Archives de catégorie : Choucaline

Choucaline nous parle de nous et des capacités de notre corps …et de notre esprit
Vous explorerez avec elle les capacités de votre cerveau.
vous réaliserez des tests psychologiques et lirez avec délectation quelques contes philosophiques qui vous pousseront à la réflexion…….

BRUIT: Décibels et comportement….. Plein la tête… Alors plein le cul des autres….!


hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE
de Choucaline

CHOULAGER :
“Les Capacités de notre cerveau et de ses pensées positives”

Mes amis Pote & Potin nous ont l’autre jour éclairé et sensibilisé à l’impact du bruit sur nous ….

Parmi dans les messages que vous nous faites pour commenter les articles,  j’ai retenu l’apport de celui qui ayant suivi les recommandations de notre rubrique “A livre ouvert” a lu “Pourquoi la nature nous fait du bien“et en particulier une étude comportementale face au bruit.

je suis d’accord avec vous “le silence est d’or et la parole d’argent“….
c’est pour cela que Dieu nous a “bricolé” avec deux yeux deux oreilles mais une seule bouche … car ainsi nous ne pourrons dire que la moitié de ce que nous entendons..!

De ce fait, je ne vais publier qu’une partie de votre message….. mais il y a là de quoi nous laisser interrogatifs face à nos comportements sociaux qui changent dans un environnement bruyant….
La Parole est donc donnée à Nicolas Guéguen et Sébastien Meinert les auteurs de ce livre 

« Tout est bruit pour qui a peur. » (Sophocle)

Décibels et comportement

La qualité de l’environnement sonore affecte également notre comportement social.
La recherche en psychologie montre que selon les sons émanant de l’environnement, notre comportement social peut être profondément affecté.
Nous serions moins enclins à secourir notre prochain et à l’aider dans la difficulté.

Une étude expérimentale de l’effet du bruit dans une rue auprès de passants

(Mathews et Canon -1975)Un compère, exhibant selon le cas un bras plâtré ou non plâtré, sortait d’une voiture avec une importante pile de livres dans les bras et laissait échapper ceux-ci devant un passant.

Dans le même temps, un second compère, placé dans une cour située à proximité du premier compère, mettait en marche une tondeuse dépourvue de silencieux.

Il manipulait deux niveaux de bruit:

– Un niveau de bruit qualifié de faible (50 décibels environ) où il essayait de démarrer la tondeuse sans y parvenir

– Un niveau de bruit qualifié d’élevé (87 décibels environ) où la tondeuse démarrait dans le rugissement de son moteur sans silencieux.

On mesurait alors le niveau d’assistance apportée au compère laissant tomber ses livres.

SITUATION                        BRUIT FAIBLE        BRUIT FORT

compère avec plâtre                   80 %                            15 %

compère sans plâtre                   20%                            10%

Il apparaît manifeste que l’on supporte mal un environnement sonore désagréable même au risque de ne pas aider quelqu’un qui a manifestement besoin d’aide comme c’était le cas pour le pauvre compère avec le bras plâtré.

 

Moi Bobo la tête….. Toi démerdes toi… !

En effet, Mathews et Canon (1975) ont confirmé leurs résultats précédents dans une situation expérimentale plus contrôlée.
Une personne arrivait au laboratoire pour participer à un entretien et était placée dans une salle d’attente avec un compère en train de lire un article d’un des nombreux journaux qu’il tenait dans ses bras.
Selon le cas, un bruit ambiant était manipulé (fort, 85 décibels, faible, 65 décibels, ou rien) à l’aide de haut-parleurs camouflés dans la salle.

Au bout de quelques instants, l’expérimentateur venait dans la salle et disait que c’était au tour du compère.
Au moment de se lever, le compère laissait tomber ses journaux par terre.

On mesurait alors le taux d’aide du sujet.
Les résultats montrent qu’en condition de bruit faible, 68 % ont apporté leur aide contre 72 % en condition sans bruit et 37 % en condition de bruit fort.

Même lorsqu’on ne peut fuir, il y a inhibition du comportement d’aide.
Cela pourrait vouloir dire que les individus se ferment pour atténuer l’effet du bruit sur eux mais, ce faisant, ils se fermeraient aussi
à l’analyse des informations sociales qui les entourent.

 Pour conclure

Un environnement sonore désagréable et à un niveau élevé exerce donc des effets néfastes sur notre comportement social.
De fait, ces études servent également
à expliquer les effets positifs sur la santé de l’immersion dans un espace naturel comme une simple randonnée en forêt.

La forêt n’est pas seulement agréable aux yeux, elle est agréable aux oreilles et les bruits qui en émanent ou l’absence de bruits rendent son contexte sonore très différent du contexte urbain.
Cela pourrait en partie expliquer ces effets positifs de l’immersion en zone naturelle.

 Biographie des auteurs

Nicolas Guéguen – Professeur de psychologie sociale et cognitive à l’université de Bretagne-Sud, il dirige le laboratoire de recherche GRESICO de cette même université. Il a déjà publié chez Dunod quatre titres dans la série “Petites expériences de psychologie” sur le consommateur (2005), la séduction (2007), les prénoms (2008) et les animaux familiers (2010). Il est aussi l’auteur de nombreux titres parus en psychologie universitaire.
Sébastien Meineri – Maître de conférences à l’université de Bretagne-Sud, il enseigne la psychologie sociale à la fois aux étudiants de psychologie et aux étudiants de sciences économiques et gestion.

Collection: Petites expériences de psychologie,
Dunod 2012 – 288 pages – 150×210 mm 12 . 50 €
COMMANDER

Ces dix dernières années, de nombreuses recherches en psychologie ont porté sur la psychologie de l’écologie et de l’environnement durable.
Cet ouvrage retrace, de manière ludique et vivante, 100 expériences menées en laboratoire ou sur le terrain, qui démontrent l’influence qu’exercent l’environnement physique et les composantes de cet environnement sur l’être humain.
On trouve par exemple des études : sur les effets des allées boisées sur les passants dans des villes ; sur la présence de mini-parcs boisés et fleuris sur le sentiment de sécurité et le respect de l’environnement, la délinquance et les incivilités ; sur l’impact de fleurs et de plantes sur les lieux de travail, dans les salles de cours à l’école, dans les chambres d’hôpitaux…

retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE
RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Les secrets d’une vie heureuse


hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC  NOTE
de Choucaline

CHOULAGER :
“Les Capacités de notre cerveau et de ses pensées positives”

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT POUR GUÉRIR LE CORPS

“Les optimistes vivent plus longtemps que les pessimistes, avec une qualité de vie et des capacités nettement meilleures.”

« J’ai décidé d’être heureux, parce que c’est bon pour la santé» Voltaire

Les optimistes sont-ils alors en meilleure santé?

Oui, une étude sur 30 ans menée par le département de psychologie de la Mayo Clinic aux Etats-Unis montre que les optimis­tes ont vécu 19 % plus longtemps que les pessimistes, avec une qualité de vie et des capacités physiques nettement meilleures.
Mais attention, être optimiste ne signifie pas voir la vie en rose. Cela veut dire que l’on prend la réalité telle qu’elle est et que l’on s’attache à considérer le verre à moitié plein, non à moitié vide.

Trouver du sens à ce que l’on traverse.

y a-t-il un lien entre «penser posi­tivement » et guérir ?

Oui, notre esprit peut nous aider à guérir, même s’il ne faut pas faire l’impasse sur les autres moyens pour aider son corps à aller mieux.
Cultiver une attitude positive dans l’existence permet de se créer des forces, y compris sur le plan physiologique.

Il en est ainsi pour les maladies psychosomatiques ….
Le psychisme joue un rôle dans la plupart des maladies. Il est prouvé que le stress a des consé­quences au niveau cutané, cardiaque, digestif, etc.

Prenez par exemple l’ul­cère d’estomac:
On s’est aperçu que seulement 20 % des gens porteurs de la bactérie à l’origine de l’ulcère de l’estomac développent la maladie.

La différence: le stress qui diminue les défenses immunitaires et génère souvent de mauvaises habitudes ali­mentaires.
Ainsi, les conditions sont réunies pour que la bactérie se multi­plie et que l’ulcère se forme.

Ah….  Ce stress…!

UNE BONNE CHOSE
En cas de danger ou de situation d’ur­gence, le stress ponctuel reste une bonne chose.
Il prépare l’organisme à se défendre (production d’adrénaline, de cortisol, accélération de la fréquence cardiaque, etc.).
Il permet de s’adapter en mobilisant nos ressources vives.

UNE MAUVAISE CHOSE
A contrario, le stress chronique provoque un vieillissement prématuré des cellules et contribue à développer des maladies, comme certains cancers via un endom­magement des chromosomes.

 LA PRESSION DU TRAVAIL OU DE LA VIE PRIVÉE
Que dire aux personnes très sollici­tées par leur travail ou dans leur vie Privée et qui se sentent oppressées?
D’arrêter de se positionner en victime et d’oser dire non quand c’est trop. Il est de leur responsabilité de ralentir.
C’est nous qui formons la société en disant oui à ceux qui nous entourent, ne l’oublions pas.
Il faut aussi apprendre à s’écouter.
Notre meilleur allié est notre sensibilité. Sentir que le corps a ses limites, qu’on a besoin de sommeil, de paix, de silence, d’espace, de chaleur humaine …
Beaucoup de gens sont  coupés d’eux-mêmes et des autres.
Il faut apprendre à renouer avec cette sensibilité. C’est primordial..!

L’optimisme est il le secret de la vie heureuse..?

Est-ce à dire que le bonheur préserve de la maladie?
Il protège en partie de la maladie. En effet, les émotions agréables renforcent le capital immu nitaire et activent le système para­ sympathique qui favorise la détente et la récupération du corps.

Peut-on être heureux quand on est malade?
Oui et heureusement! Bien sûr il y a un inconfort, mais cela n’empêche pas d’être heureux. Rappelons que la maladie signale un déséquilibre dans sa vie. Elle est une tentative de la nature de retrouver un équilibre dans une situation perturbée. En soi, il faut d’abord écouter ce qu’une maladie veut nous dire et procéder aux ajustements, quitte à revoir son mode de vie.
Le bonheur ne dépend pas seulement du confort éprouvé mais aussi et surtout du sens donné à ce qui est vécu.

Alors quels sont les secrets du bon­heur pour rester en bonne santé?
Il est important de se faire plaisir en appre­nant à savourer ce plaisir, prendre soin de son corps, s’engager pleinement dans des actions gratifiantes et donner du sens à sa vie.

Toutes les études montrent que le meilleur moyen de trouver un sens à son existence est de mene une vie vertueuse en exprimant le meilleur de soi en lien avec les autres. Est vertueux ce qui respecte nos besoins essentiels tout en respectant ceux des autres. Nous connaissons alors ce que j’appelle l’épa­nouissement, le véritable bonheur.

SOURCE: Intériale N°12« Le Défi positif» – Thierry Janssen –  Editions Les Liens qui Libèrent
« La maladie a-t-elle un sens?»            Thierry Janssen –  Editions Fayard
« La Solution intérieure»                         Thierry Janssen –  Editions Fayard
Thierry JANSSEN est un chirurgien devenu psychothérapeute, il crée des ponts entre la médecine conventionnelle et la philosophie.

« J’ai décidé d’être heureux, parce que c’est bon pour la santé»
Voltaire croyait en son expérience. Lorsqu’il était de bonne humeur et heureux, il se sentait en meilleure santé et il l’était.
«Un esprit sain dans un corps sain»: Les enquêtes vérifient aujourd’hui cet adage pour lui donner encore plus de force.

Essayez vous verrez que le bonheur préserve de la maladie…!
Même s’il ne protège qu’en partie de la maladie…. les émotions agréables renforcent le capital immu­nitaire et activent le système parasympathique ce qui favorise la détente et la récupération du corps.
Alors….COOL COOL … Les amis..!

retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE
RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

La projection un mécanisme de défense

code promo ruedesplantes

Bannière ruedesplantes 468/60px

Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline BLOC NOTE
de Choucaline


Les capacités de notre cerveau:
à surmonter Les projections…. Quésaco…???

La projection, un mécanisme de défense…
Oui…. Mais bobo aux relations avec les autres

DÉFINITION DE LA PROJECTION

La projection désigne un mécanisme de défense introduit par Freud dans le langage de la psychanalyse.
Le terme est devenu très général en psychologie et en psychiatrie. Il désigne l’opération mentale (généralement inconsciente) par laquelle une personne attribue à quelqu’un d’autre ses propres sentiments, dans le but de se sortir d’une situation émotionnelle vécue comme intolérable par elle.
La personne n’a généralement pas conscience d’appliquer ce mécanisme, justement car elle n’accepte pas les sentiments, ou sensations, qu’elle « projette » sur l’autre.
Il s’agit donc généralement de sentiments négatifs, ou en tout cas, perçus comme tels.

 La projection, un mécanisme de défense…

Les mécanismes de défense sont des processus involontaires et inconscients qui permettent de supporter plus facilement des angoisses très fortes.

La projection est un mécanisme de défense très fréquent qu’il est très facile d’observer.

  • Quand vos proches font oeuvre de projection sur vous
  • La projection peut entraîner de graves erreurs d’interprétation
  • Prendre conscience du mécanisme de projection permet de progresser

Quand vos proches font œuvre de projection sur vous

Si vous observez les critiques que certaines personnes de votre entourage vous adressent, vous vous apercevrez qu’il s’agit régulièrement de projections. Si l’on vous reproche d’être lent, d’être mal organisé, d’être radin, d’être énervé… Il peut très bien s’agir d’une critique que la personne qui vous parle s’adresse en réalité à elle-même.
Elle ressent intuitivement ses défauts et ne pouvant les accepter, elle les projette sur la personne qui est là, comme pour s’en débarrasser. Mais bien évidemment, si elle s’en débarrasse par la parole, ce mécanisme de défense ne lui permet absolument pas de progresser, de s’améliorer sur le plan précis de ces défauts-là, puisqu’elle n’en a pas conscience.
C’est une sorte de refus de voir la réalité en face.
À vous de vous défendre et de ne pas vous laisser déstabiliser par des reproches qui choisissent une mauvaise cible.

La projection peut entraîner de graves erreurs d’interprétation

Ces projections ne concernent pas seulement une personne et ses défauts, mais l’attitude que l’on peut avoir envers elle-même.
L’exemple le plus évident est celui d’un cas comme Juliette. Elle est suivie par un psychiatre pour dépression. Juliette se sent  plutôt agressive envers son psy qui, d’après elle, ne la comprend pas bien… Ce psychiatre lui dit simplement : ‘ Vous ne croyez pas que vous vous trompez de cible ? Et que ce que vous me dîtes s’adresse plutôt à votre mère ? ‘
Pour Juliette, c’est un choc. Elle réalise que c’est vrai, sa mère ne l’écoutait jamais, ne la comprenait pas et que, petite fille, elle n’a jamais osé se rebiffer, réclamer plus d’attention.
Elle a ainsi emmagasiné de l’agressivité envers sa mère qu’elle ne voit d’ailleurs pas souvent.
Comme cette situation est difficile à regarder en face, à accepter, comme il est angoissant de se sentir agressive envers sa mère, Juliette projette son ressentiment sur une autre personne, ici, son psychiatre.
Ce phénomène est très fréquent. Certaines personnes peuvent vous dire : ‘ Tu ne t’intéresses pas à moi ‘, ou ‘ Tu m’étouffes ‘, ou ‘ Tu me méprises ‘, ou ‘ Tu te moques souvent de moi ‘… Alors que ce reproche est dénué de toute réalité. Il provient d’une réalité ancienne : la douleur d’avoir été méprisé, étouffé, ridiculisé… est toujours présente. Cette douleur, cette angoisse, n’ayant pas été regardée en face à l’époque, et encore moins digérée, est toujours présente et se manifeste par projection.

Prendre conscience du mécanisme de projection permet de progresser

Ce qui est intéressant, comme pour Juliette, c’est que la prise de conscience de ce mécanisme, quand elle est possible, permet de démonter cette stratégie. Il est alors possible de chercher de vraies solutions en partant de la racine du problème et non de la construction mentale qui en en résulte.

Peut-être avez-vous déjà observé ce phénomène de projection dans votre entourage. C’est intéressant de savoir le détecter. Mais avez-vous déjà tenté de le faire pour vous-même ? De vous demander si parfois, ce que vous reprochez à l’autre ne vient pas de vous ? Si vous ne reportez pas dans votre vie actuelle des conflits anciens que vous avez vécus ? Savoir reconnaître ce mécanisme chez soi est encore plus riche d’enseignement, même si cela demande à la fois une vraie humilité et une vraie honnêteté…

Couple : Pourquoi c’est si difficile d’aimer
Projection : Notre pire ennemi, c’est nous !

 Il faut se méfier du piège redoutable qui consiste à projeter sur autrui nos propres défauts.
Exemple :
si je suis autoritaire ou cupide, j’en accuse mon partenaire et, suivant mon caractère, je me mettrai en tête de le guérir ou de le punir. Quand les deux partenaires manifestent cette tendance, comme c’est fréquemment le cas, c’est la guerre à coup sûr !

 

SOURCES:
http://www.e-sante.fr/projection-mecanisme-defense/actualite/416

Marie-Louise von Franz (Auteur)   REFLETS DE L’AME.

21.35 EUROS
Depuis toujours, le phénomène de la projection passionne tous les grands psychologues du monde, et au premier chef Carl Gustav Jung, car elle est l’une des principales causes de souffrance de l’âme et de l’esprit humain. Collaboration d’élection de Jung, Marie-Louise von Franz, avec la vitalité que nous lui connaissons, nous livre, dans Reflets de l’Ame, tout ce qui permet de bien comprendre comment, de manière inconsciente, nous renvoyons à l’extérieur de nous-mêmes ce qui s’y trouve caché, enfoui, le positif comme le négatif. Une sorte d’effet de miroir nous conduit à observer ces reflets chez les autres, comme s’il s’agissait de quelque chose d’extérieur à nous. Marie-Louise von Franz assoit sa magistrale démonstration sur une analyse rigoureuse remontant aux racines de l’histoire et aux sources des mythes et nous invite ardemment à élucider avec courage chacune de nos projections. De nombreuses difficultés, douleurs et conflits, personnels ou collectifs, pourraient ainsi être évités.
https://amzn.to/2qlzAA0

Choucaline plus proche de toi tumeur CHOUCALINE

Share Button

Soyez toujours positif…!!!


BLOC NOTRE
DE PAPY DIT

Avec Papy dit il faut revenir à une éducation à l’ancienne…

La parole est aux défenseurs
des leçons de morale du bon vieux temps


Aujourd’hui : La grenouille

SOYEZ TOUJOURS POSITIF…
N’ ÉCOUTEZ PAS LES AUTRES..!!!!

L’autre jour en rentrant de l’école, j ai lu une histoire à ma petite fille qui m’avait fait un petit mensonge… et je lui avais conté la fable d’Esope :
“Le garçon qui criait au loup !
Puis un autre jour “
Pierre et le loup” de Prokofiev
Avec cette histoire du  du jour, on constatera que tous les grand-pères du monde ont la même préoccupation :
Faire comprendre
à leurs choupinets qu’ils doivent rester positifs

 

 Il était une fois une course de grenouilles,
L’objectif était d’arriver au haut d’une grande tour.

Beaucoup de gens se rassemblèrent pour les voir et les encourager.
Et la course commença … .
En fait les gens ne croyaient pas possible que
les grenouilles atteignent la cime.
Et toutes les phrases que l’on entendit furent :
« … Impossible !Elles n’y arriveront jamais … ! »
Les grenouilles commencèrent peu à peu à se décourager.
Toutes, sauf une qui continua à grimper … .
Et les gens continuèrent : « Vraiment pas la peine !!!
Elles n’y arriveront jamais !!! »
Et les grenouilles s’avouaient vaincues,
sauf une qui continuait de grimper envers et contre tout.
A la fin, toutes abandonnèrent, sauf cette grenouille qui,
seule et au prix d’un énorme effort, atteignit la cime …

Les autres, stupéfaites, voulurent savoir comment elle y était arrivée.
L’une d’entre elles s’approcha pour lui demander comment elle avait réussi l’épreuve … .
Et elle découvrit qu’elle était sourde !
N’écoutez donc pas les personnes qui ont l’habitude d’être négatives.
Car elles volent les meilleurs espoirs de votre cœur.
Rappelez-vous du pouvoir qu’ont les mots que vous entendez ou que vous lisez !
Soyez toujours POSITIF !


En conclusion :

Soyez toujours sourd quand quelqu’un

vous dit que vous ne pouvez réaliser vos rêves !

 

SOURCE : Texte trouvé sur le net

Le dragon au pays des singes ..!!!
“Qui une fois ment, personne ne croit…
Bien qu’il dise vrai parfois…!”

 

Il était une fois un singe qui s’ennuyait parce qu’il n’avait pas d’amis.

Un jour il trouva une idée. Il grimpa dans un arbre et cria :
« Au Dragon !
Au Dragon !
Un Dragon veut nous dévorer ! »

Alors tous les singes sont venus pour le sauver. Mais ce n’était qu’une farce.

– Moi aussi je connais ce singe…….




PAPY DIT

 

Share Button