Archives par étiquette : peinture

PEINTURE : La belle Nani de Véronèse

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :
Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir …

Aujourd’hui
je vous
propose de
découvrir :
La belle Nani de Véronèse

 Qui est Véronèse ?

Autoportrait de Paul Véronèse dans les noces de cana son monumental chef d’oeuvre  Paolo Caliari, dit Véronèse, né en 1528 à Vérone et mort le 19 avril 1588 à Venise, est un peintre vénitien.

Bien qu’il ait joui d’une réelle popularité de son vivant, notamment à Venise, il fut ignoré des critiques de son temps qui parlent de l’art vénitien. Pourtant, Véronèse constituait avec Titien et Le Tintoret le triumvirat des peintres vénitiens de la Renaissance tardive.

Véronèse est connu comme un grand coloriste ainsi que pour ses décorations illusionnistes (trompe-l’œil) en fresque et à l’huile. Ses travaux les plus connus sont des cycles narratifs raffinés, exécutés selon un style dramatique et coloré, avec des arrangements majestueux et scintillants.

logo lardon DQui est la belle Nani de Véronèse ?

La Belle Nani (ou « portrait d’une femme vénitienne ») est une peinture à l’huile sur toile représentant une riche femme vénitienne de la noblesse, peinte par Véronèse vers 1560.  L’œuvre est conservée au Musée du Louvre

Une patricienne de Venise, dit La Belle Nani
Date de création/fabrication : 3e quart du XVIe siècle (vers 1560)
Dimensions  Hauteur : 1,19 m ; Largeur : 1,03 m
Matière et technique    huile sur toile
Paolo Caliari, dit Veronese –     Italie Vénétie Venise

Description

La femme, représentée à mi-corps de face, est vêtue à la mode de Venise de l’époque, notamment son large décolleté et ses riches parures.
L’attitude réservée et l’anneau à la main gauche montrent qu’il s’agit d’une femme mariée.
L’identité du sujet reste cependant inconnue.
Le nom de Nani est celui de la famille supposée autrefois être propriétaire du tableau, et une légende voudrait que le modèle soit de cette famille.
Ce tableau est considéré comme un des plus beaux portraits féminins du XVIe siècle. Véronèse a réalisé peu de portraits féminins : on n’en connaît que six.

logo lardon DAnalyse du tableau

Au moment de sa redécouverte à la fin du XIXème siècle, on pensait que ce portrait avait été commandé par une famille patricienne de Venise, les Nani, ce qui lui valut le surnom de « la Belle Nani ». Faute de preuve, les historiens ont imaginé que cette jeune femme pouvait être aussi une courtisane ou l’image d’une beauté idéale.
Dans cette effigie de format monumental, Véronèse reprend une formule alors très à la mode mise au point par son aîné Titien, le plus grand portraitiste de la Renaissance vénitienne : le modèle est de face, sur un fond neutre sombre, et placé à côté d’un élément de mobilier, ici une table recouverte d’un précieux tapis dit « à la Moretto », de fabrication anatolienne.
Cette sobre mise en scène exalte la beauté de la jeune femme autant que la richesse de son habit.
Tout ici révèle le portrait d’une mère de famille, issue de l’aristocratie.
La délicate carnation blanche et rosée indique que la dame se protège du soleil.
Sa chevelure étincelante est blond vénitien, une couleur qui s’obtenait, selon les recettes de beauté de l’époque, en exposant ses cheveux au soleil de midi, sur les toits des palais vénitiens.
Sa tenue d’apparat se compose d’une ample robe en velours bleu, avec une ouverture assez large sur la poitrine, permise aux dames mariées de la noblesse et portées à l’occasion de fêtes. Les manches sont de brocart à ramages bleus sur fond blanc, tandis qu’un léger manteau en gaze blanche est posé sur ses épaules.

