Archives par étiquette : psy

Le maître du manège

retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraitéMémé et Le maitre du manège

par Chou blanc

La dépression les angoisses ou le simple spleen ne date pas d’aujourd’hui ….
Ma grand-mère Marthe magnétiseuse était de son temps confronteée à ces envahissements des esprits.
Elle avait développé plusieurs protocoles d’accompagnement pour redonner force et courage à ceux qui acceptaient de lui donner la main pour qu’elle les accompagne voir le maitre du manège..
Voilà ce qu’elle m’a confié et que j’utilise aujourd’hui et que CHARLY SAMSON a baptisé du vocable « sophro magnétisme »

CHARLY SAMSON a  baptisé cette technique 
par le vocable «  sophro magnétisme »
CHARLY SAMSON révèle et enseigne sa propre méthode : le sophromagnétisme. Au-delà du soulagement des maux psychiques et physiques, le sophromagnétisme permet de se servir des énergies pour s’épanouir et rayonner.

Aujourd’hui, des praticiens de plus en plus nombreux agissent par sophromagnétisme, méthode créée par l’auteur, et ont fondé «l’Association pour le développement du sophromagnétisme – ADS».

Prends- les par la main fils disait elle….
et moi aujourd’hui je vous dis :
 “Venez avec LOUISE voir le maitre du manège...”
Donne moi  ta main LOUISE….
– Non la gauche celle du cœur… Suis-moi car je connais le chemin ..
Viens dans le village de mon enfance nous sommes tous deux enfants… Je suis plus grand que toi … DAME, tu as vu mon  crane dégarni que je laisse ici sur ce canapé…
Nous sommes, comme chaque année, tous les deux impatients de voir les manèges qui s’installent pour la fête de mon village… Nous piétinons devant ce manège qui tourne devant nos yeux.

Le maitre du manège fait ses essais et s’amuse de voir nos yeux grands ouverts et nos oreilles pleines de la musique à nulle autre pareille…
En attendant la fin de ces essais, je veux te montrer quelque chose …
Regarde le manège tourne, et tu ne remarques  rien…   – Non dit elle
Tu vois bien qu’il tourne dans le sens inverse des aiguilles des montres et horloges.
C’est drôle, la logique n’est pas respectée… C’est comme si on remontait le temps..!

D’aucuns disent qu’un fada ( enfin qui le sait vraiment ) ayant constaté la chose, s’en vint voir le premier ministre et lui demanda de faire cesser ce désordre…
Car dit-il : En comptant tous les manèges qui tournent seulement en France, il y avait de quoi perturber le rythme de rotation de la terre, et qu’il fallait donc qu’il y mette un terme au plus vite… Il fut éconduit, mais à voir comment va le monde, qui était le plus fada des deux…?

Il vient l’instant de l’ouverture où Louise et moi , comme pour ouvrir un bal, lançons la fête de l’année..!!
Venez Louise, je vous réserve ce cheval de bois qui monte et qui descend …
Mais rassurez vous…. je ne monte pas avec vous cela serait trop  … Disons  « cavalier  »
N’ayez pas peur, je serai juste derrière vous … Dans le camion des pompiers, comme il sied aux gens qui aident et assistent les autres ..!!!

Elle est perchée, et cherche son coach magnétiseur… « je suis en dessous de vous »
Elle me cherche juste au moment où une musique entrainante encourage le manège dans sa rotation.

Elle comprend que je suis en dessous quand son cheval montant au ciel, me met aux premières loges pour profiter de …. L’air que produit son jupon froufroutant..!
Elle se sent rajeunir, et des émotions nouvelles naissent tout à coup, sans que rien ne vienne troubler son indocile cheval, qui n’arrête pas de monter et descendre sous mes yeux au son de CIRCUS BAND

Le maitre du manège voyant sans doute nos émois respectifs… Pour sauver Louise se met à tester son ballon et son pompon rose qui y est attaché.
Sur le grand manège de la vie, il y a aussi un maitre de manège qui veille sur vous et vous protège!!


Voyant cette bien jeune amazone, le maitre du manège semble l’avoir prise pour cible …  et pour cause, nous ne sommes que deux et la seule petite fille :  C’est LOUISE
Il laisse taper le ballon sur sa tête plusieurs fois….
– « ROULEZ JEUNESSE » lance- t-il au micro
Voyant Louise cramponnée aux rênes par peur de tomber… Le ballon ne lui tape plus le front… à chaque tour,  c’est le pompon rose,  qui s’attarde sur son visage comme un caresse divine.
Attrape le pompon Louise..! C’est la vie en rose …  Tu as droit à un morceau.
– ATTRAPE-LE … Après plusieurs tours sous le regard amusé et  complice du maitre du manège,
un main quitte les rênes et LOUISE empoigne le pompon rose qui semble résister …
Mais cède enfin, pour finir contre le cœur de LOUISE… Dans un lieu où le rose fait bien défaut..!

Le coach magnétiseur fait plus que remettre du baume au cœur dans cette affaire.
Il aide encore plus cette brave dame déprimée, quand enfant, descendant du manège elle voit le maitre du manège qui échange le pompon rose de LOUISE contre un ticket pour un tour gratuit pour le jour de son choix.
LOUISE en pleure de se séparer de son beau pompon… Il me faut expliquer à cette enfant ce que signifie ce ticket crasseux….
 – C’est un joker Louise….Le maitre du manège offre ainsi, à quelques chanceux des tours gratuits sur son manège de la vie.
– Je vais en faire quoi de ce vieux ticket ?
– Garde ton joker Louise … Si un jour tu étais gravement malade, et que tu craignes pour ta vie
Tu donneras ton ticket en disant au messager brandissant sa faux :
– Le maître du manège m’a dit qu’avec ça je pourrai faire un autre tour de plus sur le manège de la vie..!

C’est à regret que Mme LOUISE quitte mon cabinet … Pour aller aider au démontage de la fête foraine …
Elle est hardie à la manœuvre comme une enfant gâtée et comblée.
C’est au son de l’air des gladiateurs que ma dépressive d’hier, armée jusqu’aux dents, est désormais prête à en découdre avec la vie, avec dans sa main gauche (celle du coeur ) un ticket crasseux et…. sur le cœur un pompon rose virtuel qui ne la quittera jamais.

air des gladiateurs

chou blanc est effectivement magnétiseur voir son site CHOU BLANC

La transgénéalogie. C’est quoi ce truc


MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS
Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau…. avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC nous entraine dans son monde…son monde bizarre …. Ambiance… Ambiance

La transgénéalogie…. C’est quoi ce truc

Selon certains sur notre chemin de vie ,

« Nous porterions deux valises :  La nôtre et celle d
e notre famille»
A quoi sert de fouiller dans le passé pour mettre à plat notre arbre généalogique?
Ce, qui a été vécu  par nos ancêtres peut-il réellement se manifester et influer sur dans notre vie d’aujourd’hui?

Le psychologue Bruno Clavier est convaincu de l’intérêt pour chacun de commencer sa psychogénéalogie, Il nous explique pourquoi :

Voilà un psychologue clinicien et psychanalyste rationnel qui s’intéresse à la psychogénéalogie ?
Comme c’est bizarre …  Vous avez dit bizarre….

Voici ce qu’il répond :

Parce que certaines situations étalent pour moi inexplicables. Et que j’aime comprendre !
Des patients semblaient bloqués, sans qu’aucun élément dans leur vie puisse le justifier. Conscients du problème, ils étaient cependant incapables de le surmonter. Comme s’il y avait autre chose …
Le même Phénomène pouvait s’observer chez les enfants.
Comment, alors que tout allait bien, pouvaient-ils soudain refuser d’aller à l’école ou faire des insomnies?
Alors j’ai cherché, dans une démarche presque scientifique, Et la psychogénéalogie m’a donné une piste :
Elle met en évidence la répétition d’événements, comme un grand-père qui aurait précipitamment quitté l’école à 12 ans; ou la perpétuation de peurs ou de croyances: et si le sommeil était devenu dangereux après l’incendie de la maison d’une aïeule pendant qu’elle dormait?
Aujourd’hui, j’ai trop d’exemples dans ma clinique et dans ma pratique pour
douter de cette transmission, même si nous ne savons rien encore du mode de cette transmission. En l’absence de marqueurs génétiques, la question reste sans réponse.
J’espère qu’on la découvrira un jour.
Pour l’heure, j observe et  voici par quelques exemples le fruit de mes observations :

