Archives par étiquette : religion

POÉSIE: A la louange de la Charité

Meilleurs complements alimentairesbarre verte
logo poésie smallVos poèmes, vos poèmes préférés …
– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. O
u tout simplement comme aujourd’hui un beau texte à nous faire partager

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!
Aujourd’hui c’est le bon vieux JEAN RACINE qui s’y colle…..

POÉSIE  :  A la louange de la Charité

Citation du moment :
Hâtons-nous aujourd’hui de jouir de la vie ;
Qui sait si nous serons demain ?

Jean Racine

citation Jean Racine

  Jean Racine
Poète français,
1639 – 1699

Biographie courte : Jean Racine, né à La Ferté-Milon le et mort à Paris le , est un poète tragique français considéré, à l’égal de son aîné Pierre Corneille, comme l?un des deux plus grands tragédiens classiques en France sous Louis XIV. Issu d’une famille de petits notables et vite orphelin, il est éduqué par les « Solitaires » de Port-Royal et reçoit une solide éducation littéraire et religieuse (peu marquée par les nuances théologiques du jansénisme). Il choisit ensuite de se consacrer à la littérature et particulièrement au théâtre en faisant jouer « La Thébaïde » en 1664 et « Alexandre le Grand » en 1665, qui est son premier succès et qui lui vaut le soutien du jeune roi ..

barre vertePOÉSIE  :  A la louange de la Charité

Les Méchants m’ont vanté leurs mensonges frivoles :
Mais je n’aime que les paroles
De l’éternelle Vérité.
Plein du feu divin qui m’inspire,
Je consacre aujourd’hui ma Lyre
A la céleste Charité.
En vain je parlerais le langage des Anges.
En vain, mon Dieu, de tes louanges
Je remplirais tout l’Univers :
Sans amour, ma gloire n’égale
Que la gloire de la cymbale,
Qui d’un vain bruit frappe les airs.
Que sert à mon esprit de percer les abîmes
Des mystères les plus sublimes,
Et de lire dans l’avenir ?
Sans amour, ma science est vaine,
Comme le songe, dont à peine
Il reste un léger souvenir.
Que me sert que ma Foi transporte les montagnes ?
Que dans les arides campagnes
Les torrents naissent sous mes pas ;
Ou que ranimant la poussière
Elle rende aux Morts la lumière,
Si l’amour ne l’anime pas ?
Oui, mon Dieu, quand mes mains de tout mon héritage
Aux pauvres feraient le partage ;
Quand même pour le nom Chrétien,
Bravant les croix les plus infames
Je livrerais mon corps aux flammes,
Si je n’aime, je ne suis rien.
Que je vois de Vertus qui brillent sur ta trace,
Charité, fille de la Grâce !
Avec toi marche la Douceur,
Que suit avec un air affable
La Patience inséparable
De la Paix son aimable soeur.
Tel que l’Astre du jour écarte les ténèbres
De la Nuit compagnes funèbres,
Telle tu chasses d’un coup d’oeil
L’Envie aux humains si fatale,
Et toute la troupe infernale
Des Vices enfants de l’Orgueil.
Libre d’ambition, simple, et sans artifice,
Autant que tu hais l’Injustice,
Autant la Vérité te plait.
Que peut la Colère farouche
Sur un coeur, que jamais ne touche
Le soin de son propre intérêt ?
Aux faiblesses d’autrui loin d’être inexorable,
Toujours d’un voile favorable
Tu t’efforces de les couvrir.
Quel triomphe manque à ta gloire ?
L’amour sait tout vaincre, tout croire,
Tout espérer, et tout souffrir.
Un jour Dieu cessera d’inspirer des oracles.
Le don des langues, les miracles,
La science aura son déclin.
L’amour, la charité divine
Eternelle en son origine
Ne connaîtra jamais de fin.
Nos clartés ici bas ne sont qu’énigmes sombres,
Mais Dieu sans voiles et sans ombres
Nous éclairera dans les cieux.
Et ce Soleil inaccessible,
Comme à ses yeux je suis visible,
Se rendra visible à mes yeux.
L’amour sur tous les Dons l’emporte avec justice,
De notre céleste édifice
La Foi vive est le fondement,
La sainte Espérance l’élève,
L’ardente Charité l’achève,
Et l’assure éternellement,
Quand pourrai-je t’offrir, ô Charité suprême,
Au sein de la lumière même
Le Cantique de mes soupirs ;
Et toujours brûlant pour ta gloire,
Toujours puiser, et toujours boire
Dans la source des vrais plaisirs !

Jean Racine, Cantiques spirituels

https://citations.ouest-france.fr/citations-jean-racine-697.html

barre verte

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Une vie après la mort..?? QUEDALE..??


VÊTEMENTS ET ACCESSOIRES    SANTÉ ET SOINS DU CORPS      VOYAGES VALISES
Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE
de Choucaline    


« Les capacités de notre cerveau:

– Comment les petits êtres se construisent avec nous et grâce à nous

–  N’ayez pas peur….  je vous défendrai….  je suis costaud…!!!!

Une vie après la mort..?? QUEDALE..??

J’aime aussi beaucoup les métaphores et les analogies… Et celle-ci m’a beaucoup plu alors je vous la partage.

Il s’agit d’une belle histoire sur les croyances limitantes et le questionnement de la vie après la mort…
Dans le ventre d’une maman, deux bébés discutent…

Bébé 1 : Et toi, tu crois à la vie après l’accouchement ?
Bébé 2 : Bien sûr. C’est évident que la vie après l’accouchement existe. Nous sommes ici pour devenir forts et nous préparer pour ce qui nous attend après.

Bébé 1: Pffff… tout ça, c’est insensé. Il n’y a rien après l’accouchement ! À quoi ressemblerait une vie hors du ventre ?
Bébé 2 : Eh bien, il y a beaucoup d’histoires à propos de l’autre côté. On dit que, là-bas, il y a beaucoup de lumière, beaucoup de joie et d’émotions, des milliers de choses à vivre… Par exemple, il paraît que là-bas on va manger avec notre bouche.

Bébé 1 : Mais c’est n’importe quoi ! Nous avons notre cordon ombilical et c’est ça qui nous nourrit. Tout le monde le sait. On ne se nourrit pas par la bouche !
Et, bien sûr, il n’y a jamais eu de revenant de cette autre vie… donc, tout ça, ce sont des histoires de personnes naïves. La vie se termine tout simplement à l’accouchement.
C’est comme ça, il faut l’accepter.
Bébé 2 : Et bien, permets moi de penser autrement. C’est sûr, je ne sais pas exactement à quoi cette vie après l’accouchement va ressembler, et je ne pourrais rien te prouver.
Mais j’aime croire que, dans la vie qui vient, nous verrons notre maman…. et elle prendra soin de nous.

Bébé 1 : « Maman » ? Tu veux dire que tu crois en « maman » ???
Ah ! Et où se trouve-t-elle ?
Bébé 2 : Mais partout, tu vois bien ! Elle est partout, autour de nous ! Nous sommes faits d’elle et c’est grâce à elle que nous vivons. Sans elle, nous ne serions pas là.

Bébé 1 : C’est absurde ! Je n’ai jamais vu aucune maman donc c’est évident qu’elle n’existe pas.
Bébé 2 : Je ne suis pas d’accord, ça c’est ton point de vue. Car, parfois lorsque tout devient calme, on peut entendre quand elle chante… On peut sentir quand elle caresse notre monde…
Je suis certain que notre vraie vie va commencer après l’accouchement…

« Jean-Jacques Charbonier »

SOURCES:
Merci à mon contributeur : ANTHONY

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINEretour sur la rubrique du même tabac

RETRO C’EST DU MÊME TABAC:
Meilleurs complements alimentaires

Share Button

L’écho de la vérité

BLOG NOTRE
de
MAMY KT


Mamy ne fait pas que du point de croix…
Elle nous parle aujourd’hui du vivre ensemble quelles que soient nos religions.

Pour cela elle utilise la parabole de l’écho dans
« L’écho de la vérité »

DÉFINITION :  L’écho (ou un écho) est un phénomène de répétition du son produit par la réflexion des ondes sonores sur une surface (par exemple une montagne).

L’onde sonore (en rouge) « rebondit » sur les montagnes et atteint ainsi des endroits inattendus (les points de rebond, le fond de la vallée, etc.)


ORIGINE DU TERME :
Dans la mythologie grecque, Écho est une nymphe. Le séducteur Zeus l’avait chargée de parler sans arrêt à sa femme, Héra, pour occuper celle-ci lorsqu’il avait des « aventures » avec d’autres personnes. Héra, qui veut toujours surveiller son mari, comprit le subterfuge et jeta sur Écho une malédiction qui lui permettait seulement de répéter ce que les autres venaient de dire.

Plus tard, toujours selon la mythologie grecque, Écho rencontra Narcisse et tomba amoureuse de lui ; mais Narcisse, qui n’aime que son reflet, la rejeta et, de chagrin, la nymphe se retira dans une grotte. Comme elle ne se nourrissait plus, elle finit par s’évaporer ; il ne resterait d’elle que sa voix qui, toujours soumise à la malédiction d’Héra, répéterait inlassablement les paroles environnantes.


L’écho de la vérité

Avant que le monde ne se vide de ses dieux, il existait dans une lointaine contrée, une montagne sacrée dont l’écho rendait le son de la vérité. Il suffisait de se dresser face à elle et de confier aux vents violents les secrets de son cœur ou de lancer les énigmes les plus impénétrables dont les réponses revenaient bientôt s’élevant de la masse pierreuse en un écho assourdissant.

Ce jour là, 3 hommes de religions différentes décidèrent de se rendre au pied de la montagne sacrée.
Une querelle d’importance les opposait depuis bien longtemps:
Quel Dieu est le bon?
Quel Dieu doit-on craindre?
Quels textes religieux faut-il vénérer?

Pour convaincre ses deux interlocuteurs sceptiques,que seul son Dieu mérite d’être révéré, le Chrétien se dresse fièrement au bord du précipice et crie :

– « Montagne sacrée, fais que ton écho me donne raison !

N’est-il pas écrit dans la Bible qu’Il est notre seul seigneur? »

Au bout d’une minute, les vents se font plus violents et l’écho gronde une réponse:
– « Tu dis vrai, Chrétien, il n’y a qu’un seul Dieu. C’est celui que tu vénères ».

Satisfait, le Chrétien se tourne vers les deux autres:
– « Ne vous l’avais-je pas dit? »

« Impossible! Rétorque son compagnon juif, c’est la Torha qui renferme la vérité. »

 La Torah (en hébreu : « instruction » ; en grec ancien :  « Loi ») est, selon la tradition du judaïsme, l’enseignement divin transmis par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï et retransmis au travers de ses cinq livres (hébreux) ainsi que l’ensemble des enseignements qui en découlent.

A son tour il s’avance au bord du gouffre et lance :

– « Écho, pourquoi ne leur dis-tu pas que c’est moi qui suis le vrai croyant ici? La Tora dit « Écoute Israël, l’Éternel est notre Dieu, l’Éternel est un » ?

Et l’Echo répond:
« C’est vrai. Dieu est unique et c’est lui que tu adores ».

– « Fils de mécréants s’insurge soudain le frère musulman, c’est mon écho qui aura le dernier mot. »
Il gonfle sa poitrine et hurle :
– « Écho, je te somme de dire la vérité.

N’est-ce pas moi qui suis dans le vrai et mes frères dans le péché car le Coran dit :
« Il n’y a pas de dieu en dehors de Dieu »!

Pour la troisième fois, l’écho rendit le son du vrai :
– « Précisément, il n’y a pas d’autre Dieu que celui que tu viens de citer ».

Mais les 3 hommes restèrent muets. Comment l’Écho
– qui dit toujours la vérité – pouvait-il assurer que leur dieu respectif était le seul vrai Dieu?
Pas question de repartir sans exiger une dernière explication.
L’un d’eux alors se risqua et invoqua l’Écho en ces termes :

« Tu ne peux nous tromper ainsi, Écho. Il faut, pour que nos cœurs soient apaisés, que la vérité se fasse « .

Pour la dernière fois, la montagne résonna et l’Écho,
porté par les vents assourdissants vint frapper les  3 paires d’oreilles:

« Hommes! Quand comprendrez-vous que vous adorez le même Dieu depuis le début des temps et qu’il ne prend la parole que pour vous dire à tous la même chose. Vous êtes comme le sourd qui accuse celui qui parle de ne pas le faire assez fort … « 

 « Quiconque honore sa religion et condamne les autres nuit gravement à sa propre religion ».
Shafique Keshavjee

SOURCE :   
Club-Positif:  https://cpositif.com/


Déjà publiés
par MAMY KT

C’ est quoi l’assomption Mamy..?

Les femmes sont sur le chemin de croix depuis longtemps

Sainte Véronique et le voile de la sainte face

Sainte Marthe connue pour avoir donné hospitalité au christ

Marie Madeleine

MAMY KT

Share Button

HUMOUR : C’est la curée…!!!


BLOG NOTRE MARRANT

 

HUMOUR : 

Un peu de rire contribue à une certaine sérénité

HUMOUR : C’est la curée…!!!

PRÉSIDENTIELLES  ÇA SE DÉ-CHAINE….. C’EST LA CURÉE !
DIEU RECONNAITRA LES CHIENS….

CURÉE :
Bas morceaux du gibier abattu, que l’on donne en pâture aux chiens, à la fin de la chasse.

Au fig. Fait de se disputer avidement quelque chose que l’on convoite, notamment une situation vacante ou un bien disponible, souvent après la mort ou la chute politique de quelqu’un.

HUMOUR: C’EST LE CURÉ
Deux prêtres catholiques discutent en marchant dans le jardin :
  –  Crois-tu que nous verrons un jour le mariage des prêtres ?
– Nous peut-être pas, mais nos enfants surement !

HUMOUR: C’EST L’ÉVÊQUE
L’évêque interroge les futurs communiants.
Il s’adresse à un premier enfant :

– Qu’a dit le Seigneur en instituant le baptême ?
– Il a dit : Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
– Très bien.
Il s’adresse à un deuxième enfant :
– Qu’a-t-il dit pour l’eucharistie ?
– Prenez, mangez et buvez, ceci est mon corps et mon sang.
– C’est bien.
S’adressant à un autre enfant, il demande :
– Et toi : qu’a-t-il dit pour le mariage ?
Heu. heu. ah, oui, il a dit :
Mon Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.


Ah les femmes…. Les femmes…
Les femmes


– Un problème mon
petit gars…???
EUHHHH… NON….. NON….
La dame qui est dessous va me l’expliquer
……

  Le vieux curé va prendre sa retraite, il est remplacé par un jeune.
Le vieux :
– je vais vous expliquer tout cela !
– Ce ne sera pas difficile, mais une seule chose m’embête, c’est les confessions !
– Bof, ici c’est la campagne, ce n’est pas difficile, il y’a des problèmes avec les paysans, les ouvriers et les femmes !
– Ah oui, expliquez-moi ?
– Les ouvriers sont feignants, les paysans sont radins et les femmes fouffouffouff !
– Euh pardon ?
– Les ouvriers sont feignants, les paysans sont radins et les femmes fouffouffouff !
– Bon j’ai bien compris pour les ouvriers qui sont feignants et pour les paysans qui sont radins, mais pour les femmes j’avoue ne pas bien saisir ?
– Les femmes fouffouffouff !
– les femmes quoi donc ?
– Les femmes fouffouffouff!
Le nouveau curé renonce à comprendre. Il prend ses quartiers et un jour commence sa première série de confession, très monotone avec des ouvriers feignants et des paysans radins.
Il croit avoir fini quand surgit une créature de rêve en minijupe et décolleté plongeant. La confession est à peine commencée que le curé ne sait littéralement pas ou se mettre

Mon père, j’ai masturbé, j’ai sucé, j’ai forniqué, j’ai gouiné, je me suis fait sodomiser, j’ai eu des rapports avec un bouc, j’ai…..
– Mais ma fille, vous êtes en état de péché mortel, comment pourrais-je vous donner l’absolution ?
– Je ne sais pas moi ? Attrape-moi ! Attrape-moi et si tu m’attrapes, tu m’absous !
Ah ces mots le curé complètement déboussolé, sort de son confessionnal, mais sa soutane le gêne, pour courir, il la place entre ses dents et essaye de dire à la fille de l’attendre mais il ne peut que murmurer :
– Fouffoufouf ! Fouffoufouf !  Fouffoufouf !

LE CON CON FESSE

MAMY RÊVE….. C’EST VRAI QU’ELLE EST UN PEU PIQUÉE

les brèves du buffet de la garePas bête

Le conférencier essaie de convaincre la salle des méfaits de l’alcool et n’hésite pas à employer des exemples très terre-à-terre.
Mettons deux seaux devant un âne : un rempli d’eau et un rempli d’alcool.
D’après vous, vers quel seau se dirigera-t-il ?
Dans la salle, un homme éméché répond :
– Vers l’eau.
– Et pourquoi, d’après vous ?
– Parce que c’est un âne !

Ne tombez pas dans le panneau….!!!!


On n’est pas obligé de croire les fakes news

les brèves du buffet de la gare
SACRÉS SACREMENTS…!!!!

Le curé demande :
– Combien y a-t-il de sacrements ?
Une fillette se lève et répond :
– Il n’y en a plus.
– Et pourquoi donc ?
– Ma grand-mère a reçu les derniers.

AUX DONNEURS DE LEÇONS

– Comptez pas sur moi pour faire le contraire
de ce que j’ai déjà pas fait …
je suis pas vacciné …..!!

Les conséquences de cette vaccination  de masse étant irréversibles, épargnez-vous les regrets de vous dire plus tard que si vous aviez été avertis vous n’auriez pas cédé à la pression.

Avant que la censure ne soit totale, ces informations existent encore. Prenez en connaissance et faites ensuite ce que votre instinct de survie et votre raison et votre conscience vous dictent.


LA VIE DE L’ÉGLISE : Solidarité avec les sans papiers

Un homme complètement saoul entre dans une église, se dirige en titubant vers le confessionnal et s’y installe.
Un instant après, le curé ouvre le judas et lui demande
Je peux vous aider, mon fils ?
– C’est pas de refus ! Y a du papier de votre côté ?

Monsieur le curé, je me pose une question :
– Qu’est-ce qu’elle faisait comme métier, la vierge Marie
– Elle était mère de famille, mon petit grain de sel. Pourquoi ?
– Alors pourquoi a-t-elle mis Jésus à la crèche, comme mon frère et moi ?

LA DEVINETTE

Je suis le pain préféré du magicien ?

Qui suis-je ?Ben.... la baguette

SOURCES : MON CONTRIBUTEUR GUY
illustrations inédites de Catala pour la Chouette

PAPY MARRANT

 

Share Button