Archives par étiquette : tolérance

Porter un nom à coucher dehors

bloc note de chou vert BLOC NOTE  VERT
par Chou vert de rage

 » Mon nom est personne » 

un pote âgé en action trouvez une musique de CARLA et c'est un buzz demain
Paroles de chou rouge
 » C’est la crise …la vie est grise…pour les potes âgés… Faut du pinard pour les soulager »

Porter un nom à coucher dehors

Si tu portes un nom à coucher dehors cela veut dire que ton nom n’inspire pas confiance.

Cela date d’un époque où les déplacements se faisaient à pied, et dans la nuit  sans croissant de  lune.
Il fallait demander l’hospitalité pour coucher chez l’habitant. Comme dans le noir, le délit de sale gueule était impossible, vous donniez votre nom à travers la porte.

Alors, il valait mieux dire que vous étiez le Marquis de la Bretelle Fine que de dire Arok Breizinsky…. sinon à le dire à la porte du cabanon du jardin.

Les temps n’ont pas beaucoup changé…… Allez voir une logeuse  en disant:
« Je suis Mohamed Ben Abdhala », même en disant que vous êtes un cheik on verra très vite qu’il est sans provisions.

Vous avez dit Solidarnosk ou solidarité …. heureux ou heuros!

Les animaux pas si bête l’ont bien compris, ils ont opté depuis longtemps pour le mobil home.

petit gris ou cargol

C’est pour cela que les potes âgés n’ont aucun scrupule à les expulser du jardin des plaintes 

Cela ne fait jamais de salade……. même avec les grosses légumes.

CHOU VERT –  Lire le  dernier coup de gueule de CHOU VERT
chou vert de rage du 19 02 2010  avec la complicité de Catala
à la planche à « desseins »

wikipédiatre modérateur détracteur en chefA NOTER :
« Si tu te présentes à la porte  les mains vides…. On te dira  » le maitre dort »…. Si tu viens avec un présent …On te dira  » le maitre vous prie de bien vouloir attendre » (PROVERBE TURC)
 

UN SOUVENIR DE GUERRE….


mémé marthe est l'arrière grand mère de Chou blanc magnétiseuse comme lui ( ou le magnétisme en héritage 3 générations après) BLOC NOTE CHOULAGER
par
Chou-Blanc

—- «  La  force de l’esprit sur le corps « —-

Mémé Marthe, grande dame de la tolérance et de l’amour de l’autre, me citait un proverbe chinois :
« L’expérience est une lanterne que l’on porte dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru »
Presque d’accord me disait-elle en rajoutant son grain de sel…
Si cela est vrai, alors regarde ton frère marcher devant toi et la lueur de sa lanterne t’aidera…. Tire enseignement de ses erreurs

Cette histoire est une bien cruelle leçon de vie qui me fait dire tous les jours, que la fraternité, l’amour inconditionnel et la tolérance doivent être les mèches de ma lanterne…
J’espère avoir le dos assez large pour cela

Jugez vous même ….«Qu’auriez vous fait… Qu’auriez vous dit.. ? »

mémé marthe est l'arrière grand mère de Chou blanc magnétiseuse comme lui ( ou le magnétisme en héritage 3 générations après) Un souvenir de guerre….

Mark Doffer rentrait chez lui, le vide dans les yeux, le carnage dans le coeur. Il avait échappé à la fureur du  Vietnam. Pourtant il tremblait à la simple idée d’appeler ses parents d’une cabine téléphonique. Cela faisait si longtemps…
 – Maman… papa… Je rentre. Ça y’est, je suis là.

 Au bout du fil, en pleurs, le père et la mère de Mark n’osent prononcer un mot.

Je… enfin, un ami m’accompagne. Je… Je vais l’amener à la maison.

Pas de problème fils, répond monsieur Doffer. Ça nous fait plaisir.

 – Il y a quelque chose que je dois  vous dire, poursuit Mark, fébrile. Il a  été salement touché pendant les combats et bon… il a une pâte folle. Une jambe en plastoc, quoi.
Il n’a nulle part où aller et je veux qu’il vienne vivre chez nous

Quand la guerre survient, Goya vit à Madrid. Il côtoie les horreurs qui s’y déroulent : exécutions, viols, pillages mais aussi l'exode et la faim. Goya va rendre compte de ce qu'est la guerre de manière très différente de ses contemporains qui, souvent, ont tendance à la magnifier. Goya lui, ne cache rien.

Goya va rendre compte de ce qu’est la guerre de manière très différente de ses contemporains qui, souvent, ont tendance à la magnifier. Goya lui, ne cache rien.

Cette fois-ci, le silence fut plus  long et embarrassé.
 
 – Je suis désolé pour lui fils. Mais tu sais, chez nous, c’est petit. On pourrait certainement lui trouver un endroit pour vivre, ailleurs.

 – Vous n’avez pas compris, coupa Mark. Je veux qu’il vive avec nous.

 – Écoute fils. Quelqu’un avec un tel handicap sera un fardeau pour notre famille. Nous ne pouvons pas accepter. Tu devrais rentrer et laisser ton ami trouver une famille qui pourra l’accueillir.
 
Alors, Mark raccrocha le téléphone.
 Ses parents n’entendirent plus parler de lui. Jusqu’à ce qu’un agent de police les appelle chez eux, quatre  jours plus tard pour leur annoncer que  Mark avait sauté du pont de San  Francisco et qu’ils devaient venir l’identifier à la morgue.

 Face au corps de son fils, la mère de Mark fut prise de convulsions et son père détourna la tête. C’était bien lui, c’était Mark… mais avec une jambe et un bras en moins.
 ……………………………..

 Dans cette histoire triste, les parents de Mark sont à notre image :
Souvent, nous trouvons facile d’aimer  ceux qui présentent bien, qui sont  beaux, sans défauts apparents.

 Mais nous repoussons ceux qui nous gênent parce qu’ils ne correspondent pas  au « format » idéal, recevable, passe- partout… Heureusement pour nous, certaines personnes ne traitent pas leurs semblables avec autant de discrimination.
Quelqu’un qui nous aime, c’est quelqu’un qui nous aime sans condition.

L’amour ne devrait être que cela..

(c)2006, www.club-positif.com
…………………………………
« La nature fait les hommes semblables, la vie les rend différents. »
Confucius

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc