Archives par étiquette : peinture

PEINTURE : La Cène de Léonard de Vinci

L’ART ET
LA PALETTE AUX CHOUX

Par Chou Blanc

Il y a parfois des jours où vos doigts se conduisent comme des pinceaux sur votre clavier et sont attirés par la lumière qui rayonne d’un tableau et là vous vous laissez emporter à vouloir la partager avec le plus grand nombre…. presque à les inviter à rompre le pain si  quotidien….

Détail

La Cène de Léonard de Vinci

La Cène de Léonard de Vinci est une fresque murale qui représente le dernier repas de Jésus Christ avec ses douze apôtres le soir du jeudi saint, juste avant d’être arrêté par les Romains.
Soir, qui n’est autre que la veille du jour de sa crucifixion. On retrouve de gauche à droite les douze apôtres entourant Jésus: Barthélemy, Jacques le Mineur, André, Judas, Pierre, Jean, Jésus, Thomas, Jacques le Majeur, Philippe, Matthieu, Thaddée et Simon.

Considérée par les Chrétiens comme un des piliers de la foi chrétienne, elle représente la commémoration d’institution de l’Eucharistie. L’Italie étant le berceau du catholicisme, les souverains de l’époque, les Sforza, envisageaient de faire du couvent de la Sainte Marie Des Grâces un mausolée.
Ainsi, le jeune duc, Ludovic Sforza fit appel aux services de Léonard De Vinci et quelques autres artistes peintres pour décorer la chapelle, le réfectoire et certaines pièces du couvent.
Et c’est ainsi qu’en 1494, Léonard commença son chef-d’œuvre.

Que s’est-il passé lors du dernier repas de Jésus (la cène) ?


La dernière cène  Extrait de Jésus de Nazareth de Zeffirelli
Au cours du repas, Jésus prit du pain et, après avoir remercié Dieu, il le partagea et le donna à ses disciples ; il leur dit : « Prenez et mangez, ceci est mon corps. » Il prit ensuite une coupe de vin et, après avoir remercié Dieu, il la leur donna en disant :
« Buvez-en tous, ceci est mon sang, le sang pour [signer] le pacte. Il sera versé pour la multitude et pour le pardon des péchés. Je vous le déclare : désormais, je ne boirai plus de ce fruit de la vigne jusqu’au jour où, avec vous dans le Royaume de mon Père, je le boirai nouveau. Après avoir chanté le chant religieux, ils s’en allèrent à la colline des Oliviers. »

 

La Cène, peinte par le génie et l’illustre Léonard de Vinci, fait une longueur de 8,80m sur 4,60m de hauteur.
Elle a été peinte sur l’un des murs du réfectoire du couvent de la Santa Maria delle Grazie, un couvent Dominicain situé à Milan, en Italie.

Il semblerait que Léonard de Vinci se soit inspiré de l’œuvre d’Andrea Del Castagno qu’il aurait vu à Florence peu avant de réaliser son chef-d’œuvre.
Mais étant lui-même un grand observateur des écrits bibliques, il a su capter l’essence-même du moment où Jésus annonça à disciples que l’un d’eux allait le trahir. La réalisation de cette peinture, commanditée par le duc Milan, Ludovic Sforza, lui a pris alors quelques années.
Il l’a entamé vers 1494 ou 1495 et ne l’achève qu’en 1498. Pressé par le chancelier de Milan et le prieur, qui lui demanda d’accélérer la cadence, il n’en fit rien et s’est même défendu devant le duc, le même qui a fait construire notamment l’Abside ou encore le Turion où repose son épouse, Béatrice d’Este.

Une scène de repas dans un réfectoire n’est pas hors de propos.

Quant à Léonard de Vinci, il s’est vu partager entre deux œuvres dont Il Cavalli et la Cène qui nous intéresse. Comme d’usage, la Cène a été peinte dans le réfectoire du couvent. Une scène de repas dans un réfectoire n’est pas hors de propos.
Après toutes les intempéries et les siècles qu’elle a traversé, la Cène y est encore pour ravir les yeux des visiteurs et des amateurs d’art.
À cette époque, à la renaissance, l’on n’avait encore jamais entendu parler de 3D, mais en observant la Cène, on aurait dit que Léonard de Vinci en est le précurseur.
Un trompe l’œil sur le plafond prolonge la salle.
Grâce aux techniques appliquées, souvent, les visiteurs qui se retrouvent directement en face de la fresque se croient être devant des statues ou encore ont le sentiment de se trouver à cette même table. On a cette impression que le regard de Jésus nous suit qu’importe l’emplacement par rapport au mur. Notre génie a centré ses dessins sur Jésus.

Pour ce qui est de la technique de peinture utilisée par Léonard de Vinci pour La Cène, notre génie a opté pour la « tempera » (appelée également détrempe).
Commençant avec une fine couche préparatoire sous les esquisses, il enduit la terre rouge de carbonate de calcium et de magnésium. Pour la dernière étape, l’imprimatur a fait ressortir les couleurs.
En finition, il applique une émulsion d’œuf et d’huile dont on en est moins sûr (la tempera proprement dit).
Mais cette technique a une faille, celle de ne pas résister à l’humidité. La Cène, une fois terminée, fut par la suite, par tradition, peinte dans de nombreux monastères.

Quelques années après son achèvement, l’humidité a eu raison de la fresque de La Cène. Antonio da Beatis a déclaré en 1517 qu’elle était en état de dégradation à cause de l’humidité pour cause de malfaçon en faisant sans doute référence à la technique que Léonard de Vinci a choisi.
Et au fil des siècles, l’œuvre a été mainte et mainte fois maltraitée. Les occupants du monastère ont jugé bon de poser une porte pour faire communiquer le réfectoire et la cuisine, gâchant totalement la partie basse du chef-d’œuvre.
Par suite, la même salle a servi d’écurie à l’armée napoléonienne et cerise sur le gâteau, le monastère a été bombardé.
Par le plus heureux des hasards, le mur est resté intact.

Entre temps, certaines mesures ont été prises pour restaurer et préserver la fresque.

La première de ces mesures a eu lieu en 1726 par Michelangelo Bellotti. Mais apparemment, cette intervention aurait empiré son état.
En 1770, Giuseppe Mazza a tenté de réparer les dégâts. Stoppé en plein travail, il n’a pu rien faire. Andrea Appian et Bernardino Luin tentèrent à leur tour de la détacher sans mais sans succès.

En 1901, Luca Beltrami et Luighi Cavenaghi ont utilisé une technique plus moderne, la photographie mais ne parvenant pas à leur fin Oreste Silvestri est entré en jeu peu avant le bombardement du couvent.
Mauro Pellicioli a aussi tenté de raviver la Cène mais après une première intervention avant 1901, Pinin Brambilla Barcilon est revenu à la charge.
Sa campagne a durée plus de 20 ans, de 1978 à 1999. En total, il y a eu pas moins de 5 interventions pour tenter de rendre sa jeunesse à l’œuvre de Leonard de Vinci.

De par sa symbolique La Cène fut copiée et très souvent parodiée voire revisitée d’où les travaux de ceux qui essayent de recenser petit à petit les différentes versions de La Cène.

copie par l’Atelier de GIAMPIETRINO, La Cène, vers 1520, huile sur toile, 424 x 802 cm, Tongerlo, Da Vinci-Museum.

SOURCE :
http://www.lacene.fr/la-cene-de-leonard-de-vinci.html

Chou Blanc

 

Share Button

PEINTURE: Quand l’art s’empare du thème de l’Annonciation..!

C’est aujourd’hui  le 25 mars la fête de l’annonciation…
–  “
On est quand même au top à la CHOUETTE … Top sur les dates et en plus, on vous fait de l’éducation religieuse à travers l’art…”

– ” AH OUAIS et avec les meilleurs:  Boticelli, Léonard de Vinci, le Caravage, Nicolas Poussin, Fra Angelico, Orazio Gentileschi, le Titien

Artiste: LE TITIEN (1490–1576)
Titre l’ Annonciation Date : vers 1564
– Huile sur toile Dimensions 410 × 240 cm

L’ART ET LA PALETTE AU CHOU
par Chou Blanc

– Wiki..!  On a paumé les pinc  eaux… – On s’en fout, c’est de la peinture à l’huile
.

SÉRIE: LA TÊTE AU CIEL

“L’ANNONCIATION”

– “L’Annonciation est un des thèmes privilégiés de l’art chrétien… C’est avec les grands maitres que je vous propose de découvrir la scène …..un peu comme si vous étiez dans les yeux bleus de Marie.

MAMY c’est quoi l’Annonciation…?

l'annonciation - Fra angelico 1430 -1432

Le rayon de lumière, avant d’éclairer la Vierge Marie, traverse le tableau en diagonale : Ce rayon représente l’émanation divine de l’Esprit saint sous forme de colombe que l’on aperçoit précisément à l’endroit où ce rayon va croiser le pilier au sommet duquel se trouve un médaillon évoquant pour certains la figure de Dieu le Père. l’annonciation – Fra angelico 1430 -1432

L’Annonciation est l’annonce faite à la Vierge Marie de sa maternité divine par l’archange Gabriel.

L’annonciation est un des mystères centraux du culte chrétien.

C’est en effet le moment où le divin s’incarne en homme : L’ange Gabriel annonce à Marie son nouveau statut de mère du Fils de Dieu, et lui explique qu’elle portera un enfant en son sein tout en restant vierge.

C’est l’origine de la croyance en une conception virginale

L’annonciation est le moment où est lavé le péché originel d’Adam et Ève. Une femme pure met au monde le Christ, et lave le péché d’impureté d’Ève. La tradition théologique souligne même que la formule latine prononcée par Gabriel « Ave Maria » contient le nom d’Ève inversé (Ave / Eva, en latin) et rend visible le sens même de l’annonciation

MAMY  qu’est ce qu’il a dit l’ange…?

L’annonciation à Marie est relatée dans l’évangile selon Luc

« Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, vers une vierge, qui était fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph ; et le nom de la vierge était Marie. »

Annonciation par Léonard de Vinci – Date: vers 1473-1475 Technique: huile – Dimensions: 38.75 × 85.5″ (98.4 × 217 cm) Localisation: Uffizi, Florence A NOTER: – Le doigt levé de Gabriel il est pointé en direction de la main ouverte de Marie paume en réception…. – Rare présentation de la scène dans un jardin….

 Fleurs de Lys  sur son épaule

L’ange salue la Vierge : ” Salut, pleine de grâce ! “    ” Le Seigneur est avec vous “ « L’ange lui dit :

Artiste Sandro Botticelli (1445–1510)
– Cette Annonciation Date entre 1489 et 1490
– Dimensions 150 x 156 cm localisation galerie Uffizi – FLORENCE
A NOTER : L’ange porte un tige de lys symbole de la pureté et de la virginité… ses doigts sont plusieurs à pointer vers MARIE qui réceptionne à deux mains ouvertes… comme un arbre de vie en position centrale du balcon

 

Orazio Gentileschi (1563–1639) Rétrolien vers l’infobox du créateur L’Annonciation ca. 1623, Oil on canvas, 286 x 196 cm Conditions d’utilisation

 ” Ne craignez point, Marie, car vous avez trouvé grâce devant Dieu.”

  “Voici que vous concevrez, et vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il règnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura point de fin. “

Nicolas POUSSIN, L’Annonciation, 1655. Londres, National Gallery.

L’ange lui répondit :

” L’Esprit-Saint viendra sur vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre. C’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. »

Description:
ARTISTE LE CARAVAGE
– l’ Annonciation (1608-10)
, Huile sur toile, 285 x 205 cm)
, Musée des beaux-arts de Nancy
Date : vers 1608-1610
A NOTER : le clair obscur habituel chez l’artiste – L’ange semble porter la lumière sur son dos – Toujours le lys blanc symbole de pureté et virginité

“Ainsi, Jésus-Christa « été conçu du Saint-Esprit », et « est né de la Vierge Marie ». C’est donc pourquoi on peut dire que le Christ est à la fois “Vrai Dieu” et “Vrai Homme”.

Le conseil de Mamy KT
l’annonciation a travers les âges cliquez

retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez
Chou Blanc


RETRO :

Share Button

POÉSIE : Mamy Louisa printanière

LE BLOG
DE TOM ET DOUCE

POÉSIE : Mamy Louisa printanière

POUR MOI C’EST LE PRINTEMPS

Pour juste entendre whiter shade of pale
Sans que personne ni bruits de volets n’interfèrent ;
J’aurais aimé la présence d’une abeille blonde et fière

Sur le cœur d’une violette parfumée et pâle.

La météo, n’était pas encor au rendez-vous
Que les fleurs d’un prunier et celles d’un oranger ;
Le prunier a ouvert ses corolles pour nous,

L’abeille viendra-t-elle demain les humer ?

Le soleil, n’éclaira-t-il que les boutons d’or ?
Entendra-t-il la musique plus que la chanson ?
Le jardin aux fleurs offre tout ce qui foisonne :

Jacinthe, jonquilles et forsythia d’or.

Louisa – c’est pour toi petit !!!

 

 

Giboulées de mars

Les bourgeons des arbres sont floutés ;
le plâtre à restaurer occulté ;
La peinture oubliée, tout semble en panne ;

la restauration d’une habitation catalane.

Il n’y a plus que les gouttes, et cachets différents :
Du plus amère au plus appétissant ;
C’est un tsunami ou un tremblement de terre ?

