Archives par étiquette : venise

Un Rondo Veneziano per favore


G AIMÉ DÉCOUVRE RONDO VENEZIANO

Rondò Veneziano est un ensemble musical italien, qui s’inspire de la musique baroque et classique, pour produire une variété pop rock.
Le groupe fut créé en 1979 par Gian Piero Reverberi, compositeur et chef d’orchestre.

Plus de 25 millions d’albums ont été vendus
dans le monde.

La formation de base du Rondò Veneziano compte neuf solistes (sept femmes et deux hommes).
Elle se compose généralement de trois violons, d’un alto, d’un violoncelle, d’un hautbois, d’une flûte traversière, ainsi que d’une basse électrique et d’une batterie.

C’est dans cette combinaison qu’elle se produit sur les plateaux de télévision, parfois accompagnée de Gian Piero Reverberi à la direction d’orchestre ou au piano.


LA PRÉFÉRÉE DE G AIMÉ

San Marco · Rondò Veneziano 1983

Le répertoire du groupe, large et inspiré de modèles stylistiques très variés, est signé de Reverberi.
Très inspirées du baroque vénitien dans les premières années d’existence de la formation, les sonorités ont régulièrement évolué, tant vers le classique que vers un certain impressionnisme musical, au point qu’il est très malaisé de ranger le groupe sous une étiquette précise.

Après avoir enregistré près de 25 albums entre 1980 et 2002, l’activité de l’ensemble porte actuellement sur la scène, essentiellement en Europe.

La signature du groupe avec Koch, à partir de 1997, cantonna la diffusion des nouveaux albums aux pays germanophones. Les nouvelles réalisations consistent en albums « concept ».

Parallèlement, Reverberi put entreprendre une série de tournées européennes avec son groupe. Il en résulta un premier album en public en 1997.


SERENISSIMA


Les derniers albums et les concerts

Le retour chez Baby Records International permit une meilleure diffusion des deux derniers albums studio du groupe. La Piazza (2002) [Concertissimo pour le marché français] est le dernier album original du Rondò Veneziano.
Un deuxième album en public a été produit à l’occasion des 25 ans de la création du groupe, et une version en orchestre de chambre, sans section rythmique ni électronique7, a été enregistrée en 2009. Ces deux derniers n’ont pas fait l’objet d’une diffusion massive. Les 30 ans ont vu la sortie d’un DVD au Royaume-Uni

Un « Best of 3CD » reprenant 60 morceaux est édité
par Sony Music en 2012.

Actuellement, le groupe se produit chaque année sur scène à l’occasion d’une tournée en Europe. Des concerts ont été également donnés aux États-Unis, notamment à Las Vegas (2003)


Écoutez les 24 titres de légende qui ont forgé l’histoire mythique de Rondò Veneziano. 1H02mn

SOURCE :    GAIMÉ

Share Button

PEINTURE : La belle Nani de Véronèse

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :
Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir …

Aujourd’hui
je vous
propose de
découvrir :
La belle Nani de Véronèse

 Qui est Véronèse ?

Autoportrait de Paul Véronèse dans les noces de cana son monumental chef d’oeuvre  Paolo Caliari, dit Véronèse, né en 1528 à Vérone et mort le 19 avril 1588 à Venise, est un peintre vénitien.

Bien qu’il ait joui d’une réelle popularité de son vivant, notamment à Venise, il fut ignoré des critiques de son temps qui parlent de l’art vénitien. Pourtant, Véronèse constituait avec Titien et Le Tintoret le triumvirat des peintres vénitiens de la Renaissance tardive.

Véronèse est connu comme un grand coloriste ainsi que pour ses décorations illusionnistes (trompe-l’œil) en fresque et à l’huile. Ses travaux les plus connus sont des cycles narratifs raffinés, exécutés selon un style dramatique et coloré, avec des arrangements majestueux et scintillants.

logo lardon DQui est la belle Nani de Véronèse ?

La Belle Nani (ou « portrait d’une femme vénitienne ») est une peinture à l’huile sur toile représentant une riche femme vénitienne de la noblesse, peinte par Véronèse vers 1560.  L’œuvre est conservée au Musée du Louvre

Une patricienne de Venise, dit La Belle Nani
Date de création/fabrication : 3e quart du XVIe siècle (vers 1560)
Dimensions  Hauteur : 1,19 m ; Largeur : 1,03 m
Matière et technique    huile sur toile
Paolo Caliari, dit Veronese –     Italie Vénétie Venise

Description

La femme, représentée à mi-corps de face, est vêtue à la mode de Venise de l’époque, notamment son large décolleté et ses riches parures.
L’attitude réservée et l’anneau à la main gauche montrent qu’il s’agit d’une femme mariée.
L’identité du sujet reste cependant inconnue.
Le nom de Nani est celui de la famille supposée autrefois être propriétaire du tableau, et une légende voudrait que le modèle soit de cette famille.
Ce tableau est considéré comme un des plus beaux portraits féminins du XVIe siècle. Véronèse a réalisé peu de portraits féminins : on n’en connaît que six.

logo lardon DAnalyse du tableau

Au moment de sa redécouverte à la fin du XIXème siècle, on pensait que ce portrait avait été commandé par une famille patricienne de Venise, les Nani, ce qui lui valut le surnom de « la Belle Nani ». Faute de preuve, les historiens ont imaginé que cette jeune femme pouvait être aussi une courtisane ou l’image d’une beauté idéale.
Dans cette effigie de format monumental, Véronèse reprend une formule alors très à la mode mise au point par son aîné Titien, le plus grand portraitiste de la Renaissance vénitienne : le modèle est de face, sur un fond neutre sombre, et placé à côté d’un élément de mobilier, ici une table recouverte d’un précieux tapis dit « à la Moretto », de fabrication anatolienne.
Cette sobre mise en scène exalte la beauté de la jeune femme autant que la richesse de son habit.
Tout ici révèle le portrait d’une mère de famille, issue de l’aristocratie.
La délicate carnation blanche et rosée indique que la dame se protège du soleil.
Sa chevelure étincelante est blond vénitien, une couleur qui s’obtenait, selon les recettes de beauté de l’époque, en exposant ses cheveux au soleil de midi, sur les toits des palais vénitiens.
Sa tenue d’apparat se compose d’une ample robe en velours bleu, avec une ouverture assez large sur la poitrine, permise aux dames mariées de la noblesse et portées à l’occasion de fêtes. Les manches sont de brocart à ramages bleus sur fond blanc, tandis qu’un léger manteau en gaze blanche est posé sur ses épaules.

Une beauté parée de bijoux et d amour conjugal
De somptueuses pièces de joaillerie magnifient l’ensemble : épaulières, ceinture, bracelets, collier et bagues d’or, de perle, de saphir et de rubis.
Cette dame de qualité détourne chastement son regard de celui du spectateur.
Sa main gauche, dont l’annulaire est orné d’une alliance de mariage, reteint élégamment le voile transparent de son habit, tandis que sa main droite se pose sur son cœur, en signe de fidélité conjugale.
Le portrait doit ainsi signifier l’exemplarité de cette femme : son rang social élevé, sa beauté physique et sa vertu morale.

logo lardon DQuand on chante la belle Nani

SOURCE wikipedia
https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010065927


logo lardon 1LE LARDON

 

Share Button

PEINTURE : Les trois grands âges de la vie

code promo ruedesplantes

Bannière ruedesplantes 468/60px

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE AU CHOU :

LES TROIS GRANDS ÂGES
DE LA VIE


DANS NOTRE RUBRIQUE NOUS VOUS INVITONS AU COEUR DE LA RENAISSANCE VENITIENNE
au moment où Giovanni Bellini meurt en 1516.
Titien se trouve en position de lui succéder à la tête des peintres vénitiens. Dans l’année et les décennies qui suivent, il travaillera à consolider cette position, en affirmant sa suprématie sur la génération suivante, elle aussi remarquablement doué
Dans ce contexte nous braquerons le projecteur sur le thème qui préoccupe les potes âgés : Le déroulement du temps…. traité par Giorgione, et Titien…!

Trois étapes symboliques que sont l’enfance,
la maturité et la vieillesse…..

Dans la première moitié du XVIe siècle, L’art vénitien de la grande période, au développement parallèle à celui de Rome, est entre autres le fait de deux maîtres :
Giorgione et  Titien.

Le déroulement du temps est un thème récurrent chez les artistes.
Pour le signifier, les peintres ont souvent choisi de peindre l’homme dans les trois principales étapes de sa vie.
Trois étapes symboliques que sont l’enfance, la maturité et la vieillesse.
A ce  cycle de la vie il est aussi facile d’accoler le cycle des saisons : le printemps et la jeunesse, l’été et la maturité, l’automne et la  » grande maturité « , l’hiver et la vieillesse.

logo lardonLes âges de la vie sont une conception consistant à diviser la vie en plusieurs périodes.
Les conceptions de l’antiquité classique
On distinguent les Trois grands âges de la vie aux Quatre âges de la vie.
Les Trois grands âges de la vie sont :

  • la jeunesse associée à l’innocence,
  • l’âge adulte associé à la maturité
  • vieillesse associée à la sagesse.

Les Quatre âges de la vie distinguent:

  • l’enfance,
  • l’adolescence,
  • la maturité
  • la vieillesse.

Les Pères du désert appliquent les trois grands âges de la vie à la vie spirituelle :

  • la connaissance de soi (notamment la reconnaissance de sa propre faiblesse)
  • celle du prochain (notamment la communion fraternelle)
  • celle de Dieu (par la prière).

L’expression de Troisième âge, utilisée aujourd’hui comme euphémisme de la Vieillesse, renvoie à cette conception.

Au cœur de la peinture de Giorgione se trouve sa conception
nouvelle de l’ombre.

 


Giorgione: Les trois âges de l’homme (1500 – 1505) (Huile sur panneau, 62 x 77 cm) est maintenant dans la Galleria Palatina (Palazzo Pitti), Florence.

L attribution de ce tableau est vivement débattue.

Au cœur de la peinture de Giorgione se trouve sa conception nouvelle de l’ombre.
Certains pensent que le peintre le tenait de Léonard ; et comme ce dernier résidait en 1500 à Venise, peut-être exerça-t-il en effet quelque influence
L’influence de Léonard de Vinci se reconnaît sans peine dans la façon dont les formes doucement éclairées émergent de l’obscurité. Elle est, en outre, évidente dans la figure du vieil homme qui se retourne et le choix de physionomies types fortement contrastées.
Mais les acteurs de cette scène sont-ils de personnages anonymes, et peut-on considérer qu’on a affaire ici à une peinture de genre intégrant certains procédés formels de l’art du portrait ? Ou s’agit-il plutôt d’un triple portrait, et le peintre a-t-il élargi un format traditionnel pour accueillir plusieurs protagonistes ?

L’extraordinaire confusion qui a toujours entouré l’attribution d’un certain nombre d’œuvres majeures apparentées au style tardif de Giorgione indique bien le rôle charnière que celui-ci joua dans la peinture vénitienne, et son importance dans la formation de Titien

 Titien est le peintre le plus admiré de toute l’Europe au XVIe siècle

logo lardon DTiziano Vecelli dit Le Titien, est âgé d’une vingtaine d’années, quand il achève  la composition des Trois âges de l’homme, l’une de ses toiles les plus célèbres.
En 1512, le Titien se trouve à Venise. Il y est arrivé très jeune, à 9 ans, en compagnie de son frère, et travaille dans l’atelier de Giovanni Bellini, le peintre le plus en vue à Venise.

Il fait aussi la connaissance d’un autre grand peintre, Giorgione, qui devient son fidèle ami jusqu’à sa mort en 1510.
Il se consacre dans un premier temps à l’achèvement des différentes toiles de son ami.

.
Dans  » Les trois âges de l’homme « , Le Titien développe cette vision cyclique de l’homme,

héritée de l’Antiquité.
Son langage pictural témoigne ici d’une grande maturité malgré son jeune âge
( il est alors âgé d’une vingtaine d’années lorsqu’il peint ce tableau).
Dans une belle « mise en scène », une composition d’une grande modernité,
il montre avec une grande finesse, les peurs et les désirs à différents âges de la vie .

Sur la gauche du tableau, la jeunesse est représentée sous les traits d’un couple assis sous un arbre « tout en feuilles » ; ils se regardent l’un l’autre ;
à droite, en symétrie, trois petits anges grassouillets protègent leur pureté en toute innocence ;
à l’arrière-plan, devant un arbre mort ou presque, un vieil homme regarde deux crânes ( des  » vanités » qui sont symboles de la finitude de l’homme)

Un sujet d’une grande modernité montrant les peurs et désirs à différents âges de la vie dans un tableau saisissant de finesse et de mise en scène. Il sera l’une des pièces qui inspirera le plus les peintres au XVIème siècle.

Allégorie du temps gouverné par la prudence

 » Allégorie du temps gouverné par la prudence »

Quelques années après Titien réalise ce portrait de trois hommes et de trois animaux.

Au-dessus de leurs têtes on peut voir une devise en latin:

ex praterito praesens prudenter agit nefutura actione deturpet, qui veut dire:

« informé du passé le présent agit avec prudence, de peur qu’il n’ait à rougir de l’action future ».

Les trois visages représentant
Les 3 moments de la vie :

la vieillesse, la maturité et la jeunesse.

Les animaux et leur symbolique :

  • le lion : force et puissance,
  • le loup : solitude,
  • le chien : l’apprentissage.

Le Titien
 » Allégorie du temps gouverné par la prudence »

1565-1570
Huile ( 76 x 69 cm)
National Gallery – Londres

SOURCES: http://l-ocre-bleu.fr/histoiredelartetartistes/les-ages-de-la-vie-en-peinture/http://www.artdb.com/fr/theme/ages-de-la-vie/onglet/1http://www.aparences.net/ecoles/la-peinture-venitienne/la-grande-renaissance-venitienne/

Collagène marin - acide hyaluronique 60 gélules

logo lardon 1LE LARDON

Histoire et origine du collagène et de l’acide hyaluronique
Le collagène est une glycoprotéine fibreuse présente dans toutes les structures du corps : peau, cartilages, tendons, ligaments et tissus conjonctifs. Il assure la cohésion, l’élasticité et la régénération de tous ces tissus mais sa quantité diminue avec l’âge.
Son usage est fréquent depuis longtemps en Asie, où les solutions de collagène sont absorbées par des millions de personnes. Il permet une bonne élasticité de la peau et possède une action sur le développement cellulaire et sur la régénération tissulaire.

Share Button

Laisse les gondoles à Denise

Giovanni Antonio Canal dit Canaletto Venise, 1697 – Venise, 1768 Vers 1740, huile sur toile, 76 x 45 cm Salon des peintures Jacquemart-André. – Canaletto a le souci de rendre avec la plus grande précision les vues les plus courues de la Sérénissime

vos impressions à partagerLaisse les gondoles à Denise

Romeo et Juliette

«Laisse les gondoles à Venise»…. chantait un couple célèbre il y a… pas mal d’années déjà..!

Est-ce dire que Venise, c’est ringard….. ?

Pour beaucoup de gens (qui n’y sont jamais allés), ça l’est en effet; le cliché du Pont des soupirs, des gondoles, des pigeons de la Place St Marc, du Rialto avec ses boutiques de souvenirs( de Hong-Kong, ou made in China), a la vie dure…et pourtant !

Un nombre incroyable de gens, japonais, chinois, européens de partout, y viennent encore en voyage de noces, et y sont apparemment très heureux; sans parler des touristes, photographes ou non, qui s’y pressent chaque année, pour en rapporter des souvenirs merveilleux et inoubliables… Venise, surannée, vieillotte, désuète ?

NON… Venise,est  magique, unique, vivante, moderne et historique à la fois…

On y vient, on y revient, c’est comme un drogue.
Une fois qu’on a attrapé le virus, rien à faire pour s’en débarrasser. Il n’y a pas besoin de campagne de vaccination, les malades sont consentants, et ne rêvent que d’en droguer d’autres, de les contaminer, pour qu’ils rejoignent le club des passionnés …. en costumes ou non , au carnaval…

 C’est une expérience qu’on fait une fois, souvent par hasard, et qu’on renouvelle, quelque soit l’âge; des gens de plus de 70 ans se disent « accros » et n’ont pas peur de l’être. Après tout, si ça fait du bien au moral, pourquoi s’en priver ?
Ça ne coûte pas plus cher qu’autre chose.. .la sécu ne rembourse pas (encore), mais les restaurants de luxe, (où l’on déguste trois rondelles de carottes vichy), non plus !

Chacun prend son plaisir là où il le trouve, selon sa Culture, ses goûts, son éducation, ses moyens… il n’y a rien à redire à ça.

Il existe des thérapies ,anodines au premier abord, qui sont très efficaces…
Celle-ci en est une, je peux témoigner !
Je suis partie, à 65 ans, avec des sérieux handicaps (de dos, de pied, d ‘hémorroïdes, bref, j’en passe et des meilleures), mais une fois sur place, à respirer l’air de la lagune, pourtant  froid (-2°), à regarder le soleil couchant, sur les mosaïques dorées et colorées de St Marc, sur les marbres roses et gris de San Zaccaria, sur les flaques de la piazetta (où se reflètent tous les monuments autour), on oublie tout !

Découvrez la playlist rondos veneziano avec Rondò Veneziano

Musique d’ambiance – Rondo Veneziano –

On se sent pousser des ailes, on rajeunit de 20 ans… ou plus !

En effet, une fois dans mon costume de « Dame aux camélias », on me prenait pour une jeunette de 18 ans… comme notre règle de masqués est de se taire (le silence est d’or donc on s’y enrichit beaucoup), je ne pouvais pas décevoir mes admirateurs; et intérieurement je me disais « heureusement qu’ils ne me voient pas en civil… ».
Je continuais le pied léger, à poser pour tous mes photographes; du reste, le claudiquement que j’avais, du fait de ma tendinite de la cheville, était pris pour un effet de crinoline, (ou un déhanchement voulu du faux-cul de mon autre costume de Nana, pour inviter le client à me suivre! ah ah ah …rigolo, non ?).

 

  Jouer la comédie, sortir de son personnage quotidien, c’est une expérience que seuls les acteurs de cinéma ou de théâtre connaissent, et qui est bienfaisante.

D’ailleurs les carnavals n’étaient-ils pas conçus pour évacuer les rancoeœurs, les misères, sous couvert de l’anonymat ?
Alors, que tous les détracteurs des carnavals ravalent leur fiel, on s’y fait du bien, à Venise l’élégante, (avec ses marquis poudrés et ses masques extravagants mais toujours luxueux),
comme à Dunkerque (avec ses parapluies multicolores et ses bandes musclées tonitruantes), et il n ‘y a rien à redire à cela; c’est du pur bonheur, qu’il ne faut pas bouder.

La place Saint-Marc (vers 1723, musée Thyssen-Bornemisza, Madrid)

  Ceux qui prétendent que Venise pue, que c’est insalubre, vétuste, délabré, sont des cons…

Ceux qui prétendent que Venise pue, que c’est insalubre, vétuste, délabré, sont des cons; ils ne connaissent pas Paris et ses banlieues, n’ont jamais mis les pieds dans les crottes de chiens qui empestent et dégueulassissent tous les trottoirs de la capitale, n ‘ont jamais pris le métro aux heures d’affluence… etc etc et que dire des voitures en bouchons qui polluent l’atmosphère ?
La jalousie envenime tout, voilà la vérité… il y a ceux qui « peuvent », soit-disant, et ceux qui ne « peuvent pas »; mais on n’est pas obligé de descendre au Danièli ou au Gritti pour s’éclater… Il y a des adresses superbes, calmes, confortables, bien situées, où on est soignés comme des coqs en pâte, pour un prix normal; pas pire qu’en Bretagne en Juillet…(où on n’a pas toujours le soleil en prime…).
Alors arrêtons de diffuser des informations empoisonnées sur la plus belle ville du monde, par bêtise ou chauvinisme absurde.



Vive Venise …
et vive son Carnaval !

 vos impressions à partagerDenise

Wikipédiatre :     « BRAVO ….! Quel talent personnel pour la conception artistique et la réalisation de ces costumes….C’est une vrai passion qui la déborde…! Comme Denise, envoyez nous votre carnet de voyage.. Pensez à ceux qui restent….Ou à notre pote SYNTHOL qui ne peut pas se déplacer »

Meilleurs complements alimentaires

Share Button