Archives par étiquette : vin

La Petite histoire du vin

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un câble …. SUPER…..Vous faites aussi…. Alors à bientôt



VINCENT DUCOTEAU EXPLIQUE AUJOURD’HUI :

La Petite histoire du vin

La vigne pousse déjà en Europe occidentale au Miocène.
La vigne sauvage (Vitis silvestris) a sans doute été consommée par l’homme dès le paléolithique. Ainsi a-t-on retrouvé des pépins dans ses habitats. Les grains étaient certainement mangés frais ou séchés.
L’origine de la vigne cultivée (Vitis vinifera) est plus obscure.
Aussi, la vigne sauvage est-elle l’une de ses ancêtres possibles.

QUAND L’HOMME A-T-IL DÉCOUVERT LA SUBTILE ALCHIMIE DE LA VINIFICATION ?
Cette question est encore aujourd’hui sans réponse.
Déjà, la Bible met en scène le Patriarche Noé cultivant sa vigne sur les versants du mont Ararat.
En effet, la Transcaucasie, située à l’est de cette montagne, est le berceau de la viticulture.

Mais les premières traces archéologiques d’une vigne cultivée datent du IVe millénaire avant Jésus-Christ à Hamra (Syrie).

 

Représentation de production de vin dans le tombeau de Nacht (TT52) avec des cruches à vin typiques.

Sa culture couvrait tout l’ensemble du Bassin méditerranéen.

Par exemple, les hiéroglyphes égyptiens gravés dans les tombeaux royaux vers 2700 avant Jésus-Christ, décrivent les travaux de la vigne, notamment l’utilisation de hottes en osier et de cuves en bois d’acacia.
Les amphores déposées dans les tombes contenaient du vin appelé « mariotique » ou « taniotique ».
Il s’agissait de provisions destinées à alimenter le défunt pendant son voyage dans l’au-delà.

Plus proche de nous, les Grecs produisaient des vins doux qu’ils coupaient à l’eau de mer ou avec du miel et des aromates pour rehausser son goût.
Cette civilisation avait, elle aussi, ses grands crus : Chios, Cos, Lesbos, Thasos…
Comme aujourd’hui, un temps de maturation était nécessaire avant de les boire : 3 ou 4 ans.

Les Grecs transmettent la technique du vin aux Romains, qui l’améliorent.
C’est à eux que l’on doit l’usage de la greffe et de la taille. Il était d’usage, dans la civilisation romaine antique, de couper son vin avec de l’eau ou de le rehausser d’anis.
Les grands crus d’alors sont aussi ceux aujourd’hui. Ainsi les vins d’Alba, ceux de Setia ou encore le falerne de Campanie…

A la fin du second siècle avant Jésus-Christ, les Gaulois inventent la barrique en bois cerclée de fer, sous le règne de Marc-Aurèle (160-181).
Dans le même temps, les Romains s’emparent du sud de la Gaule et créent la province de Narbonnaise.

LE COMMERCE DU VIN ?

Cette conquête permet aux marchands de vins italiens d’écouler leur surplus de production et d’établir une tête de pont pour exporter leurs produits vers des provinces grandes consommatrices comme l’Armorique.
Rien d’étonnant à ce que l’on retrouve aujourd’hui de nombreuses amphores dites « gréco-romaines » dans cette région.
Elles ont déjà un emballage jetable bouché avec un morceau de liège. Le vin est donc un élément de la géopolitique romaine.

D’ailleurs, quand le Dauphiné et le Bordelais se mettent à produire du vin de qualité à partir de cépages adaptés aux climats de ces régions, l’Empereur Domitien tente de freiner la concurrence commerciale des Gaulois.
Aussi rédige-t-il un décret qui interdit toute nouvelle implantation de vigne et incite même à l’arrachage des ceps…

C’est l’essor du christianisme en Gaule qui marque le véritable décollage du commerce du vin. En effet, les moines sont vite passés maîtres dans l’art de la vinification. Charlemagne, lui, développe la culture de la vigne et les abbayes s’implantent sur les terres adaptées à la viticulture.


Dès lors, les rois offrent leur protection aux crus qu’ils affectionnent et le goût du vin s’étend dans les couches populaires.
Mais l’accroissement de la demande a un effet pervers : on privilégie la quantité.

Le peuple s’abreuve souvent de « piquette ».

Ajoutons une autre raison pour expliquer cet engouement. En effet, à cette époque et jusqu’au XVIIe / XVIIIe siècles, il n’était pas conseillé de boire trop d’eau. Non que celle-ci ait été méprisée par les hommes d’alors.Mais elle était bien souvent insalubre et « pleine de maladies mortelles ».

