fait qu’elle est d’origine étrangère ……
De plus j’ai pas l’intention de jouer aux mots fléchés avec le père DODU….qui n’est pas une flèche non plus…. !
Dieu soit LOUÉ… il me reste LE GAULOIS  pour causer  histoire de France

Origine

– L’origine de cette expression n’est pas certaine.
Il peut s’agir d’une vengeance relativement récente vis-à-vis du peuple d’Outre-Manche qui utilise l’expression “to take French leave” (filer à la française) pour signifier la même chose.

L’expression proviendrait de l’ancien verbe “anglaiser”, pour “voler”.
Par la suite, on aurait utilisé “filer à l’anglaise” pour désigner la façon discrète dont part un voleur qui vient de faire son coup. Par analogie, on a aussi vu apparaître l’expression “partir comme un voleur”.
Parmi d’autres explications, au XVIe siècle, un créancier était appelé un Anglais, et on imagine bien le débiteur filer à l’anglaise lorsque son créancier “préféré” était dans les parages.
Mais je garde l’anglais … car le verbe « anglaiser » a peut-être servi d’origine à l’expression ???

En avril 1964, je me rappelle que circulait sous le manteau, (surtout chez les
étudiants et les potaches) une plaisanterie très irrévérencieuse, sur l’opération de la prostate du Général de Gaulle … Certains disaient qu’ils s’étaient fait “anglaiser”* ! (juste retour en pensant à tous ceux qui avaient rejoint, en Angleterre, en 1943, les forces françaises libres dudit général)

* Anglaiser = Sectionner les muscles abaisseurs de la queue d’un cheval, afin de lui donner un port relevé.(Synonyme : niqueter.)

barre grenat

To take French leave” (filer à la française)

decouvrir Surcouf CLIQUEZ

Cette expression utilisée par les anglais vient de la Marine !

En effet, les Corsaires malouins, par exemple, ont toujours su bâtir et armer des bateaux plus rapides et “manœuvrants” que ceux sortant des chantiers navals de Sa Gracieuse Majesté, l’ennemi héréditaire millénaire .

 De la sorte, nos vaillants marins leur ont le plus souvent taillé des croupières sur les mers, nonobstant Trafalgar, que Nelson ne remporta plus tard, perfidement évidemment, qu’en enfreignant toutes les règles des batailles navales conventionnellement établies.
Étant, donc, les plus rapides, nos marins pouvaient se permettre de s’attaquer à des navires anglais bien plus puissamment armés, s’en rendre maîtres ou, en cas d’infériorité nette, virer sous le vent et leur montrer leur cul pour échapper à la canonnade, en guise de bras d’honneur, démontrant ainsi l’impuissance desdits.
Ils filaient donc à la française….!!

– Alors quand mon dindon me cherchera des poux dans la tête…
je pourrais désormais  je cite
“virer sous le vent et lui montrer mon cul pour échapper à la canonnade,”


Mon petit canard ton idée m’enchante rien que d’y penser …!

– NON …. DINDON Calmos c’est une farce…..

.

– Je suis scandalisée qu’au milieu de toutes cette volaille on n’ait même pas parlé des cannes anglaises…!

LE CHOURISTE– Non mais Miss Marpoule…?
Vous voudriez pas pour votre information que l’on vous parle aussi des capotes anglaises… et de leur taille en centimètres ou en pieds…!!
Sinon vous ne sauriez plus ou vous “mètre” pour prendre votre pied…!

barre grenat.
dindeLADY LADINDE retour sur la rubrique du même tabac
“La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

La Lady dit ” God save the queen”

hypnose-002ba.jpg dinde BLOC NOTE LADY LADINDE  Bloc note
de LADY   LADINDE

” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique
” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR

L’origine de l’hymne britannique “GOD SAVE THE QUEEN”

– “Tu vois je te l’avais dit GASTON…….si on touche à l’hymne national britannique notre Lady LADINDE risque de nous voler dans les plumes

– Si elle vole dans les plumes de la chouette aussi 0n va devoir marcher sur des oeufs ….

