Archives par étiquette : amour

blagues du vendredi 24 juin 2022

HIER SAINT JEAN  …… SAINT JEAN…
et on bouscule le jour des blagues…!!!!
Assez de BonDieuseries …!!!!
Il est temps de rigoler


BLOG NOTRE
MARRANT

HUMOUR :

Un peu de rire contribue à une certaine sérénité

On peut en rire…. Et v’lan dans les dents !

COCCOVVVIIIIIIDDDD…

 C’est beau l’amour …!
Voilà une belle déclaration …!
 

Par un beau soir d’été, les cigales se sont tues !
Assis à la terrasse, près de sa femme, le vieil homme, écoutant le silence, sirote son apéro.
Soudain, il dit :
– Je t’aime tellement, je ne sais pas comment je pourrais vivre sans toi !
Sa femme lui demande alors :
– Est-ce que ça vient de toi .. ou est-ce le Ricard qui te fait parler ?
Et là, il répond :

– C’est moi … qui parle au Ricard …!

 

Un très vieil homme était étendu, mourant, dans son lit.
Soudain, il sentit l’odeur de ses biscuits aux pépites de chocolat favoris…
Il prit le peu de force qui lui restait pour se lever du lit.
Se tenant au mur, il se dirigea hors de la chambre à coucher.
Et avec un plus grand effort, il descendit l’escalier en tenant la rampe avec ses deux mains.
En respirant péniblement, il se tint dans le cadre de la porte regardant vers la cuisine. S’il n’avait pas été à l’agonie,
il se serait cru déjà au ciel…
Là, dans la cuisine, sur la nappe, il y avait des centaines de ses biscuits favoris.
Était-ce le ciel ? Était-ce un acte héroïque de sa femme dévouée désirant qu’il quitte ce monde en homme heureux ?
Dans un ultime effort, il rampa vers la table, se soulevant péniblement avec ses mains tremblantes, et tenta de prendre un biscuit.
Soudain, il reçut un coup de spatule sur la tête.
« Touche pas ! «  Lui dit sa femme, « c’est pour l’enterrement… »


Ah les femmes…. Les femmes…
Les femmes


– Un problème mon
petit gars…???
EUHHHH… NON….. NON….
La dame qui est dessous va me l’expliquer
……

  Il a fait très chaud cette semaine
Ces dames ont pris des libertés vestimentaires

Le curé et le lavoir.

Dans un village de Vendée, le vieux curé,  » à l’ancienne » ne voulait pas entendre les femmes lui dire en confession qu’elles avaient trompé leur mari.

Si bien que, lorsque c’était le cas, il leur demandait de dire : « Monsieur le curé, je suis tombée dans le lavoir. »

Un jour, le vieux curé part à la retraite et un jeune prêtre vient le remplacer.

Avant de partir, le vieux curé le présente aux notoriétés et lui explique la vie du village mais bien sûr sans dévoiler le secret de la confession.

Chaque dimanche l’église est pleine mais à la confession, le vendredi, une phrase revient relativement souvent :

« Monsieur le curé, je suis tombée dans le lavoir. »

Au bout de quelques semaines, le jeune prêtre va voir le maire à la fin de l’office et lui demande de faire faire le plus rapidement possible des travaux au lavoir pour arrêter tous ces accidents.

Le maire, étant au courant de la fameuse phrase, lui tape sur l’épaule et le rassure en lui disant que ce n’est pas bien grave et qu’il n’ y a jamais de « blessées« .

Le jeune curé lui répond : « A votre place, je ferais tout de même quelques travaux…car votre épouse est tombée trois fois dedans cette semaine !

Eh PAPY..tu m’as dit comment Dieu créa Adam et Eve.
Faut peut être que moi je t’explique la suite de cette affaire…
Voilà la suite…

– Si vous aimez les blagues un peu salée alors je vais rajouter mon grain de sel….

Au commencement, Dieu créa Adam.
Adam était donc assis et regardait autour de lui :
La lune, les étoiles, le ciel, les lacs, les rivières, les animaux, les oiseaux, les abeilles et toutes les merveilleuses créations de Dieu.

Au bout d’un certain temps, Dieu pensa qu’Adam avait besoin d’une compagne, et tout naturellement, il créa Éve en se disant que c’était un bon système pour maintenir l’espèce.

Lorsqu’Éve fût créée, Dieu se dit qu’Adam trouverait bien la combine pour l’aborder,…
mais rien !

