Archives par étiquette : passion

Sainte Véronique et le « voile de la Sainte Face »

BLOG
de MAMY KT

– Mamy ne fait pas que du point de croix

Sainte Véronique est évoquée dans la sixième station du chemin de croix, bien que l’Évangile ne mentionne pas l’épisode.

Véronique par Mattia Preti

 

Sainte véronique et le « voile de la Sainte Face »

L’histoire de Véronique est liée à la Passion de Jésus, et plus précisément au Chemin de Croix.
Elle est une de ces femmes de Jérusalem dont Luc parle et à qui Jésus aurait adressé ses dernières paroles.
La sixième station du Chemin de Croix la mentionne.

La dévotion du « Chemin de la Croix » évoque le souvenir de cette femme qui a bravé la foule hostile pour essuyer le visage du Christ pendant sa Passion, recueillant ainsi sur son linge la Sainte Face.

 

CI CONTRE :
Claude Mellan (Abbeville, 1598 – Paris, 1688)
La Sainte Face Estampe, 1649
Musée Boucher-de-Perthes, Abbeville

Sixième station du chemin de Croix: Véronique et Jésus

Sixième station, Véronique essuie le visage de Jésus

Véronique, une des femmes qui suit Jésus, qui a compris qui il est, qui l’aime et par conséquent souffre de le voir souffrir.

À présent, elle voit son visage de près, ce visage qui avait très souvent parlé à son âme.

Elle le voit bouleversé, sanglant et défiguré, quoique toujours doux et humble.

Elle ne résiste pas.

Elle veut soulager ses souffrances.

Elle prend un linge et tente d’essuyer le sang et la sueur de ce visage.

 

Illustration: Sainte Véronique par Hans Memling (vers 1433–1494) National Gallery of Art – Washington

Une femme essuie le visage de Jésus

La tradition a donné un nom à cette femme: Véronique… car s’est développée la légende selon laquelle le visage du Christ serait resté comme imprimé sur le linge qu’elle avait utilisé.

Longtemps on a gardé plié ce linge, ne laissant voir que le visage du Christ, « véritable icône » ou représentation de celui qui donne sa vie pour nous.

  LE CHOURISTE« Le linge de Véronique ne devrait pas être confondu avec le Mandylion, linge que le Christ aurait envoyé au roi Abgar d’Edesse: le premier représente le Christ de la Passion, couronné d’épines; le second est l’image non faite de main d’homme qui a probablement inspiré les premières icônes du Christ, comme la Sainte Face (XIIe s.) conservée à la cathédrale de Laon.


La piété occidentale fait de Véronique, l’épouse de Zachée, avec qui elle serait venue en Aquitaine jusqu’à Soulac en Médoc près de Bordeaux, et Amadour en Quercy (Rocamadour) où le culte de Zachée (saint Amadour) est resté.

Parfois, dans notre vie, nous avons pu essuyer les larmes et la sueur des personnes qui souffrent.

Nous avons peut-être assisté un malade en phase terminale dans une salle d’hôpital, nous avons aidé un immigré ou un chômeur, nous avons écouté un prisonnier.
Et pour tenter de le soulager, nous avons peut-être essuyé son visage en le regardant avec compassion.

Méditation

Ce visage n’est pas le visage de la transfiguration, mais le visage défiguré,la figure d’un homme blessé, couronné d’épines, aux traits tuméfiés et sanglants,le portrait de quelqu’un qui a dit:

«II n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime».

Thérèse de l’Enfant-Jésus avait rajouté à son nom:
«Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face».
Elle contemplait si longuement le visage souffrant de Jésus qu’elle avait fini par l’imprimer dans son cœur.
Ensuite, elle savait le reconnaître dans les visages des hommes et des femmes qui souffrent, en particulier dans les pécheurs.

LE CHOURISTEPrière

Véronique, nous ne savons rien de toi, mais nous savons l’essentiel: tu es cette femme qui ne se contenta pas de regarder passer le Christ.
Tu es cette femme qui prit un linge et le passa sur son visage par tendresse et par amour.

Seigneur,
il y a toujours des visages qui ruissellent de sueur et de sang. Il y a toujours des torturés; il y a toujours des pauvres, par l’injustice et le mépris.
Il y a toujours des visages défigurés par la souffrance dans les salles des hôpitaux et dans les mouroirs, de Calcutta et d’ailleurs.
Il y a toujours des gens qui se sentent seuls et abandonnés, comme toi, Seigneur, en ta passion.

Aide-nous donc, comme Véronique, à apaiser leur douleur, à essuyer les larmes de leurs yeux.

C’est ainsi que naîtront pour eux ,dès ici-bas, des cieux nouveaux et une terre nouvelle.

Le voile se trouve parmi les reliques de Saint Pierre de Rome

Ce voile avait reçu le nom de « veronica« , contraction et latinisation de veron ‘ikon, que l’on peut traduire par « image véritable ».

Malgré les assertions infondées d’un certain nombre d’historiens et de chercheurs qui veulent à tout prix – et au mépris d’une tradition fermement établie – que l’image qui se trouve sur le linceul de Turin soit à l’origine de la « légende » de Sainte Véronique, je persiste à affirmer qu’il s’agit bien de deux images miraculeuses différentes…….

SUR CE SITE FIGURE CE TÉMOIGNAGE :

« Je suis tout à fait d’accord avec vous : le voile de Véronique, méconnu et tenu pour légendaire, est bien authentique et tout à fait distinct du Linceul de Turin.
Conservé à Rome depuis le premier siècle de notre ère, il a été offert à la vénération des fidèles, pendant des siècles, sans discontinuité, jusqu’en 1854.
Ensuite, son image s’est effacée, elle est actuellement invisible.
Néanmoins, le voile de Véronique opéra de nombreux miracles au XIX° siècle. »


Déjà publiés
par MAMY KT
C’ est quoi l’assomption Mamy..?Les femmes sont sur le chemin de croix depuis longtemps

Sainte Véronique et le voile de la sainte face

Sainte Marthe connue pour avoir donné hospitalité au christ

MAMY KT

Share Button

Hier, lors d’une nuit d’été …. dans le patio de l’amour

BLOC NOTE LITTÉRAIRE
par Chou Blanc

Poésie et sentiments

logo poésie smallHier, la nuit d’été, qui nous prêtait ses voiles,

Victor Hugo – Poème complet 


Musique d’ambiance

nuit d'été 1Dans cette nuit d’été, je t’attendais pour un souper en amoureux  La présence de l’eau  que le poisson timidement laissait jaillir de sa gueule me faisait craindre qu’il rafraichisse par sa fraicheur la chaleur de mon amour.
Je m’adressais alors à la  végétation, pour qu’elle ne vienne pas, elle aussi, apporter une note de fraicheur dans cette chaude fin de  journée d’été.

J’étais maladroit dans ma tête comme je l’étais dans mon cœur … et surement dans mes actes … en ayant transformé mon patio en havre de paix que seul le chant tardif d’un oiseau venait troubler ce soir là…!

Oui, je t’attendais…! En espérant ne pas  te voir arriver avant que j’ai trouvé avec quels mots, je pourrais te le dire … l’oiseau me laisserait il parler de toi …? aussi bien que les poètes le firent de leur bien aimée…?
nuit d'été 2Que j’étais maladroit assis ici à t’attendre…
Que j’étais maladroit dans mon cœur et dans mon âme pour me trouver si sot … loin des mots justes qui devraient te toucher…!
Bon Dieu qu’il est difficile de dire …
« Je t’aime »….

Soudain, j’entendis dans ma tête les mots qui me manquaient…!

« Hier, la nuit d’été, qui nous prêtait ses voiles,
Était digne de toi, tant elle avait d’étoiles !
Tant son calme était frais ! tant son souffle était doux !
Tant elle éteignait bien ses rumeurs apaisées !
Tant elle répandait d’amoureuses rosées
Sur les fleurs et sur nous !
 »

nuit d'été 3

« Tais toi »  dis je à l’oiseau…… lui, il sait dire les choses… à cause de toi, j’ai perdu un morceau peut être  l’essentiel… !

Une autre voix s’éleva dans ma tête …
 «Écoute !  Il parle toujours  … C’est du Victor Hugo »

Et la voix redevint audible

« Et je bénissais Dieu, dont la grâce infinie
Sur la nuit et sur toi jeta tant d’harmonie,
Qui, pour me rendre calme et pour me rendre heureux,
Vous fit, la nuit et toi, si belles et si pures,
Si pleines de rayons, de parfums, de murmures,
Si douces toutes deux !

Oh oui, bénissons Dieu dans notre foi profonde !
C’est lui qui fit ton âme et qui créa le monde !
Lui qui charme mon cœur ! Lui qui ravit mes yeux !
C’est lui que je retrouve au fond de tout mystère !
C’est lui qui fait briller ton regard sur la terre
Comme l’étoile aux cieux ! »

nuit d'été 4Et je m’entendis répéter

– « Cette nuit d’été, qui me prêtera ses voiles,
sera digne de toi, tant elle aura d’étoiles ! »

– « Réveille-toi chéri…. Pardon d’être en retard ce soir…. Tu parles en dormant ….?
Mais continue….!
C’est beau ce que tu me racontes là …. »

C’est ce soir là, que je lui ai dit « Je t’aime »  et ni le poisson, ni l’oiseau, ni le bruit du vent dans les feuilles de laurier ne réussirent à étouffer mes mots …

C’était il y a bien longtemps ma mie… ! Le poisson coule toujours … Un oiseau chante encore au milieu du vent dans les branches du laurier ….. C’est dans ce même patio, dans une nuit d’été que l’autre soir j’étais heureux d’entendre, dans mes oreilles vieillissantes, le doux son de ta voix qui déclamait pour moi …..
«  Comme dans cette nuit d’été qui nous prêta ses voiles
Pour être digne de toi,  j’ai été pour la vie ton étoile » 

 

Chou Blanc est effectivement magnétiseurCHOU BLANC

Share Button