– Pourtant il faut qu’on leur dise à tous nos potes âgés….
Que depuis des années on leur dit pas tout… et la télévision fait de même ?

Si vous avez regardé à la télévision, des émissions  consacrées à Louis XIV il n’est pas fait mention des suites étonnantes de l’opération de sa fistule…
Alors nous allons réparer cet oubli…et éclairer la lanterne de notre Lady ladinde…
Après ça …. Vous ne pourrez plus jamais écouter le “God save the Queen”, sans penser à cette petite plume facétieuse…

 dinde– Ooohhhh vous deux …! On dérange pas là…? Parce que moi? je bosse ….
” Je souhaite m’instructionner….! ” Alors vos histoires de plumes au derrière moi je connais j’en ai plein le cul…buto

– Allez du calme allons y pour la petite HISTOIRE

Tout commence en janvier 1686, où Louis XIV tombe subitement malade.
Il semble qu’il se soit piqué en s’asseyant sur une plume des coussins qui garnissaient son carrosse déclenchant un abcès à l’anus qu’il aurait fallu immédiatement inciser pour éviter que la blessure ne s’infecte. Mais les médecins du roi, épouvantés à l’idée de porter la main sur le fondement de la monarchie – si j’ose m’exprimer ainsi – optèrent pour des médecines douces, type onguents.
Ces méthodes ne donnèrent aucun résultat. Tout cela dura près de 4 mois et les douleurs royales ne cessaient pas !

Brusquement, vers le 15 mai, les chirurgiens, verts de peur, soupçonnèrent l’existence d’une fistule.
Ce fut l’affolement général. Finalement, le 1er chirurgien FELIX de TASSY (appelé simplement FELIX) décida d’inciser et “inventa” un petit couteau spécial, véritable pièce d’orfèvrerie dont la lame était recouverte d’une chape d’argent. Mais il fallut encore 5 mois pour fabriquer ce petit bijou… L’opération eut lieu le 17 novembre – sans anesthésie ! –

Il faudra encore 2 autres incisions (la plaie ayant du mal à se refermer pour cicatriser…) pour qu’enfin à Noël 1686, on puisse déclarer le roi définitivement sorti d’affaire..

  dinde– Ooohhhh vous deux …! Arrêtez de terroriser ma famille avec des histoires de couteaux  à Noël…!

– Non fin de panique …. car le roi était au mieux et ceci mettait  fin aux rumeurs qui, à l’étranger, se propageaient disant que Louis XIV était à l’agonie.

Dès l’heureuse issue de l’intervention, des prières furent dites dans le royaume et les dames de Saint Cyr (création de Mme de MAINTENON) décidèrent de composer un cantique pour célébrer la guérison du roi. La supérieure, Mme de BRINON (nièce de Mme de Maintenon) écrivit alors quelques vers assez anodins qu’elle donna à mettre en musique à LULLY :

Grand Dieu sauve le roi !
Longs jours à notre roi !
Vive le roi . A lui victoire,
Bonheur et gloire !
Qu’il ait un règne heureux
Et l’appui des cieux !

Les demoiselles de Saint Cyr prirent l’habitude de chanter ce petit cantique de circonstance chaque fois que le roi venait visiter leur école.

Haendel par Balthasar Denner (1727)

Haendel par Balthasar Denner (1727)

C’est ainsi qu’un jour de 1714, le compositeur HAENDEL, de passage à Versailles, entendit ce cantique qu’il trouva si beau qu’ il en nota aussitôt les paroles et la musique. Après quoi, il se rendit à Londres où il demanda à un clergyman nommé CARREY de lui traduire le petit couplet de Mme de BRINON.

Le brave prêtre s’exécuta sur le champ et écrivit ces paroles qui allaient faire le tour du monde :

God save our gracious King,
Long life our noble King,
God save the King!
Send him victorious
Happy and glorious
Long to reign over us,
God save the King !

Haendel remercia et s’en fut immédiatement à la cour où il offrit au roi – comme étant son œuvre – le cantique des demoiselles de Saint Cyr.
Très flatté, George 1er félicita le compositeur et déclara que, dorénavant, le « God save the King »
serait exécuté lors des cérémonies officielles.

– Et c’est ainsi que cet hymne, qui nous paraît profondément britannique, est né de la collaboration :

– d’une Française (Mme de BRINON),
– d’un Italien (LULLY),
– d’un Anglais (CARREY) ,
– d’un Allemand HAENDEL naturalisé britannique et…
– d’un entre-fesses Français, celui de sa Majesté Louis XIV.

 – Ma chérie, c’est en fait un hymne européen …!dinde

–  Si Louis XIV ne s’était pas mis, par mégarde, une plume dans le derrière, quel serait aujourd’hui l’hymne britannique ? On se le demande………


dinde

LADY LADINDE
“La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours”retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

LADY LADINDE : Avaler des poires d’angoisse



dinde BLOC NOTE LADY LADINDE   Bloc note
de LADY LADINDE

” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique ” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture...” Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

 ACCES DIRECT:  1B – 20:01 Plein la poire

Elle s’élargissait sans aucun moyen de la refermer sauf à l’aide d’une clé. Photo Cornette de Saint-Cyr AUJOURD’HUI LADY LADINDE

PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

.

Avaler des poires d’angoisse

Signification:

– Vivre une situation très pénible.

ou même me très désagréable

– Subir des traitements cruels

Origine:

La poire d’angoisse n’est pas un fruit effrayant mais un instrument de torture dont les origines remontent au Moyen Âge

Au Moyen Âge, la pratique de la torture était monnaie courante dans les geôles. Pour ne pas entendre les hurlements des victimes, les tortionnaires leur enfonçaient dans la bouche une « poire d’angoisse » qui étouffait leurs cris.

L’expression s’emploie toujours, bien que dans des situations moins terribles.
Autant dire quand même que celui qui avait cette chose dans la bouche, devait ressentir une certaine angoisse, incapable qu’il était d’extérioriser ce qu’il ressentait.

Technique :

 

Cette Machine vraiment diabolique dont l’invention a été attribuée par quelques auteurs au capitaine Gaucher qui servait, du temps de la ligue, au pays de Luxembourg, et par quelques autres à un Toulousain nommé Palioly, chef d’une bande de filous établie à Paris.

Introduite dans la bouche, la vulve ou l’anus (suivant l’endroit où l’on avait péché) et pouvant augmenter de volume, elle étouffait les cris des suppliciés qui pouvaient troubler les juges, lors de l’Inquisition.

Cela dit, ces instruments, servaient aussi plus simplement à bâillonner un prisonnier pour l’empêcher de parler.

Celle-ci glissée par les voleurs dans la bouche d’un homme qu’ils voulaient dépouiller, et s’y détendant par la pression d’un ressort secret, accroissait son volume au point de lui couper la parole et de ne pouvoir être retirée qu’avec l’aide d’un serrurier.

Par plaisanterie, certains faisaient aussi le rapprochement avec les poires du village d’Angoisse, en Dordogne, qui étaient, paraît-il, très âpres et dures à mâcher.

Selon l’Académie ce fruit était «  si âpre et si revêche au goût, dit-elle, qu’on a de la peine à l’avaler. Mais elles n’avaient probablement pas le potentiel de déplaisir des véritables poires d’angoisse

Mais elle se trompe, car ce fruit est assez doux dans sa maturité, et les Parisiens, qui le trouvaient fort bon autrefois, devaient en faire une consommation assez considérable, puisque les colporteurs le criaient dans les rues.

LE CHOURISTE–  Ma chère Lady avant de nous séparer, je voudrais te recommander de ne pas utiliser cette poire d’angoisse pour tenter de faire taire les cris de Chou de gueule et les bavardages du Chouriant…
Ils vont bien se taire un jour…..

 dinde LADY LADINDE

retour sur la rubrique du même tabac “La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

Elle ne vient pas pour des prunes..!

dindeBLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note
de LADY LADINDE

Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique
” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture...” Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI: POURQUOI DIT-ON “POUR DES PRUNES ”
“POUR RIEN DU TOUT”

.

– LADY LADINDE … Elle prend de temps en temps une prune sur le nez car tout le monde ne l’apprécie pas dans la basse cour
– il vaut mieux des prunes que des marrons car pour elle ça sentirais noël à plein nez……

dindePrécisez…médisants !
Si c’est pas malheureux d’entendre ces deux cocos là …!
Me faire passer d’entrée pour une mégère qui se crêperait le chignon avec la première cocotte du coin……!!
– Même si aujourd’hui, je suis en jambes avec les pilons au beau fixe …!
J’espère que vous ne m’avez pas fait venir pour de prunes…..
Sinon
vieilles ruines je vous mets à l’amende …..!! Je vous mets une prune…!
Ne nous embrouillons pas … et expliquez moi….!
MES PRUNES SUR LE NEZ …. VOS PRUNES DE STATIONNEMENT….
C’EST DIFFÉRENT DE L’EXPRESSION….. POUR DES PRUNES
N’EST CE PAS…?

– EH OUI MA COCOTTE…. c’est pas la même chose
ON T’EXPLIQUE :

Il y a déjà longtemps que la prune ne désigne pas que le fruit.
En moyen français, depuis le XIIIe siècle, une ‘prune’ pouvait aussi être :

  • Un coup (“il s’est pris une prune, un pruneau”) ;
  • De la chance (une bonne aubaine) ou de la malchance (un coup du sort), selon le cas ; et donc l’amende du policier est vraiment un manque de chance de se faire verbaliser ….
  • L’expression “pour des prunes”, qui signifie pour rien ou presque rien, a pour origine l’échec de la seconde croisade.

– NON….. MAIS… J’HALLUCINE ..! Ces deux toquards, ils seraient capables de dire que les croisés c’est pas des purs….qui se feraient retoqués chez le père DODU….!
Dieu soit LOUÉ… Pour leur “foi “…. dans le poulailler de DOUCE FRANCE… ils auraient leur chance de faire du bon foie de volaille !

C’est bien évidemment de cette dernière signification que notre expression est née au XIIe siècle.

Mais pourquoi une prune ne valait-elle déjà rien ?

Eh bien nous allons devoir remonter jusqu’aux premières croisades, au XIIe siècle.
En effet, une histoire raconte que, de la seconde qui fut un échec, les Croisés, vers 1150, ramenèrent des pieds de pruniers de la ville de Damas en Syrie, réputée pour ses prunes violettes dont ils avaient pu se régaler des fruits sur place.
On peut alors parfaitement imaginer que, alors qu’ils faisaient au roi le compte-rendu de leur piètre expédition, celui-ci très en colère se serait écrié :
Ne me dites pas que vous êtes allés là-bas uniquement pour des prunes !”, sous-entendant “pour rien”.
L’entourage du roi puis le peuple aurait alors diffusé dans le pays ce sens très particulier de la ‘prune’.

– Alors quand mon dindon me tabassera à nouveau, à coups de tartes aux prunes…
Je pourrai demander qu’on le mette à l’amende en lui filant une prune…..
et s’il me gueule dessus je lui dirai ….
c’est rien …. c’est pas cher puisque …. ça compte pour de prunes…!

Tu m’appelles mon petit canard…?

– NON …. DINDON ON NE PARLE PAS DE CETTE FARCE SI DOUCE QUE TU M’AS RACONTÉ UN JOUR…..

LE CHOURISTE– Sachez jeunes gens qu’aux États-Unis on connait pas les prunes et on dit :

For peanuts : Pour des cacahuètes

.

dindeLADY LADINDE retour sur la rubrique du même tabac
“La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button