Une beauté parée de bijoux et d amour conjugal
De somptueuses pièces de joaillerie magnifient l’ensemble : épaulières, ceinture, bracelets, collier et bagues d’or, de perle, de saphir et de rubis.
Cette dame de qualité détourne chastement son regard de celui du spectateur.
Sa main gauche, dont l’annulaire est orné d’une alliance de mariage, reteint élégamment le voile transparent de son habit, tandis que sa main droite se pose sur son cœur, en signe de fidélité conjugale.
Le portrait doit ainsi signifier l’exemplarité de cette femme : son rang social élevé, sa beauté physique et sa vertu morale.

logo lardon DQuand on chante la belle Nani

SOURCE wikipedia
https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010065927


logo lardon 1LE LARDON

 

Share Button

ESMA 1 : ÉLÉPHANT ET SOURIS EN BOITE

PAPY VIDÉO
– Papy … C’est quoi un dessin animé..?

Réalisé sur différents supports (papier, carton, verre,  ordinateur…), un dessin animé est un film d’animation consistant à communiquer aux spectateurs l’illusion du mouvement de personnages ou d’objets en enregistrant image par image une suite de dessins représentant les différentes phases de ce mouvement.

Le terme exclut les animations non dessinées : (animation en papier découpé, en volume (dont pâte à modeler), pixilation).
Le dessin animé est surtout connu pour son succès auprès des enfants, même si une grande part de la production ne s’adresse pas uniquement à eux.

HONNEUR A DEUX DESSINS ANIMÉS DE  L’ESMA..????

L’ESMA (école supérieure des métiers artistiques) est une école d’arts appliqués qui compte plus de 25 ans d’expérience, et qui a vu naître bon nombre de graphistes, designers d’espace ou encore animateurs 3D.

Reconnue à l’international pour la qualité et la richesse de ses enseignements artistiques, l’école propose des formations en Design d’Espace, Design Graphique et Cinéma d’Animation 3D, mais aussi trois années préparatoires.
Son objectif : préparer ses étudiants aux différents métiers artistiques afin qu’ils accomplissent pleinement leurs envies créatives.

Nous vous diffusons aujourd’hui deux dessins animés pour que vous jugiez de la qualité de leur travail avec une arrière pensée … Celle de faire naitre des vocations chez vos adolescents…. petits enfants ou membres de votre famille.
A vous de juger…!!

LA BOITE ET LA SOURIS

COMME UN ÉLÉPHANT DANS UN MAGASIN DE PORCELAINE

DESSINS ANIMÉS DÉJÀ DIFFUSÉS
ESMA 1     ESMA 2   

Top 50 Génériques Dessins Animés !

 PAPY VIDÉO

 

Share Button

L’écho de la vérité

BLOG NOTRE
de
MAMY KT


Mamy ne fait pas que du point de croix…
Elle nous parle aujourd’hui du vivre ensemble quelles que soient nos religions.

Pour cela elle utilise la parabole de l’écho dans
« L’écho de la vérité »

DÉFINITION :  L’écho (ou un écho) est un phénomène de répétition du son produit par la réflexion des ondes sonores sur une surface (par exemple une montagne).

L’onde sonore (en rouge) « rebondit » sur les montagnes et atteint ainsi des endroits inattendus (les points de rebond, le fond de la vallée, etc.)


ORIGINE DU TERME :
Dans la mythologie grecque, Écho est une nymphe. Le séducteur Zeus l’avait chargée de parler sans arrêt à sa femme, Héra, pour occuper celle-ci lorsqu’il avait des « aventures » avec d’autres personnes. Héra, qui veut toujours surveiller son mari, comprit le subterfuge et jeta sur Écho une malédiction qui lui permettait seulement de répéter ce que les autres venaient de dire.

Plus tard, toujours selon la mythologie grecque, Écho rencontra Narcisse et tomba amoureuse de lui ; mais Narcisse, qui n’aime que son reflet, la rejeta et, de chagrin, la nymphe se retira dans une grotte. Comme elle ne se nourrissait plus, elle finit par s’évaporer ; il ne resterait d’elle que sa voix qui, toujours soumise à la malédiction d’Héra, répéterait inlassablement les paroles environnantes.


L’écho de la vérité

Avant que le monde ne se vide de ses dieux, il existait dans une lointaine contrée, une montagne sacrée dont l’écho rendait le son de la vérité. Il suffisait de se dresser face à elle et de confier aux vents violents les secrets de son cœur ou de lancer les énigmes les plus impénétrables dont les réponses revenaient bientôt s’élevant de la masse pierreuse en un écho assourdissant.