Adam et Éve se regardaient dans une totale indifférence…

Un beau jour, alors qu’Éve était un peu à l’écart, Dieu appelle Adam et lui dit:
Adam, pourquoi ne pas aller voir Éve et lui donner un baiser?
Adam répond:
– Dieu, qu’est-ce qu’un baiser?
Après la divine explication, Adam va retrouver Éve et lui donne un baiser.
Adam revient avec un sourire jusqu’à ses oreilles.
Du coup Dieu dit à Adam:
– Adam, maintenant, pourquoi n’irais-tu pas voir Éve pour lui faire un petit câlin? »
Adam répond:
– Dieu, qu’est-ce que c’est un petit câlin?

Après la divine explication, Adam retrouve Éve et lui fait un petit câlin, et il revient avec un sourire jusqu’à ses oreilles.

Du coup Dieu dit à Adam (on progresse):
– Adam, maintenant, pourquoi n’irais-tu pas voir Éve pour conclure, enfin, pour lui faire l’amour?

Adam répond:
– Dieu, qu’est-ce que c’est faire l’amour ?

Après la divine explication, Adam retrouve Éve …
Mais cette fois-ci il revient l’air un peu déboussolé.

Dieu lui demande alors ce qui ne va pas, et Adam répond:
– Dieu, qu’est-ce que c’est la migraine? …

 

C’est la fin de la messe .. et le curé vient saluer les personnes à la sortie de l’église.
Un petit garçon s’approche … et le curé l’entraîne à part pour lui dire :

– Écoute Jojo … Tu viens à la messe, et tu communies tous les dimanches, c’est très bien et je sais que tu es un garçon très bien élevé par ta mère.
Mais quand je te donne l’hostie, Bordel de merde … évite de me dire :
« Merci papa» ! “

LA DEVINETTE

Qu’y a-t-il dans un pantalon d’homme que vous ne trouverez pas dans une robe de fille

les poches

 

 

SOURCES : Mes CONTRIBUTEURS
illustrations inédites de Catala pour la Chouette

PAPY MARRANT

Share Button

Fêtes des pères… donc des papys aussi….


VETEMENTS ET ACCESSOIRES    SANTÉ ET SOINS DU CORPS    VOYAGES VALISES

BLOC FESTIF

par wiki

« Un père enseigne tous ses enfants par l’exemple qu’il leur donne. » Confucius

Nous les potes âgés,  on est heureux deux fois… surtout si la petite graine que vous avez semé un jour vous amène les derniers sortis du chou ou de la rose….!
Pour fêter cela avec la sensibilité de chacun nous avons demandé à quelques uns de nos rédacteurs de l’exprimer à leur manière.

Pour être brefs chacun à droit à un dessin et un seul.


MA2  A l’approche de la fête de la musique a préféré les chansons…….
C’est elle qui commence…!

CHOUCALINE

CATALA S’EST FENDU DE SON DESSIN

C’est une opération compliquée
pour
Abel et Maribel


Voyons de quoi

ils papapottent
ensemble

 


CHOU BLANC

A saint joseph patron des pères de famille


« La mission du père, c’est de nommer, mais aussi de faire vivre, de faire grandir, d’initier.
Le père n’est pas un expert.
La paternité n’est pas un métier.
Elle ne repose pas sur une technique.
Elle est un compagnonnage.
Elle s’apprend avec le temps. La transmission paternelle se réalise par osmose, par exemplarité, par capillarité.
Le père transmet un art de vivre. »

Monseigneur Dominique Rey :  Évêque du Diocèse de Fréjus-Toulon, à l’occasion de la Fête de saint Joseph

CHOU VERT

Clique, c'est pour toi Papy

                    Mon premier dessin c’est celui de Mamie vigie
Voici le mien pour la fête des pairesCHIC DES PAIRES DE BOULES O-PUT


CHOU ROUGE le militant

Moi je souhaite que nous avancions de 10 ans. Voici  comment vous vivrez la fête des pères de 2030 ( enfin pour les potes qui seront toujours là)

« La terre nous est prêtée…
RESPECTEZ LA TERRE DE VOS ENFANTS  »

Share Button

Le petit garçon et le chef d’orchestre

Logo allez mamy raconte étéALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Tout cet été dans la Chouette, ma Mamy se transformera en conteuse de bord de mer….ou d’Arrière pays….
Préparez les esquimaux glacés…..
Pour les autres ….??
ceux qui sont rentrés le nez dans leur cartable ….
Ben..! Faisons les rêvez…..!
Aujourd’hui:

Le petit garçon et le chef d’orchestre

 

La Fille aux Cheveux de Lin
CLAUDE DEBUSSY

 

logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi, j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler  d’enfants qui faisaient l’expérience de la vie …. à la lumière de leur erreur nous grandissions avec plus de sagesse et plus de confiance en nous … il en fut ainsi du joueur de trombone….

