Archives par étiquette : apprendre

LADY LADINDE : Le grand jeu à tire larigot

banniere 468px 60px ruyedesplantes
VETEMENTS ET ACCESSOIRES     SANTÉ ET SOINS DU CORPS    VOYAGES VALISES

 LA CHOUETTE LORS  DE  SON  CONCERT  D’ORGUE  A  APPRIS  QUELQUES  EXPRESSIONS   COMME   –  LE GRAND  JEU –     ET   –   A TIRE LARIGOT  –   COMME D’HABITUDE LADY LADINDE NE LES  CONNAISSAIT PAS…!!!
ELLE A PROMIS D’EN FAIRE PROFITER LE PLUS GRAND NOMBRE

Ces Expressions françaises
puisent leurs origines dans le domaine de la musique et plus particulièrement celui des instruments de la famille des flûtes et bien sûr de l’orgue


– Eh camarade… écoute un peu la dame qui te cause dans le poste car il est question d’une grosse  cloche ….

– Ah pourquoi tu me dis ça à moi…?.

– Eh flute … Il est vraiment fêlé…! .

dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

« Le grand jeu » et  à « tire larigot »

LE GRAND JEU

orgue de Saint Bertrand de COMMINGESSignification :
Déployer de grands moyens

Il semblerait que l’expression vienne du registre musical, plus particulièrement de la famille des flûtes.
« Le grand jeu » était l’ensemble des flûtes de registre grave, que l’on ne sortait que dans des occasions solennelles, au contraire du « petit jeu », formé de flûtes plus aigües, et plus populaires.

Selon d’autres interprétations, l’origine musicale semble attestée mais viendrait plutôt de l?orgue dont les ensembles de tuyaux sont appelés jeux dont les timbres sont différents et le fait de sortir le grand jeu va correspondre à un registre grave utilisé dans les représentations musicales de qualité.

Origine :
Expression française familière qui puiserait ses origines dans le domaine de la musique et plus particulièrement celui des instruments de la famille des flûtes.
En effet dans les orchestres, le grand jeu se définirait comme étant l’ensemble des flûtes de registre grave utilisé uniquement dans  certaines occasions solennelles. 


L’orgue de Saint Bertrand JEAN PATRICE BROSSE -FANTAISIE sur l'orgue de saint bertrand de Comminges
Musique d’ambiance
visite de St Bertrand de Comminges

 A TIRE LARIGOT

Signification :
En grande quantité, énormément ou même excessivement.
Le Larigot est un jeu d’orgue appartenant à la famille des mutations. Il est spécifique de l’orgue français et fait partie de la nomenclature standardisée par Dom Bedos

Les tuyaux constituant le jeu de Larigot appartiennent à la famille des flûtes (taille large).
Bien qu’il soit l’un des jeux les plus aigus de l’orgue, il n’est ni perçant, ni agressif

Cette expression semble apparaître au début du XVIe siècle et n’était associée à l’époque qu’au verbe ‘boire’.

Ici, tirer veut dire « faire sortir un liquide de son contenant » (donc du vin de sa bouteille ou de son fût, par exemple).
A tire voulait dire « sans arrêt, d’un seul coup ».

Reste à comprendre le pourquoi du larigot. Mais là, l’origine reste controversée.
La seule certitude, c’est que cette chose était une sorte de flûte, un petit flageolet dont la forme primitive du nom est arigot ou harigot ; l’arigot a donné larigot par agglutination de l’article.

L’expression vient-elle du fait que les flûtistes avaient, depuis très longtemps, la réputation d’être de grands absorbeurs de liquides variés ? .
Quant à tire-larigot, on n’y peut voir qu’une expression populaire imagée représentant quelqu’un qui boit sans s’arrêter avec la même posture que quelqu’un qui jouerait de la flûte. On trouve d’ailleurs l’expression flûter qui signifie la même chose, boire.

 Cette absence de certitude sur l’usage de ce mot ne permet pas non plus d’expliquer pourquoi c’est le larigot qui a été privilégié dans l’expression qui aurait aussi bien pu être à tire-flûte ou bien à tire-pipeau, par exemple.

 

Voici maintenant une autre explication, issue du Larousse du  XXe siècle :

.

Claude MONET - Cathédrale de Rouen, effet de soleil, fin de journée (1892-1894)

Claude MONET – Cathédrale de Rouen, effet de soleil, fin de journée (1892-1894)

Dans la cathédrale de Rouen se trouvait une très lourde cloche nommée ‘La Rigaud’ ou ‘La Rigaude’ (selon certains, parce qu’offerte à la ville par l’archevêque Eude Rigaud au XIIIe siècle).

En raison de ses dix tonnes, elle était extrêmement difficile à mettre en branle et à faire sonner.

Très dure à se mettre en branle, les sonneurs buvaient donc souvent, et beaucoup, pour se donner des forces, d’où l’expression boire à tire la Rigault (d’ailleurs est aussi connue l’expression boire comme un sonneur) transformé en tire-larigot..

Il existe une variante :
Un prélat aimant l’entendre payait grassement les sonneurs de cette cloche qui dépensaient alors l’argent gagné en buvant.

 

« Boire à tire-larigot  » désignait donc le buveur qui passait tout son temps le goulot à la bouche, comme s’il prenait sa bouteille pour une flûte…

Variantes et autres expressions :
 » A gogo « , bien qu’un peu vieilli, reste encore assez courant, ce qui n’est pas le cas de  » à foison « , ou de  » en veux-tu en voilà « ??
De même, la très jolie expression  » A bouche que veux-tu  » n’est plus guère usitée, même pour s’embrasser…
Depuis quelques années en revanche, l’expression  » par pack de douze  » et ses variantes sont de plus en plus employées?.

A noter :
On peut également utiliser  » à tire-larigot  » chez les buveurs baiseurs  pour dire souvent ou sans arrêt « Il la trompe à tire-larigot  » ?.


« – On ne sait pas qui est le plus cloche des deux ..!*

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs « – Pour la deuxième fois nous confirmons que LADY LADINDE n’est ni blonde… .ni cloche »

 

dinde LADY LADINDE                              

retour sur la rubrique du même tabac « La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours« 

RETRO : C’est du même tabac…..

Arriver comme mars en carême Pile poil


dinde BLOC NOTE LADY LADINDE
 BLOC NOTE
de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire,  je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

AUJOURD’HUI  LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

« Arriver comme mars en carême »


Cette expression française signifie arriver inévitablement et  régulièrement.
Une chose arrive comme mars en carême, c’est à dire sans faute au bon moment, à propos, juste quand il faut.

Son Origine
: Le carême désigne la période de quarante-six jours, de mardi gras à pâques où excepté les dimanches, les catholiques se devaient d’observer le jeûne et de là, le mois de mars ne pouvait faire autrement que tomber pendant le carême.
De ce fait, dire au XIV ème siècle de quelqu’un  » qu’il arrivait comme mars en carême » insinuait qu’il survenait de façon régulière, prévisible et infaillible.
Une chose arrivait comme mars en carême, c’est à dire sans faute au bon moment, à propos, juste quand il faut.

A partir du XVII ème siècle, cette expression française prit le sens de « arriver à propos » passant de l’idée d’un moment inévitable à celui d’instant propice.
Mais cette interprétation fut bientôt reprise par une autre expression française à savoir :
« arriver comme marée en carême »

On faisait ainsi allusion à l’arrivée du poisson frais bienvenu en cette période d’abstinence de viande.

L’académie française à l’origine de cette distinction dans le but de restaurer la clarté française a semé la confusion dans l’esprit des gens si bien que les deux expressions françaises furent utilisées dans le même sens et ‘ »arriver comme mars en carême »  prit le sens  « d’arriver mal à propos » avec une connotation de « carême » comme événement dont on se passerait volontiers et qui ne semble pas bienvenu.

De nos jours : Elle semble avoir disparu de notre langage, on l’a remplacée, entre autres termes, par « pile-poil « …. c’est moins joli !
Autrefois, mars était donc le mois du jeûne, de l’abstinence, aujourd’hui, dans le cadre chrétien, c’est le mois de la modération, et c’est une bonne chose, plus simple à observer, conforme à la règle de Saint Benoît qui recommandait de la mesure en toutes choses.

À l’origine, le Carême, dont le mot vient de « quarante » en grec, commençait un dimanche, le 40e jour avant le Jeudi saint.

Le pape Grégoire le Grand a avancé le début du carême au mercredi précédent : Le Carême commence désormais le mercredi des Cendres et s’achève le Samedi saint. Cela correspond à une période de 40 jours de jeûne mais les dimanches ne sont pas jeûnés.
Pourquoi 40 jours ? Parce que la Bible raconte que Jésus de Nazareth s’est retiré dans le désert jeûner pendant 40 jours, au milieu des bêtes sauvages, servi par les anges et tenté par le diable…

Aujourd’hui, le jeûne n’est guère pratiqué et se limite essentiellement au vendredi Saint.

dindeLADY LADINDE  retour sur la rubrique du même tabac

    RETRO :
C’est du même tabac…..

PAPY SITTING : Les cathédrales


livres enfants   L’aventure des Cathédrales  Notre-Dame ses soeurs : 103 cathédrales de France

LE BLOG NOTE DE PAPY SITTING

Quand les  vacances arrivent on est un jour ou l’autre sollicités pour jouer les Papy Sitting….. pour garder les choupinets et les choupinettes.