Ce jour là, 3 hommes de religions différentes décidèrent de se rendre au pied de la montagne sacrée.
Une querelle d’importance les opposait depuis bien longtemps:
Quel Dieu est le bon?
Quel Dieu doit-on craindre?
Quels textes religieux faut-il vénérer?

Pour convaincre ses deux interlocuteurs sceptiques,que seul son Dieu mérite d’être révéré, le Chrétien se dresse fièrement au bord du précipice et crie :

– « Montagne sacrée, fais que ton écho me donne raison !

N’est-il pas écrit dans la Bible qu’Il est notre seul seigneur? »

Au bout d’une minute, les vents se font plus violents et l’écho gronde une réponse:
– « Tu dis vrai, Chrétien, il n’y a qu’un seul Dieu. C’est celui que tu vénères ».

Satisfait, le Chrétien se tourne vers les deux autres:
– « Ne vous l’avais-je pas dit? »

« Impossible! Rétorque son compagnon juif, c’est la Torha qui renferme la vérité. »

 La Torah (en hébreu : « instruction » ; en grec ancien :  « Loi ») est, selon la tradition du judaïsme, l’enseignement divin transmis par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï et retransmis au travers de ses cinq livres (hébreux) ainsi que l’ensemble des enseignements qui en découlent.

A son tour il s’avance au bord du gouffre et lance :

– « Écho, pourquoi ne leur dis-tu pas que c’est moi qui suis le vrai croyant ici? La Tora dit « Écoute Israël, l’Éternel est notre Dieu, l’Éternel est un » ?

Et l’Echo répond:
« C’est vrai. Dieu est unique et c’est lui que tu adores ».

– « Fils de mécréants s’insurge soudain le frère musulman, c’est mon écho qui aura le dernier mot. »
Il gonfle sa poitrine et hurle :
– « Écho, je te somme de dire la vérité.

N’est-ce pas moi qui suis dans le vrai et mes frères dans le péché car le Coran dit :
« Il n’y a pas de dieu en dehors de Dieu »!

Pour la troisième fois, l’écho rendit le son du vrai :
– « Précisément, il n’y a pas d’autre Dieu que celui que tu viens de citer ».

Mais les 3 hommes restèrent muets. Comment l’Écho
– qui dit toujours la vérité – pouvait-il assurer que leur dieu respectif était le seul vrai Dieu?
Pas question de repartir sans exiger une dernière explication.
L’un d’eux alors se risqua et invoqua l’Écho en ces termes :

« Tu ne peux nous tromper ainsi, Écho. Il faut, pour que nos cœurs soient apaisés, que la vérité se fasse « .

Pour la dernière fois, la montagne résonna et l’Écho,
porté par les vents assourdissants vint frapper les  3 paires d’oreilles:

« Hommes! Quand comprendrez-vous que vous adorez le même Dieu depuis le début des temps et qu’il ne prend la parole que pour vous dire à tous la même chose. Vous êtes comme le sourd qui accuse celui qui parle de ne pas le faire assez fort … « 

 « Quiconque honore sa religion et condamne les autres nuit gravement à sa propre religion ».
Shafique Keshavjee

SOURCE :   
Club-Positif:  https://cpositif.com/


Déjà publiés
par MAMY KT

C’ est quoi l’assomption Mamy..?

Les femmes sont sur le chemin de croix depuis longtemps

Sainte Véronique et le voile de la sainte face

Sainte Marthe connue pour avoir donné hospitalité au christ

Marie Madeleine

MAMY KT

Share Button

POESIE : Mamy Louisa en octobre

LE BLOG
DE TOM ET DOUCE

POÉSIE : Mamy Louisa d’octobre

C’est ce mois-ci,  une débauche de poèmes, chansons et divertissements pour tous et pour tous les gouts.
Pour vous… Rien que pour vous… Plein les yeux, plein les oreilles …. On vous aime….!!!!

La pleine lune

La lune éclaire un chemin bordé d’aubépines ;
Pendant qu’au loin, la sorcière blanche s’achemine
Vers des plantes qu’elle cueille à perdre haleine :
L‘ail de l’ours, la bruyère, et certaines graines.

Pour que tu trouves le chemin de l’amour,
Certains te donneront l’affection, d’autres, la passion ;
Avec les prières de la sorcière de la guérison.
Du chaudron qui bouillonne, un chant monte.

