Archives par étiquette : catalans

Éco-pâturage à la forteresse de Salses (66)

Beauté Cosmétiques

Le Bloc écolo

Perpignan: 450 brebis dans les douves du château de Salses… pour protéger les chauve-souris

INSOLITE 450 brebis prennent chaque hiver possession des douves du château pour entretenir la végétation… et produire les excréments nécessaires à la chaîne alimentaire des chauve-souris…

C’est l’embouteillage au moment de descendre dans les douves pour les brebis de la forteresse de Salses-le-Château — Forteresse de salses-le-Château

Le Centre des monuments nationaux a mis en place un projet d’éco-pâturage à la forteresse de Salses, avec pour finalité d’entretenir la végétation aux abords du site tout en ayant une démarche de développement durable.


Ce projet de pâturage des abords de la forteresse
permettra d’entretenir la végétation tout en apportant les ressources trophiques nécessaires aux insectes coprophages (qui se nourrissent d’excréments) eux-mêmes principales sources d’alimentation des populations de chauves-souris présentes dans le monument.

Qu’est-ce que l’éco-pâturage ?

Cette activité ancestrale d’éco-pâturage fait peu à peu son retour, à l’encontre de moyens plus mécaniques et phytosanitaires.

Il s’agit en fait de la gestion d’espaces verts en mettant à paître des animaux pour conserver des espaces naturels en état sans devoir utiliser des engins mécaniques ou bien des désherbants, polluant les sols.


La présence de ces chauves-souris a permis l’intégration de la forteresse au réseau Natura 2000 visant la préservation des sites d’importance européenne pour ces espèces notamment.

 Scène insolite à Salses-le-Château, l’imposante forteresse située à une vingtaine de kilomètres au nord de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Le monument visible de l’autoroute A9, fut construit au XVe siècle alors à la frontière franco-espagnole, avant de perdre de son importance après le traité des Pyrénées de 1659 et d’être partiellement restaurée par Vauban.

Les hivers elle accueille des habitants inhabituels. Un troupeau de 450 brebis qui  « permettent d’entretenir la végétation », explique Jacqueline Maillé, administratrice de la forteresse, dans le cadre d’un projet d’éco-pâturage.

Et vive les insectes coprophages ! qui se nourrissent de leurs excréments

Mais l’objectif est double. « Ce pâturage va apporter les ressources trophiques nécessaires aux insectes coprophages, qui se nourrissent d’excréments, eux-mêmes principales sources d’alimentation des populations de chauves-souris présentes dans le monument », reprend l’administratrice.

Les brebis ont pris possession des douves de la forteresse de salses-le-Château – Forteresse de salses-le-Château

La présence de ces chauves-souris a permis l’intégration de la forteresse au réseau Natura 2000 visant la préservation des sites d’importance européenne, notamment pour ces espèces.

 
Chassez les ânes du pays catalan…!
Mettez des moutons qui sont plus dociles et le pays sera débarrassé de tous les moustiques

La plupart des chauves-souris mangent des insectes. On les appelle des insectivores. Elles adorent particulièrement manger des moustiques, des papillons de nuit, et des coléoptères. Et elles en mangent énormément !
Elles débarrassent de tonnes de moustiques chaque année.
Lorsqu’elles tournent au-dessus des têtes, assez près souvent, c’est pour consommer le nuage de moucherons ou moustiques qui se développe au-dessus des gens
 A condition que la forteresse puisse encore accueillir plus de chauves souris …
Eh oui …! Elles sont déjà une douzaine d’espèces qui fréquentent le lieu, parmi lesquelles sept sont protégées dans le cadre de la zone Natura 2000 du château de Salses.

SOURCES : 20 minutes

barre verte

Restez svelte 160px

L’homme des bois a perdu ….. LA TRAMONTANE

Meilleurs complements alimentaires

barre verte


L’HOMME DES BOIS
Bloc Note de GUI7
Dans les méandres de l’internet au cœur de la toile d’une araignée céleste jaillit parfois la lumière…
C’est ainsi que j’ai découvert l’origine de mon nom.
Malgré sa consonance bien française, GUI7 est d’origine germanique et se traduit: « celui des bois  »
Ceux qui connaissent mon amour de la terre et de toutes les créatures de l’univers ne s’en étonneront pas.
J’ ai ainsi compris que quelque part dans la généalogie de ma famille, il y avait l’homme, qui avait vu l’homme, qui avait vu l’ours….!
Chatouillez moi ET CLIQUEZ MOI…!
– « si vous n’êtes pas trop dur de la feuille … et si vous n’avez pas peur de valser à en perdre la « Tramontane »

barre verte

MON AMIE LA TRAMONTANE

– Ceux qui m’ont vu sortir l’autre jour de ma bulle sans éclater ne s’étonneront pas que je puisse faire du vent dans mes bois sans perdre LA TRAMONTANE

Je fais les présentations….

