L’Âne chargé d’éponges, et l’Âne chargé de sel


 BLOC NOTE LITTÉRAIRE

par Chou Blanc

 

chouette-prof
Jean de La Fontaine, né le à Château-Thierry et mort le à Paris, est un poète français de grande renommée, principalement pour ses Fables et dans une moindre mesure pour ses contes. On lui doit également des poèmes divers, des pièces de théâtre et des livrets d’opéra qui confirment son ambition de moraliste.
Œuvres principales

L’Âne chargé d’éponges, et l’Âne chargé de sel

Un Ânier, son Sceptre à la main,
Menait, en Empereur Romain,
Deux Coursiers à longues oreilles.

L’un, d’éponges chargé, marchait comme un Courrier ;
Et l’autre, se faisant prier,
Portait, comme on dit, les bouteilles :
Sa charge était de sel. Nos gaillards pèlerins,
Par monts, par vaux, et par chemins,
Au gué d’une rivière à la fin arrivèrent,
Et fort empêchés se trouvèrent.

L’Anier, qui tous les jours traversait ce gué-là,
Sur l’Ane à l’éponge monta,
Chassant devant lui l’autre bête,
Qui voulant en faire à sa tête,
Dans un trou se précipita,
Revint sur l’eau, puis échappa ;
Car au bout de quelques nagées,
Tout son sel se fondit si bien
Que le Baudet ne sentit rien
Sur ses épaules soulagées.

Camarade Epongier prit exemple sur lui,
Comme un Mouton qui va dessus la foi d’autrui.
Voilà mon Ane à l’eau ; jusqu’au col il se plonge,
Lui, le Conducteur et l’Eponge.
Tous trois burent d’autant : l’Anier et le Grison
Firent à l’éponge raison.
Celle-ci devint si pesante,
Et de tant d’eau s’emplit d’abord,
Que l’Ane succombant ne put gagner le bord.
L’Anier l’embrassait, dans l’attente
D’une prompte et certaine mort.

Quelqu’un vint au secours : qui ce fut, il n’importe ;
C’est assez qu’on ait vu par là qu’il ne faut point
Agir chacun de même sorte.
J’en voulais venir à ce point.

Jean de Lafontaine

    La vidéo

SOURCES :

WIKISOURCE La bibliothèque libre    Les grands classiques

CHOU BLANC
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

Share Button

Poèsie: La branche d’amandier


pub

 BLOC NOTE LITTÉRAIRE
par Chou Blanc
La poésie inoxydable…

C’est le printemps, regardez par la fenêtre l’amandier est fleuri….       Pas de jardin… ?
CHOU BLANC a pensé pour vous … POÉSIE..!

La branche d’’amandier

De l’amandier tige fleurie,
Symbole, hélas! de la beauté,
Comme toi, la fleur de la vie
Fleurit et tombe avant l’été.

Qu’on la néglige ou qu’on la cueille,
De nos fronts, des mains de l’Amour,
Elle s’échappe feuille à feuille,
Comme nos plaisirs jour à jour!

Savourons ces courtes délices;
Disputons-les même au zéphyr,
Épuisons les riants calices
De ces parfums qui vont mourir.

Souvent la beauté fugitive
Ressemble à la fleur du matin,
Qui, du front glacé du convive,
Tombe avant l’heure du festin.

Un jour tombe, un autre se lève;
Le printemps va s’évanouir;
Chaque fleur que le vent enlève
Nous dit: Hâtez-vous de jouir.

Et, puisqu’il faut qu’elles périssent,
Qu’elles périssent sans retour!
Que ces roses ne se flétrissent
Que sous les lèvres de l’amour!