Endormi, tu ne vois rien, n’entend rien et pourtant
Un monde et le chat veillent le bel amant ;
La lune sourit, le somnifère a fait son effet ;
Sous ses doux doigts, tes cheveux, qu’elle défait.

Louisa


Tableau jep Papy Réalisè en 1978 pour écran d’attente – cliquez il est géant
Ail de l’ours C’est quoi LOUISA ?


SUPER GÉNIAL CES DEUX A NE PAS MANQUER
La nuit, c’est quand je me retrouve
Seul face à face avec tes yeux
Et que bizarrement j’éprouve
L’envie de toujours vivre heureux
L’envie de toujours vivre heureux
        Une nuit

Un jour tu ne seras plus présent;
Toi, qui est en ma mémoire, toi l’irréel ;
Le ciel seul, pourra te revoir présent,
Alors laisses moi respirer ton image virtuelle.

Ou bien j’irai rechercher ton orchidée ;
J’en extrairai tout ce dont tu rêvais :
De son parfum, des pétales à son pistil ;
Et de sa mélodie, un sourire.

Shenzhen-Nongke qui a été gardée huit ans
Dans la nuit, pour un Roi , seulement.

En main propre je te la rapporterai ;
Il parait qu’elle porte le meilleur parfum du monde ;
Il parait aussi que c’est une onde
Que sa beauté est adoubée par sa Royauté.

Louisa

BONUS DU POETE CATALAN PERE GUISSET (1920 -2000)

 LA NUIT

Dans le ciel, les étoiles !
Au loin les sonnailles
Le bétail est a l’étable,
au pied du chêne vénérable.
Dans le maquis, un rossignol,
fait ses sérénades avant l’envol.

Cliquez l’image pour la suite

                                                        Mon amie l’abeille

Elle butine toute sa vie et n’ont pas de problème ;
Elle vrille un fruit ou découpe des feuilles
Ce sont les reines de la dentelle, d’un poème ;
Leur nid est fait de miel, d’amour et d’accueil.

Le jour perce le feuillage, la chanson aux lèvres ;
Le parfum encore imprégné jusqu’aux veines
Elle font un tour sur la pergola remplies de sève ;
Parfois, elles ne repartiront qu’avec un poème.

Elle connaît la maîtresse des lieux, ou le maître ;
Avec ses amies, elles leur feront une haies d’honneur ;
Tout en suçant leur raisin, elles leur feront une fête ;
Quand l’été est brûlant, elles feront de l’ombre en cœur.

Elle fait de jolies rondes pour polliniser ;
Si elle vient et qu’ on l’aime, on peut l’utiliser ;
En leur mettant un bol d’eau et des friandises ;
Ce sont de grands enfants, quoiqu’on en dise.

Louisa

NE RATEZ PAS LE BLOG DE
DAME MIELINE
8 ARTICLES SUR LE MIEL
 POUR LE N° 1 CLIQUEZ L’IMAGE

La larme de Rê créa l’abeille… Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel

  Un mythe égyptien explique la naissance des abeilles et du miel en ces termes :

Le dieu Rê pleura et les larmes de son oeil tombèrent sur le sol ; elles se changèrent en abeille ; l’abeille construisit (ses rayons), son activité s’exerçant sur les fleurs de toutes les espèces végétales ; ainsi naquit la cire, et ainsi naquit le miel, à partir des larmes du dieu Rê.

Je ne vois que toi ,

Le soleil ensoleille tes cheveux déjà gris ;
Je ne vois que toi ,
La montagne a mis ses plus beaux habits ;
Je ne vois que toi.

La musique a envahi tout l’espace ;
Je n’entend que toi,
Quelques enfants chantent, c’est un faste ;
Je n’entends que toi.

La paix est revenue à l’horizon ;
Je ne connaîtrai que ma passion,
Je ne connaîtrai que toi à l’horizon,
Avec toi, le mot guerre est une malfaçon..

La guerre nous a donné une chance ;
Je serais toujours ta providence,
La paix nous a donné une autre chance ;
Je vivrai avec toi, ma providence

Si Dieu le veut

Louisa

Les abeilles ont rendez-vous avec
les trèfles en fleur ;

   Là-bas

Là où tu regardais, les trèfles en fleur ont poussé ;
L’herbe trop haute, a caché des lézards
Et ma maison n’est plus qu’un dortoir
Là où vivent maintenant des fleurs sucrées.