Premier exemple très simple : vous avez une phobie des transports :
Si vous avez assisté à un accident dans le métro, vous pouvez comprendre d’où elle vient.
Mais quid si rien dans votre histoire personnelle n’est venu vous heurter ?
Alors, peut-être la clé se trouve-t-elle dans l’histoire familiale.
En réalité, nous portons deux valises : la nôtre et celle de notre famille.
Nous avons tous hérité des traumas de nos ancêtres, d’autant plus qu’ils sont proches de nous, et nous les « conservons» par loyauté.
Imaginons, pour reprendre notre exemple, qu’un enfant dans votre lignée soit décédé prématurément sur les rails d’un chemin de fer.
Votre mère elle-même, sans pourtant bien le comprendre, semblait réticente dès qu’elle entrait dans une gare.
Vous comprendrez probablement mieux votre peur des transports.

Quels sont les événements d’hier qui peuvent résonner aujourd’hui?

Nous pourrions dire que c’est tout ce qui a fait choc, comme un décès, un accident, une faillite, mais aussi un déménagement, une rupture.
Ce qui va avoir un impact sur les générations suivantes, c’est moins l’évènement en lui-même que la façon dont il a été vécu par la personne concernée.
Un grand-père peut avoir cruellement souffert de perdre ses terres, par exemple, quand un autre en aura profité pour se lancer dans le commerce.
Ce sont des émotions qui se transmettent : la peur, la colère, la honte, la tristesse. Mais aussi l’enthousiasme ou l’amour.
Un adultère n’aura pas la même incidence selon qu’il s’agisse d’un petit coup de canif dans le contrat ou d’une romance passionnelle qui aura donné naissance à un enfant.
À la suite de ces évènements, des mots d’ordre peuvent se transmettre :
« Il faut se méfier des femmes » ou « Je ne dois pas tomber enceinte », Cela peut parfois, et je dis bien parfois, expliquer pourquoi un couple n’arrive pas à avoir d’enfants. Reconnaitre que cet évènement appartient à son histoire familiale permettrait peut-être à ce couple de se libérer de la charge inconsciente qu’il a prise à son compte.

Un exemple pour le corps :
je me souviens d’un patient qui avait le dos totalement bloqué sans que la médecine ne puisse l’expliquer.
Nous avons découvert dans les archives militaires que son arrière-grand-oncle avait reçu une rafale de mitraillette dans le bassin pendant la guerre de 14-18 !
Et quelle ne fut pas notre surprise en apprenant qu’il était enterré au Père-Lachaise, juste en face du domicile de son descendant.

Quant à nos comportements, ils sont parfois insensés  ?
Comme celui de ce bébé qui refusait de prendre le sein de sa maman.
Pendant la séance, celle-ci m’a confié que son mari avait souffert d’une anorexie du nourrisson. Il a suffi que l’enfant entende :
« Tu n’as pas besoin de faire comme ton papa » pour qu’il se remette
à manger.
Chez les tout-petits, qui ne mentalisent pas encore…. c’est spectaculaire

La prise de conscience de ce qui ne nous appartient pas est, en soi, libératrice.
Cela nous permet de nous désencombrer, d’alléger la charge que nous portons pour avancer dans la vie.
Attention ! Nous gardons avec nous notre valise personnelle :
Un travail psychogénéalogique n’enlèvera rien au poids de notre histoire intime, elle aussi porteuse d’évènements difficiles et parfois mal ou non digérés.
Il ne doit pas être envisagé comme un moyen de nous débarrasser de nos problèmes : « Oh, tout ça, c’est à cause de ma grand-mère! »
Ce serait nous réfugier dans la facilité et nous déresponsabiliser.


Prenez votre temps faites des  recherches

Elle seront parfois longues, et fastidieuses, car vous devrez interroger les membres de votre famille pour retrouver tous les faits marquants de la vie de vos ancêtres.
N’hésitez pas à vous lancer à plusieurs, avec vos frères et sœurs ou vos cousins.
Ensuite, vous pourrez faire des recoupements et prendre conscience qu’à telle date, donc à tel âge, votre grand-père a connu le succès; or vous avez justement cet âge et vous avez des projets … Vous observerez aussi des répétitions, comme une fragilité sur le plan pulmonaire.
Vous ne découvrirez pas forcément de « secret de famille », mais pourriez par exemple vous apercevoir que personne ne parle jamais de Renée, votre arrière-grand-mère, sans bien savoir pourquoi. … Ce peut être une piste à creuser.

Et après ? Que devons-nous faire ?
Révéler ces événements et prendre conscience de leur portée met un terme au phénomène de reproduction. Mais vous pouvez aussi aller plus loin et envisager un rituel pour que le trauma, s’il a eu lieu, cesse de se transmettre.
Dans le cas de Renée, par exemple, cette aïeule oubliée, le simple fait de la retrouver, de la réhabiliter en visitant son village, va permettre que cette mémoire ne s’enkyste pas.
Écrire une lettre ou fleurir la tombe d’un défunt peut également être une démarche salvatrice. Tous ces rituels, parce qu’ils nous ramènent à un état d’enfant, quand la croyance était puissante, ont un effet réparateur et apaisant.
Comme lorsque nous soufflons sur une égratignure.

– Tout l’objectif d’un travail psycho généalogique est de nous sentir appartenir à une famille, sans plus la porter comme un fardeau.
Mais aussi de libérer la prochaine génération, qui n’aura plus que sa propre valise à porter .

 

SOURCE : Décembre 2021 psychologies magazine49

Aïe mes aïeux...! C’est à Anne Ancelin-Schutzenberger, cette femme exceptionnelle âgée aujourd’hui de 85 ans, que nous devons le terme de « psychogénéalogie » introduit vers 1980, ainsi que son développement en France. En systématisant l’utilisation du génosociogramme, elle propose une méthode de lecture des problèmes non résolus de nos ancêtres à travers le contexte familial, historique, économique, culturel, national et psycho-historique.
Montrant comment nous « payons les dettes » du passé de nos aïeux en intégrant leurs modèles selon une « loyauté invisible »…..


RETRO : C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac

La métaphore orientale de la calèche

Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE
de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau:

La métaphore orientale de la calèche

Conscient et Inconscient
  Le voyage de notre vie


Dans cette métaphore orientale de la calèche, l’existence se présente comme un voyage.
Pour qu’il soit réussi, les 4 plans de l’être doivent être respectés :
corps / mental / émotionnel / spirituel.

 

Cette métaphore est tirée du livre de Michel Odoul sur la psycho-énergétique intitulé
« Dis-moi où tu as mal, je te dirais pourquoi » – Les cris du corps sont des messages de l’âme.

Selon lui le symptôme et le mal-être n’est pas le fruit du hasard ou de la fatalité, mais un indicateur de la nécessité de changement. « Pour la médecine orientale, la maladie témoigne d’un obstacle à la réalisation du Chemin de Pie. La conscience exprime ainsi par des troubles énergétiques générateurs de maladie les entraves à son plein épanouissement […] »

La santé personnelle est une des choses sur lesquelles nous avons un véritable pouvoir et dont nous pouvons avoir l’intention légitime de posséder.

Quelle symbolique…?

Tout d’abord, la calèche avec ses roues et son habitacle constitue notre corps physique.

Cette Calèche est tirée par deux chevaux, un blanc (Yang) qui est à gauche et un noir (Yin) qui est à droite.

Ces chevaux symbolisent les émotions, ce qui nous montre à quel point ce sont elles qui nous tirent, ou nous mènent dans la vie
Ils sont l’énergie qui nous permet d’aller de l’avant.

Cette Calèche est conduite par un Cocher qui représente notre mental, notre Conscient. C’est la partie consciente, la raison qui gouverne nos pulsions.

Elle possède quatre roues, deux devant (les bras), qui impliquent la direction donnée par le Cocher aux chevaux, et deux derrière (les jambes) qui portent et transportent la charge (d’ailleurs toujours plus grosses que celles de l’avant).

A l’intérieur de la Calèche il y a un passager que l’on ne voit pas. Il s’agit de notre Inconscient. Ce passager est notre nature profonde, notre moi intime, notre voix intérieure ou même notre âme.

Ainsi, cet attelage avance sur des routes et dans des conditions climatiques qui représentent notre chemin de vie. Il est une sorte de fil conducteur que tout individu suit au cours de sa vie.

Notre Calèche personnelle avance donc sur le chemin de la vie, dirigée en apparence par le Cocher. En apparence, car si c’est bien lui qui la conduit (la conscience), c’est en fait le passager (l’Inconscient) qui a donné la destination.

Le Cocher, qui est notre mental conscient, conduit donc la Calèche. De la qualité de sa vigilance, de sa conduite (ferme mais en douceur) va dépendre la qualité et le confort du voyage (existence).

 

S’il brutalise les chevaux (émotions) et les brime, ceux-ci vont s’énerver ou s’emballer à un moment donné et risquer de conduire la Calèche à l’accident, de la même manière que nos émotions nous conduisent parfois à des actes irraisonnables voire dangereux.

 

Choucaline a fait une synthèse détaillée et illustrée à partir des deux sites abordant cette question .
Cliquez

le voyage de la vie avec ma calèche


Conclusion

La métaphore de la calèche permet de porter un
regard imagé sur le processus de fonctionnement de l’être humain, parce qu’elle présente l’existence comme un voyage.

Pour qu’il soit réussi, il est nécessaire de respecter les 4 plans de l’être :

  • Premièrement, si la calèche (corps physique) est en mauvais état, comment pouvons-nous avancer sur notre chemin ?

         Par conséquent, il s’agit d’entretenir notre corps et de le respecter.

  • Deuxièmement, sans l’élan des chevaux (émotions), aurions-nous la force d’avancer ?

         S’il   est   nécessaire   de  nourrir  positivement  nos  choix  et  de  maintenir notre cap, nous  devons  également  apprendre à maîtriser nos émotions.

  • Troisièmement, si le cocher (mental) ne dirige plus et  ne maitrise pas ses chevaux, ou encore s’il ne prend pas soin d’écouter ses chevaux, que se passe-t-il ?

         Ce dernier risque de se couper de ses émotions. Or, elles sont un élan moteur de notre vie.

    • Et enfin, si le voyageur (voix intérieure) est mis de côté, comment pensons-nous trouver le sens profond de notre vie ?

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINE
Lire mon dernier article  cliquez pour accéder - Oh mon Dieu il gèle en enfer

Comment Adèle est sortie du puits ?


Choucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC NOTE de
Choucaline

De la mélancolie au spleen…
De la solitude à l’angoisse…
Du désespoir à la dépression….
Faites vous accompagner… AVANT..!!

Je suis fière d’avoir connu Mémé Marthe, magnétiseuse à l’ancienne, sans formation de psychologue, à mains nues et à voix haute …
Elle disait les avoir sorties du puits

Aujourd’hui, il ne reste plus que son petit fils CHOUBLANC pour nous éclairer sur la parabole du puits et de l’échelle de puisatier de son mari Pierre qu’elle utilisait pour ses soins.
Ambiance Ambiance …
Plongeons ensemble au fond du puits….. Secourir Adèle

Mémé me disait … Gamin, il faut que tu sois prêt à aller chercher les plus malheureux de tes malades… Ceux qui perdent espoir au point de tomber au fond du puits et d’y rester en se tenant la tête…
Le corps dans la  position du fœtus.

Pour ceux-là, ma grand-mère Marthe avait une technique qu’elle m’a transmise, pour tous les malheureux qui me liront, ou pour les mains d’or qui me suivent.
Je me dois de la léguer pour que chacun en fasse le meilleur usage…

Comment Adèle est sortie du puits?
Nous pourrions en citer 10 en citer 100 avec le temps qui est derrière moi….
Elles pleuraient au fond du puits….
Souvent c’est la mère, la sœur ou la fille, qui m’appelle au secours…
Il en fut ainsi pour Adèle.

Adèle n’avait pas plus de 30ans quand les douleurs les angoisses et les peurs ont provoqué un tel envahissement qu’elle s’est trouvé emportée et sans force.
Elle avait cessé à mon arrivée de tenter toute résistance… Elle était vide de l’intérieur du corps de l’esprit et de l’âme…!!!
Dire qu’elle avait mordu la poussière ne serait rien , car c’est bien plus bas que je l’ai prise en charge…
Adèle était au fond du trou, au fond d’un puits si profond que j’entendais à peine le son de sa voix et elle-même n’entendait plus depuis longtemps le chant des cigales qui faisaient  farandole  autour de ce vieux puits provençal….
Je me suis dit on va avoir du mal à s’entendre….

