Archives par étiquette : contes

ALLEZ MAMY RACONTE: Le pari de Dame la Chance

ALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette, ma Mamy se transforme en conteuse au milieu du froid de l’hiver……
C’est comme ça qu’elle vous fera rêvez…..!   Aujourd’hui:
Le pari de Dame la Chance


logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler d’histoires qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à modifier mon comportement ma manière d’être ou de me conduire avec les autres….. Je me rappelle de celle ci qui m’a amené à changer mon regard sur l’autre … L’autre ce mystère qui n’ait pas moi …. et pourtant si proche….!

ÉCOUTEZ-LA VOUS AUSSI POUR QUE DEMAIN VOUS SOYEZ MEILLEURS …

logo mamy turlututu small– Alors.. ACTION Mamy..!
Raconte nous un conte espagnol

OUI OUI ..!  Depuis QUE ANNA MARIA nous a quitté, c’est lui faire grand honneur de nous unir tous en pensée autour d’un conte espagnol… je crois d’ailleurs que la grand mère de ANNA MARIA lui racontait surement  ….
Il s’agit du   Pari de Dame la Chance…..

Logo mamy raconte DDame la Chance et Seigneur la Richesse se connaissaient depuis longtemps et vivaient en bonne amitié. Ils ne pouvaient se passer l’un de l’autre: là où il allait, elle allait aussi. Et ils se sentaient si bien ensemble qu’ils décidèrent finalement de se marier.
Ce qui fut bientôt fait.

On disait d’eux qu’ils s’aimaient comme deux tourtereaux, mais qui les connaissait d’un peu plus près savait bien que ce n’était pas l’exacte vérité.

dame chance et monsieur richard
C’était en réalité un couple bien étrange. Seigneur la Richesse amassait constamment or, argent et objets précieux, tout ce qui pouvait avoir une quelconque valeur. C’est ce qui lui avait valu son nom, même si les gens l’appelaient aussi Monsieur l’ Avare, Monsieur l’Argent, Monsieur la
Bourse et de bien d’autres façons encore.
Il était replet, de taille plutôt petite, sa tête ronde luisait comme l’or des Indiens, sur sa ceinture miroitait de l’argent mexicain, ses pieds tors étaient parés de chaussures du cuir le plus fin ornées de boucles en cuivre de Ségovie.

logo mamy turlututu smallDame la Chance semblait belle à première vue, mais c’était une femme instable et changeante comme le temps d’avril. Elle ne tenait pas en place,était extrêmement curieuse, et variait d’humeur dix fois par heure. Elle voulait décider toute seule de tout, sans arrêt elle ordonnait, commandait,ne se préoccupant nullement des prières et des promesses qui lui étaient
adressées. En bref, elle ne faisait toujours et partout que ce qui lui passait
par la tête.

Il n’est donc pas surprenant que peu de temps après leur mariage, des querelles soient survenues entre eux. Dame la Chance voulait en effet dominer son mari et exigeait qu’il lui obéît en tout, aveuglément. Malheureusement, celui-ci avait la même prétention vis-à-vis d’elle. L’un et l’autre voulaient commander et aucun des deux n’était prêt à faire la moindre
concession. Madame avait ses humeurs, Monsieur était d’une extrême vanité. Ainsi criaient-ils et se disputaient-ils du matin au soir et du soir au matin.

Les choses duraient ainsi depuis un certain temps déjà, quand Dame la
Chance dit à son mari:

monsieur richard– Tu dois quand même reconnaître que je suis plus puissante et plus forte que toi. Admets-le et entre nous, tout redeviendra de nouveau comme avant.

Seigneur la Richesse trembla de colère.

– Toi, plus forte? C’est ridicule! Quand te mettras-tu enfin dans la tête
que c’est moi le plus fort!

dame chance– S’il en est ainsi, reprit Dame la Chance, alors mesurons-nous. Le
vainqueur aura le droit de commander. Es-tu prêt?

 – C’est entendu,. répondit Je mari çui s’empressa d’ajouter: même s’il ne fait aucun doute que je suis le plus puissant.

pauvre homme– Alors regarde là-bas, sur la colline, ce pauvre homme assis sous l’olivier: il se lamente, car quelque chose le tourmente. Nous allons voir qui de nous deux saura le mieux l’aider.

Et ils s’engagèrent sans plus attendre sur le sentier qui menait à l’olivier.
Dame la Chance marchait d’un pas léger, fredonnant, sautillant de fleur en fleur, tandis que son époux avançait avec peine, soufflant à chaque pas et essuyant à tout instant son front trempé avec un mouchoir de soie. Puis Dame la Chance se cacha derrière un buisson tandis que Seigneur la Richesse abordait l’infortuné.

– Bonjour, brave homme, dit-il amicalement.

L’homme souleva son chapeau pour le saluer et répondit:
– Bonjour à vous aussi.

Monsieur rIchard et le pauvre homme

Le seigneur au gros ventre lui demanda:
– Tu ne sembles pas me connaître?

Le paysan fit non de la tête.
– Non Monsieur, je ne vous ai jamais vu de ma vie.

– C’est bien ce qu’il me semblait! fit le gros ventru en souriant. Et je ne crois pas être loin de la vérité si je dis que tu as des soucis.

Le paysan soupira:
– Monsieur, j’ai six jeunes enfants. Mais comment les nourrir, si personne ne me donne de travail? Et vous me demandez si j’ai des soucis!

jonas
Mamy je peux peut être casser ma tirelire pour lui
– T’es gentil mon petit Jonas …
mais ce sera pas la peine…
Écoute la suite…..


Le gros ventru sortit de sa poche une pièce d’argent et lui tendit en disant:

– Prends cet argent et achète-toi quelque chose, qu’au moins tu aies
un peu de joie!

Logo mamy raconte DLe pauvre remercia, prit la pièce d’argent et courut vers le village, chez le boulanger, acheter du pain et de la farine pour nourrir ses enfants.

Il tenait déjà la miche de pain dans sa main, mais lorsqu’il chercha dans sa poche la pièce d’argent, il n’y trouva qu’un trou. La pièce avait disparu.
Le pauvre homme rendit la miche au boulanger, ressortit et, pas à pas, chercha la pièce, mais en vain.

Dame la Chance et Seigneur la Richesse suivaient la scène de loin. Le gros pansu grimaçait, sa femme lui riait au nez.
Seigneur la Richesse, qui n’aimait pas que l’on se moque de lui, se fâcha et partit sur ses petites
jambes pour le rattraper.

monsieur richard– Que t’est-il arrivé? lui demanda-t-il. Pourquoi te lamentes-tu ainsi?

pauvre homme– Monsieur, gémit le pauvre, j’ai perdu votre pièce d’argent à cause d’un trou dans ma poche, et mes enfants vont continuer à avoir faim.

 

– BEN Mon colon….. Il en a eu du pot ce gars … parce qu’en plus il aurait pu être noir…!!!!
– Tais toi donc nigaud….

Alors le gros ventru lui donna une pièce d’or et dit avec bienveillance:

– Va chercher ce dont tu as besoin. Mais ne mets pas cette pièce dans ta poche, pour ne pas la perdre de nouveau!

Le pauvre le remercia, serra la pièce d’or dans sa main et se précipita chez le marchand.
Il choisit de la nourriture, des vêtements pour sa femme et ses enfants, et donna la pièce au marchand.

Celui-ci le regarda, puis sa pièce d’or toute neuve et brillante, et s’écria:

– Imposteur! Tu espérais peut-être que je ne m’apercevrais pas que ta
pièce est fausse? Je vais te dénoncer à la justice!

Le malheureux s’enfuit du magasin comme s’il avait le diable à ses trousses. Il gémit, se lamenta, et voilà que sur son chemin, il rencontra de nouveau le gros ventru sur ses jambes torses.