 Les abeilles ont rendez-vous avec les trèfles en fleur ;
Je vais où ces insectes iront, sans aucune peur,
Là où tu regardais, là il y a une abeille sur une fleur ;
La pluie, jamais ne la consolera, ni aucun coeur.

Louisa

LE PRINTEMPS EN TOUTE SAISON

Ne monte pas le son, tes mots sont si beaux !!!
Inutile de parler, seules tes pensées suffisent ;
Tu dis que là-bas, l’automne est encore beau
Tu dis que l’hiver et les frimas ne sont que des frises.

Bientôt reviendront le printemps et ses fleurs
Nous entendrons à nouveau le poète et ses pleurs ;
Pourquoi se dépêcher de le ramener, laisse faire
Ton sourire me suffit, en attendant, laisse faire.

Louisa –

TABLEAU JEP PAPY POUR LOUISA ET LA CHOUETTE CLIQUEZ IL EST GEANT

       MON AMOUR

Toute mon âme, respire, soupire, elle pense à vous ;
Pas seulement aux marginaux, assis sous la pluie ;
Par seulement aux gueux d’ailleurs et chez nous ;
Je pense à vous, les enfants d’ici et de partout.

Je sais que des enfants ne mangent pas, « rêvent »
Rêvent d’une datte, d’un fruit, du lait de chèvre ;
D’autres ramassent les grains de riz, tombés ;
Pendant que le soleil continue de briller.

Quand je déguste une mangue et des Kakis
Des enfants rêvent de fruits poussant dans leur pays ;
Quand pendant des fêtes, je nourris le Boudda
Je me dis que vous mangerez bien ce plat.

Quand je voyage en mangeant , vous venez ici …
Le soir , souvent, je me dis qu’il ne faut rien jeter
Ni un fruit, ni leur pelure , encore moins leur parfum ;
Mon sourire pendant ce temps là, s’est mis à briller.

Et tout ce que le modernisme apporte aux européens
Et que fabriquent tant de mères et leurs enfants ;
L’amour circule, avec la musique et les poèmes ;
Pendant le soleil brille dans ces pays pourtant.

Louisa

 

 Les légendes ne prennent pas seulement naissance dans les temps anciens.

Depuis les années 1980, il en est une qui persiste. Selon la rumeur, posséder un tableau du Garçon qui pleure, c’est s’exposer à voir sa maison partir en fumée dans un immense incendie.
CLIQUEZ CE MALHEUREUX GARÇON ET DÉCOUVREZ LA SUITE

MERCI LOUISA
Je ne vais pas mourir idiot…
je croyais qu’il s’agissait d’un oiseau…

Un ocarina est un instrument de musique à vent ovoïde, ressemblant à une tête d’oie ; d’où son nom : en italien, oca signifie « oie », et ocarina, « petite oie ». –       Écoutez ça
  Tant qu’il aura un ocarina

Tant que l’ocarina chantera, fleuriront les orchidées ;
Tant qu’elle accompagnera les herbes folles
Elles jailliront comme une source, du sol
Tant qu’un ocarina chantera au blé.

Les oiseaux se rassembleront pour écouter
Les enfant s’endormiront sans être bercés ;
Que la pluie danse ou au loin, ses gouttes,diffusent
Il y aura toujours une flûte qui , doucement, s’amuse.

Louisa

Quand

Quand on t’enlèvera, la-bas, pour une éternité ;
Tes souvenirs les plus beaux se souviendront-ils
Du trèfle, des fleurs d’acacia, et du mimosa ?
Tu me chuchoteras à l’oreille de mon oreille ?

Gratteras-tu un coussin avec tes pattes
Pour qu’on t’ouvre la porte du jardin ?
Les chats seront-ils aussi beaux et coquins ?
Tout n’est qu’interrogation pour mon petit lévrier.

Avec ton regard neuf, tu seras, je crois, ému,
De voir des copains, des chiens que j’ai connus ;
La maîtresse céleste t’adorera, autant que moi ;
Et surtout ce sera un bon climat pour toi.

Dans les sentiers, tu grappilleras, humeras des fleurs ;
Tout comme autrefois, une coccinelle t’embêtera
Et en voulant la croquer, tu la rateras,
Ici, on ne t’auras pas effacé des fleurs.

Louisa –


 Je voudrais tant que tu sois là
  Je voudrais tant que tu sois là
Pour te dire ma solitude
Pour te dire ma lassitude
De te savoir si loin de moi

LA COULEUR DE L’AZUR

L’azur du ciel, qu’il soit d’ici ou d’ailleurs
C’est une couleur qui nous parle ;
On fait des projets quand elle couvre les arbres ;
Elle nous nourrit sans aucun tralala .

Le ciel, nous offre des couleurs dans nos yeux
Des saisons dans nos coeurs et aussi Dieu
C’est pourquoi , je lui rends grâce ;
J’admire cette couleur, ses nuances, son faste.

Je rêve à elle, quand l’automne arrive ;
Je rêve tout éveillée, j’en suis ivre ;
A chacun de ses pas, j’y trouve un bonheur ;
A chacun de ses gris, noirs, point de malheur.

Louisa


BLEU BLEU BLEU LE CIEL DE PROVENCE

Devant ma porte

L’automne a bien fait son retour;
La tramontane m’apporte des messages ;
De la note de l’épicier, à quelques sous ;
Parfois une fleur séchée du bougainvillier;

Si je veux je peux les balayer;
Mais c’est sympa de voir les messages ;
Peut être que l’automne offre le passage
D’un petit pas, et des plus grands pas.

Devant ma porte fermée, les empreintes
Se parlent, se communiquent sous le soleil;
La rue en pente récoltera un jour
Un trèfle à quatre feuille.

Louisa –

Tableau du 31 10 21 de jep papy pour LOUISA et la Chouette

Une rose
A peine éclose et jolie comme une rose,
Elle a préféré s’exiler, pas pour un ami ;
A peine éclose, elle a offert toute sa vie
En cueillant une fleur, j’ai pensé à cette rose.

Abandonnés le foyer et les mondanités
Elle s’est vêtu d’un sari aux trois rubans bleus
Et de son sourire pour parcourir la pauvreté;
La couleur bleue c’était sa couleur des cieux.

Quel bonheur que votre parcours :
Tenir un enfant dans vos bras qui sourit,
Soigner un lépreux ou réconforter un petit,
Vous confère le sourire de l’amour.

Le temps d’un ange , d’un ange-gardien
Vous a permis de cajoler la terre entière;
En partant de rien, juste avec un sari indien
Fermez vous, de temps en temps les paupières ?

Des joyaux aussi beaux que les yeux d’un bébé,
Quand, arrive l’automne arrive avec sa misère ;
Repassez vous ces photos, Mère, pour avancer
Juste pour ne pas flancher, juste avec une prière.

Louisa
Pour Mère Térésa

Bientôt une nouvelle année

Puisqu une jolie année va encore se terminer ;
Les pas dans le sable vont avec le vent, s’effacer ;
La pluie les diluer comme une jolie aquarelle
Qu’il ne restera qu’une belle empreinte virtuelle.

Ta voix, tes cheveux naturellement défaits
Surtout ton sourire qu’on devine
Complète cette nonchalance divine
Que seule, une fée, peut interpréter.

Effacer tout cela, ce serait un crime;
Transcender cela ce serait un beau rêve
Un luxe qu’on ne peut s’offrir sans être victime ;
La vision d’un autre monde, d’un beau rêve.

Le soleil de cet été a dû colorer tes étés
Décolorer la mèche qui tombe élégamment
Pour que la moindre brise lisse savamment
Que la moindre brise, seule, lisse avec doigté.

Le vent a dû voler ta voix et ton sourire
Même tes pensées se sont envolées
Que me restera-t-il que mes pauvres pensées ?
De toi, toujours un beau souvenir.

Louisa

LA VOILA TA BELLE AQUARELLE MAMY LOUISA
PAS DE MOI DOMMAGE …  MAIS  UNE DU SITE
    http://lapalettedecouleurs.over-blog.com/

CHOU BLANC
retour sur la rubrique du même tabac
« La poésie, c’est le sourire du langage« 

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button