Je me suis rappelé comment faisait Mémé Marthe pour dialoguer avec Pierre mon grand-père, qui de par son métier de puisatier était le plus souvent au fond du puits.
– J’en ai fait du tricot sur les margelles des puits me disait-elle….  Alors fait comme moi penche toi vers le bord de la margelle sort ta tête qu’elle te voit dans ce cercle de lumière.
Le puits portera ta voix jusqu’à elle sans avoir besoin, ni de crier, ni de lever la voix….
Dialogue avec elle pour lui dire quels sont ses moyens propres pour sortir du trou …
Redonne lui de l’espoir un gout pour la vie qu’elle a perdu.

Dire à Adèle qu’elle avait de la chance d’être tombée dans un vieux puits sans eau… Lui dire qu’elle aurait pu se noyer ne la touchait guère …
Je le comprenais… C’est comme quand je suis « dans la caca » et qu’on me dit:
« ça aurait pu être pire » Certes elle comprenait mes mots compatissants… Mais la compassion, même si elle est nécessaire, ne remet aucune machine en marche, surtout dans le noir du fond d’un puits…!

Elle me fit pourtant la description de son état :
Rien de cassé , pas de douleurs du corps …. Que l’âme brisée… !
Les pieds eux était dans une boue gluante qui collait à ses chaussures …
– Ça me change pas beaucoup dit-elle  – «  je traine la godasse depuis des semaines »

– Me vois-tu ?
Regarde la lumière tout en haut…
– Oui je vois votre tête qui dépasse…
( je sentais Mémé Marthe qui jubilait que sa technique fonctionne ..
En effet Adèle levait la tête et regardait vers le ciel tournait la tête vers une élévation prochaine….)
– Là je vous vois mieux….
– Adèle tu ne peux pas rester dans ce trou seule dans le noir les pieds dans la boue….
– Peux-tu lever un pied en as-tu la force.. ?
– Je le lève péniblement sans le détacher… Mais à quoi bon cet essai… ?
Je suis si bas, je ne vois pas comment remonter la pente, la paroi est verticale et sans grandes saillies…
– je vais t’expliquer comment nous allons faire pour que tu te tires seule de là.
– Vous êtes bien bon cher monsieur… Mais moi, je me lamente en pleurant tous les jours d’être tombé si bas …
Moi qui me croyais si forte … ?
Dites moi quoi faire et je le fais… !
– Voilà ma chère Adèle, on sortira comme mon grand père Pierre le puisatier sortait de son puits en construction à l’heure du déjeuner, ou du café, pour venir en amuse-bouche embrasser Mémé Marthe.

Pépé Pierre m’a expliqué que lorsqu’il creusait, il fixait, dans la paroi, des échelons de ferrailles en U fixés entre les pierres, chacun aligné l’un au-dessus de l’autre.

Arrivé en bas du puits, il disposait d’une échelle murale pour grimper sans difficulté.

– Alors je te le dis Adèle cherche à tâtons dans le noir, balaye cette paroi, cherche la ferraille en U que le puisatier de ce puits t’a laissé à portée de main.
En disant cela, je constate que le soleil s’est positionné à la verticale du puits et en illumine le haut….

Après un long silence :

– je tiens quelque chose de très rouillé à main gauche ..
– Cramponne ma fille, cramponne et ne lâche pas.. !!!
– Je le tiens bien..!!!
– Soit logique, à la verticale de ta  main en contrebas, une même ferraille doit te servir de marche pied pour ton pied droit… Lève le jusqu’à lui.. je sais : C’est gluant, difficile à arracher ….
Allez LÈVE … LÈVE… LÈVE..!!!!

Les malades déprimés, et au fond du fond, ont beaucoup de peine à aller de l’avant.
La symbolique du pied immobilisé est un classique de l’absence de volonté de reprendre leur chemin de vie … Rappelons-nous le proverbe :
« C’est le premier pas qui coûte » ……  ou la maxime chinoise de Lao Tseu  :
«Le voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas »

– Il s’arrache… je cherche… il se pose… je prends appui ?
– Non pose-le simplement …. Lève ton bras Droit… Celui que tu m’as dit peser une tonne … Cherche l’autre échelon au-dessus de ta main gauche …..
Accroche ta main droite et reste comme ça
– AH AAAhhh … Voilà c’est fait…!!!
– Là tu m’attends, repose toi, stabilise-toi en station debout.

Il faut parfois donner un temps de repos entre les séances d’accompagnement pour que la personne constate et raisonne sur son avancée, son ascension,  son retour parmi ce monde qu’elle rejetait hier.

– Allez Adèle on reprend …
– On va coordonner les gestes car en toutes circonstances les ascensions sont toujours difficiles…
A mon top départ, ton bras droit, le plus haut, va tirer le corps, le pied gauche dans boue gluante se trouvera aidé quand tu vas le lever pour le poser sur l’échelon du dessus..
En même temps  ta main gauche lâche la ferraille et cramponne celle du dessus

La reprise de la marche en avant nécessite de décomposer les gestes mécaniques, pour les remémorer, lancer à la manivelle, pour que l’automaticité des mécanismes se remettent en route seuls.

– Allez Adèle on fait cette manœuvre ascensionnelle, et on garde la pose
– AH AH OH NON le pied gauche ne réponds pas, et pourtant je tire sur mes bras vers le haut
– Allez vas-y tu peux le faire … Tire encore et arrache (on est parfois coach sportif)
– HOULA LALA…. OUPS C’est fait..!!!
– Super..!! Fait la pause, et je te reprends ( parfois deux jours après)
– Quand je serai pas là : « Regarde le ciel et les nuages »

– Nous y revoilà. Tu te rappelles de la manœuvre.
On grimpe quelques échelons ensemble ensemble ensemble….
– AH oups et voila super j’y arrive plus facile
– BRAVO continue Adèle continue…
Ainsi je la vois gravir échelon après échelon… Remonter la pente.

Celle qui monte a donc retrouver l’envie de …VIVRE… J’ai l’esprit et l’âme en fête, car j’ai le regard figé sur le sommet de son crâne. Pour peu,  je vois presque briller une couronne dorée à cet emplacement symbolique ( chakra couronne… )
C’est comme la couronne de la reine des ténèbres montant vers la lumière)

il s’en écoula des minutes, des heures,  des jours, des semaines peut-être..
Je ne sais plus .. On était tous les deux en osmose … hors du temps…

Heureux jour, où de ma margelle, je vois apparaitre une main…

Heureux jour, où de ma margelle, je vois apparaitre une main, enflée par l’effort, salie par la rouille …
Puis très doucement, comme ayant peur de la lumière, sa tête apparait ….
Mon sourire se perd dans son regard apeuré…
Ce n’est que longtemps après, que j’ai réussi à la convaincre de sortir pour s’assoir sur la margelle au soleil à mes cotés .
Elle semblait ne pas vouloir quitter le contact de SES pierres qui était sa demeure depuis si longtemps.

Vous noterez que nous ne lui avons pas tendu la main pour l’aider à sortir …
On doit éviter de voler la victoire au malade : C’est son combat..!
Souvent quand nous amenons des malades à la lumière ….
A la porte de la guérison, ils restent comme hébétés à regarder la vie qui défile, en ayant peur de s’insérer dans la file… Crainte de reprendre le cours des choses, avec la peur au ventre de rencontrer en chemin une connaissance qui va lui dire :
« 
Comment tu vas… j’ai appris… »         Ne leur dites jamais ça  …
Mais plutôt «
On est contents de te revoir, on t’attendait »

Même pour moi, longtemps après, quand je rencontre mes anciens malades …
Ils font mine de ne pas me reconnaitre, car je représente pour eux (
et c’est dommage)
le chien de garde de leur enfer… Ils ne veulent donc pas prendre le risque de venir le caresser … Même du regard..!

Pour l’aider à se libérer de ses pierres, je lui ai demandé d’ancrer ses pieds au sol, de sentir la terre et de se laisser attracter …
Elle ressentit immédiatement des picotements dans ses orteils..
La terre était avec nous…!
Je me suis assis à ses côtés ma main posée contre la sienne.
Le soleil brillait tellement fort que sa chaleur remplaça vite la mienne et j’entends dans ma tête :
– “Tournez, Tournez sur ce cercle de l’alliance”
De ma bouche quelqu’un d’autre lui dit :
– Adèle glisse vers la droite, sans te lever car tu n’as pas encore toutes tes forces.
Je fais moi aussi ce glissement vers elle, sans me lever de la margelle brulante.
– On tourne maintenant au rythme du soleil, comme sur le cadran d’une horloge
– Je suis aveuglée de sa lumière et de sa chaleur dit-elle
C’est vrai que ce jour là, le soleil n’a pas arrêté sa course pour contempler sa “résurrection”, sa   “renaissance”… Nous sommes restés tard, au point, qu’il n’y a avait plus que la lumière orangée du soleil couchant pour éclairer la scène.
Je l’ai abandonnée en voyant que l’obscurité ne lui faisait plus peur…
Ce noir n’était plus celui du puits… Le ciel au dessus de sa tête…  de son esprit, avait pris ma place, et lui offrait complice un semis étoilé. Ce jour là, aucune étoile ne voulait s’imposer à elle.
– Cherche-la seule Adèle, celle qui brillera pour toi sera ta bonne étoile.

Sans nouvelles je m’interrogeais sur son nouvel itinéraire.

Je n’ai pas résisté à revenir prés du puits, où heureusement la margelle était vide …
Rassuré et immédiatement inquiet, je me suis penché pour voir le fond du puits silencieux autant qu’obscur… il n’y avait même plus de boue…?
Logique puisque personne ne pleurait plus dedans…
Mais dans un coin, un reflet de métal m’a fait comprendre qu’on avait jeté là une pièce de monnaie. (Selon la tradition en jetant une pièce dans un puits, on peut faire un vœux qui se réalise dans l’année).

je sais, au fond de moi, que c’est elle qui a fait ce geste en y venant comme moi en pèlerinage …
C’était devenu le lieu, où les miracles du ciel et de la terre se confondent… Je me suis dit :
« On a fait de notre mieux pour elle »
A ce moment là, j’ai senti sur mon épaule cette même main de Mémé Marthe, qui vient chaque fois me réconforter pour me dire … « Sans les efforts d Adèle  sans sa ténacité et sa combativité retrouvée,  nous n’étions RIEN TOI ET MOI »
ALLEZ GAMIN .. Passe ton chemin, la vie te mettra hélas d’autres  vieux puits,  abandonnés de tous , comme le sont tous ceux qui tombés dedans nous attendent….
Elle me répète chemin faisant  » La terre,le soleil et l’eau ne sont rien sans un vent favorable »
Aujourd’hui, là haut, elle doit être en colère de ce récit, car elle m’a toujours dit :
« La mer ne se vante pas d’être salée … Alors toi non plus »

Si je vous ai conté ceci, c’est point pour ma gloire, mais pour la formation du groupe  des youngsmediums qui suivent les conseils de tous les « anciens » (magnétiseuses et magnétiseurs et autres médiums).
Il me reste à leur dire, comme à vous tous, qu’avant de quitter le puits d’Adèle , moi aussi j’ai jeté ma pièce et j’ai fait un vœux… (dans la tradition il est interdit de le révéler sous peine de ne pas voir sa réalisation)
Quand j’ai ré-ouvert mes yeux pour regarder si je voyais ma pièce …. il y en avait trois..!!!
Celle d’Adèle, la mienne et … celle de Mémé Marthe qui brillait plus que les nôtres (
sacrés anciens, ils ont toujours de la monnaie sur eux).…. Mon vœux s’est réalisé, je peux le dire… Elle est toujours là avec moi… et peut être pour vous un jour….
Quand le soleil se sera éteint pour moi et que je me baignerais dans une autre lumière… Si sur votre chemin de vie vous rencontrez un vieux puits abandonné… Fermé les yeux, lancez votre pièce et vérifiez….
La mienne sera là …. Plus brillante (Enfin si Saint Pierre a de la monnaie pour moi)

Choucaline plus proche de toi tumeurChoucaline        A LIRE: Un âne sortant du puits …        Quelle vérité….!