– Monsieur, s’exclama-t-il brusquement, vous m’avez entraîné dans le
malheur! Cette pièce d’or était fausse et à présent je risque la prison! Mes
enfants vont périr de faim, que vont-ils devenir sans moi?

monsieur richardSeigneur la Richesse se mit en colère. Il sortit de sa poche une bourse
pleine d’argent et la donna au pauvre:

– Va maintenant, et fais-en bon profit!

Le pauvre le remercia, serra la bourse sur sa poitrine et courut tout heureux chez lui.
Mais dans le bois, près du village, des brigands l’attaquèrent. Ils lui dérobèrent sa fortune, son chapeau et sa chemise, et lui infligèrent une correction.

Dame la Chance observait de loin ce qui se passait. Quand les brigands eurent disparu dans le bois, elle se tourna vers son mari et déclara d’un ton résolu:

dame chance et monsieur richard

– A présent, cela suffit! C’est à mon tour d’agir !   Regarde bien !

logo mamy turlututu smallElle souffla légèrement dans sa main et aussitôt, quelque chose brilla sur le sol devant le pauvre. Celui-ci cessa de se lamenter, s’approcha, et constata que c’était sa pièce d’argent perdue.
Il la ramassa et courut à nouveau vers le village acheter de la nourriture et des vêtements pour sa femme et ses enfants. Sitôt qu’il entra dans le magasin, le marchand l’embrassa en s’écriant:

Excuse-moi de t’avoir offensé! Je pensais que cette pièce d’or était fausse. Je l’ai apportée au tribunal, et là, après l’avoir examinée, on m’a assuré qu’elle était au contraire du plus bel or. Voilà ta pièce, je te la rends. Garde-la; ce que tu avais choisi, je te l’offre, et pardonne-moi de
t’avoir soupçonné!

Le pauvre retourna tout heureux chez lui. Alors qu’il traversait le bois, les gendarmes surgirent devant lui: ils emmenaient avec eux les bandits ligotés. En voyant le pauvre, ils s’arrêtèrent et dirent:

– Tu es sans doute l’homme qu’ils ont dépouillé! Ils ont déjà avoué t’avoir dérobé non seulement ta fortune, mais aussi ton chapeau et ta chemise. Voici ton bien !

Le pauvre reprit sa bourse, sa chemise et son chapeau et se précipita chez lui sans plus attendre. Dès lors, ses enfants ne connurent plus jamais la faim.

dame chanceEt Dame la Chance? Depuis ce temps, elle est encore plus capricieuse, plus changeante et plus turbulente qu’auparavant.

Par contre, Seigneur la Richesse se porte assez mal.
Il Ia suit partout, à deux pas en arrière, il soupire profondément, mais se tait et lui obéit avec soumission.

En vérité, que peut-il faire d’autre?

jonas– Mamy aujourd’hui j’ai bien retenu ce que tu nous as dit :
« l’argent ne fait pas le bonheur …. mais il faut un peu de chance pour en avoir…. et pour savoir le garder »

SOURCE: contes espagnols  – editions GRÜND

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

L’HOMME DES BOIS : Les burlubans, des arbres qui s’illuminent

MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS
Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau…. avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC nous entraine dans son monde…son monde bizarre ….Ambiance…Ambiance

 C’est la seule chanson et musique qui me fait ressentir autant de choses : PAIX, TRISTESSE, NOSTALGIE, EUPHORIE,  BIEN ÊTRE ….. ELLE M’ENCHANTE…!!!!

Les burlubans, des arbres qui s’illuminent

Issus du folklore breton, les burlubans ont presque été oubliés avec le temps, et pourtant ce sont des arbres fabuleux capables de s’illuminer la nuit…

« Au château de la Bretêche, à Saint-Symphorien (canton de Hédé, arrd. de Rennes), il y avait jadis un burluban . C’était un arbre merveilleux, comme l’on en voit dans les pays d’Orient, et qui s’éclairait pendant la nuit. De cet arbre il ne reste plus que la souche, qui est d’une largeur extraordinaire, et sur laquelle les messieurs de la Bretêche vont jouer aux cartes. Des étrangers leur ont proposé de payer cette souche 2.000 fr., mais les messieurs de la Bretêche ont répondu non ! » (François Duine – 1903, Revue des Traditions Populaires)

L’illustration choisie est de Marion Bulot

 

 

« Ils ont été  longtemps hantés par les dieux.
A entendre certains récits, innombrables étaient alors les guirlandes qui flottaient au vent, suspendues aux branches des vieux chênes de la forêt de Scissy… Autant de “burlubans” magiques, hantés par les revenants.

 

 

Ces arbres foisonnaient en effet, dans les parages, il était prudent d’en conjurer les dangereux présages en se signant sur leur passage. Nul me mettait en doute qu’ils ne soient dépositaires des secrets messages de l’Au-delà.

Les uns et les autres se signalaient, nous apprend ces récits, par un étonnant et mystérieux concert.
Aux cris rauques et stridents des oiseaux de mer attirés dans les parages, se mêlaient alors sur leurs branches le bruit provoqué par de petites “harpes rustiques”.
Ces instruments servaient alors de leurres pour attirer les animaux. Confectionnés par les riverains avec des branches creuses de sureau.
Le vent venait s’y engouffrer comme dans un sifflet d’enfant. Leur sonorité aiguë rehaussait encore le décor sinistre qu’offraient ces vastes étendues marécageuses, où ne se risquaient plus que rarement les humains… »

RETRO : C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac
barre verte

 


Allez plus loin dans la forêt

Nous… Nous avons aimé..!


LA VIE SECRÈTE DES ARBRES


https://amzn.to/2L9nIJD
https://amzn.to/2zBNbHb

RETROCHOUPOTÉE: Best of 2021 du pote âgé


NOUS PARLONS DE LA PROCHAINE BIEN SÛR..!!!
la retrospective et best off du BLOC NOTE DU TOP2O DU BLOC NOTE
DE LA

RETRO CHOUPOTEE
par le Chouriant

Le meilleur de la Chouette…

L’AILE ET LA CUISSE DE CETTE ANNÉE 2021

Ce bloc note est destiné à nous lancer des fleurs même si parfois ce sont des crises en thèmes; c’est une mesure de l’audience et la taupe 20 du potager.

VOUS RETROUVEREZ LES ARTICLES CHANSONS OU VIDÉOS QUI ONT ÉTÉ LES PLUS LUS MOIS PAR MOIS DE JANVIER A DÉCEMBRE 2021

RETROCHOUPOTÉE 2021…. LE MEILLEUR DE LA CHOUETTE ….
L’AILE ET LA CUISSE
janvier 75
Les poires du pays de Tegor
(conte breton)

Il était une fois un roi qui adorait les poires…
Il promit de marier sa fille à celui qui lui rapporterait les plus belles poires…

« Que la charité et la bonté sont toujours récompensées »
Citons ceux qui savent mieux parler que moi :
Quand on voit quelqu‘un de généreux, on a envie de  marcher dans ses pas. ~ Jacques Lecomte, psychologue

Dame Bertrande possédait le plus beau verger du royaume et aussi les plus belles poires.

Elle pensa que c’était là l’occasion d’assurer l’avenir de l’un de ses trois fils….   

fevrier 75HEP… HEP… HEP…
Minute Papillon

SIGNIFICATIONS:
Pas trop vite !
Prenez votre temps !
Je ne suis pas d’accord !

Selon certains cette expression daterait du début du XXe siècle et aurait une origine assez amusante :
Il existait à cette époque à Paris un café, lieu de rencontre des journalistes qui auraient popularisé l’expression, et dans lequel officiait un serveur qui s’appelait Papillon.