Sûr que l’hiver c’est plus dur que l’été…… il faut l’occuper cette jeunesse…. Nous avons pensé à ces potes âgés qui ont cette chance d’être embarrassés pour les occuper.

LA CHOUETTE  pour eux,  a décidé de monter plus haut que le clocher, pour  se percher en haut de la flèche d’une cathédrale…. mais laquelle?
Ambiance et voyage éducatif à suivre
en famille avec elle….

VOICI VENIR LE TEMPS DE CATHÉDRALES…


Papy c’est quoi une cathédrale..?

Une cathédrale est, à l’origine, une église où se trouve le siège de l’évêque (la cathèdre) ayant en charge un diocèse. Toutefois, il existe aujourd’hui des cathédrales sans évêque, le terme « cathédrale » étant alors conservé même si le siège épiscopal est transféré ailleurs ou supprimé.

Dans la seconde moitié du XIIe et au XIIIe siècle, l’épiscopat se renforce et entreprend de reconstruire ses cathédrales.
La relative prospérité de l’économie et des finances royales, et l’appui fort de souverains — comme Philippe-Auguste, Louis VIII et Saint Louis — forment un contexte favorable à ce projet (ce qui explique, pour l’essentiel, que les cathédrales sont construites sur le domaine royal).
Le concours énergique des populations et l’activité développée par les établissements religieux allait lui venir en aide.
Il est difficile aujourd’hui de donner une idée de l’empressement avec lequel les populations urbaines se mirent à élever des cathédrales. La foi avait certes son importance, mais il s’y joignait un instinct très juste d’unité et de constitution civile.

-Tu sais Papy…. je comprends pas tout.. T’aurais pas un diaporama un truc comme :
« LES CATHÉDRALES POUR LES NULS…! »

– OUAIS…!  j’ai ça gamin ….!
Clique et regarde… Laisse la chanson ou reste dans le silence
de l’’étude…!  

et j’ai aussi un beau documentaire

 

SUR LE PASSAGE DU ROMAN AU GOTHIQUE


Les cathédrales Anne Sylvestre.

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

Jean-Luc Destoumieux
– « Je fais ici la découverte d’une magnifique chanson aux paroles d’une rare beauté et interprétée avec joliesse. La sélection des photographies se conjugue tout à fait avec la mélodie. L’arc-boutant,caractéristique de l’art gothique,exprime l’espérance de l’être humain dont l’esprit s’élève vers le divin,il est ainsi l’expression du temporel qui fournit une assise solide sur laquelle le spirituel se repose pour mieux s’épanouir. »

Papy Sitting Nous sommes en France au XIIe siècle. Bartholomé a 11 ans. Comme son père, il est berger. Mais il voudrait découvrir la vie de l’autre côté de la colline, la vie à la ville.
Alors, seul, il se lance dans l’aventure et se retrouve à travailler sur le chantier d’une cathédrale. Là, dans le bruit et la poussière, il observe tous les corps de métiers, il discute avec les ouvriers et les artisans du chantier.
Est-il fait pour cette vie-là, lui, Bartholomé, l’enfant des collines ? Ou devrait-il plutôt rentrer retrouver sa famille et ses moutons ?

 

PSY: Ce que la vie m’a appris…

banniere 468px 60px ruyedesplantes
VETEMENTS ET ACCESSOIRES     SANTÉ ET SOINS DU CORPS   VOYAGES VALISES
Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE
de Choucaline

« Les capacités de notre cerveau »

– Voici aujourd’hui
la lettre de
Jacques Salomé


 » Ce que la vie m’a appris… »
On y découvre que pour nous aussi, il y a  quelque chose à faire, et surtout beaucoup de choses à ne pas faire …..

« Je devrais plutôt tenter de dire ce que les rencontres, les séparations, les découvertes, les éblouissements comme les désespérances m’ont appris dans le sens de me découvrir, de me construire, d’influencer le déroulement de mon existence.
J’ai ainsi appris que la vie n’est faite que de rencontres et de séparations et qu’il nous appartient de les vivre en acceptant de nous responsabiliser face à chacune.


J’ai appris encore qu’il y a toujours une part d’imprévisible
dans le déroulement des jours et donc qu’il m’appartenait de savoir accueillir les cadeaux inouïs ou les blessures qui peuvent surgir dans l’immensité d’un jour.

J’ai appris bien sûr à vivre au présent, à entrer de plain-pied dans l’instant, à ne pas rester enfermé dans mon passé ou me laisser envahir par des projections sur un futur trop chimérique.

