Archives par étiquette : animaux

Regard de loup et appétit de cochon

Logo allez mamy raconte étéALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!

Tous les mercredi hiver comme été dans la Chouette, ma Mamy se transforme en conteuse de bord de mer….ou d’Arrière pays….
Ben avec elle..! On a de quoi se distraire….!

AUJOURD’HUI ELLE SE PENCHE SUR LES COMPORTEMENTS DES LOUPS ET DES COCHONS


– Mes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, se plaisait à me parler d’histoires qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à découvrir le monde ..


– Elle fut la première à m’apprendre à découvrir le monde animal


– ALLEZ.. ACTION Mamy..!

Dis nous… Dis nous quels animaux …?


– BEN…. on va parler du regard du loup et des méchants comportements des truies et des cochons

logo mamy turlututu smallLE REGARD DU LOUP
Les Anciens croyaient que lorsqu’un loup jetait les yeux sur un homme avant que celui-ci eût aperçu l’animal, l’homme perdait la voix.  Pline donne …..

– C’EST QUI LUI ..????
– je vais encore être paumé dans ce coup là

Pline l’Ancien  23 apr. J.-C. et mort en 79,  est un écrivain et naturaliste romain du Ier siècle, auteur d’une monumentale encyclopédie intitulée Histoire naturelle (vers 77).

Pline donne cette opinion comme reçue communément en Italie.
« En Italie, dit-il, le regard des loups, à ce que l’on croit, est dangereux ; il enlève la voix à l’homme qui est vu le premier. »

Virgile….

J’ai rien demandé mais je veux bien être présenté…

Virgile (octobre 70 av. J.-C. , et mort septembre 19 av. J.-C.), est un poète latin contemporain de la fin de la République romaine et du début du règne de l’empereur Auguste.

Virgile fait allusion à cette croyance dans un de ses recueils  de poèmes  :
« La voix échappe à Moeris : les loups ont aperçu Moeris les premiers. »

C’est de là aussi qu’est dérivé le proverbe Lupus in fabula (le loup dans la conversation), qui s’est conservé parmi nous, et qui s’applique lorsque, la personne dont on parlait survenant, il se fait silence tout à coup.
Cette propriété malfaisante du loup, comme il a été facile de s’en assurer bien des fois, ne lui est nullement inhérente, et dépend simplement de la peur, de la frayeur ordinaire éprouvée par celui qui, à l’improviste, se voit fixé par un animal de cette espèce.

 
– ALLEZ.. mon petit JONAS n’aies plus peur

t as eu chaud et peur d’être muet de terreur

Parlons pour vaincre nos peurs d’enfants du comportement des cochons qui, au moyen âge, vivaient parmi les hommes et ne savaient pas ce que c’était ces bébés jouant dans la paille de la grange à leur coté….

Au Moyen Age, les porcs et les truies couraient en liberté dans les rues des villages, et il arrivait souvent qu’ils dévoraient des enfants ; alors on procédait directement contre ces animaux par voie criminelle.
Voici quelle était la marche que suivait la procédure :
On incarcérait l’animal, le cochon ou la truie, c’est-à-dire le délinquant, dans la prison du siège de la justice criminelle où devait être instruit le procès.
!!

Le procureur , c’est-à-dire l’officier qui exerçait les fonctions du ministère public auprès de la justice seigneuriale, requérait la mise en accusation du coupable.

– AH OOUUUAAAAIIIISSS comme dans les séries policieres américaines de NETFLIC…!

Après l’audition des témoins et vu leurs dépositions affirmatives concernant le fait imputé à l’accusé, le promoteur faisait ses réquisitions, sur lesquelles le juge du lieu rendait une sentence déclarant l’animal coupable d’homicide, et le condamnait définitivement à être étranglé et pendu par les deux pieds de derrière à un chêne suivant la coutume du pays.
Le cochon. Illustration de Jacques de Sève extraite de Histoire générale des animaux, des végétaux et des minéraux qui se trouvent dans le royaume. Partie 1 : les quadrupèdes de la France, par Pierre-Joseph Buchoz (1776)

Le cochon. Illustration de Jacques de Sève extraite de Histoire générale des animaux,
des végétaux et des minéraux qui se trouvent dans le royaume.
Partie 1 : les quadrupèdes de la France, par Pierre-Joseph Buchoz (1776)

Du treizième au seizième siècle, les fastes de la jurisprudence et de l’histoire fournissent de nombreux exemples sur l’usage de cette procédure suivie contre des pourceaux et des truies qui avaient dévoré des enfants, et qui, pour ce fait, étaient condamnés à être pendus.

– Quel appétit… Poils au zizi..!!!!

logo du livre sonore dans cette page

SOURCES :
https://www.france-pittoresque.com

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

https://amzn.to/3y9sTBh

Share Button

Mamy raconte : Le Bâton tape

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de fumée, la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire… ça y est.. vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !
– Alors.. ACTION Mamy..! Raconte nous une légende pour petits et grands…!!

Le bâton tape

jonas– HEIN MAMY QU’ELLE EST POUR LES PETITS COMME MOI….
– OUI MON PETIT

 

Logo mamy raconte DIl était une fois une famille pauvre qui comptait trois fils :    Pierre, Jacques et Jean.
Un jour, Pierre, l’aîné, dit :

« Je vais aller chercher du travail ; je reviendrai quand je serai riche. »
Il partit sur la grand-route et marcha, marcha. Un soir, n’ayant plus qu’un croûton de pain à se mettre sous la dent, il rencontra une vieille qui lui demanda :
« Voulez-vous m’indiquer le chemin pour aller à Châteauguay ? »
Pierre la renseigna, puis elle dit :
« Avez-vous quelque chose à donner à une vieille pauvresse ? » Pierre lui donna son croûton de pain. La vieille l’accepta et lui dit :
« Je suis une fée. Pour te remercier de ta gentillesse, voici une nappe blanche. Tu n’auras qu’à dire : « Nappe, mets la table ! », et aussitôt des mets de toutes sortes s’y déposeront tout seuls.
— Oh, merci, merci ! » fit Pierre, s’empressant de reprendre la route en direction de chez ses parents. Il marcha, marcha d’un bon pas, mais la nuit arriva. Il était fatigué, alors il s’arrêta dans une auberge. Avant de dormir, comme il avait faim, il sortit sa nappe et commanda :
« Nappe, mets la table ! » Aussitôt la nappe se déplia sous ses yeux et se couvrit de mets succulents et de fruits appétissants. Mais l’aubergiste avait vu le manège et, dans la nuit, il vola la nappe qu’il remplaça par une autre identique.
Le lendemain matin, Pierre quitta l’auberge et fila vers sa maison.

« Voyez, s’empressa-t-il de dire à ses parents, je rapporte une nappe merveilleuse qui se couvre de mets et de fruits délicieux. Vous allez voir ! »
Il sortit la nappe blanche de son sac et lança :
« Nappe, mets la table ! » Mais la nappe resta pliée et rien n’apparut. Alors Pierre la saisit, la déplia, l’examina et constata que ce n’était pas la sienne.
« Ce doit être l’aubergiste qui me l’a volée ! »
s’écria-t-il, tout penaud.

Logo mamy raconte DAlors, l’un de ses frères, Jacques, annonça tout à coup :
« Moi aussi, je pars chercher du travail. Et je retrouverai bien la nappe de Pierre. »

À son tour, il marcha, marcha. Il arriva un bon matin au bord d’une rivière sans beaucoup d’eau où était assise une vieille femme toute courbée par l’âge. Le voyant approcher, elle l’interpella :
« Voulez-vous m’aider à traverser la rivière ? » Jacques y consentit sans hésiter. Arrivée sur l’autre rive, la vieille lui dit :
« Je suis une fée. Pour te récompenser de m’avoir secourue, je te donne cette poule. » Et elle sortit une poule de sous son manteau, ajoutant :
« Dis : « Poule, ponds-moi de l’or ! » et elle pondra de l’or. »

Enchanté, Jacques remercia la vieille et s’empressa de rentrer chez ses parents. Il marcha longtemps et finit par s’arrêter pour dormir à l’auberge où son frère Pierre avait fait halte. Il monta à sa chambre et dit à sa poule :
« Poule, ponds-moi de l’or ! » Et la poule pondit trois œufs d’or. Pour payer sa dépense, il en donna un à l’aubergiste qui eut des doutes sur sa provenance. Durant la nuit, ce dernier alla dans la chambre où dormait son client, vit la poule et la vola. Il la remplaça par une autre en tout point semblable.

Le lendemain, Jacques arriva à la maison tout joyeux en disant :
« Voyez ma jolie poule ; elle pond de l’or ! Regardez bien ! » Il posa sa poule sur la table et dit :
« Poule, ponds-moi de l’or ! » Tout ce que fit la poule ce fut de branler la tête et de chanter :
«Caque-caque-canette. » Jacques était bien peiné. Il s’écria :
« Ah, c’est le vilain aubergiste qui m’a volé ma poule ! »

Logo mamy raconte DAlors, Jean, le plus jeune des trois frères, dit :
« C’est à mon tour de tenter ma chance. Je pars chercher fortune. »

Comme ses frères avant lui, il marcha, marcha sur le chemin. Puis, à la tombée du jour, il arriva à l’orée d’un grand bois où se tenait une vieille femme, qui lui dit :
« Mon cher petit, voulez-vous m’aider à traverser ce bois ? Il fait bien noir, et j’ai peur des voleurs.
— Volontiers », dit Jean.
Il prit alors la main de la vieille et la conduisit de l’autre côté du bois. Arrivée là, la vieille se redressa et déclara :
« Je suis une fée. Pour te récompenser de ta gentillesse, je te fais cadeau de ce bâton. Tu n’auras qu’à dire : « Bâton, tape ! », et aussitôt il se mettra à taper sur qui tu voudras. »
Jean était enchanté. Il remercia la fée et se dirigea bien vite vers la maison où l’attendaient ses frères et ses parents. Mais la nuit tomba, et Jean était fatigué. Il s’arrêta dormir à l’auberge, la même où ses frères avaient fait halte.
Après une bonne nuit de repos, il demanda à l’aubergiste :
« C’est vous qui avez volé la nappe de mon frère, la nappe qui met la table ?
— Jamais de la vie ! répliqua l’aubergiste. Je n’ai rien volé du tout !
— Vous allez me la rendre ou je vous fais cogner par mon bâton, dit Jean.
— Je n’ai rien à vous rendre, protesta le bonhomme.
— Soit ! fit Jean. Alors, bâton, tape ! »
Aussitôt le bâton s’abattit sur les épaules de l’aubergiste. Bang ! Bing ! Pan, pan !
L’aubergiste se sauva en se lamentant et en criant :
« Arrêtez ! Arrêtez votre bâton ! »
Pas tant que vous ne m’aurez pas rendu la nappe de mon frère », répondit Jean.
Le corps meurtri, l’aubergiste sortit enfin la nappe blanche du buffet et la donna à Jean qui arrêta son bâton. Puis, le jeune homme s’en alla sur le chemin. Mais, le soir même, le voici de retour demandant asile pour la nuit. Et le lendemain matin, il dit à l’aubergiste :
« Maintenant, rendez-moi la poule que vous avez volée à mon frère.
— Je n’ai pas volé de poule ! protesta l’aubergiste.
— Si vous ne me la rendez pas, je vous fais cogner par mon bâton.
— Non, non ! Je n’ai pas ta poule ! » hurla l’aubergiste en se sauvant, car il avait très peur des coups de bâton.
Jean lança : « Bâton, tape ! » Le bâton courut après le bonhomme, lui sauta sur le dos et lui tapa sur les épaules. Le bâton tapa. Bing ! Bang ! Pan, pan ! Le vilain aubergiste cria et se roula par terre, mais le bâton continuait de taper. Bing ! Bang ! Pan, pan ! N’en pouvant plus de douleur, l’aubergiste alla chercher la poule et la remit à Jean, qui arrêta son bâton et reprit la route.
En chemin, il rencontra trois voleurs qui lui dirent :
« Donne ta poule et tous tes biens, sinon nous te pendrons à la plus haute branche de cet arbre.
— Laissez-moi passer, dit Jean, ou je vous fais massacrer par les coups de mon bâton.
— Ha, ha ! dirent les voleurs, riant de ses menaces. Nous allons te pendre !
— Bâton, tape ! » cria alors Jean.
Et le bâton s’abattit comme la grêle sur les épaules des voleurs. Bing ! Bang ! Pan, pan ! Les voleurs épouvantés s’enfuirent, poursuivis par le bâton déchaîné. Bing ! Bang ! Pan, Pan ! Jean rappela son bâton et se remit en route. Il arriva chez ses parents et s’exclama joyeusement :

« J’ai tout rapporté : la nappe, la poule, et mon bâton qui cogne quand je le veux. Voici la nappe. « Nappe, mets la table ! » lança Pierre. Aussitôt la nappe s’étala et se couvrit de mets et de fruits appétissants. Jean sortit la poule de son sac, et Jacques dit :
« Poule, ponds-moi de l’or ! » Et la poule pondit trois œufs d’or.
Ce fut alors, dans la pauvre demeure, une soirée de réjouissances agrémentée d’un festin de roi.
Pierre, Jacques et Jean avaient vraiment fait fortune. Ils rendirent la vie douce à leurs parents, et tous les cinq vécurent heureux et contents jusqu’à la fin de leurs jours.

l'accés au poème sonore est à droite

SOURCE :
https://www.iletaitunehistoire.com/genres/contes-et-legendes/lire/biblidcon_052#histoire


logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est un autre épisode….

Share Button

Paraskevidékatriaphobie: C’est vendredi 13 vous avez peur


logo on se fend la poire« Bienheureux les fêlés,
car ils laisseront passer
la lumière ».
( Michel Audiard)

et le bon Dieu sera avec eux :

 


AU NOM DU PÈRE  …..
DU FILS….  ET DU SIMPLE D’ESPRIT


DANS LA RUBRIQUE HUMOUR …
ON TENTE DE SE RENOUVELER…

Mais c’est difficile de faire du neuf avec des vieux..!
C’est jean Toufélé qui se charge de vous fendre la tronche….

RÉALITÉ OU SUPERSTITION

D’après une étude approfondie de l’université du yorkshire portant sur 2536 cas analysés.
Passer sous une échelle serait moins dangereux que passer sous un camion

Vendredi 13: Il ne faut pas être superstitieux… ça porte malheur ! (Chat noir, marcher sous une échelle, voir une araignée, casser un miroir, croisez les doigts, tenir les pouces, dire merde,…)

Paraskevidékatriaphobie: avoir peur du vendredi 13

Paraskevidékatriaphilie: Aimer le vendredi 13, par exemple les joueurs de loto ou de tickets à gratter…


Quelqu’un sait il ce que les 7 nains mettent dans le café le matin pour aller en chantant travailler
PARCE QUE J’EN VEUX AUSSI

– Je trouve que la France fait un bruit bizarre …
Pas vous?

– Le mieux….
C’est de couper le gaz

 

Une affaire d’âne

Depuis que  je me suis mis en ménage

ma femme me ménage car dit elle
« Qui veut voyager loin ménage sa monture »

Comme elle se plaint aussi d’avoir un âne sur le dos

L’âne dans cette affaire.. Ben c’est toujours celui qui porte

Tout ça c’est bonnet blanc et blanc bonnet

Au fond c’est un affaire de bonnet d’âne

Où l’un des cancres qui voudra s’arrêter de porter

N’aura plus rien à faire que de prendre la porte

je conseille à aucun autre cancre de venir filer un coup de main

Car je redoute pour eux un coup de pied de l’âne

Moralité

Nous voyons bien que tout porte à croire
que les ânes les bonnets et les cancres
Ne ferrons jamais un  bon ménage à trois

Le taux limite d’alcoolémie pourrait revenir à son ancienne valeur
soit 0,8 au lieu de 0,5 mg/l.

Selon les statistiques provenant des sociétés d’assurances, depuis l’introduction du taux de 0,5 mg/l, le nombre d’accidents de la route a considérablement augmenté.
En effet, une étude de ces chiffres nous montre que les hommes, après une ou deux bières, donnent le volant… à leur femme… !!!

grain de sel

 

 

 

 

L’innocence des enfants …
C’est mignon !

1 – Nudité

Je conduisais avec mes trois jeunes enfants un soir d’été chaud
lorsqu’une femme dans une décapotable devant nous se lève et nous salue de la main
Elle était complètement nue !
Le plus jeune de 6 ans assis sur le siège arrière dit :
–  » Maman! La dame ne porte pas sa ceinture de sécurité !»

2- Vieillesse

Lorsque je travaillais pour une entreprise qui livre des repas dans un foyer pour personnes âgées, j’avais l’habitude d’emmener ma petite fille de 4 ans avec moi.
Les divers accessoires des vieillards, particulièrement les cannes, déambulateurs et fauteuils roulants l’intriguaient beaucoup.
Un jour, je la retrouve fascinée devant un verre contenant un dentier.
Comme je me préparais à une suite inévitable de questions, elle tourne simplement et chuchote :

  « La petite souris ne croira jamais ça ! »

LES DEUX BINETTES DU POTAGER…
NON LES DEVINETTES DU POTE AGÉ…!

Ma femme a fait un truc hier avec sa bouche que tous les hommes adorent….

je crois savoir quoi ..!

Réponse : "Elle l'a fermée."

Quand deux poissons s’engueulent qu’est ce qui se passe
Réponse : le thon monte

logo jean touféléJean Toufélé

Share Button

COMPTINE : Promenons nous dans les bois


La comptine
PROMENONS NOUS DANS  LES BOIS

avec Papy JANOT

 


Pendant la récréation, les enfants chantent

« Promenons-nous dans les bois » qui est une comptine célèbre qu’on chante souvent pour les jeux de cache-cache.
Avant de fuir le loup, les enfants chantent en ronde et apprennent le nom des vêtements pendant qu’il s’habille.

Paroles de la comptine :

  Refrain :
Promenons-nous dans les bois
Pendant que le loup n’y est pas
Si le loup y était
Il nous mangerait
Si le loup n’y est pas
Il nous mangera pasLoup y es-tu ?
Entends-tu ?
Que fais-tu ?
 Je mets ma chemise
 Refrain :
Promenons-nous dans les bois
Pendant que le loup n’y est pas
Si le loup y était
Il nous mangerait
Si le loup n’y est pas
Il nous mangera pasLoup y es-tu ?
Entends-tu ?
Que fais-tu ?
 – Je mets mes chaussettes
 Refrain :
Promenons-nous dans les bois
Pendant que le loup n’y est pas
Si le loup y était
Il nous mangerait
Si le loup n’y est pas
Il nous mangera pas
Et voilà ! 
– D’ailleurs, on peut rajouter autant d’éléments que l’on veut. 

Charmante et toute simple, cette comptine qui nous invite a nous promener dans les bois ….
Peut être que Papy pourrait quitter son Pote âgé et emmener ALICE et JULIETTE faire une promenade en forêt…
Trop tard PAPY JANOT a trouvé une astuce sur sa tablette et il les invite à le suivre en musique à travers bois et forêts…
Parmi la faune et la flore.

 

et je reviendrai me promener dans les bois


En forme de révision de la dernière comptine apprise….



PAPY JANOT

Share Button