Depuis qu’un torticolis lui a été diagnostiqué.

Plus de jours, plus de nuits, plus de vie ;
Les premiers remèdes ont offert un répit ;
Puis, sans crier gare, la diarrhée est arrivée

On a complété la liste des cachets.

Le troisième jour, il a tout refusé :
En me criant dessus de son jargon de P.L.I.
Puis est venue la grimace pour ne rien avaler ,

Suivie de quelques sourires avec ses dents jolies.

Entre temps, le soleil brillait dans le jardin ;
Entre-temps est né le premier chant d’un oiselet ;
Il a commencé à grignoter, à réclamer , du pain ;

Il a recommencer à jouer, à gratter le canapé.

La vie, tout à coup, est redevenue belle !!!

Louisa –

C ‘est le printemps

La vie m’apporte de petits bonheurs : une fleur ;
J’adore l’enfant dont le sourire lui vient du cœur ;
J’ai tendance à ne pas le rechercher et pourtant

Le soleil, la rosée, le parfum, les transcende.

Quel enfant n’accoure pas devant une fleur sauvage
Alors qu’auparavant, l’endroit n’était qu’un passage ;
Ma mémoire me restitue des photos défraichies :

Tu m’offres , en souriant, une pâquerette jolie;

J’aperçois ta joie, toi, tu devines mon rire ;
Les nuits me restituent les plus beaux souvenirs
Que j’adore partager avec mon cœur de maman

Tout cela pas seulement quand revient le printemps.

Louisa –

CHOU BLANC
retour sur la rubrique du même tabac
“La poésie, c’est le sourire du langage

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Mars: Un Van Gogh privé se vend.. CHER

Propolis 60 gélules



logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :

Coucou c’est toujours moi …
Merci d’être revenu nous voir pour découvrir L’actualité artistique dans l’art et la palette au chou

logo lardon D“Scène de rue à Montmartre”

“Scène de rue à Montmartre” : un Van Gogh de la période parisienne mis en vente en mars

Le tableau était répertorié dans les catalogues, mais n’était jamais apparu depuis son acquisition par une famille française dans les années 1920.
Il est estimé entre 5 et 8 millions d’euros et sera vendu le 25 mars en visio par les équipes de Sotheby’s à Paris, New York, Hong Kong et Londres

(STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Datant de la période parisienne du peintre et montrant la Butte Montmartre sous un jour bucolique, c’est un des rares Van Gogh encore en mains privées.
Cette toile est daté de 1887. Elle représente le Moulin à poivre, l’un des moulins de la Galette, derrière des palissades, sur fond de ciel d’hiver bleu-gris.
Au premier plan, un couple se promène et deux enfants jouent.

Il a été peint pendant les deux courtes années que Vincent van Gogh passa à Paris.


“Les tableaux de la série de Montmartre sont rares. Il est très probable qu’il va susciter beaucoup d’intérêt auprès des particuliers, les grands collectionneurs de Van Gogh qui sont partout, et peut être aussi auprès des institutions“, a déclaré à l’AFP Aurélie Vandevoorde, directrice du département art impressionniste.

A Amsterdam, les plus grands collectionneurs de l’artiste, et le musée Van Gogh manifestent un réel intérêt pour l’œuvre.

Dans l’itinéraire du peintre hollandais (1853-1890), ce tableau marque un tournant, un début expressionniste avec un emploi de la couleur visant à créer une impression au-delà de la retranscription de la réalité.

Un “témoignage sur Montmartre à la fin du XIXe siècle”

Les Parisiens allaient se promener et s’amuser dans le parc du Moulin de la Galette, mais Van Gogh était plus sensible au côté bucolique qu’à la représentation des cabarets.

Le dernier Van Gogh adjugé en vente publique, Laboureur dans un champ (1889), avait atteint 81 millions de dollars en 2017 chez Christie’s à New York.

<Laboureur dans un champ - van Gogh (1889-1890, Christie's)

 
LA CHOUETTE
AIME
VAN GOGH
ET
PARTAGE DEPUIS DES ANNÉES
 LA NUIT ÉTOILÉE   LE JAUNE DE VAN GOGH:
“un soleil, une lumière que faute de mieux je ne peux appeler que jaune”
Champs de blé derrière l'hôpital St-Paul avec un faucheur, St-Rémy, septembre 1889   LE PORTRAIT DU DOCTEUR REY (tableau miraculé)
 

SOURCES :   

FRANCE INFO         

logo lardon 1LE LARDON

Share Button