La tramontane est un vent froid et violent, qui s’accélère en passant entre les Pyrénées et le sud du Massif central avant de balayer largement les plaines côtières du Bas-Languedoc et du Roussillon.
Ce vent souffle du nord sur la côte méditerranéenne ou du nord-ouest en bas Languedoc par rafales pouvant dépasser 100km/h. En plaine, il est associé à un temps sec et ensoleillé, par effet de foehn.

Origine:

Le mot « tramontane » est attesté sous sa forme actuelle depuis le fin du XIIIe siècle.
Il a été emprunté à l’italien transmontana (de l’italien tramontana, Nord, de trans montes, au-delà des monts – des Alpes- ) et servait à l’origine à désigner l’étoile polaire (transmontana stella : « l’étoile au-delà des monts »).

Arrête arrête….Tu me rends fou.

Ce vent violent peut avoir des effets perturbateurs sur l’équilibre psychique.( Quelques rédacteurs se reconnaitront)
En 1636 apparaît la locution figurée perdre la tramontane pour être désorienté. Cette expression se retrouve dans des vers de Molière du Bourgeois gentilhomme : « Le Ballet des Nations, Première Entrée, autre gascon : Je perds la tramontane »

(Georges Brassens a mis en musique le poème de Victor Hugo Gastibelza dans lequel ce dernier dit : « Le vent qui vient à travers la montagne me rendra fou (… m’a rendu fou) ». ( voir le poème ci dessous)

Georges Brassens utilisa encore cette expression dans sa chanson « Je suis un voyou »

« J’ai perdu la tramontane en trouvant/perdant Margot… »

 

Perdre la Tramontane

Le sens de tramontana s’est ensuite étendu à « vents du nord », « étoile du nord » (stella tramontana, étoile Polaire).
Perdre la tramontane
signifie donc « perdre le nord », ne plus savoir se diriger, ne plus savoir se conduire, et donc, « être fou ».
C’est le synonyme de forcené, au sens originel de ce mot.
En France, l’expression est apparue dans le langage courant au XVIIème siècle; elle est devenue aujourd’hui une expression plus littéraire que populaire.

Les habitants de la région Languedoc-Roussillon parlent d’une règle des 3, 6, 9 qui dirait que quand la tramontane se lève, elle peut souffler 3 jours, 6 jours, ou 9 jours.

– « Au delà tu es vraiment Dingo »

barre verte

Le vent qui vient à travers la montagne …. Me rendra fou !

 
VICTOR HUGO


POÈME GUITARE
(Gastibelza)
EXTRAIT DU RECUEIL :
« Les Rayons et les Ombres »

Guitare

 

Gastibelza, l’homme à la carabine,

Chantait ainsi:

Quelqu’un a-t-il connu dona Sabine ?

Quelqu’un d’ici ?

Dansez, chantez, villageois ! la nuit gagne

Le mont Falù.

– Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou !

Quelqu’un de vous a-t-il connu Sabine,

Ma senora ?

Sa mère était la vieille maugrabine

D’Antequera

Qui chaque nuit criait dans la Tour-Magne

Comme un hibou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou !

Dansez, chantez! Des biens que l’heure envoie

Il faut user.

Elle était jeune et son oeil plein de joie

Faisait penser. –

À ce vieillard qu’un enfant accompagne

jetez un sou ! … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Vraiment, la reine eût près d’elle été laide

Quand, vers le soir,

Elle passait sur le pont de Tolède

En corset noir.

Un chapelet du temps de Charlemagne

Ornait son cou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Le roi disait en la voyant si belle

A son neveu : – Pour un baiser, pour un sourire d’elle,

Pour un cheveu,

Infant don Ruy, je donnerais l’Espagne

Et le Pérou ! –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Je ne sais pas si j’aimais cette dame,

Mais je sais bien

Que pour avoir un regard de son âme,

Moi, pauvre chien,

J’aurais gaîment passé dix ans au bagne

Sous le verrou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Un jour d’été que tout était lumière,

Vie et douceur,

Elle s’en vint jouer dans la rivière

Avec sa soeur,

Je vis le pied de sa jeune compagne

Et son genou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Quand je voyais cette enfant, moi le pâtre

De ce canton,

Je croyais voir la belle Cléopâtre,

Qui, nous dit-on,

Menait César, empereur d’Allemagne,

Par le licou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Dansez, chantez, villageois, la nuit [tombe!]

