Archives par étiquette : jean de la fontaine

FABLES: Le singe et le dauphin

BLOC NOTE LITTÉRAIRE
par Chou Blanc

«  Paroles d’hommes« 

Immortelles fables de Monsieur de La Fontaine

LE SINGE ET LE DAUPHIN

C’était chez les Grecs un usage
Que sur la mer tous voyageurs
Menaient avec eux en voyage
Singes et chiens de bateleurs.
Un navire en cet équipage
Non loin d’Athènes fit naufrage.
Sans les Dauphins tout eût péri.
Cet animal est fort ami
De notre espèce : en cette Histoire
Pline (1) le dit ; il le faut croire.
Il sauva donc tout ce qu’il put.

Même un Singe en cette occurence,
Profitant de la ressemblance,
Lui pensa devoir son salut :
Un Dauphin le prit pour un homme,
Et sur son dos le fit asseoir
Si gravement qu’on eût cru voir
Ce chanteur que tant on renomme.
Le Dauphin l’allait mettre à bord,
Quand, par hasard, il lui demande :
Êtes-vous d’Athènes la grande?
Oui, dit l’autre, on m’y connaît fort ;
S’il vous y survient quelque affaire,
Employez-moi; car mes parents
Y tiennent tous les premiers rangs :
Un mien cousin est Juge-Maire.

Le Dauphin dit : Bien grand merci :
Et le Pirée (2) a part aussi
À l’honneur de votre présence ?
Vous le voyez souvent, je pense?
Tous les jours : il est mon ami ;
C’est une vieille connaissance.
Notre Magot (3) prit, pour ce coup,
Le nom d’un port pour un nom d’homme.
De telles gens il est beaucoup,
Qui prendraient Vaugirard (4) pour Rome,
Et qui, caquetants au plus dru (5),
Parlent de tout et n’ont rien vu .

Le Dauphin rit, tourne la tête,
Et le Magot considéré,
Il s’aperçoit qu’il n’a tiré
Du fond des eaux rien qu’une bête.
Il l’y replonge, et va trouver
Quelque homme afin de le sauver.

JEAN DE LA FONTAINE
La source est Esope (même titre)

(1) Pline l’Ancien cite l’histoire d’Arion, poète, qui fut sauvé par un dauphin : il s’était jeté dans la mer pour échapper aux matelots qui voulaient le tuer
(2) port d’Athènes
(3)  Macaque de Barbarie , également appelé Magot ou Macaque
(4) A l’époque, Vaugirard était un village aux environs de Paris
(5) au plus vite


Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc

Share Button

FABLE: LE CHAT ET LA SOURIS – Jean de la Fontaine

Vos poèmes, vos poèmes préférés – Les livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

 

Illustration :
Le vieux chat et la jeune souris,
J.J. Grandville

LE VIEUX CHAT ET LA JEUNE SOURIS

Une jeune Souris, de peu d’expérience,
Crut fléchir un vieux Chat  implorant sa clémence,
Et payant de raisons le Raminagrobis :
Laissez-moi vivre : une Souris
De ma taille et de ma dépense
Est-elle à charge en ce logis?
Affamerais-je, à votre avis,
L’Hôte, l’Hôtesse, et tout leur monde ?
D’un grain de blé je me nourris ;
Une noix me rend toute ronde.
A présent je suis maigre ; attendez quelque temps
Réservez ce repas à Messieurs vos Enfants.
Ainsi parlait au Chat la souris attrapée.
L’autre lui dit : Tu t’es trompée :
Est-ce à moi que l’on tient de semblables discours ?
Tu gagnerais autant à parler à des sourds.
Chat et vieux pardonner ? cela n’arrive guères.
Selon ces lois descends là-bas (2),
Meurs, et va-t-en tout de ce pas,
Haranguer les sœurs Filandières (3) :
Mes Enfants trouveront assez d’autres repas. »
Il tint parole (4) ; et, pour ma fable,
Voici le sens moral qui peut y convenir :
La jeunesse se flatte (5), et croit tout obtenir ;
La vieillesse est impitoyable.

A  MONSEIGNEUR
LE DUC DE BOURGOGNE

qui avait demandé à M. de La Fontaine
une fable qui fût nommée

« Le Chat et la Souris »

Pour plaire au jeune Prince à qui la Renommée
Destine un temple en mes écrits,
Comment composerai-je une fable nommée
Le Chat et la Souris ?

