Les billes rouges !

ALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Tout cet été dans la Chouette, ma Mamy se transformera en conteuse au milieu des fleurs et des gazons
C’est comme ça qu’elle vous fera rêvez…..! Aujourd’hui:
Les billes rouges !


logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler d’histoires qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à modifier mon comportement ma manière d’être ou de me conduire avec les autres….. Je me rappelle de celle ci qui m’a amené à changer mon regard sur l’autre … L’autre ce mystère qui n’ait pas moi …. et pourtant si proche….!

ÉCOUTEZ-LA VOUS AUSSI POUR QUE DEMAIN VOUS SOYEZ MEILLEURS …

logo mamy turlututu small– Alors.. ACTION Mamy..!
Raconte nous cette histoire de ton ami d’Amérique M MILLER

OUI OUI ..! Depuis que MILLER nous a quitté, c’est lui faire grand honneur de nous unir tous en pensée autour de son histoire…
je crois d’ailleurs que la grand mère MILLER  doit la raconter elle aussi ….
Il s’agit :
Des billes rouges !
J’étais à l’épicerie du coin, en train d’acheter des pommes de terre nouvelles.
J’ai remarqué un petit garçon, d’ossature délicate, pauvrement vêtu mais propre, regardant avec envie un panier de fèves vertes fraîchement cueillies.

J’avais déjà payé pour mes pommes de terre, mais je me suis arrêté aux fèves vertes.
J’adore la soupe aux fèves et aux patates.

Choisissant des fèves, je n’ai pas pu m’empêcher d’entendre la conversation entre Monsieur Miller, le propriétaire du magasin, et le pauvre garçon qui était à côté de moi.

Hello Barry, comment vas-tu aujourd’hui?

Hello M. Miller!  Ça va bien merci. J’étais juste en train d’admirer vos fèves.
Elles ont l’air vraiment très bonnes.

– Elles sont bonnes, Barry… Comment va ta mère?

 – Bien, elle n’arrête pas de prendre du mieux.

– Bien, puis-je faire quelque chose pour toi ? Non Monsieur, je ne faisais qu’admirer ces fèves

– Voudrais-tu en rapporter à la maison ? demanda M. Miller.

– Non Monsieur, je n’ai rien pour les payer.

– Eh bien, que pourrais-tu me donner en échange de quelques fèves ?

– Tout ce que j’ai, c’est ma précieuse bille que voici

– C’est une vraie ? Laisse-moi la voir. dit M. Miller
– Voici, elle est de qualité.
Oui, je peux voir ça. Hum, la seule chose, c’est qu’elle est bleue et j’en recherche une rouge vif.
En as-tu une rouge comme ça chez toi?
– Pas rouge vif, mais presque.
– Tu sais quoi, ramène ce sac de fèves avec toi à la maison et, quand tu repasseras dans le coin, tu me montreras cette bille rouge, lui dit M. Miller.
– Bien sûr, M. Miller. Merci.

Madame Miller, qui était debout juste à côté, est venue pour m’aider…
Avec un sourire, elle a dit :
– Il y a 2 autres garçons comme lui dans notre quartier. Les trois sont dans des conditions vraiment précaires. Jim adore marchander avec eux, pour des fèves, des pommes, des tomates ou n’importe quoi d’autre.
Lorsqu’ils reviennent avec leurs billes rouges, et ils le font toujours, Jim décide que, finalement, il ne veut plus de rouges et les renvoie chez eux avec un sac d’une autre marchandise, en échange d’une bille verte ou une orange, lorsqu’ils reviendront au magasin.

Logo mamy raconte DJ’ai quitté le magasin avec un sourire au cœur, impressionné par cet homme.
Peu de temps après je sois déménagé au Colorado, mais je n’avais jamais oublié l’histoire de cet homme, des garçons et de leurs marchandages de billes.
Plusieurs années passèrent, chacune plus rapidement que les précédentes.

Récemment, j’ai eu l’occasion de visiter de vieux amis dans ce quartier de l’Idaho, et j’apprenais que M. Miller était décédé. Il y avait les funérailles ce soir là, et mes amis désiraient s’y rendre. Je les ai accompagnés.
À notre arrivée au salon, nous étions dans une ligne pour rencontrer les personnes éprouvées et leur offrir nos sympathies.
Devant nous, dans la ligne, il y avait trois jeunes hommes.
L’un d’eux était en uniforme d’armée et les deux autres hommes étaient bien coiffés, en habit noir et chemise blanche… Tous paraissaient vraiment bien.
Ils s’approchèrent de Madame Miller, qui était debout calme et souriante à côté du cercueil de son mari.
Chacun des trois jeunes hommes lui fit une caresse, l’embrassa sur la joue, lui parla brièvement et s’approcha du cercueil.
Ses yeux bleus clairs rougis les suivirent et, un par un, chacun des jeunes hommes s’arrêta brièvement et mit sa main tout au-dessus de la main pâle et froide dans le cercueil.
Chacun d’eux sortit maladroitement du salon, en essuyant ses yeux.
C’était notre tour de rencontrer Mme Miller.
Je lui ai dit qui j’étais et lui rappela l’histoire qui s’était passée longtemps, et ce qu’elle m’avait raconté concernant les marchandages de billes.
Avec ses yeux brillants, elle prit ma main et me conduit au cercueil.
Ces trois jeunes hommes qui viennent juste de quitter étaient les garçons dont je vous parlais.

Ils viennent tout juste de me dire combien ils avaient apprécié la façon dont Jim les marchandait.
Maintenant, finalement, puisque Jim ne pouvait plus changer d’idée concernant la couleur ou la grosseur de la bille… ils sont venus payer leur dette.
Nous n’avons jamais eu l’occasion de faire fortune dans ce monde, me confia-t-elle, mais, présentement, Jim se serait considéré comme l’homme le plus riche de la region.

Avec tendresse, elle leva les doigts de son mari décédé.
En-dessous de sa main se trouvaient trois billes d’un rouge éclatant.

LE CHOURISTELa morale de cette histoire:
On ne se souviendra pas de nous par nos paroles, mais par nos bonnes actions.

 


http://www.chezmaya.com/textes/index.htm

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

Share Button

Utilisez-vous tous vos pouvoirs..?

banniere 468px 60px ruyedesplantes
VETEMENTS ET ACCESSOIRES    SANTÉ ET SOINS DU CORPS VOYAGES VALISES
Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE
de Choucaline

« Les capacités de notre cerveau:

– Aujourd’hui je veux tenter de vous faire prendre conscience de vos pouvoirs et de la manière de les amplifier
ALORS : UILISEZ-VOUS TOUS VOS POUVOIRS


Un Maître d’art martiaux – un sage – s’apprête à passer
le flambeau de la direction de son école à son meilleur
étudiant.

Pour cela le Maître lui prépare un  dernier test:

Il demande à son étudiant de déplacer un énorme bloc de granit d’un endroit à un autre avant le coucher du soleil.
Il lui dit
d’utiliser TOUS SES POUVOIRS pour accomplir cet exploit.L’étudiant essaye et essaye encore mais peut à peine remuer le bloc.
Au moment où il va abandonner, le Maître ajoute-

– « Utilise tous tes pouvoirs. As-tu pensé à utiliser un levier? »

L’étudiant trouve une barre de fer et commence à bouger le rocher
Mais le temps passe et il se rend compte qu’il ne parviendra pas à son but avant le coucher du soleil.
Desespéré, il s’assoit.

Le Maître lui demande encore:
– « As-tu utilisé tous tes pouvoirs? »

L’étudiant avait les larmes aux yeux.
« Oui, je suis au bout de mes forces, mes pensées sont confuses, et mon esprit vide. Je n’ai plus de pouvoirs ».

« Oh non », lui répond son maître, « tu as plus de pouvoirs que cela! »

L’étudiant regarde son Maître, qui lui sourit, et l’interroge :
« Où?« 

Le visage du Maître s’illumine et il pointe l’index vers sa poitrine
« As-tu pensé à me demander mon aide? Tu as ce pouvoir … Utilise tous-tes-pouvoirs.

– « Peux-tu m’aider? » demande l’étudiant.
– « Oui », répond le Maître. Il prend un sillet d’or dans sa tunique et siffle.

Les autres étudiants, qui étaient cachés derrière la colline, arrivent pour l’aider.En peu de temps ils déplacent le rocher à l’endroit indiqué.

LE CHOURISTE


– Pensez à toujours demander de l’aide et ne refusez jamais une main tendue

 

SOURCE : LE CLUB POSITIF
©2010 Christian Godefroy, Chesières

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINEretour sur la rubrique du même tabac

RETRO C’EST DU MÊME TABAC:
Meilleurs complements alimentaires

Share Button

CHOUCHINÉ CLUB: LE RAPACE Lino Ventura .. Musique inoubliable de François de Roubaix

Meilleurs complements alimentaires

CHOUCHINÉ CLUB

Chouchiné club, c’est la rubrique ciné-club… Pour laquelle, je vais régulièrement chiner des films cultes du cinéma.
J’espère vous redonner l’ambiance des salles obscures, le gout des Mikos… sans le bruit des Mentos qui sortent de leurs rouleaux et des becos… du dernier rang….!

Hier lino ventura aurait eu 100 ans

 L’association Perce-Neige, fondée par l’acteur Lino Ventura, accueille des personnes handicapées mentales.

Lino Ventura aurait fêté ses 100 ans le 14 juillet 2019. L’immense acteur a créé l’association Perce-Neige, qui vient en aide à près de 900 personnes handicapées mentales sur l’ensemble du territoire. Aujourd’hui, il existe 35 résidences pour accueillir ces « individus pas comme les autres ». Pour obtenir une place dans ces centres, les délais d’attente varient de cinq à dix ans.

La Chouette programme, en hommage à l’artiste, le film et les musiques du film :  LE RAPACE

LE RAPACE (1968)
– JOSÉ GIOVANNI -LINO VENTURA

 

Musique de François De Roubaix

« Le Rapace » est un film franco-italo-mexicain de José Giovanni sorti le 6 avril 1968.

Musique : François de Roubaix
(éditions Hortensia)

Histoire:
A Vera Cruz, en 1938, un aventurier et tueur à gages, le Rital, a fait évader des prisonniers politiques, et se joint à un groupe de conjurés qui fomentent un coup d’État

. Le Rital doit abattre l’actuel président.

Il entreprend de surveiller la demeure de la Camito, maîtresse du président, en compagnie de Miguel, un jeune homme idéaliste et exalté qu’il surnomme Chico.

Ils ignorent tous deux que le plan des conjurés prévoit leur élimination…

 

Faites vous plaisir chercher sur votre box en replay…. il doit couter que trois « Chous »

PAPY VIDÉO VOUS DÉPAYSE

Toute la musique n’est pas « Le Rapace ». A partir de 4:21, c’est « Où est passé Tom ? ».

La musique est magnifique et va bien avec ce regard attendrissant, si international, de ces enfants et leurs mamans. Merci pour cette vidéo Papy.

Cuando llega el dìa

ACCORD

 

Song : G#
Am                   C
Cuando llega el día
Am                   G
y cuando sale el sol
Dm   G7     C
Campesinos
F                   Em             G
hay que trabajar y trabajar

Am                   C
Cuando llega la luna
Am                   G
y cuando duerme el patròn
Dm   G7     C
Campesinos
F              Em             G
hay que esperar y esperar
Am
siempre esperar.

LE CHOURISTE

PAROLES :

Cuando llega el día y cuando sale el sol
Campesinos hay que trabajar y trabajar

Cuando llega la luna y cuando duerme el patròn
Campesinos hay que esperar y esperar
siempre esperar.

et la traduction :

Quand le jour approche et quand se lève le soleil
Paysans il faut travailler et travailler

Quand la lune arrive et quand dort le patron
Paysans il faut espérer et espérer
Toujours espérer

Musicien autodidacte, il découvre le jazz à l’âge de 15 ans alors que son père, Paul de Roubaix, produit et réalise des films institutionnels ; le mélange entre musique et cinéma ne le quittera plus.

Doué d’un remarquable sens de la mélodie, il travaille énormément sur les sonorités, la diversification instrumentale et les mariages entre instruments. Il fut également l’un des premiers à utiliser le synthétiseur dans la musique de films

En pionnier, il aménage dans son appartement parisien de la rue de Courcelles un des tout premiers home studios 8 pistes dès 1972, où il travaille, finalise ou pose les bases de musiques qu’il complète ailleurs, généralement avec son fidèle ingénieur du son Jean-Pierre Pellissier (cordes, batterie).

Offrir un CD des musiques de François de Roubaix la Chouette l’a trouvé :      https://amzn.to/2tC4GkA



Au début des années 1970, il connaît un passage à vide au cinéma, et se consacre davantage à la télévision. Sa dernière musique de film, Le vieux fusil (1975), semblait explorer une nouvelle direction prometteuse

Lorsqu’il trouve la mort dans un accident de plongée.

2retour sur la rubrique du même tabac94

 

Share Button