Archives par étiquette : vert

Ma plante aime les couleurs…. et moi..!

Beauté Cosmétiques

 

 

La lumière est essentielle pour les plantes au sens le plus large du terme.
Sans elle, aucun processus vital ne serait possible:

  • La plante utilise la lumière, l’eau et le CO2 pour produire des hydrates de carbone et de l’oxygène (photosynthèse).

LE CHOURISTEPhotosynthèse
La chlorophylle permet aux plantes de convertir l’énergie lumineuse en sucres.

Lorsque la lumière atteint le feuillage d’une plante, des cellules contenant de la chlorophylle l’absorbent. Les chlorophylles de type a et b sont les deux plus importantes formes de chlorophylle. Elles démontrent une grande sensibilité à la lumière bleue et rouge (voir graphique).

Chlorophyll
Graphique: Les deux formes importantes de chlorophylle sont surtout sensibles à la lumière bleue et rouge. La chlorophylle est essentielle au processus de photosynthèse, qui permet aux plantes d’obtenir de l’énergie par la lumière.

En théorie, ces deux tons de lumière à eux seuls suffisent pour permettre à la plante de produire de la photosynthèse, mais, en réalité, chaque longueur d’onde du spectre joue un rôle précis à l’intérieur de la plante.
Normalement, la lumière verte, et parfois la lumière jaune, est reflétée partiellement, ce qui explique pourquoi la plupart des plantes sont vertes à nos yeux.

Les couleurs primaires

 

Les chercheurs distinguent traditionnellement
sept couleurs.

On les connaît comme les couleurs de l’arc-en-ciel et il s’agit des couleurs primaires et secondaires : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet.
Lorsqu’elles sont rassemblées, ces couleurs primaires forment la lumière blanche et ne sont visibles que lorsqu’un rayon de soleil est divisé en traversant un prisme.

LE CHOURISTETous les objets peuvent absorber les couleurs contenues dans la lumière, les réfléchir ou leur permettre de les traverser.
La science nous dit qu’un objet adopte généralement la couleur qu’il ne peut lui-même absorber. Comme les plantes ne peuvent absorber la couleur verte, elles doivent elles-mêmes être vertes.
Certains prétendent que les mesures de la lumière démontrent que les plantes elles-mêmes envoient des particules lumineuses dans l’obscurité et contribuent activement à créer leur propre couleur.

Tout comme nous, les plantes sentent la lumière et les couleurs qui les entourent, mais elles le font d’une manière différente!

Lumière rouge

Les plantes sont sensibles au rouge du spectre lumineux ; cette sensibilité provient du photorécepteur de la lumière rouge qu’elles possèdent.
Le récepteur est un pigment bleu-vert nommé « phytochrome », qui se trouve dans les cellules végétales. On peut l’imaginer comme un œil qui ne percevrait que la lumière rouge.

La lumière rouge influence les plantes de diverses façons. Les plantes cultivées sous une lumière rouge abondante sont souvent grosses, mais également hautes et portent de nombreuses branches.
Si le photorécepteur capte une grande quantité de lumière rouge naturelle, par exemple en été, lorsqu’elle est abondante, la production d’une hormone végétale (la méta-topoline) s’accroît. Cette hormone empêche la chlorophylle de la plante de se dégrader pour qu’elle demeure verte au printemps et à l’été. C’est tout un avantage, car c’est exactement à ce moment que la plante a besoin de sa chlorophylle pour convertir l’énergie solaire en sucres.

 La couleur rouge de la lumière influence également la saveur, car elle augmente la concentration en huiles de la plante.

La lumière bleue

Les plantes voient la lumière bleue comme ils voient la lumière rouge, en utilisant un photorécepteur nommé « cryptochrome ». S’il y a beaucoup de lumière bleue, comme cela se produit naturellement durant l’automne et l’hiver, ce récepteur ralentit les effets d’une hormone nommée « auxine ».
Cette hormone est responsable de la croissance des tiges et des racines. L’auxine est également responsable du phénomène que l’on nomme la « dominance apicale », c’est-à-dire celui qui cause la dominance de la tige centrale sur les tiges latérales.
Une branche partant de la tige principale domine ses propres branches latérales ; elle inhibe le développement des fleurs axillaires. En conséquence, la plante produit plus de tiges latérales et demeure plus courte lorsqu’elle est exposée à une lumière bleuâtre.
Cela nous aide à comprendre pourquoi les plantes exposées à une lumière bleuâtre sont souvent courtes et buissonnantes, avec une structure plus robuste.

Les plantes utilisent la quantité de lumière bleue pour déterminer à quel point ouvrir leurs stomates. Plus il y a de lumière bleue, plus elles ouvrent leurs stomates, et donc plus elles accélèrent leur métabolisme. Un taux élevé de lumière bleue augmente le métabolisme, ce qui accélère la croissance et le développement.

La lumière bleue est également responsable des feuilles qui croissent vers la lumière. Elle prévient la multiplication des feuilles autour des fruits.

La lumière verte et les autres couleurs

Les plantes sont à peine sensibles à la lumière verte.
Au meilleur de nos connaissances, elles n’ont pas de récepteur pour cette couleur. C’est probablement vrai, car les plantes n’absorbent pas le vert. Si on cultivait des plantes exclusivement sous une lumière verte, elles seraient excessivement faibles et n’arriveraient que rarement à maturité.
Les plantes semblent ne percevoir que les couleurs pour lesquelles elles ont un récepteur précis.
Cela est fondé sur les taux d’énergie fournis par chaque couleur. Les plantes ne sont pas aveugles, mais elles sont, dans une certaine mesure, daltoniennes.
Les plantes réagissent à la lumière orange et à la lumière jaune d’une façon similaire à la lumière rouge. Leur réaction aux couleurs indigo et violet sont pareillement semblables à leurs réactions à la lumière bleue.

La couleur est leur alliée

Comme nous l’avons vu, la lumière est essentielle aux plantes, et pas seulement pour leur fournir l’énergie pour la photosynthèse. Quoique cet article ne révèle qu’une petite partie de tout ce qu’on peut savoir sur la lumière, les couleurs qu’elle contient et leurs effets sur les plantes, nous avons vu que les plantes utilisent les couleurs pour réguler plusieurs de leurs processus.
Les plantes ont la capacité de percevoir les couleurs qui leurs sont nécessaires. Ces couleurs donnent à la plante des renseignements sur son environnement immédiat et ses chances de survie et de reproduction.

LE CHOURISTE– Pour que vos plantes se développent, croissent et fleurissent bien, la composition de la lumière est au moins aussi importante que sa quantité.
N’oubliez pas que la plante perçoit la composition de la lumière directe et de la lumière indirecte.
On parle ici de lumière réfléchie sur une plante par d’autres objets, des murs ou d’autres plantes.

SOURCES :
https://www.canna.fr/influence_couleurs_sur_plantes

LE CHOURISTE


Restez svelte 160px

POTE DEFLEUR

Share Button

Verboriculture sur le vers du vert …de gris…!


BLOC NOTE VERT
par Chou vert

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était Dieu ».
C’ est à la suite de cet enseignement que je suis devenu VERBORICULTEUR

L’’idée selon laquelle un premier homme aurait rompu par son verbe, le silence primitif est vraisemblablement une fiction.
L’’origine des langues, y compris la langue de boeuf, semble se confondre avec l’’origine de l’’homme, et c’’est ce que nous laisse entendre cette citation du Prologue de l’’évangile de St Jean :

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était Dieu ».

Pour le grand bavard que je suis savoir ça……. c’est un encouragement au pêcher de verboriculture …. la verboriculture est un mélange de torture de la langue en la tordant en vrille avec ou sans vire-langues pour la  simple sonorité des mots, leur phonétique ou leurs enchainements qui les rendent attachants …
Avec hélas parfois des jeux de mots laids qui font les gens bêtes……

Lâchez vous et essayez… comme nous….. En vers car semaine du vert oblige…!

Musique d’ambiance



VERT TIGE

A qui est ce ver …
dans cet espace vert ?

Ce ver solitaire est il à toi…?
Oui ce ver est bien à moi.

Pourquoi diable est il à toi…!
Mais Bon Dieu parce que c’est bon d’avoir un ver à soie

Alors que le ver soit
Et le ver fût….. A toi…!

barre verte
VERS TUE”rue saint denis fête nationale - monet

Devoir de mémoire
Ou mémoire des déboires

Quand sous le vert de gris
Le clairon sonne  aigri


Au milieu des discours de mots
Les veuves vont vers leurs maux

Les Vers  de mots sont pour les  morts…
Ces pauvres “vermis sots” qui se croyaient si forts

Ce sont des Vers pour tous ou pour quelques uns..?
Comptez plutôt…  il n’y  en a  qu’un … Verdun …!

 

A mon pépé Pierre
et à son pote Pierre Auguste TREBUCHON

HÉLAS IL EN FALLAIT UN…  Repose en paix Pierre-Auguste Trébuchon

Le lundi 11 novembre 1918, à 11 heures, dans toute la France, les cloches sonnent à la volée.

Vers 10 h 20, à Paris, des badauds aperçoivent Foch en tenue de campagne qui déboule au ministère de la Guerre puis rejoint l’Élysée en compagnie de Clemenceau.

Une demi-heure plus tard, sur les bords de la Meuse, l’agent de liaison Pierre-Auguste Trébuchon, affecté au 415e régiment d’infanterie, est mortellement atteint d’une balle dans la tête alors qu’il courait porter un ultime message sur le front.
Âgé de 40 ans, il est réputé être le dernier des 1 394 000 soldats français tués au champ d’honneur entre 1914 et 1918.
Une dizaine de minutes plus tard, non loin de là, son camarade de régiment Octave Delaluque, sonne les treize notes du cessez-le-feu, bientôt relayé sur toute la longueur du front par les clairons des armées alliées.

barre verte  CHOU VERT  retour sur la rubrique du même tabac


RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

FORCE VITALE DE LA NATURE : La légende de l’homme vert

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60pxbarre verte

 

mémé marthe est l'arrière grand mère de Chou blanc magnétiseuse comme lui ( ou le magnétisme en héritage 3 générations après) BLOC NOTE CHOULAGER
par Chou-Blanc
La  force de l’esprit sur le corps “

 


Il n’existe aucune maladie du corps qui ne soit liée à l’esprit.” (Socrate )

“Tout le monde croit que le fruit est l’essentiel de l’arbre quand, en réalité, c’est la graine.” (Nietzsche)

Rappelle-toi que tu n’es pas seul au monde. Tu dépends de mille créatures qui font le tissu de ta vie.”  (Faouzi Skali)barre verte
FORCE VITALE DE LA NATURE :
La Légende de l’homme vert

Il est bien difficile de remonter aux origines du mythe de l’Homme vert tant ce personnage légendaire appartient à l’inconscient collectif.
Symbole des forêts, du rapport aux espaces naturels, du cycle des saisons, des forces cachées de la nature, l’homme vert est probablement tout cela à la fois.

Essayons de faire connaissance….

Son ancêtre dans l’Égypte ancienne…?
Il semble que les premières représentations de l’homme vert sont à rechercher dans l’Égypte ancienne avec la représentation du dieu OSIRIS momiforme coiffé de la couronne Atef composé de tiges végétales et de plumes d’Autruche.
Osiris était communément représenté avec un visage vert représentant la végétation, la renaissance et la résurrection

Ses chairs sont  vertes comme la végétation renaissante, ou noires comme le limon fertile du Nil..
Osiris fut sans doute initialement Dieu des moissons et de la fertilité avant d’être le dieu des morts. Il est le dieu qui représente le renouveau, celui qui ne meurt jamais. Il est une personnification de la terre du Delta fertile et des champs cultivables, il maintient l’équilibre du monde et invite à respecter la loi des cycles.
Dieu de la terre et de la végétation, Osiris permettait aux récoltes de croître.

Dieux grecs ou romains ..divinités païennes, druidiques ou gallo celtes ?
Certains trouvent ses origines dans les vieux dieux  grecs et romains dont vous trouverez dans la planche  ci dessous les représentations d’Okéanos et  Dionysos.
d’autres reconnaissent que  l’origine de l’homme vert n’est pas clairement définie mais il est très probablement gallo-celte, en tous cas bien plus ancien que le monothéisme chrétien venu s?asseoir dessus.

Des dieux païens tels que Sylvanus et d’autres têtes sacrées des druides ont pu avoir une influence sur l’art chrétien notamment dans des têtes celtiques de l’abbaye de DAOLAS ( Finistère) ou la crypte de l’église saint hilaire à Poitiers.
( vous pouvez agrandir cette planche en cliquant dessus)




Sculpture de visages de feuillus en France :

POITIERS –   SAINTONGE-   DORDOGNE

Des mystères de la forêt …… aux saints forestiers

 

Sylvanus, Sylvain dieu de la Rome antique. genius loci tutélaire des forêts.D'ordinaire, le dieu Sylvanus est représenté tenant une serpe, avec une couronne de lierre ou de pin, son arbre favori. Quelquefois la branche de pin qui forme sa couronne est remplacée par une de cyprès, à cause de sa tendresse pour le jeune Cyparisse qui, selon certains auteurs, fut métamorphosé en cyprès, ou parce qu'il a le premier appris à cultiver cet arbre en Italie.La Forêt c’est le domaine du touffu, du cornu, du fourchu. Le Royaume merveilleux, intense et secret de l’année celtique forestière où règne l’Homme Vert.

L’Eglise a voulu christianiser les traditions d’arrivée du printemps  par la fête de saints forestiers :

– Sylvain, l’homme des forêts, de vert vêtu, le 4 Mai

– Sylvestre le géant roux, fêté le dernier jour de l?année quand la Forêt rentre chez nous avec le gui, le houx et les parures de conifères.

– Sans compter, le 4, saint Hubert, archétype du héros forestier.

Sylvain et Sylvestre, sont deux aspects de l’Homme Sauvage rivalisant pour la possession d?une même femme : la Déesse Nature

Du symbole celte païen ….
aux traditions du GREEN MAN

En Europe, la figure du Green Man est un symbole pré-chrétien des Celtes païens dans la forêt de Bretagne qui remonte à 400 avant J.-C.

L’homme vert symbolise la fin de l’hiver et le début du printemps ainsi que la renaissance de la vie en été. Une grande partie de la Grande-Bretagne préhistorique était couverte d’arbres : les Celtes considéraient les arbres comme des divinités

C’est ainsi que des représentations de  l’Homme vert, esprit de la nature aux traits feuillus, dont la bouche laisse jaillir de la végétation, sont disséminées dans l’ensemble des îles britanniques.

En Angleterre, la même fête est nommée « Jack in the Green » (littéralement « Jacques dans le vert »)

En écosse le premier Homme Vert se trouve sur un arrière arc d'embrasure de la Cathédrale Dunfermline . Il est encore souriant comme il l'été à sa création dans les années 1400) .En écosse le premier Homme Vert se trouve sur un arrière arc d’embrasure de la Cathédrale Dunfermline . Il est encore souriant comme il l’était à sa création dans les années 1400) .

Le Feuillu
Répandue dans toute l’Europe “Le Feuillu” est une fête populaire ancienne . marquant le retour du printemps

« Jack in the Green » danse avec le roi et la reine de mai au 18e siècle à Londres

Le Feuillu, aussi écrit anciennement « Folliu  », « Folhiu  » ou « Foeillu », est une fête qui se rattache à l’antique tradition des « quêtes de mai ».
Elle peut également être rapprochée de la « Fête du Fou » (le fou étant dérivé de fagus, hêtre) ainsi qu’à celle des « Maïentzets » ou encore à celle de l’arbre de mai.

Cette fête aurait été à l’origine un rite paysan de type païen, probablement d’origine celtique et dont le but est de célébrer le retour du printemps



Présent dans toutes les mythologies, l’origine de cet esprit de la nature est inconnue.
Il nous a  toutefois donné les plantes médicinales comme gage de son esprit protecteur…!

L’Homme Vert est le plus puissant esprit de la nature ; il représente la force vitale de celle-ci, pouvant la façonner selon sa volonté. En plus d’en être le jardinier il en est aussi le protecteur, pouvant chasser les menaces trop importantes envers elle.
C’est dans ces rares moments que l’on peut l’observer, car il est très discret. On ne peut l’apercevoir que s’il le décide ; l’Homme Vert se montre, mais ne se trouve pas.


Les forces personnifiées des plantes

Comment nos lointains ancêtres faisaient-ils pour découvrir les vertus des plantes médicinales ?

Le plus souvent, la réponse à cette question est que leurs propriétés furent découvertes empiriquement.
Certes, certaines vertus purent être découvertes par expérience ou grâce à de heureux hasards, par exemple en mangeant précisément la plante qu’il fallait au moment où la maladie qu’elle pouvait soigner s’était déclarée.
La connaissance qu’ils en avaient est-elle uniquement due soit au hasard soit à des découvertes empiriques, ou d?autres moyens entraient-ils en jeu


Comment pouvaient-ils savoir quelles plantes utiliser?


Par l?intermédiaire des êtres dotés du don de voyance

Les voyants par leur capacité à voir les corps subtils verront par exemple que chez tel malade du foie, le corps astral de cet organe n’a plus la forme, l’aspect et la couleur normales.
Ils pourront aussi voir parmi toutes les plantes qu’ils rencontrent sur leur chemin que l’une ou l’autre d’entre elles possède un corps astral présentant des caractéristiques proches de celles d’un foie sain.

En recommandant cette plante au malade, le Voyant fournit au foie affaibli les forces dont il a besoin pour recouvrer la santé.

Par l?intermédiaire des forces personnifiées de la nature elle même

Peut être faut il croire aux messages des serviteurs de Dieu s’exprimant par les forces personnifiées de la nature tels que les gnomes, les elfes et les dieux de l’Antiquité.
Ainsi l?attestent de nombreux textes.

«Le Seigneur fait pousser les remèdes dans le sol, et quelqu’un de raisonnable ne les dédaigne pas», peut-on lire dans la Bible

De tout temps, bien des croyants ont certainement été tout à fait prêts à suivre ce conseil, mais comment pouvaient-ils savoir quelles plantes utiliser ?
Si de nombreux chrétiens admettaient facilement que des anges aient pu transmettre la connaissance des vertus des plantes médicinales aux hommes, bien que les témoignages dans ce sens n’abondent pas, très peu accepteraient l’idée qu’elle ait pu être transmise par d?autres serviteurs de Dieu, par les forces personnifiées de la nature tels que les gnomes, les elfes et les dieux de l’Antiquité, comme l’attestent de nombreux textes.

En effet, dans les écrits mythologiques de peuples vivant un peu partout dans le monde, textes qu’ils considèrent comme sacrés, au même titre que nous la Bible , de tels récits sont consignés.
Que l’on pense aux Athéniens qui apprirent:


– d’Athéna l’utilisation de l’olivier.
– d’Aphrodite celle de l’achillée millefeuille.
–  d’Hermès celle de l’ail, etc.

Pour des êtres élémentaux, transmettre un savoir sur les plantes est une chose toute naturelle et logique :
étant responsables de la croissance des plantes, ils savent si elles ont des propriétés médicinales et ils peuvent en informer les humains.
Ils le firent aussi bien dans le passé qu’à notre époque.

 Rappelons un témoignage ancien .

Le récit se déroule à Troie.
De nombreux guerriers troyens, blessés par des flèches empoisonnées qui empêchent la cicatrisation des plaies, sont malades.
Cassandre, la fille du roi Priam, qui est douée de facultés de voyance, est approchée par Asklépios, (Esculape) Dieu de la médecine.
Il lui indique comment soigner ces plaies qu?aucun remède connu jusqu’alors n’est à même de guérir.
Elle tombe en transe et révèle à son entourage ce qui lui est transmis :
Asklepios me montre une plante. Vous devez la broyer et l’appliquer sur les plaies avec la sève ; alors elles guériront. La plante absorbe le poison, c’est pourquoi il faut renouveler les applications plusieurs fois par jour, et brûler le tout ensuite. Ceux qui n’ont pas de plaie, mais qui dépérissent, doivent boire la tisane faite avec cette plante.”

Peu après, Cassandre accompagnée de deux autres femmes se rend dans la forêt pour chercher cette plante.
– «

Toutes trois virent alors une forme lumineuse. Elle était frêle et transparente, et malgré tout on la voyait très distinctement.
– “Asklépios !» s’exclama inconsciemment Cassandre,«M’apportes-tu la plante ?»
La forme lumineuse désigna une petite plante vert foncé, au feuillage frisé. Cassandre s’empressa de la cueillir, et l’apparition s’évanouit.
La jeune fille se tourna vers les autres :
– «Regardez cette curieuse plante !
»
Elles la considérèrent avec étonnement, sans souffler mot de ce qu’elles venaient de vivre.
Elles n’avaient encore jamais vu une plante pareille, et à présent il leur semblait qu’il en poussait partout.
Toutes joyeuses, elles se les montraient mutuellement.
Elles en cueillirent sans interruption, et leurs paniers furent bientôt remplis?!


Sources: wikipédia et diverses sources du net avec une mention spéciale pour l’excellente étude sur l’homme vert et ses représentations dans les églises d’Europe

L’Homme Vert de Cercles en Dordogne  par  Julianna Lees , Montagrier 2008-06-29 –  qui conclut son propos:
– “Même ceux qui insistent sur le fait que le genre soit purement décoratif ne peuvent pas nier qu?au niveau sous-conscient les images peuvent avoir des significations ignorées du sculpteur.
Finalement, je reste convaincue qu’il n’y avait jamais eu une signification unique et universelle pour toutes les variations de “masque feuillu”, même pendant les deux siècles où ils étaient le plus fréquemment sculptés.
et je suis aussi sûre qu’on peut voir la tête comme une sorte d’amulette pour chasser le mal et, aussi peut-être, pour apporter la bonne fortune

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs– “ Les forces de la nature protectrices… qui en aurait douté?… surement pas Mémé Marthe..!”

barre verte

mémé marthe est l'arrière grand mère de Chou blanc magnétiseuse comme lui ( ou le magnétisme en héritage 3 générations après) – Mémé Marthe Tu as eu raison de m’éduquer dans le respect de la nature.
Elle est si grande, si puissante et si vitale qu’il est bon de la personnifier en cette divinité au visage feuillu dont le vert de l’espérance nous place sous sa protection.
Mémé disait aussi :
– Je te  rappelle que le Bon Dieu est le créateur du ciel et de cette terre où la nature, n’est ni plus ni moins, que son habit du dimanche….
et l’homme vert son tailleur…!
-” Alors Mémé, c’est du cousu main depuis des siècles et des siècles..!”

barre verte

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc

 

Share Button

ELECTIONS : Certains misent sur le vert d’autres sur le jaune…!



LE  BLOC QUI BALANCE
par :

Moi je balance

L’humour des anciens est parfois grinçant comme la porte d’un coffre fort avec l’âge…

Dans la vie, il existe deux types de voleurs :

1. Le voleur ordinaire : c’est celui qui vous vole votre argent, votre portefeuille, votre vélo, votre parapluie, etc…

2. Le voleur politique : c’est celui qui vous vole votre avenir, vos rêves, votre savoir, votre salaire, votre éducation, votre santé, votre force, votre sourire, etc…

La grande différence entre ces deux types de voleurs,

1. c’est que le voleur ordinaire vous choisit pour vous voler votre bien,

2. tandis que le voleur politique, c’est vous qui le choisissez pour qu’il vous vole.

Et l’autre grande différence, qui n’est pas des moindres,

1. c’est que le voleur ordinaire est traqué par la police,
2. tandis que le voleur politique est le plus souvent protégé par une escorte de police…
Méditez

Notre  désamour pour le jaune remonte au Moyen Age.

 

Ce désamour pour le jaune remonte au Moyen Age.
La cause principale de ce dédain pour le jaune est due à l’or, qui au fil du temps à su absorber tous les cotés positifs du jaune tels que le soleil, la chaleur, la vie, l’énergie, la joie, la puissance.

L’or est vu comme la couleur qui luit, brille, éclaire, réchauffe.
Le jaune, lui, est dépossédé de son coté positif.
Il devient une couleur éteinte, mate, triste, celle qui rappelle l’automne, le déclin, la maladie… Contrairement aux autres couleurs de base, qui ont toutes une double symbolique, le jaune est la seule à n’en avoir gardé que l’aspect négatif.

Toujours au Moyen Age, les personnes dévalorisées sont vêtues de jaune.

Lors des représentations de Judas, celui-ci est toujours habillé en jaune.


Des textes de cette époque disent clairement :
Le jaune est la couleur des traitres!

Il s’agit là d’une construction de la culture médiévale. La maison d’un faux-monnayeur est peinte en jaune, il est condamné à revêtir des habits jaunes pour être conduit au bûcher.

Cette idée de l’infamie a traversé les siècles. Les habits ont juste perdu leur manches…!!

 JE BALANCE

 

Share Button