Lorsqu’il était hélé de toutes parts par des clients impatients, il répondait « Minute, j’arrive ! ».

MARS 75CONTE : La nymphe des jardins

Qui est Pomone ?
Pomone , nymphe d’une remarquable beauté, est la divinité des fruits.
Elle déteste la nature sauvage et lui préfère les jardins soigneusement entretenus.

Aucune nymphe ne connaissait comme elle l’art de cultiver les jardins et surtout les arbres fruitiers.

avril75La corde invisible
Un paysan avec
3 de ses ânes se rendait au marché pour vendre sa récolte.

La ville était loin et il lui faudrait plusieurs jours pour l’atteindre.
Le premier soir, il s’arrête pour bivouaquer non loin de la maison d’un vieil Hermite.
Au moment d’attacher son dernier âne, il s’aperçoit qu’il lui manque une corde….
mai 75

La colonne Vendôme :
Une colonne pour la Grande Armée

En janvier 1806, il décide de consacrer la colonne de la place Vendôme à sa Grande Armée. Elle doit être construite avec le bronze des canons pris à l’ennemi.

Le roi Louis-Philippe décide en 1831 l’installation d’une nouvelle statue de Napoléon.
C’est le Napoléon en « petit caporal », le chef proche de ses soldats à qui il tirait l’oreille pour les complimenter de leur courage !

Napoléon III fait remplacer en 1863 la statue  par une nouvelle version de Napoléon Ier en Empereur romain,

juin 75Les compositions musicales… venant de l’au-delà

Parmi les quelques médiums contemporains qui ont reçu ou reçoivent encore de la
« musique de l’au-delà », Rosemary Brown (1916 – 2001) est sans conteste la plus connue.

Un jour, Liszt lui apparut de nouveau pour lui confier une mission :

Faire connaître et publier des œuvres musicales d’un groupe musiciens décédés (De Bach à Debussy) afin d’apporter une preuve de la survivance de l’être après la mort physique.

Ce groupe, à l’heure actuelle, comprend douze personnes: Liszt, Chopin, Schubert, Beethoven, Bach, Brahms, Schumann, Debussy, Greig, Berlioz, Rachmaninov et Monteverdi. Je les ai nommés dans l’ordre où ils vinrent à moi.
Mozart, par exemple, n’est venu en tout que trois fois.

juillet 75Les secrets d’une vie heureuse

« Les optimistes vivent plus longtemps que les pessimistes, avec une qualité de vie et des capacités nettement meilleures. »

« J’ai décidé d’être heureux, parce que c’est bon pour la santé» Voltaire

Aout 75 MARCHE DU SIÈCLE :
Marche de Triomphe

Marc-Antoine Charpentier, né en Île-de-France en 1643 et mort à Paris le , est un compositeur et chanteur baroque français.Par l’ampleur et la qualité de son œuvre sacrée et profane, Charpentier figure parmi les plus importants compositeurs de la période baroque en France. Sa musique sacrée et théâtrale fit concurrence à celle de son contemporain Lully.
POÉSIE : Mamy Louisa de septembre.

Mère et son bébé (1933), Madeleine Carpentier (1865-1940) (MBA Reims/photo Christian Devleeschauwer)

Je ne suis qu’une mère

Je ne suis rien, qu’une mère, rien d’autre
Je n’ai fait qu’élever un enfant, rien d’autre
Je ne m’appelle pas Marie, mon prénom est petit
Mais je m’en fais comme lorsqu’il était tout petit.

Il est des dames qui ne font pas de bruit ;
Des grandes dames qui n’en font pas partie ;
Il est des dames qui n’ont pas oublié les cris de leur petit;
Comment l’oublier, lui, qui a grandi parmi les maladies.

Elles ont dû inventer la tendresse, l’affection,
Elles ont dû inventer le couffin, l’écrin de rubis
Fait de leurs bras ; avec la soie de leur émotions
Du désert du Sahara à la forêt d’Amazonie.

Qu’il devienne médecin ou petit musicien
Elle sera son ange gardien, elle tiendra sa main
Ne s’appelle-t-elle pas maman, une maman comme une autre
Sa voie est poésie, ses paroles font parfois défaut.
Louisa


octobre 75
ETERNEL ENRIQUE GRANADOS……
Les Danzas Españolas , est l’autre composition fameuse de Granados,
L’ oeuvre est divisées en quatre cahiers et comprend 12 danses espagnoles
La seconde est intitulée : Oriental.

La cinquième,appelée Andaluza 
est la  pièce la plus fameuse de toute la collection,
C’est un chant et danse monothématique
 

novembre 75PEINTURE :
La belle Nani de Véronèse

Qui est cette belle Nani ?

La Belle Nani (ou « portrait d’une femme vénitienne ») est une peinture à l’huile sur toile représentant une riche femme vénitienne de la noblesse, peinte par Véronèse vers 1560.
L’œuvre est conservée au Musée du Louvre


decembre70C’est du propre: Fin de la solidarité

Nous on vous le montre…
Mais on vous dit : C’est du propre de voir ça

Il y a comme un problème dans mon quartier, ce n’est pas triste !

Les mauvaises langues racontent que le pâtissier s’est fait une religieuse en un éclair, que le poissonnier fait le maquereau avec une morue et que le volailler court toujours après ses poules, mais qu’il y laisse des plumes !

DÉCOUVREZ CE QUE FONT LES AUTRES…….

 

 

COMMENT FAIRE DES RECHERCHES DANS LES ARCHIVES DE LA CHOUETTE

Il existe plusieurs moyens de naviguer dans la Chouette de façon plus ciblée en recherchant dans ses archives pour trouver:

un rédacteur dont le style ou les thèmes vous plaisent
un mot clé
– les titres des articles de la semaine que vous avez raté

un mot ,une phrase pour voir ce que la Chouette a dit dessus
les articles d’un mois donné
une date précise pour en lire l’article du jour
un jour de la semaine ( les mercredis sont pour les enfants les vendredis pour l’humour)

AIDE au pote « pommé

la retrospective et best off du RETROVISEUR

 

FABLES : Le coq la vieille et ses deux servantes

 BLOC NOTE LITTÉRAIRE
par Chou Blanc

La poésie inoxydable

 « LADY LADINDE  a éclairé votre lanterne sur l’expression « Tomber de Charybde en Scylla. »
J’ai retrouvé chez Monsieur de la Fontaine (
c’est toujours une bonne source pour moi) de quoi mieux éclairer l’utilisation de cette expression
Lisez vous verrez comment dans la morale de cette fable :

« La vieille, au lieu du coq, les fit tomber par là
De Charybde en Scylla.
« 

La vieille et les deux servantes


Il était une vieille ayant deux chambrières.
Elles filaient si bien que les soeurs filandières(1)
Ne faisaient que brouiller au prix de celles-ci.
La vieille n’avait point de plus pressant souci
Que de distribuer aux servantes leur tâche.

Dès que Téthys chassait Phébus aux crins dorés,
Tourets entraient en jeu, fuseaux étaient tirés ;
Deçà, delà, vous en aurez :
Point de cesse, point de relâche.
Dès que l’aurore, dis-je, en son char remontait,
Un misérable coq à point nommé chantait;
Aussitôt notre vieille, encor plus misérable,
S’affublait d’un jupon crasseux et détestable,
Allumait une lampe, et courait droit au lit
Où, de tout leur pouvoir, de tout leur appétit,
Dormaient les deux pauvres servantes.
L’une entrouvrait un oeil, l’autre étendait un bras;
Et toutes deux, très malcontentes,
Disaient entre leurs dents : « Maudit coq, tu mourras. »
Comme elles l’avaient dit, la bête fut grippée;
Le réveille-matin eut la gorge coupée .
Ce meurtre n’amenda nullement leur marché.
Notre couple, au contraire, à peine était couché,
Que la vieille, craignant de laisser passer l’heure,

Courait comme un lutin par toute sa demeure.
C’est ainsi que, le plus souvent,
Quand on pense sortir d’une mauvaise affaire,
On s’enfonce encor plus avant :
Témoin ce couple et son salaire.
La vieille, au lieu du coq, les fit tomber par là
De Charybde en Scylla.

JEAN DE LA FONTAINESALVATI (1550) © Galleria Palatina, Florence - Les Moires étaient trois: -Clotho filait les jours et les événements de la vie - Lachesis enroulait le fils et tirait le sort de chacun - Atropos coupait avec ses ciseaux le fil de la vie. Chez les Romains les Parques se nommaient Nona, Decima et Morta. Elles présidaient à la naissance, au mariage et à la mort. Elles étaient représentaient sur le Forum et on les appelait Tria Fata (les 3 destinées).

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteursLes soeurs filandières:
La Fontaine parle souvent des Parques dans ses fables.
Ce sont trois divinités latines (Nona, Decima et Morta) que l’’on peut assimiler aux Moires grecques Clotho, Lachésis et Atropos.
Elles président à la naissance, à la vie et à la mort des humains en tissant un fil (d’’où le nom de sœoeurs filandières), le fil de la vie, qu’’une d’’elles coupe en fin d’’existence.

Elles étaient représentées sur le Forum par trois statues appelées les ‘Tria Fata’, c’est-à-dire les trois Destinées.

– Maintenant, je comprends mieux quand on me dit que ma vie tient par un fil….!
Purée…. c’est grave quand c’est le fil de « soi « …!  En ce moment,  j’ai l’impression que c’est celui d’un fil à plomb

Pas vous … ?

Dans la mythologie grecque, les Moires sont trois divinités du Destin :
Clotho (« la Fileuse »), elle filait les jours et les événements de la vie.
– Lachésis (« la Répartitrice ») elle enroulait le fils et tirait le sort de chacun
– Atropos (« l’Implacable ») elle coupait avec ses ciseaux le fil de la vie

Elles deviendront les Parques, dans la mythologie romaine.

.


LE SONOTONE Vous a gratifié d’un petite fable humoristique mettant en scène un Renard rusé prénommé NICOLAS… Le renard a très souvent été  utilisé par Monsieur de la FONTAINE dans ses fables….
Mais connaissiez vous celle-ci..?

 

Le Coq et le Renard (Livre II, Fable 15)

Sur la branche d’un arbre était en sentinelle
Un vieux coq adroit et matois.

« Frère, dit un renard, adoucissant sa voix,
Nous ne sommes plus en querelle :
Paix générale cette fois.
Je viens te l’annoncer, descends, que je t’embrasse.
Ne me retarde point, de grâce :
Je dois faire aujourd’hui vingt postes sans manquer.
Les tiens et toi pouvez vaquer
Sans nulle crainte à vos affaires ;
Nous vous y servirons en frères.
Faites-en les feux dès ce soir,
Et cependant, viens recevoir
Le baiser d’amour fraternelle.

Ami, reprit le coq, je ne pouvais jamais
Apprendre une plus douce et meilleure nouvelle
Que celle
De cette paix ;
Et ce m’est une double joie
De la tenir de toi. Je vois deux lévriers,
Qui, je m’assure, sont courriers
Que pour ce sujet on envoie.
Ils vont vite et seront dans un moment à nous
Je descends : nous pourrons nous entre-baiser tous.

Adieu, dit le renard, ma traite est longue à faire,
Nous nous réjouirons du succès de l’affaire
Une autre fois.» Le galand aussitôt
Tire ses grègues, gagne au haut,
Mal content de son stratagème.
Et notre vieux coq en soi-même
Se mit à rire de sa peur ;
Car c’est double plaisir de tromper le trompeur.

JEAN DE LA FONTAINE

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc