Archives par étiquette : Louvre

La musique n’a pas d’âge..!

Compléments alimentaires RuedesplantesDe Choubert à Choumann en passant par Choupin

LA PARTITION DE MA2

  La Partition
de  MA2

Aujourd’hui c’est la musique dans l’histoire

La musique au temps d’Alexandre le grand

C’est dans une boîte à biscuit, au fond des réserves du musée du Louvre, que des chercheurs ont retrouvé, il y a une dizaine d’années, une partition du IVe siècle
avant J.-C.

Grâce à cette découverte, exposée au Louvre dans le cadre de l’exposition « Au royaume d’Alexandre le Grand. La Macédoine antique », nous pouvons entendre aujourd’hui un peu de la musique jouée à la cour d’Alexandre.

Alexandre le Grand ou Alexandre III de Macédoine
  -356 à  -323

C’est un roi de Macédoine et l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité.

 Fils de Philippe II, élève d’Aristote et roi de Macédoine depuis -336, il devient l’un des plus grands conquérants de l’histoire.
Il fait de son petit royaume le maître de l’immense empire perse achéménide, s’avance jusqu’aux rives de l’Indus et fonde près de soixante-dix cités, dont la majorité porte le nom d’Alexandrie.
La notoriété d’Alexandre s’explique principalement par sa volonté de conquête de l’ensemble du monde connu.
Cette aspiration, à la fois illusoire et pourtant presque réalisée, avant qu’il ne meure subitement à l’âge de trente-deux ans, a pour conséquence, durant un temps très court,  une unité politique jamais retrouvée ensuite entre l’Occident et l’Orient.

Le conquérant macédonien, excellent interprète lui-même, était passionné de musique et jouait de la cithare et du luth depuis l’adolescence.
Avant de s’emparer du monde, il s’offrait déjà les virtuoses de son temps, à sa cour de Pella :
les aulètes (qui jouent de l’aulos, une flûte à deux tuyaux) nommés Isménias, Timothée, Chrysogonos, Dorion, Antigénidas ou de citharistes en vue comme Stratonicos d’Athènes.

Selon Plutarque, « Alexandre fit connaître dès son enfance qu’il serait tempérant dans les plaisirs ; impétueux et ardent pour tout le reste, il était peu sensible aux voluptés et n’en usait qu’avec modération »
Toutefois, le conquérant macédonien n’était pas vraiment un ascète éloigné des plaisirs de la vie terrestre. Il ne dédaigna ni les femmes ni le vin ; il était passionné de théâtre et de musique ; il aimait la chasse et combattit des fauves dans les paradis du Grand Roi ; il organisa de multiples concours et jeux athlétiques quoiqu’il n’y prît jamais part lui-même.
À Ecbatane, en 324 av. J.-C., il ne se trouvait pas moins de trois mille artistes venus de Grèce pour participer aux fêtes organisées par Alexandre.

Fragment de partition musicale sur papyrus, Médée de Carcinos le Jeune - Musée du Louvre

Fragment de partition musicale sur papyrus

Quelle musique jouait-on alors ?
Il n’en reste aujourd’hui presque rien, sinon… quelques notes retrouvées au Louvre par Laurent Capron, papyrologue de la Sorbonne :

« Au cours d’un inventaire en 2002, je l’avais trouvée roulée en boule dans une boîte à biscuits en ferraille avec un morceau de cigare et des journaux. Elle végétait dans les tréfonds du Louvre depuis plus de cent ans. Mais j’ai vite compris que c’était une merveille oubliée. »

Spécialiste de la musique, Annie Bélis (CNRS, ENS) décrypte cette partition :
il s’agit en fait d’une Médée de Carcinos le Jeune (d’environ 360 av. J.-C.), mentionnée par Aristote dans sa « Rhétorique », où l’héroïne, contrairement à la version du mythe véhiculée par Euripide, est innocente. L’ensemble vocal Kérylos en propose une version, accompagnée de reconstitution d’instruments anciens :

Source : Beaux Arts magazine – N° 330
http://www.villemagne.net/blog

   Alexandre
une vidéo puissante



le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deuxM A 2
Ma musique à deux

Share Button

SCULPTURE: OEDIPE ET LE BERGER PHORBAS…..


L’’ART ET LA PALETTE AUX CHOUX


VISITE DU THÈME D’OEDIPE ET DU BERGER PHORBAS DANS LA SCULPTURE TRAIT
É
PAR DEUX  GRANDS SCULPTEURS
– FÉLIX LECOMTE 1768
– CHAUDET EN 1801

SOURCES WIKIPEDIA ET MUSEE DU LOUVRE

La légende d’œdipe:

Œdipe enfant rappelé à la vie par le berger Phorba

Œdipe enfant rappelé à la vie par le berger Phorbas qui l’a détaché de l’arbre
D’apres Chaudet 1801,
GALERIE PUGET DU MUSÉE DU LOUVRE

 

 

Un peu de mythologie pour commencer.

Ce mythe de l’antiquité grecque raconte que les parents d’Œdipe  avant sa naissance, Laïos et Jocaste, ont consulté l’oracle de Delphes, qui leur a prédit que s’ils avaient un fils, celui-ci tuerait son père et épouserait sa mère.

Ils décident donc d’abandonner leur enfant dès sa naissance .

Laïos  s’emparera du nouveau-né et percera son pied d’une pointe, pour qu’il ne puisse marcher, avant de l’abandonner pendu par le pied percé à un arbre sur le mont Cithéron.

Le berger Phorbas  le sauva …..
et le présentera à son roi, Polybos
.

Oedipe et Phorbas

LECOMTE Félix Titre Oedipe et Phorbas 18e siècle Paris ; musée du Louvre Numéro d’inventaire RF 4009

Le souverain, sans enfant, l’adoptera et le nommera Oedipe (pied enflé). Ce dernier, devenu adulte et ayant appris qu’il pouvait être un enfant naturel, se rendra à Delphes pour connaître la vérité. Il apprendra qu’il devait tuer son père et à épouser sa mère.

Il rencontrera à un carrefour, près du mont Parnasse, un étranger qui était son père et qui lui ordonnera de lui céder le passage.

Oedipe refusera de s’écarter. L’une des roues écrasera son pied et le passager lui assénera un coup de bâton violent.
Oedipe tuera le conducteur et son équipage, excepté un serviteur qui prendra la fuite. Damasistratos, le roi de Platées ensevelira Laïos. Oedipe arrivera à Thèbes et trouvera la population désemparée après la disparition du roi……

la première partie de l’oracle venait de s’accomplir … Quelques temps après en épousant la veuve, il épousera donc sa mère ….!

…. et tout ceci grâce au berger Phorbas qui l’a rappelé à la vie en le  détachant de l’arbre….


La plus grande tragédie de la mythologie grecque

La plus grande tragédie de la mythologie grecque
Thèbes. Pour éviter la chute du royaume, le roi Laïos et sa femme Jocaste n’ont d’autre choix que d’exposer leur nouveau-né sur le mont Cithéron, l’abandonnant à une mort certaine… Contre toute attente, le bébé est sauvé et recueilli par le roi de Corinthe. Élevé tel le fils qu’il n’a jamais eu, Œdipe grandit alors à l’abri du tragique secret de ses origines.
   https://amzn.to/2K6Rtb2


wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

  WIKI

Meilleurs complements alimentaires

Share Button

LIVRES: LOUVRE SECRET ET INSOLITE

BLOC NOTE LITTÉRAIRE

par Chou Blanc
« APPRENDRE PAR LES LIVRES »

 Le comité de rédaction a bien fait de prendre  cette semaine le LOUVRE pour thème……

J’avais déjà évoqué ce livre très original… il est bon que je vous le fasse découvrir plus avant……

Louvre secret et insolite…- Daniel  Soulié
– © Louvre éditions et Parigramme – édition  2011

POUR OFFRIR CLIQUEZ

https://amzn.to/2LgslOS

 

L’avis de La Médiathèque :
Un ouvrage clair et simple qui se lit comme un roman. Page après page l’auteur apporte sa lumière sur des évènements de l’histoire du Louvre et lève le mystère de ses oeuvres majeures.

Le +
Une manière d’aborder le musée et ses collections par un point de vue extraordinaire.

Le mot de l’éditeur
Un tableau visible sur l’envers comme sur l’endroit, un puits mystérieux, un imitateur de Vermeer dépassant son modèle, la Victoire de Samothrace en pièces détachées, des pigments tirés des cœurs royaux,[…] un baptistère né en terre d’Islam… Les curiosités et les secrets du Louvre, palais devenu musée, n’ont pas fini de nous surprendre !

Biographie de l’auteur
Daniel Soulié est archéologue et historien d’art. Chargé de projet médiation culturelle au musée du Louvre, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont sur le Louvre et sur l’Egypte.

 

 

 

Dans ce livre Daniel SOULIE vous fait découvrir le seul Edgar Degas du musée du LOUVRE,

« La Sortie du bain »
(1880),

Tableau d‘une grande sensualité.
Un impressionniste au Louvre, direz-vous?
Les collections s‘arrêtent en effet officiellement en 1848 et les œœuvres postérieures sont exposées au musée d’Orsay et au Centre Pompidou.
Mais lorsque Victor Lyon fit, en 1961, une donation de 65 peintures, dont celle-ci, et de 3 pastels, l’une des clauses imposait la conservation en un lieu unique.

Source : Louvre secret et insolite, par Daniel Soulié.
Parigramme et Louvre éditions, 196 p., 19€.

https://amzn.to/2LgslOS


L
es nus de Degas au musée d’ORSAY

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez

Chou Blanc   retour sur la rubrique du même tabac        
RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

SCULPTURE : Les sarcophages monumentaux étrusques…. les sarcophages des époux

Propolis 60 gélules
logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE AU CHOU :

Les sarcophages monumentaux étrusques….
les sarcophages des époux


DANS NOTRE RUBRIQUE NOUS VOUS INVITONS  AU CŒUR DE LA CIVILISATION ÉTRUSQUE
Nous voudrions vous faire découvrir leurs sculptures funéraires en terre cuite représentant des couples « banquetant « …
Tour à tour vous pourrez découvrir le sarcophage du musée du Louvre et celui du musée de Rome.
A travers ces deux œuvres nous vous dirons tout – enfin presque – sur la légèreté des femmes étrusque et leur statut avancé au sein de cette civilisation.

logo lardon DLes Étrusques sont un peuple qui vivait depuis l’âge du fer en Étrurie, territoire correspondant à peu près à l’actuelle Toscane et au nord du Latium, soit le centre de la péninsule italienne.

Il s’agit d’une civilisation brillante mais qui nous a laissé peu de traces malheureusement.

Elle s’éteint lors que en -90 av J.C. lorsqu’ils deviennent citoyens de Rome durant la guerre sociale.

MUSEE DU LOUVRE :
Le sarcophage monumental (dit Le Sarcophage des époux)

En 1845, le marquis Campana, (1808-1880) aristocrate romain et grand collectionneur d’antiquités et d’objets d’art, découvre ce sarcophage monumental (dit Le Sarcophage des époux) à l’occasion de fouilles dans l’immense nécropole étrusque de Cerveteri, l’antique Caere, située au nord-ouest de Rome.
Cette œuvre exceptionnelle témoigne de la maîtrise, atteinte très tôt par les sculpteurs étrusques, du travail et de la cuisson de la terre.

La tombe étrusque est une des plus belles pièces et une des mieux conservées de la collection Campana qui est achetée par Napoléon III.
Baptisée « sarcophage des époux », elle rejoint le musée du Louvre en 1861,

 

 

Le Sarcophage des Epoux, ou le couple étrusque comme modèle conjugal. Département des Antiquités Grecques, Etrusques et Romaines du Louvre.

Exposée au Musée du Louvre, cette œuvre funéraire est réputée l’une des plus belles de l’art étrusque.
Cette sculpture étrusque révélatrice du savoir-faire étrusque et la maitrise des artistes de Caeré (ville située dans l’Etrurie),

 

La technique de la terre cuite

La ville étrusque de Caere ne disposait pas dans ses environs de carrière de pierre.
À l’époque archaïque, les sculpteurs qui y travaillaient se tournèrent donc vers le matériau qu’ils avaient à leur disposition, la terre argileuse de leur sol.

Ils se firent une réputation dans ce domaine.
Le sarcophage, modelé en terre et peint avant d’être cuit, est réalisé en quatre parties :
– deux pour les époux qui en forment le couvercle,
– deux pour la cuve en forme de lit – sans doute pour faciliter la cuisson et sa manipulation.
Les sculpteurs fabriquaient les mains à part avant de les fixer, ils incrustaient iris et pupilles.
Les couleurs, fort bien conservées, suivent les conventions de l’Antiquité, la peau de l’homme est peinte en ocre rouge, celle de sa femme en ocre jaune.
Cuve et couvercle étaient rehaussés d’une vive polychromie, aujourd’hui en partie effacée, qui ajoute au raffinement des parures de la femme, aux détails des tissus et des chevelures. Si certains traits s’inspirent de l’art grec, d’autres sont propres à l’art étrusque, comme la stylisation des volumes, surtout sensible dans le traitement des jambes, et l’attitude donnée aux défunts.

logo lardon DMUSÉE DE ROME : Sarcophage des époux de Cerveteri

Sarcophage des époux de Cerveteri vers 510 av. J.-C. est une terre cuite peinte, venant de la nécropole de Banditaccia.

Le couple sourit, allongé sur une « kinai » (couche), au cours d’un agréable banquet.


Les étrusques croyaient en une « vie ultérieure » heureuse dans le monde des morts.
Les représentations des défunts dans l’art funéraire étrusque soulignent la tranquillité et les plaisirs offerts par l’au-delà. (Musée national étrusque, Rome).

couple etrusque 50

sarcophage des époux – Caere – Nécropole de Bandicaccia terre cuite 141 X 191 – Rome Museo nazionale etrusco di Villa Giulia

Ces deux  œuvres révèlent l’importance du culte des défunts au sein de cette société et la place, hors norme, au sein du bassin méditerranéen de la femme Etrusque.

Culte des défunts et la place de la femme Etrusque

Les couples des sarcophages sont représentés dans une activité quotidienne réservée à l’élite étrusque: le banquet.

Le banquet est d’inspiration grecque mais il n’est pas rare de trouver en Asie mineure ainsi qu’à Chypre des banquets funéraires.

Le monde des morts nous offre plus d’informations sur les étrusques que le monde des vivants. Les nécropoles nous livrent des informations sur l’organisation de la société et notamment l’importance les rites funéraires.

Il est logique de penser qu’il s’agit d’une riche famille de Caeré qui est représentée.
Seule une famille suffisamment aisée peut s’offrir une telle œuvre et qui désire faire part de sa richesse.
Il ne s’agit pas seulement d’un couple banqueteur mais de banqueteurs funéraires :
la représentation d’un rituel funéraire dans l’art étrusque et notamment dans une sculpture d’une aussi grande taille permet de comprendre que le rituel funéraire est important pour les étrusques.

L’ absence de traces écrites complique l’interprétation de la religion étrusque mais on suppose les étrusques croient en une vie après la mort.
Cette croyance d’une vie après la mort pourrait expliquer pourquoi les Etrusques accordent beaucoup d’importance à la destinée des morts en soignant particulièrement les tombes de leurs défunts.

Des pièces archéologiques trouvées dans les tombes, comme des fresques, sarcophages, urnes et trousseaux funéraires, témoignent de l’importance de la femme dans la société.

SOURCES: https://parisartreview.wordpress.com/2016/04/03/art-etrusque-le-sarcophage-dit-des-epoux/
http://www.altritaliani.net/spip.php?article1720
http://www.panoramadelart.com/sarcophage-des-epoux-de-cerveteri

logo lardon 1LE LARDON

Share Button