Archives par étiquette : chansons

Je me «balade» ou je me «ballade» ?

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un câble …. SUPER…..Vous faites aussi…. Alors à bientôt

EXPLIQUONS AUJOURD’HUI : 

« Allons faire une balade..
au rythme des ballades.
 »

La langue française ne manque pas d’homophones.
Ces mots dont la sonorité est similaire s’écrivent cependant différemment !

Nous allons examiner la différence entre « balade » et « ballade ».

Quelle est la différence entre « balade » et « ballade » ?

On écrit « balade » avec un seul « l » : une balade, selon la définition du dictionnaire, est « une flânerie, promenade sans but précis » ou bien « une sortie, excursion vers des lieux relativement proches ». Ce nom féminin est le dérivé du verbe « balader ».

« Balade » est synonyme de « promenade ». Ainsi, si vous pouvez remplacer par « promenade », écrivez « balade » avec un seul « l ».

Le mot « balader » qu’on trouve pour la première fois en 1422, a le sens de :
« chanter des ballades » (avec deux « l ») …
Mais il évolue.
Un lexique de 1628 découvre une autre signification dans le langage familier :
« Aller demander l’aumône [en chantant des ballades], mendier ».
De là, « balade » devient synonyme de promenade.

Un Baladin, on dit aussi un saltimbanque,
est un artiste du spectacle de rue (spectacle vivant).
Il fait toutes sortes de tours et joue de l’étonnement pour amuser le public dans les foires.
Les troupes d’artistes se produisaient de ville en ville sous l’Ancien Régime.
Les prestations étaient diverses, du montreur d’ours aux dramaturges itinérants qui allaient donner à la littérature française ses lettres de noblesse
(confer la vie de Molière)
Les Saltimbanques (ou L'enfant blessé) est un tableau peint par Gustave Doré en 1874. Il représente une famille de saltimbanques frappée par la tragédie : un enfant mortellement blessé à la tête est tenu dans les bras de sa mère, à la suite d'un accident lors d'un numéro de funambule. Son père, assis et légèrement en retrait, assiste à la scène avec une profonde désolation.

On écrit « ballade » avec deux « l » :
Une ballade, selon la définition du dictionnaire, est une« pièce vocale et instrumentale destinée à la danse » ou bien un « poème formé de strophes égales terminées par un refrain et d’un couplet final plus court appelé envoi ».

Un débat existe sur l’origine de ce mot. Certains affirment qu’il vient de « barade », désignant une « chanson à danser, un petit poème chanté ».
On estime que le terme vient du bas-latin ballare, c’est-à-dire « danser ».
Au XIIème siècle, le verbe « baller » existe et sera progressivement remplacé au XVIIème siècle par « danser ».

Les romantiques français popularisent le genre littéraire de la ballade et notamment les Odes et Ballades de Victor Hugo publiées en 1831.
À sa suite, Alfred de Musset avec sa Ballade à la lune, Gérard de Nerval et ses Chansons et Légendes du Valois (1854) ou plus tard Guillaume Apollinaire avec La Loreley dans Alcools en 1913 continueront la tradition littéraire de la ballade.

 Une astuce est de se dire qu’avec deux ailes (deux « l »),
la musique vous transportera dans les airs

Alors qu’une promenade vous laisse les pieds sur terre !
  Quelques exemples d’usage du mot « ballade »

On voit accourir de savants artistes avec des sonates merveilleuses, de vagabonds troubadours qui ne savent chanter que des petites ballades à refrain, des pèlerins qui répètent mille et mille fois les couplets de leurs longs cantiques.Chateaubriand, Génie du Christianisme.

Et pour finir sur une note un peu plus légère, voici une chanson de Gilbert Bécaud, « La ballade des baladins » :

Gilbert Bécaud – La ballade des baladins – Paroles (Lyrics)

<

Gerard Lenorman & Collectif – La ballade des gens heureux (vivement dimanche )

Notre vieille Terre est une étoile
Où toi aussi et tu brilles un peu
Je viens te chanter la ballade
La ballade des gens heureux
Je viens te chanter la ballade
La ballade des gens heureux
Toi qui a planté un arbre
Dans ton petit jardin de banlieue
Je viens te chanter le ballade
La ballade des gens heureux
Je viens te chanter la ballade
La ballade des gens heureux

La proximité des homophones peut facilement nous jouer des tours. J’espère que vous ne ferez plus l’erreur de confondre « balade » avec « ballade » qui ont des significations bien différentes !

SOURCES :
https://www.lalanguefrancaise.com/orthographe/balade-ou-ballade


POTACHE

Fin des érections …. Señor que calor

elle est bien bonnelogo firmin coquin.

.

Le vendredi jour de l’humour… vous retrouverez Firmin Coquin qui rapporte l’humour de la semaine et les blagues des contributeurs ….
C’EST PLUS QU’UN RENDEZ VOUS
….
AH … j’oubliais son petit fils vient parfois mettre son grain de sel… Idiodé et pas toujours fin…

A VOTÉ    

SENOR QUE CALOR

 

grain de sel– Eh PAPY.. J’en ai vu des choses dans le  jardin de Tonton Emile….
t’es d’accord pour la suite Papy …

– Si vous aimez les blagues un peu salée alors je vais rajouter mon grain de sel….

 

Le pote âgé… C’est mortel…!

Deux petites vieilles se croisent dans la rue principale du village.

– Comment vas-tu Marguerite ?

– Oh ! J’ai pas le moral…  Je viens de perdre mon mari !

– Ah bon ! Qu’est-ce qu’il s’ est passé ? 

 – Je l’ ai envoyé dans le jardin chercher des carottes et des poireaux pour faire la soupe. Il a été pris d’ un malaise. J’ ai appelé les pompiers.
Quand ils sont arrivés, il était mort d’ une crise cardiaque…

– Qu’ est-ce que tu as fait alors ?

– Des nouilles !

LE FERMIER :

Ce fermier  reçoit la visite inopinée d’un contrôleur des contributions, car il apparaîtrait qu’il ne paie pas son personnel correctement !

L’inspecteur :

 » J’aimerais voir la liste de vos salariés ainsi que leur fiche de paye » !!!
Le fermier :

 – D’abord il y a le garçon de ferme : je le paie 400 euros par semaine + le logement et le couvert’.

– Ensuite il y a la cuisinière : je lui donne 300 euros par semaine +  logement et couvert’.

– Finalement il y a « Simplet » : il travaille 18 heures par jour et accomplit 80% de tous les travaux de la ferme. Je lui donne 10 euros par semaine, mais il paie sa nourriture et son logement. Le Samedi soir je lui achète une bouteille de whisky et a l’occasion il dort avec ma femme !

L’inspecteur :
‘C’est ça ! C’est lui que je veux voir !

Le fermier :
 « Rien de plus facile, il est en face de vous ! C’est moi !

PAS CON…!
Un gendarme en moto arrête un gars pour…
excès de vitesse manifeste
.

Le gendarme : «  Monsieur, pourrais-je voir votre permis de conduire, s’il vous plait ?  »
Le conducteur : –  » Je n’en ai plus. On me l’a retiré il y a des mois après 5 infractions graves.
– Puis-je voir les papiers du véhicule ?
– Je ne sais pas. Ce n’est pas ma voiture, je l’ai volée
– Le véhicule est volé ?
– C’est exact. Mais maintenant que j’y pense, j’ai cru voir des papiers dans la boite à gants,
quand j’y ai rangé mon revolver
– Il y a un revolver dans la boite à gants ?
– Oui, Monsieur. C’est là que je l’ai mis quand j’ai tué cette femme et pris sa voiture
– Vous… vous avez tué la propriétaire de cette voiture ?
– Oui, Monsieur. Le cadavre est d’ailleurs encore dans le coffre
– Le… le cadavre est dans… le coffre !?
– Oui, Monsieur « 

Le gendarme recule de deux pas, empoigne sa radio et appelle des secours, qui arrivent vite fait, encerclant la voiture. Un officier s’approche du conducteur.

 » Puis-je voir vos papiers, Monsieur ?
– Voici. « 
Les papiers sont en ordre.
L’officier :  » Puis-je voir les papiers du véhicule ? « 
Le conducteur ouvre la boite à gants, les 10 tireurs d’élite entourant la voiture, épaulent.
Le conducteur sort les papiers. Il est bien le propriétaire de la voiture.
L’officier, jetant un œil dans la boite :
«  Vous n’avez pas d’arme ?
– Non, Monsieur
– Voulez-vous sortir de votre voiture, sans mouvement brusque, et ouvrir votre coffre ? « 
Le conducteur sort. Ouvre le coffre. Qui est vide, évidemment.
L’officier :
 » Je ne comprends pas, Monsieur, il m’a été rapporté que vous conduisiez, sans papiers, cette voiture volée après avoir tué sa propriétaire au moyen d’une arme cachée dans la boite à gants, et dont le corps se trouvait dans le coffre…
– Et je suppose que le type qui vous a raconté cela vous a dit aussi que je roulais trop vite… « 


retour sur la rubrique du même tabac PEPEREFIRMIN COQUIN
                               RETRO C’EST DU MÊME TABAC

 

La métaphore orientale de la calèche

Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE
de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau:

La métaphore orientale de la calèche

Conscient et Inconscient
  Le voyage de notre vie


Dans cette métaphore orientale de la calèche, l’existence se présente comme un voyage.
Pour qu’il soit réussi, les 4 plans de l’être doivent être respectés :
corps / mental / émotionnel / spirituel.

 

Cette métaphore est tirée du livre de Michel Odoul sur la psycho-énergétique intitulé
« Dis-moi où tu as mal, je te dirais pourquoi » – Les cris du corps sont des messages de l’âme.

Selon lui le symptôme et le mal-être n’est pas le fruit du hasard ou de la fatalité, mais un indicateur de la nécessité de changement. « Pour la médecine orientale, la maladie témoigne d’un obstacle à la réalisation du Chemin de Pie. La conscience exprime ainsi par des troubles énergétiques générateurs de maladie les entraves à son plein épanouissement […] »

La santé personnelle est une des choses sur lesquelles nous avons un véritable pouvoir et dont nous pouvons avoir l’intention légitime de posséder.

Quelle symbolique…?

Tout d’abord, la calèche avec ses roues et son habitacle constitue notre corps physique.

Cette Calèche est tirée par deux chevaux, un blanc (Yang) qui est à gauche et un noir (Yin) qui est à droite.

Ces chevaux symbolisent les émotions, ce qui nous montre à quel point ce sont elles qui nous tirent, ou nous mènent dans la vie
Ils sont l’énergie qui nous permet d’aller de l’avant.

Cette Calèche est conduite par un Cocher qui représente notre mental, notre Conscient. C’est la partie consciente, la raison qui gouverne nos pulsions.

Elle possède quatre roues, deux devant (les bras), qui impliquent la direction donnée par le Cocher aux chevaux, et deux derrière (les jambes) qui portent et transportent la charge (d’ailleurs toujours plus grosses que celles de l’avant).

A l’intérieur de la Calèche il y a un passager que l’on ne voit pas. Il s’agit de notre Inconscient. Ce passager est notre nature profonde, notre moi intime, notre voix intérieure ou même notre âme.

Ainsi, cet attelage avance sur des routes et dans des conditions climatiques qui représentent notre chemin de vie. Il est une sorte de fil conducteur que tout individu suit au cours de sa vie.

Notre Calèche personnelle avance donc sur le chemin de la vie, dirigée en apparence par le Cocher. En apparence, car si c’est bien lui qui la conduit (la conscience), c’est en fait le passager (l’Inconscient) qui a donné la destination.

Le Cocher, qui est notre mental conscient, conduit donc la Calèche. De la qualité de sa vigilance, de sa conduite (ferme mais en douceur) va dépendre la qualité et le confort du voyage (existence).

 

S’il brutalise les chevaux (émotions) et les brime, ceux-ci vont s’énerver ou s’emballer à un moment donné et risquer de conduire la Calèche à l’accident, de la même manière que nos émotions nous conduisent parfois à des actes irraisonnables voire dangereux.

 

Choucaline a fait une synthèse détaillée et illustrée à partir des deux sites abordant cette question .
Cliquez

le voyage de la vie avec ma calèche


Conclusion

La métaphore de la calèche permet de porter un
regard imagé sur le processus de fonctionnement de l’être humain, parce qu’elle présente l’existence comme un voyage.

Pour qu’il soit réussi, il est nécessaire de respecter les 4 plans de l’être :

  • Premièrement, si la calèche (corps physique) est en mauvais état, comment pouvons-nous avancer sur notre chemin ?

         Par conséquent, il s’agit d’entretenir notre corps et de le respecter.

  • Deuxièmement, sans l’élan des chevaux (émotions), aurions-nous la force d’avancer ?

         S’il   est   nécessaire   de  nourrir  positivement  nos  choix  et  de  maintenir notre cap, nous  devons  également  apprendre à maîtriser nos émotions.

  • Troisièmement, si le cocher (mental) ne dirige plus et  ne maitrise pas ses chevaux, ou encore s’il ne prend pas soin d’écouter ses chevaux, que se passe-t-il ?

         Ce dernier risque de se couper de ses émotions. Or, elles sont un élan moteur de notre vie.

    • Et enfin, si le voyageur (voix intérieure) est mis de côté, comment pensons-nous trouver le sens profond de notre vie ?

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINE
Lire mon dernier article  cliquez pour accéder - Oh mon Dieu il gèle en enfer

EL MAESTRO SENOR PACO DE LUCIA

LA PARTITION DE MA2 l'instrument du maitre durant l'entracte     
La Partition de MA2
De Choubert à Choumann en passant par Choupin
MUSIQUE A DEUX

Aujourd’hui c’est  la passion guitare…

La musique passion… de Paco de Lucia c’est la musique qui a une âme …
c’est des mains et un esprit qui s’animent au point de faire corps avec la guitare..!!!

 » Paco de Lucia légende du flamneco » … ce documentaire est sorti au cinéma  le 28 oct 2015. C’est un dernier hommage rendu au génie andalou disparu en 2014, il a été réalisé par son fils qui retrace l’incroyable destin d’un guitariste et compositeur hors-norme, qui a fait du flamenco une musique universelle.
Paco de Lucía a croisé sur son chemin les plus grands, de Sabicas à Carlos Santana en passant par le ‘cantaor’ Camarón de la Isla. Avec les témoignages exceptionnels de Chick Corea, John McLaughin, Jorge Pardo ou encore Rubén Blades.

Devoir de mémoire

Curro Sanchez Varela est le réalisateur du documentaire mais aussi et surtout le fils de Paco de Lucía. Le tournage a commencé avant sa mort, alors que le musicien « était encore vivant, plein d’énergie et de projets », selon les dires du documentariste. Celui-ci a logiquement modifié la structure du projet après sa mort mais a tenu à conserver ce qu’il considère comme des caractéristiques humaines propres à son père : « le charisme, sa proximité naturelle avec les gens, l’honnêteté et cette sagesse qu’il invoquait dans chacune de ses interventions. »

logo musicaamigos1Père et fils

Les interviews avec Paco de Lucía se déroulèrent de 2010 jusqu’à sa mort le 25 février 2014. Durant ces moments d’intimité filmés, le guitariste revient sur son enfance en Andalousie et sa pratique extrême de la guitare, entre dix à douze heures par jour dès l’âge de cinq ans (la légende dit même que le paternel accrochait une des deux jambes du jeune Paco afin de l’empêcher de s’enfuir de la maison).
Une pratique qui lui sera bien utile lorsque, aidé de ses deux grands frères Ramon et José, il rapporta au travers de son art de l’argent à ses parents, alors en difficulté financière.

Concierto de Aranjuez – Adagio. Composición para guitarra y orquesta del compositor español Joaquín Rodrigo.

logo flamencoMére et fils

Paco de Lucía a participé à sa première tournée (en qualité de musicien accompagnateur) à l’âge précoce de 14 ans. Cet exploit ne fut pas étranger à la passion entretenue par ses parents pour la musique. Le père, Antonio Sanchez Pecino, fut lui-même guitariste alors que sa mère, Luzia Gomes Gonçalves, travailla comme danseuse de flamenco. C’est d’ailleurs en son hommage que Paco et son frère Pepe prirent comme noms d’emprunts celui de leur mère, Lucia.

Savoir écouter sans savoir lire

Secret de tournage sur Paco de Lucía, légende du flamenco

S’il a joué avec les plus grands orchestres et certaines des plus grandes voix (Placido Domingo, entre autres), Paco de Lucía n’a jamais appris le solfège et… n’en a jamais eu besoin, profitant d’une excellente mémoire et d’une oreille exceptionnelle.

Paco de Lucía composa également la musique de nombreux films, dont celle de The Hit de Stephen Frears. En 1995, il joua sur la chanson à succès « Have You Ever Really Loved a Woman ? »  extrait de la bande originale du film américain Don Juan DeMarco.

Le film  de son fils « Paco de Lucía, légende du flamenco » a été auréolé d’un Goya (l’équivalent des Oscars argentins) du meilleur documentaire.

ET ON A MÊME PENSÉ A CELLE QUI ASSURE EN CUISINE …
DÉMARREZ LA RADIO ET C’EST TOUT…!  SI VOUS TAPEZ DES PIEDS ….!
PAS DE PANIQUE, C’EST NORMAL…. CONTINUEZ A TOUILLER…! Durant 1h45

Radio guitare

SI VOUS AIMEZ LE LATINO CLIQUEZ VITE…...                                      

POUR DÉCOUVRIR LA GUITARE A PLUSIEURS MAINS 

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deuxM A 2 Ma musique à deux
Mise en page et sonorisation réalisée
avec la complicité de CHOU BLANC