Sabine, un jour,

A tout vendu, sa beauté de colombe,

Et son amour,

Pour l’anneau d’or du comte de Saldagne,

Pour un bijou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Sur ce vieux banc souffrez que je m’appuie,

Car je suis las.

Avec ce comte elle s’est donc enfuie !

Enfuie, hélas !

Par le chemin qui va vers la Cerdagne,

Je ne sais où … –

Le vent qui vient à travers la montagne

Me rendra fou.

Je la voyais passer de ma demeure,

Et c’était tout.

Mais à présent je m’ennuie à toute heure,

Plein de dégoût,

Rêveur oisif, l’âme dans la campagne,

La dague au clou … –

Le vent qui vient à travers la montagne

M’a rendu fou !

Si parleu català

LA TRAMUNTANA
illustration jep papy pour la chouette
La sardane (en catalan Sardana) est une danse traditionnelle catalane où les danseurs en cercle se tiennent par la main, accompagnés par la musique d’un ensemble instrumental appelé cobla. Le terme désigne également la musique qui accompagne la danse.
« La Tramuntana vent del meu pais »
une sardane de Pere GUISSET
Musique Andreu BOSCH

« Quan com l’ocell, lleugera t’envoles
Des del penyal del Canigó
Tots els núvols fan farandoles
Dins el cel blau del Rosselló »
cliquez pour le texte en catalan
barre verte

RETRO : C’est du même tabacretour sur la rubrique du même tabac

L’homme des bois

…..

Pote Yvon Auturbain: Le droguiste


BLOG NOTE

YVON AUTURBAIN

Chaque mois qui passe amène un retraité de plus dans les rangs des potes âgés.
Ceux qui comme Yvon ont eu une longue vie de labeur seront intéressés par ses recherches sur les métiers du passé de son pays catalan..!

Vous l’aurez compris Yvon est un catalan de souche ( arrels) et ne participe que si sa rubrique est bilingue….
Tant que la Chouette ne nous demande pas l’indépendance de son clocher…. On a béni sa proposition d’autant qu’entre fouine et belette Yvon est un rat de bibliothèque qui sait partager son turbain….
Les opposants au projet on dit …. Avec lui les lecteurs.. -« Ben…Yvon en chier …! »

« C’est à l’être capable d’acquérir le plus grand nombre d’arts que la nature a donné l’outil de loin le plus utile:  La main ». Aristote

  A CHAQUE SEMAINE
SON MÉTIER  D’AUTREFOIS

PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE…
AUJOURD’HUI :
Adroguer  – Droguiste

       Adroguer  – Droguiste     

SANT PATRO        –  SANT MIQUEL
SAINT PATRON     –  SAINT MICHEL   

Les droguistes étaient anciennement dénommés « marchands de drogues ».

Ils devaient moudre (ou hacher)
pratiquement tous les produits qu’ils
vendaient :
moutarde, poivre, cannelle, sel, safran …
ou qui rentraient dans la composition des
formules plus ou moins secrètes.

Ils les préparaient dans de grands mortiers de marbre, de fer ou en bois.

Souvent se mettaient par deux et ils hachaient chacun leur tour, l’un après l’autre et en accompagnant d’une chanson qui marquait le rythme du travail..
PROVERBES

Avec les préparations de droguistes, on ne sait jamais si elles font du mal ou du  bien.

Est mal barré celui qui a besoin  de drogues.

En cette maison il y a de tout,
on se croirait chez un droguiste

Els adroguers eren antigament anomenats « mercaders de  drogues ».

Havien de moldre (0 de picar) pràcticament tots els productes qll.e venien :
mostassa, pebre, canyella, sal, safrà … 0 que entraven en composicions de formules més 0 menys secretes.

Ho preparaven en uns grans morters de marbre, de ferro 0 de fusta.
Sovint es posaven de dos en dos i picaven per torn, l’un després de l’altre i acornpanyant-se d’una canço que marcava el ritme de la feina.

  PROVERBIS

Pastes dadroguer mai se sap si fan mal a si fan bé.

Malparat qui necessita drogues.

En aquesta casa hi ha de tot,
sembla a ca
l adroguer
.


SOURCE :
Les métiers…  autrefois
Revista Terra Nostra N 68…  R GUAL

illustrations bois gravés catalans du XVIII Siècle Jean AMADE

YVON AUTURBAIN

 

CHANSONS ENGAGEES: Maria del Mar Bonet – Que volen aquesta gent

barre grenat

logo semaine espagnole

BLOC NOTE  MILITANT

  –  DEVOIR DE MÉMOIRE –
par
Chou Rouge
Pendant presque trente ans, les vaincus de la guerre civile d’Espagne ont accepté d’éprouver une amnésie volontaire pour faire renaître la démocratie..

Le juge espagnol Baltasar Garzon a qualifié mardi 31 janvier devant le Tribunal suprême de Madrid de « crimes contre l’humanité » les disparitions de civils sous le franquisme, expliquant ainsi sa tentative d’enquêter sur ce dossier qui lui vaut un procès polémique.

Avant d’entendre la déposition du magistrat, le Tribunal a décidé de mener à son terme ce procès, en dépit d’une demande d’annulation soutenue à la fois par le parquet et par la défense qui mettent en cause la faiblesse de l’accusation.
Assis au banc des accusés, le juge Garzon a tenté de justifier l’enquête qu’il a réalisée de 2006 à 2008 sur le sort de plus de 100 000 disparus, dénonçant des crimes « imprescriptibles ».
Les familles de victimes, qui l’avaient saisi en 2006, décrivaient une série de faits, a-t-il déclaré, « disparitions, détentions illégales, assassinats« , qui pouvaient être qualifiés « dans certains cas de crimes contre l’humanité, de génocide ».

Il s’agissait, a-t-il ajouté, de « faits d’élimination systématique en vertu d’un plan conçu à l’avance »

Source : journal leMonde.fr  janvier 2012

Maria del mar Bonet ..la militante

Voici une chanson emblématique de la résistance anti franquiste basée sur un fait réel….. un évènement durant la dictature fasciste et qui a coûté la vie au jeune étudiant Enrique Ruano, membre du FLP.
Le contexte est celui de l’époque d’après-guerre civile espagnole, quand la dictature était établie … Les universités étaient le principal foyer de rébellion et de propagande antifasciste.
Dans ces actions, de nombreux étudiants ont péri dans des manifestations ou au cours de leurs détentions.


Durant le franquisme …. il était courant que la police recherche des gens qui étaient considérés comme « dangereux » pour le régime … des gens majoritairement étudiants qui avaient des idées politiques ouvertes sur la démocratie et la liberté qui faisait défaut….!

Dans ce cas douloureusement évoqué, Il s’agit d’un étudiant que l’on a défenestré au petit matin, au moment de son arrestation. Sa famille est sortie du silence longtemps après, en rappelant ces circonstances dramatiques et en demandant  justice. Sur ce point la chanson est assez réaliste et exacte.. Son titre et le refrain parle d’eux même :

PLUS JAMAIS CA OK« – Que me veulent tous ce gens
qui frappent à ma porte au petit matin »

et des paroles qui donnent le frisson… de cette mère au rempart illusoire

En robe de chambre la mère apparut sur le pas la porte
– Que voulez vous à mon fils ?
-Votre fils est il là ?
– Il dort dans sa chambre…
-Que voulez vous à mon fils qui se réveille à peine ….

Désarroi pour nous qui découvrons que les anges n’ont pas tous des ailes …..

Il y a beaucoup d’émotion dans cette chanson et surtout à la lecture des commentaires d’internautes qui l’écoutent encore aujourd’hui.

« – Je ressens moi aussi la même émotion…. j’en ai la chair de poule. Je dois vous dire, qu’au sein de notre famille cela ravive le souvenir de mon grand père tombé comme lui sous le régime franquiste. La plaie s’ouvre à entendre ces paroles……

Il faut encore le crier très fort aujourd’hui…! pour arrêter partout dans le monde le vol des innocents à l’aube  »

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

 Au terme de notre devoir de mémoire et nos recherches sur internet nous avons ( sans doute par hasard) été contactés par le Partit Nacionalista Català qui reprend donc ses activités en Catalogne du Nord voici un extrait de son message:

« Le PNAC est une organisation radicale catalane qui s’est constituée à partir d’Estat Català, une première fois en 1932 et plus près de nous au cours des années 90.
Le PNAC défend la Nation Catalane de toujours, sa terre et sa culture. Il refuse toute politique de métissage ou de multiculturalisme.
La terre catalane appartient aux Catalans et à eux seuls ! …. »

« – Merci beaucoup jeunes gens…… je respecte ceux qui sont venu galérer dans notre pays à nos côtés …… et je crains surtout…vu leur nombre, de ne pas avoir assez de fenêtres dans ma maison….. Le devoir de mémoire nous impose de ne pas recommencer les erreurs du passé en faisant nous aussi, sous d’autres formes, ce que nous avons avec force dénoncé »

barre grenat

Chou ROUGE