Lamartine

« La Chouette vous a déjà débusqué une autre version de « l’amandier »par Georges Brassens »
Musique d’ambiance

Chou Blanc est effectivement magnétiseur

pubChou Blanc



Share Button

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT POUR GUÉRIR LE CORPS


hypnose-002ba.jpgChoucaline plus proche de toi tumeurbloc note choucalineBLOC  NOTE
de Choucaline

CHOULAGER :

“Les Capacités de notre cerveau et de ses pensées positives »

LA PUISSANCE DE L’ESPRIT POUR GUÉRIR LE CORPS

« La maladie est l’expression d’ un déséquilibre »

Jean-Pierre Muyard, médecin-psychiatre à Carcassonne, est l’auteur de
« Pourquoi tombons-nous malades ? ».
Un livre qui est le fruit de dizaines d’années de recherches sur les interactions entre le corps et l’esprit menées notamment avec Henri Laborit.

Pourquoi tombons-nous malades ? », c’est la question que pose votre livre. Comment un médecin en arrive-t-il à poser cette interrogation ?
Durant mes études de médecine à Lyon, j’ai fait parallèlement une licence de sociologie. J’étais aussi militant syndical étudiant et j’ai très vite intégré une équipe qui réfléchissait à l’humanisation des hôpitaux psychiatriques, afin qu’ils deviennent des lieux où les patients participent au processus thérapeutique.
Et j’ai rencontré Henri Laborit, l’homme qui a découvert les premiers neuroleptiques, avec qui j’ai travaillé pendant dix ans. L’idée maîtresse était de faire le pont entre l’inconscient et la biologie. Refuser tout autant le « c’est tout dans la tête » que le « c’est tout dans le corps ». Autrement dit, on ne peut pas dissocier la manière dont le malade vit sa maladie, et la maladie elle-même.
Qu’est-ce que la maladie ?
C’est l’expression d’un déséquilibre. C’est comme la crête de la vague, quelque chose qui sort, relié à un organe (le coeur, le pancréas, la prostate…) et qui n’est pas arrivé par hasard. Ça a du sens, ça ne tombe pas du ciel. Une tumeur, par exemple, concerne tout le corps et pas seulement l’endroit touché. On peut l’enlever, on peut la traiter -il le faut même, il n’y a pas de discussion pour moi là-dessus- mais pour qu’un vrai processus de guérison se produise, il ne faut pas l’attendre du seul traitement. Quelqu’un qui tombe malade doit comprendre qu’à l’intérieur de lui-même, il y a toute une machinerie, biologique, immunitaire, cérébrale, qui participe activement au processus de guérison.
Il n’y aurait donc pas de maladie incurable ?
Nous sommes constitués de telle sorte qu’on peut arriver à rééquilibrer. Hippocrate -déjà !- appelait cela « les forces d’autoguérison ». Notre organisme a un potentiel de guérison. Il faut le mobiliser pour que la maladie ne survienne pas, ou que, lorsqu’elle est là, elle ne soit pas nécessaire…
Nécessaire ? Mot étrange pour qualifier la maladie

Quand il y a maladie, c’est que la pulsion de vie est bloquée en nous. Pensez que lorsque nous parlons, comme cela, il y a dans notre corps des millions d’événements qui se produisent tout seuls : la respiration, les battements du coeur, la digestion tout à l’heure… Il n’y a pas de patron dans le corps. La maladie, c’est quelque chose qui s’est déréglé, et c’est comme si le corps voulait trouver un autre équilibre.
Quels sont les moyens de « mobiliser » ce potentiel de guérison ?
D’abord, savoir que l’on a cela en nous. Personne ne le sait. La plupart des gens se comportent devant la maladie comme des victimes. Ils ne savent pas que le potentiel est là, que notre système immunitaire, notre cerveau, sont sans arrêt mobilisables. Attention, ce n’est pas la méthode Coué (« Je vais guérir parce que je vais à la chimio »), notre cerveau est plus intelligent que l’on croit.
Evidemment, ce qui inhibe ce potentiel de guérison, c’est la peur. Elle est là parce que nous n’avons pas confiance dans notre corps. Je décris dans le livre étape par étape comment ça marche. Et c’est pourquoi je conseille aux gens de se trouver un lieu sécurisé, un médecin généraliste chez lequel vous pouvez déposer vos valises quelle que soit la maladie et qui va être là. J’appelle ça « trouver chaussure à son pied ».
Quel est votre sentiment sur les médecines dites parallèles ?
Les Américains eux-mêmes disent « médecines complémentaires ». Je suis contre la guerre des médecines. Je dis simplement aux gens : vous êtes malade, essayez de trouver le moyen le plus complet pour mobiliser, par différentes techniques, votre énergie vitale, cette force de vie, ce système d’autoguérison. Faites-vous soigner comme la médecine vous y amène -il n’est pas question de dire à un diabétique d’arrêter l’insuline ou d’affirmer qu’un cancer va être guéri avec des fleurs de Bach- mais cherchez ce que les autres médecines vous apportent pour mobiliser les forces d’autoguérison.
Votre livre présente de nombreux cas cliniques…
Je prends un exemple, celui de ce patient du professeur Rosemberg, aux Etats-Unis. Il lui avait indiqué qu’il n’en avait plus que pour six mois à vivre. L’homme s’est retiré dans le Missouri, s’est mis à chasser, à pêcher. Trois ans plus tard, il était toujours en vie. Ce cas a totalement changé la vision de Rosemberg sur le cancer. Il s’est mis à s’intéresser au système immunitaire et c’est comme cela qu’il a découvert les interleukines, ces médicaments très utilisés aujourd’hui dans le traitement du cancer.

Ne craignez-vous pas de donner de faux espoirs à des gens ?
Je m’appuie sur des lois de la nature telles qu’elles sont redécouvertes aujourd’hui par la biologie.
Je ne suis ni un magicien ni un gourou.
Je dis seulement :
« On ne peut rien faire contre la mort, mais on peut tout faire pour la vie. »

SOURCE:  « Pourquoi tombons-nous malades »,
de Jean-Pierre Muyard, éditions Fayard.

     https://amzn.to/4bKEU0i

Musique de relaxation

retour sur la rubrique du même tabacChoucaline plus proche de toi tumeurCHOUCALINE
RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

C’est le 14 juillet…. Vrai, c’est la prise de la pastille


pub

VETEMENTS ET ACCESSOIRES        SANTÉ ET SOINS DU CORPS         VOYAGES VALISES

 Posée sur le coq en haut du clocher, LA CHOUETTE a gardé les yeux grands ouverts de 1939 à 1945 elle ne peut oublier ce qu'elle a vu..... et entendu...! BLOC DE MARBRE

par chou fleur

« A tous les combattants »

 Aujourd’hui, 14 juillet ….  Défilés, flonflons et Musette

Le 14 JUILLET c’est l’anniversaire de la prise de la pastille……… Depuis on a du mal à avaler la pilule …..
sauf la bleu … Mais Non…!  Pas la bleu Marine …..
La bleu FRANCE vieillissante….. communément nommée VIAGRA…
???? ….Si si si … Rappelez-vous il y a cinq mois juste avant le dernier feu d’artifice…
Allez allez un effort ma pt’it dame pour le 14 juillet … Laissez vous conter musette (bien remplie)
Allez… vous allez pas vous défiler comme ça..!

On est là pour voir le défilé….On n’est pas là pour….
 Musique d’ambiance par Boris VIAN


– « Allons y…je vous dis que la pet’it dame a dit OUI..! »

 On est aussi  là pour guincher…. Musette…!   

Découvrez la playlist 14 juillet et musette avec Musique Principale De La Région Militaire De Défense Nord-est

Pensez à lire l’actualité DU 14 JUILLET d’il y a plusieurs années du Chouriant
– On constate que les années passent et la connerie reste

SAINT DU JOUR

FETNAT

Dans les terres exotiques…… les familles donnaient le prénom du jour où l’enfant naissait …
C’est ainsi que pas mal d’enfants nés le 14 juillet s’appellent Fetnat abréviation de fête nationale dans leur calendrier

 

 

STRATO VANI

STRATO VANI  CLIQUEZ c’est 21 vidéos des airs populaires …
Du rythme et de l’entrain pour vos animations de ce soir

Share Button

chou fleur le roi du mercredi

CHOU FLEUR

 

Share Button