LE CHOURISTE– OOOH OOHH OOHH Raconte Raconte…..
On patiente..!!!! La moitié d’entre vous ne savent même pas ce que c’est qu’un trombone.. prenons 2 minutes … photo et explication incluse

  • Trombone- Instrument de musique
  • Le trombone est un instrument de musique à vent et à embouchure de la famille des cuivres clairs. Le terme désigne implicitement le trombone à coulisse caractérisé par l’utilisation d’une coulisse


Trombone à coulisse par amidesorgues

logo mamy raconte aux pitchous Le petit garçon et le chef d’orchestre

Un orchestre arriva un jour dans une ville pour tenir la parade annuelle. Malheureusement, un des jeunes qui jouait du trombone et qui faisait partie de l’orchestre, est tombé soudainement malade.
cheforchestre

logo mamy turlututu smallLe chef d’orchestre, en désespoir de cause, s’est adressé à la foule, juste avant le début de la parade, pour s’informer si quelqu’un savait jouer du trombone et pouvait venir remplacer le jeune garçon malade.

Parmi la foule, un adolescent d’une douzaine d’années a levé alors sa main et a crié: «Oui, oui, moi je peux, moi je peux!

En toute hâte, le chef d’orchestre lui a remis le trombone et
les partitions de musique qu’il devait jouer.
Peu de temps après le commencement de la parade, le chef d’orchestre s’est aperçu rapidement que le jeune garçon ne savait pas jouer de trombone du tout. Il avait de la difficulté à tenir son instrument, il était incapable de rester dans les rangs avec les autres
musiciens, mais le pire de tout, c’est qu’il effectuait toutes sortes de bruits bizarres avec son trombone. Il faisait tout, sauf jouer ses partitions.

Tout de suite après la fin de la parade, le chef d’orchestre s’est empressé d’aller voir le jeune en question et lui a demandé sur un ton assez hostile:

«Pourquoi m’as-tu dit que tu savais jouer du trombone, alors que de toute évidence tu ne sais vraiment pas en jouer?  »

ET le jeune garçon de répondre:

«Comment vouliez-vous que je sache si je savais jouer ou non, je n’avais jamais essayé avant! »

logo jonas étéLE CHOURISTE

– « Le jeune garçon de notre histoire avait décidé de passer à l’action.
Plusieurs personnes par contre font tout le contraire…..


Elles font l’erreur d’attendre que tout soit parfait avant de passer à l’action.

Oubliez cela, le moment idéal n’arrivera jamais. Si vous attendez par exemple pour partir de chez vous que tous les feux de circulation en ville soient verts, vous allez demeurer chez vous toute votre vie.
 il est impossible de gagner quoi que ce soit sans commencer.
Plus j’avance en âge, moins je porte attention à ce que les gens disent, j’observe seulement ce qu’ils font.
Peu importe le domaine choisi, ce qui compte d’abord, c’est de commencer.
Sans action, les rêves resteront toujours des rêves et les projets toujours des projets.
C’est seulement quand on met en œuvre son idée qu’elle prend toute sa valeur. Certaines choses peuvent arriver à ceux qui attendent, mais seulement les choses qui restent à ceux qui se dépêchent.
Tout comme le petit garçon de notre histoire, passez à l’action concernant vos projets, de sorte que lorsque vous mourrez, votre musique ne mourra pas avec vous.

jonas

– « Il y a pire dans la vie que de ne pas avoir réussi. C’est de ne pas avoir essayé.»

  SOURCE: Patrick Leroux 
(Livre : Pour le cœur et l’esprit)
Description :
Les histoires émouvantes et exaltantes m’ont toujours fasciné. Déjà tout petit, je prenais un réel plaisir à écouter mes parents et mes grands-parents m’en raconter pour m’endormir. Puis enfant, elles servaient à me transmettre leurs valeurs, et à éveiller mon imaginaire et à stimuler mon apprentissage. Je suis persuadé que vous découvrirez dans ce recueil plusieurs histoires qui vous réchaufferont le coeur et stimuleront votre esprit.

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est un autre épisode….

Share Button

Mamy raconte : Le Bâton tape

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de fumée, la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire… ça y est.. vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !
– Alors.. ACTION Mamy..! Raconte nous une légende pour petits et grands…!!

Le bâton tape

jonas– HEIN MAMY QU’ELLE EST POUR LES PETITS COMME MOI….
– OUI MON PETIT

 

Logo mamy raconte DIl était une fois une famille pauvre qui comptait trois fils :    Pierre, Jacques et Jean.
Un jour, Pierre, l’aîné, dit :

« Je vais aller chercher du travail ; je reviendrai quand je serai riche. »
Il partit sur la grand-route et marcha, marcha. Un soir, n’ayant plus qu’un croûton de pain à se mettre sous la dent, il rencontra une vieille qui lui demanda :
« Voulez-vous m’indiquer le chemin pour aller à Châteauguay ? »
Pierre la renseigna, puis elle dit :
« Avez-vous quelque chose à donner à une vieille pauvresse ? » Pierre lui donna son croûton de pain. La vieille l’accepta et lui dit :
« Je suis une fée. Pour te remercier de ta gentillesse, voici une nappe blanche. Tu n’auras qu’à dire : « Nappe, mets la table ! », et aussitôt des mets de toutes sortes s’y déposeront tout seuls.
— Oh, merci, merci ! » fit Pierre, s’empressant de reprendre la route en direction de chez ses parents. Il marcha, marcha d’un bon pas, mais la nuit arriva. Il était fatigué, alors il s’arrêta dans une auberge. Avant de dormir, comme il avait faim, il sortit sa nappe et commanda :
« Nappe, mets la table ! » Aussitôt la nappe se déplia sous ses yeux et se couvrit de mets succulents et de fruits appétissants. Mais l’aubergiste avait vu le manège et, dans la nuit, il vola la nappe qu’il remplaça par une autre identique.
Le lendemain matin, Pierre quitta l’auberge et fila vers sa maison.

« Voyez, s’empressa-t-il de dire à ses parents, je rapporte une nappe merveilleuse qui se couvre de mets et de fruits délicieux. Vous allez voir ! »
Il sortit la nappe blanche de son sac et lança :
« Nappe, mets la table ! » Mais la nappe resta pliée et rien n’apparut. Alors Pierre la saisit, la déplia, l’examina et constata que ce n’était pas la sienne.
« Ce doit être l’aubergiste qui me l’a volée ! »
s’écria-t-il, tout penaud.

Logo mamy raconte DAlors, l’un de ses frères, Jacques, annonça tout à coup :
« Moi aussi, je pars chercher du travail. Et je retrouverai bien la nappe de Pierre. »

À son tour, il marcha, marcha. Il arriva un bon matin au bord d’une rivière sans beaucoup d’eau où était assise une vieille femme toute courbée par l’âge. Le voyant approcher, elle l’interpella :
« Voulez-vous m’aider à traverser la rivière ? » Jacques y consentit sans hésiter. Arrivée sur l’autre rive, la vieille lui dit :
« Je suis une fée. Pour te récompenser de m’avoir secourue, je te donne cette poule. » Et elle sortit une poule de sous son manteau, ajoutant :
« Dis : « Poule, ponds-moi de l’or ! » et elle pondra de l’or. »

Enchanté, Jacques remercia la vieille et s’empressa de rentrer chez ses parents. Il marcha longtemps et finit par s’arrêter pour dormir à l’auberge où son frère Pierre avait fait halte. Il monta à sa chambre et dit à sa poule :
« Poule, ponds-moi de l’or ! » Et la poule pondit trois œufs d’or. Pour payer sa dépense, il en donna un à l’aubergiste qui eut des doutes sur sa provenance. Durant la nuit, ce dernier alla dans la chambre où dormait son client, vit la poule et la vola. Il la remplaça par une autre en tout point semblable.

Le lendemain, Jacques arriva à la maison tout joyeux en disant :
« Voyez ma jolie poule ; elle pond de l’or ! Regardez bien ! » Il posa sa poule sur la table et dit :
« Poule, ponds-moi de l’or ! » Tout ce que fit la poule ce fut de branler la tête et de chanter :
«Caque-caque-canette. » Jacques était bien peiné. Il s’écria :
« Ah, c’est le vilain aubergiste qui m’a volé ma poule ! »

Logo mamy raconte DAlors, Jean, le plus jeune des trois frères, dit :
« C’est à mon tour de tenter ma chance. Je pars chercher fortune. »

Comme ses frères avant lui, il marcha, marcha sur le chemin. Puis, à la tombée du jour, il arriva à l’orée d’un grand bois où se tenait une vieille femme, qui lui dit :
« Mon cher petit, voulez-vous m’aider à traverser ce bois ? Il fait bien noir, et j’ai peur des voleurs.
— Volontiers », dit Jean.
Il prit alors la main de la vieille et la conduisit de l’autre côté du bois. Arrivée là, la vieille se redressa et déclara :
« Je suis une fée. Pour te récompenser de ta gentillesse, je te fais cadeau de ce bâton. Tu n’auras qu’à dire : « Bâton, tape ! », et aussitôt il se mettra à taper sur qui tu voudras. »
Jean était enchanté. Il remercia la fée et se dirigea bien vite vers la maison où l’attendaient ses frères et ses parents. Mais la nuit tomba, et Jean était fatigué. Il s’arrêta dormir à l’auberge, la même où ses frères avaient fait halte.
Après une bonne nuit de repos, il demanda à l’aubergiste :
« C’est vous qui avez volé la nappe de mon frère, la nappe qui met la table ?
— Jamais de la vie ! répliqua l’aubergiste. Je n’ai rien volé du tout !
— Vous allez me la rendre ou je vous fais cogner par mon bâton, dit Jean.
— Je n’ai rien à vous rendre, protesta le bonhomme.
— Soit ! fit Jean. Alors, bâton, tape ! »
Aussitôt le bâton s’abattit sur les épaules de l’aubergiste. Bang ! Bing ! Pan, pan !
L’aubergiste se sauva en se lamentant et en criant :
« Arrêtez ! Arrêtez votre bâton ! »
Pas tant que vous ne m’aurez pas rendu la nappe de mon frère », répondit Jean.
Le corps meurtri, l’aubergiste sortit enfin la nappe blanche du buffet et la donna à Jean qui arrêta son bâton. Puis, le jeune homme s’en alla sur le chemin. Mais, le soir même, le voici de retour demandant asile pour la nuit. Et le lendemain matin, il dit à l’aubergiste :
« Maintenant, rendez-moi la poule que vous avez volée à mon frère.
— Je n’ai pas volé de poule ! protesta l’aubergiste.
— Si vous ne me la rendez pas, je vous fais cogner par mon bâton.
— Non, non ! Je n’ai pas ta poule ! » hurla l’aubergiste en se sauvant, car il avait très peur des coups de bâton.
Jean lança : « Bâton, tape ! » Le bâton courut après le bonhomme, lui sauta sur le dos et lui tapa sur les épaules. Le bâton tapa. Bing ! Bang ! Pan, pan ! Le vilain aubergiste cria et se roula par terre, mais le bâton continuait de taper. Bing ! Bang ! Pan, pan ! N’en pouvant plus de douleur, l’aubergiste alla chercher la poule et la remit à Jean, qui arrêta son bâton et reprit la route.
En chemin, il rencontra trois voleurs qui lui dirent :
« Donne ta poule et tous tes biens, sinon nous te pendrons à la plus haute branche de cet arbre.
— Laissez-moi passer, dit Jean, ou je vous fais massacrer par les coups de mon bâton.
— Ha, ha ! dirent les voleurs, riant de ses menaces. Nous allons te pendre !
— Bâton, tape ! » cria alors Jean.
Et le bâton s’abattit comme la grêle sur les épaules des voleurs. Bing ! Bang ! Pan, pan ! Les voleurs épouvantés s’enfuirent, poursuivis par le bâton déchaîné. Bing ! Bang ! Pan, Pan ! Jean rappela son bâton et se remit en route. Il arriva chez ses parents et s’exclama joyeusement :

« J’ai tout rapporté : la nappe, la poule, et mon bâton qui cogne quand je le veux. Voici la nappe. « Nappe, mets la table ! » lança Pierre. Aussitôt la nappe s’étala et se couvrit de mets et de fruits appétissants. Jean sortit la poule de son sac, et Jacques dit :
« Poule, ponds-moi de l’or ! » Et la poule pondit trois œufs d’or.
Ce fut alors, dans la pauvre demeure, une soirée de réjouissances agrémentée d’un festin de roi.
Pierre, Jacques et Jean avaient vraiment fait fortune. Ils rendirent la vie douce à leurs parents, et tous les cinq vécurent heureux et contents jusqu’à la fin de leurs jours.

l'accés au poème sonore est à droite

SOURCE :
https://www.iletaitunehistoire.com/genres/contes-et-legendes/lire/biblidcon_052#histoire


logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est un autre épisode….

Share Button