J’ai appris tardivement à remercier, chaque matin, la Vie d’être présente en moi et autour de moi, à l’honorer chaque fois que cela m’est possible, à la respecter en toute occasion, à la dynamiser avec mes ressources et mes limites.

J’ai appris difficilement à m’aimer, non d’un amour narcissique ou égocentrique (même si la tentation était grande) mais d’un amour de bienveillance, de respect et de tolérance.

J’ai appris avec beaucoup de tâtonnements à me respecter en osant dire non quand je suis confronté à des demandes qui ne correspondent pas à mes possibles ou à ma sensibilité.

J’ai appris avec enthousiasme que la beauté est partout, dans le vol d’un oiseau, comme dans le geste d’un enfant pour tenter de capter le vol d’un papillon ou encore dans le sourire d’un vieillard qui croise mon chemin.

 

J’ai appris patiemment que nul ne sait à l’avance la durée de vie d’un amour et que toute relation amoureuse est une relation à risques. Des risques que j’ai pris.

 

J’ai appris douloureusement que je n’avais pas assez pris de temps pour regarder mes enfants quand ils étaient enfants,que j’aurais dû savoir jouer et rire avec eux, plus souvent et surtout chaque fois qu’ ils me sollicitaient, que je n’avais pas su toujours les entendre et les accueillir dans leurs attentes profondes et surtout que j’avais trop souvent confondu mon amour pour eux avec quelques-unes de mes peurs tant je voulais le meilleur pour eux, tant je désirais les protéger des risques (que j’imaginais) de la vie.


J’ai appris avec beaucoup de surprise que le temps s’accélérait en vieillissant
et qu’il était important non pas d’ajouter des années à la vie, mais de la vie aux années.

J’ai appris malgré moi que je savais beaucoup de choses avec ma tête et peu de choses avec mon cœur.

J’ai appris que je pouvais oser demander si je prenais le risque de la réponse de l’autre aussi frustrante ou décevante qu’elle puisse être, que je pouvais recevoir sans me sentir obligé de rendre, que je pouvais donner sans envahir l’autre et refuser sans le blesser.
J’ai appris, sans même le vouloir, que j’avais des besoins et qu’il ne fallait pas les confondre avec des désirs.
J’ai appris avec soulagement que je pouvais désapprendre tout l’inutile dont je me suis encombré pendant des années.
J’ai appris joyeusement à planter des arbres, c’est le cadeau le plus vivant que je peux faire jusqu’à ma mort à cette planète merveilleuse qui a accueilli mes ancêtres et surtout mes géniteurs.

J’ai appris doucement à recevoir le silence et à méditer quelques minutes chaque jourpour laisser aux vibrations de l’univers la possibilité de me rejoindre et de m’apprivoiser encore un peu.
Oui, j’ai appris beaucoup dans ma vie et pourtant je cherche encore l’essentiel. »

~ Jacques Salomé

QUI EST JACQUES SALOMÉ

CET AMI QUI VOUS VEUT DU BIEN..!!!

Un de ses nombreux livres…
Faites votre choix… CLIQUEZ
https://amzn.to/33xbcKf

Jacques Salomé, né le (84 ans) à Toulouse, est un psychosociologue et écrivain français.
. Il est l’auteur d’ouvrages, consacrés à la communication au sein du couple et de la famille, notamment Parle-moi, j’ai des choses à te dire et Jamais seuls ensemble. Il a tenu durant 15 ans une chronique dans Psychologies magazine.

Quand le silence des mots réveille la violence des maux

Les maladies sont des langages symboliques avec lesquels nous allons tenter d’exprimer, parfois avec acharnement, avec désespoir… ou parfois avec plaisir ce que nous ne pouvons pas dire avec des mots, avec nos langages habituels, ce aussi à quoi nous n’avons pas directement accès et qui pourtant se crie en nous.

LA CONFIANCE D’ÊTRE SOI

A lire absolument:  Un livre qui a le mérite de mettre à nu nos fonctionnements et notre mal être. Merci à jacques salomé d’avoir osé écrire ce qu’au fonds nous savons mais refoulons.

Un livre de survie: Merci à vous J Salomé de nous faire partager votre vécu…Il ressemble tant au nôtre qui nous parait bien souvent trop lourd à porter. Merci car en vous lisant nous découvrons que nous sommes tous confrontés à notre chemin de vie pas toujours simple.

Génialissime : Ca m’a permis d’avancer, de faire un grand pas. Je pense, par contre, qu’il faut être prêt intellectuellement pour l’apprécier. Merci M Salomé

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINEretour sur la rubrique du même tabac

RETRO C’EST DU MÊME TABAC:
Meilleurs complements alimentaires