Dois-je représenter dans ces vers une Belle
Qui douce en apparence, et toutefois cruelle,
Va se jouant des cœurs que ses charmes ont pris
Comme le Chat et la Souris ?

Prendrai-je pour sujet les jeux de la Fortune ?
Rien ne lui convient mieux, et c’est chose commune
Que de lui voir traiter ceux qu’on croit ses amis
Comme le Chat fait la Souris,

Introduirai-je un Roi qu’entre ses favoris
Elle respecte seul ; Roi qui fixe sa roue,
Qui n’est point empêché (1) d’un monde d’ennemis,
Et qui des plus puissants  quand il lui plaît  se joue
Comme le Chat et la Souris ?

Mais insensiblement, dans le tour que j’ai pris,
Mon dessein se rencontre ; et si je ne m’abuse
Je pourrais tout gâter par de plus longs récits.
Le jeune Prince alors se jouerait de ma Muse
Comme le Chat et la Souris.

LE CHOURISTE
CETTE FABLE AVAIT UN BUT :

Ces fables : Le Thésauriseur et le Singe, Les deux Chèvres, Le vieux chat et la jeune souris présentée ici,
sont des conseils au futur roi, destinés à son éducation.

Dans cette fable « Le vieux chat et la jeune souris » , les conseils au futur roi ne manquent pas….

OUPS
(1) embarrassé
(2) chez les morts
(3) les Parques, donc la Mort
(4) « avec un goût parfait, L.F. sait arrêter son conte
à temps, sur une pointe évocatrice qu’il n’est pas
nécessaire d’expliciter. « Il tint parole » suffit à faire
comprendre au lecteur que le vieux chat croque la souris »
(5) s’illusionne

Aidez-moi à trouver
mes marques
par  Michael Rohr

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

Ce livre donne des exemples clairs et de bons conseils pour aider les petits (de 0 à 3 ans et plus) à trouver leurs marques au sein de la famille et, plus tard, de la société. Depuis que je l’ai lu, ma fille participe aux repas familiaux et fait beaucoup moins de colères. Les exemples donnés sont clairs et bien commentés. On comprend mieux les erreurs à ne pas commettre et les petits trucs qui aident à rendre l’enfant heureux et sûr de lui. Un seul regret : ce livre est un peu court ! Il se lit tellement bien que l’on a trop vite fini de le dévorer ! Il ne reste plus alors qu’à mettre ses conseils en pratique !

SOURCE: SITE SUR LA FONTAINE


Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez
CHOU BLANC  retour sur la rubrique du même tabac

    RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button

FABLES : Le renard et la cigogne


Vos poèmes, vos poèmes préférés

– Les livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller….

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!
Enfin pensez à tous les choupinets et les choupinettes qui découvrent avec eux

LE RENARD ET LA CIGOGNE


Le renard et la cigogne (*)

Compère (1) le Renard se mit un jour en frais,
Et retint à dîner commère la Cigogne (2).
Le régal fut petit et sans beaucoup d’apprêts :
Le Galand, pour toute besogne (3)
Avait un brouet (4) clair (il vivait chichement).
Ce brouet fut par lui servi sur une assiette.
La Cigogne au long bec (5) n’en put attraper miette ;
Et le Drôle eut lapé le tout en un moment.

Pour se venger de cette tromperie,
À quelque temps de là, la Cigogne le prie.

« Volontiers, lui dit-il, car avec mes amis
Je ne fais point cérémonie. »
À l’heure dite, il courut au logis
De la Cigogne son hôtesse ;
Loua très fort sa politesse,
Trouva le dîner cuit à point.
Bon appétit surtout ; Renard n’en manquent point.
Il se réjouissait à l’odeur de la viande
Mise en menus morceaux, et qu’il croyait friande (6).

On servit, pour l’embarrasser

En un vase à long col, et d’étroite embouchure.
Le bec de la Cigogne y pouvait bien passer,
Mais le museau du Sire était d’autre mesure.
Il lui fallut à jeun retourner au logis,
Honteux comme un Renard qu’une Poule aurait pris,
Serrant la queue, et portant bas l’oreille.

Trompeurs, c’est pour vous que j’écris,
Attendez-vous à la pareille.

Jean de la Fontaine

 

(*) Sources : Fable ésopique recueillie par Plutarque (Symposiaques, I,1) . Deux versions latines en existaient
dans le recueil de compilation des textes antiques de Névelet paru au siècle de L.F. : l’une d’Ésope, l’autre de Phèdre. Une autre de Phèdre existait aussi dans l’édition Sacy.
.
(1) compère et commère : le parrain et la marraine, puis :
les amis
(2) le titre des éditions anciennes s’écrit « Le Renard et le Cicogne » (du latin cicogna), La Fontaine écrivait : « cicogne ».
(3) au XVIème, le mot est employé au sens très vague de chose
(4) « bouillon qu’on portait autrefois aux nouvelles mariées
le lendemain de leurs noces…, se dit aussi d’un méchant potage » (Furetière)
(5) nous verrons un peu plus tard « Le héron au long bec emmanché d’un long cou »
Santé animaux

 

De JIM PALIR

SOURCE: SITE SUR LA FONTAINE


Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez
CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Le loup et l’agneau du mercredi….

CHOUONS ET APPRENONS ENSEMBLE
par Chou fleur
C’est mercredi tous les jours pour cause de
Coronavirus

 C’est l’école des  parents qui commence pour  les choupinets et les choupinettes voilà de quoi jouer et s’instruire parfois….

La Chouette a décidé de les aider durant cette période de crise…

Aujourd’hui:

–  LE LOUP ET L’AGNEAU de Jean de la Fontaine

–  LE LOUP ET L’AGNEAU version Pierre Perret

–  PAPY SONG a dégotté 2 vidéos  du loup et l’agneau »

– PAPY SONG propose Radio p’tit loup

 

LA FABLE :   Le loup et l’agneau

Jean-Baptiste Oudry  (1686–1755) - Le loup et l'agneau

Jean-Baptiste Oudry (1686–1755) – Le loup et l’agneau

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
– Sire, répond l’Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d’Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
– Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
– Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ?
Reprit l’Agneau, je tette encor ma mère.
– Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
– Je n’en ai point. – C’est donc quelqu’un des tiens :
Car vous ne m’épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l’a dit : il faut que je me venge.
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l’emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Jean de la Fontaine

LE CHOURISTEEn moins de trente vers et sans un détail inutile, La Fontaine fait, dans le Loup et l’Agneau le récit d’une rencontre – dont l’issue ne laisse aucun doute – entre un loup affamé et un agneau naïf.
Mais ce récit prend une portée universelle, exemplaire : au delà de la violence des rapports de force dans le monde – ce qu’il est convenu d’appeler la loi naturelle, selon laquelle les loups mangent les agneaux -, La Fontaine décrit ici le comportement odieux de celui qui, non content d’exercer sa violence sur plus faible que lui, prétend la justifier par des arguments spécieux, inverse les rôles et se prétend victime pour pouvoir être bourreau.
Oubliée la loi naturelle… nous sommes ici dans l’artifice, la duplicité des comportements de l’homme avec son semblable, dont un auteur latin disait :
L’homme est un loup pour l’homme.
Chaque personnage développe ici à sa façon son argumentation : avec mauvaise foi pour le Loup et avec une vraie candeur pour l’Agneau.
En confiant à des animaux la mission de représenter la violence odieuse, La Fontaine donne à sa fable toute sa portée et nous permet de transposer sa leçon dans le monde humain.

Le loup et l’agneau

Version de Pierre Perret

Sur le vaste échiquier de not’ mond’ de misère
Un agnelet nature qui tétait l’onde claire
Se gourait pas un poil éclusant la lancequine
Qu’un loup l’cherchait partout pour en faire un Tajine.
– Viens ici p’tit loubard, qui t’a filé l’condé
De tremper ton gros blair dans mon sirop d’ablette ?
– Mais sire, je savais pas, j’en ai sifflé qu’un dé
Ce n’est pas pour si peu que vous m’faites la courette ?
Le loup à toute bubure enjambe le cresson
Poursuivant l’innocent qui a plus un poil de sec.
Le loup certes est plus fort, mais en guise de leçon
On verra qu’un teigneux peut tomber sur un bec.
Finalement comme chez nous, y a des moutons bêlants
Y a des faibles et des forts, y a des noirs et des blancs …
Le roi, lui, il s’en tape, il est pas dans l’troupeau
Il compte en s’endormant ceux qui paient des impôts.

Moralité: Tuer un p’tit agneau sans défense ? … C’est bien laid …
Mais c’est pas dégueulasse avec des flageolets !


PAPY SONG VIDEO


RADIO MON P’TIT LOUP

Découvrez la playlist LE LOUP avec Various Artists

Chou fleur

Cliquez pour en savoir plus - Plan et diaporama

Cliquez pour en savoir plus – Plan et diaporama – CONTACT

Share Button