Avec l’alcool, au moins, est-on sûr de ne pas attraper de maladies contagieuses…

LES MALADIES DE LA VIGNE
Le XIXe siècle est une période de mutation et de tourmente pour la production vinicole.

La révolution industrielle, les marchés effacent les frontières grâce au développement des transports. Mais ces relations commerciales avec l’étranger introduisent en France des maladies végétales : l’oïdium en 1845, puis le célèbre phylloxéra en 1863.

Ce petit hémiptère américain, proche du puceron, détruit les vignes du Gard, puis de l’ensemble du territoire. Mais ce n’est pas tout… Le mildiou suit en 1878 et le black rot en 1885. On sortira du cercle infernal à l’orée du nouveau siècle en important… des ceps américains résistants à ces maladies.

Dans le même temps, l’exportation des vins pose un problème de conservation : des bactéries modifient la qualité du breuvage.
C’est Louis PASTEUR qui, entre 1822 et 1895, étudie les maladies du vin puis les procédés de fermentation à partir de 1863.
Il met en évidence le rôle des micro-organismes, combat la théorie de la génération spontanée et invente une méthode de conservation par chauffage des boissons qui fermentent. Elle portera son nom : la pasteurisation.

– ÇA CAUSE ÇA CAUSE…..
Mais ça sait même pas pourquoi le vin est mis en bouteille de 0,75cl et pas d’un litre

Le temps de remonter de la cave et je vous en parle

SOURCES : https://www.france-pittoresque.com/ https://vinsdumonde.blog/lettre-a-vitis-vinifera
(Récit fourni par la ville de Loches)

 L’histoire du vin, c’est l’histoire de la civilisation.
Dans l’Antiquité, le vin est sirupeux, aromatisé à la mûre ou au myrte, additionné de miel ou d’huile, et coupé d’eau avant d’être bu. C’est la boisson religieuse par excellence.
La mythologie grecque regorge d’allusions au vin et dans la Bible, à la fi n du Déluge, Noé plante une vigne. Le vin civilise les hommes et humanise les dieux.


POTACHE

.

 

Share Button

LADY LADINDE boit son vin avec mesure

dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note
de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. Vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique /
 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

AUJOURD’HUI LADY LADINDE BOIT SON VIN AVEC MESURE ET VOUS  PROPOSE DE DÉCOUVRIR :
Les bouteilles de vin font 75 centilitres et non un litre.
D’où vient cette exception ?


La contenance de la bouteille de vin a été standardisée au 19ème siècle et depuis, les théories les plus folles sont nées de cette mesure singulière.
Cela correspondrait à :
* La capacité pulmonaire d’un souffleur de verre
* La consommation moyenne lors d’un repas
* Une meilleure façon de conserver le vin (le vin premier prix est lui vendu dans des bouteilles d’un litre)
* Une facilité de transport.

 

La réponse n’est dans aucune de ces théories
Il s’agit simplement d’une organisation pratique et historique.
A l’époque, les principaux clients des viticulteurs français étaient les Anglais.

Mais nos voisins britanniques n’ont jamais eu le même système de mesure que nous. Leur unité appelé « gallon impérial » valait précisément 4,54609 litres.

Pour éviter un casse-tête dans la conversion,

ils transportaient le Bordeaux en barriques de 225 litres, soit pratiquement 50 gallons.
Et 225 litres correspondent à 300 bouteilles de 75 centilitres.
>
Or 300 est un chiffre plus aisé pour faire des calculs que 225.
On avait donc : 1 barrique= 50 gallons= 300 bouteilles ..
Et un gallon valait 6 bouteilles.
C’est d’ailleurs pourquoi, aujourd’hui encore, les caisses de vin sont la plupart du temps vendues par 6 ou 12 bouteilles.

LA DERNIÈRE DE TROUSSE CHEMISE 

Comme disait un vieux pote âgé qui râlait que sa moitié lui pique son quart!

« Mieux vaut être saoul que con, çà dure moins longtemps !« 

LE CHOURISTEQUART : Petit gobelet de
fer-blanc avec un anse qui contient un quart de litre, la ration de vin ou de café des soldats et qui faisait partie du paquetage.

 

La semaine d’après il était mort…..!
–  Il avait pris trois quarts ..?
– Non il avait pris le car..!
– Mais tout le monde prends le car..?
– Ouais…! Mais lui, il l’a pris en pleine poitrine..!!!!

Vous voyez…. Vous ne serez pas venu en « vain » lire mafeuilledechou.fr

 

dindeLADY LADINDE
 tous les articles pour pas mourir idiots - cliquez vous y allez

Share Button

POÉSIE : L’âme du vin

pour les amoureux de la littératureVos poèmes, vos poèmes préférés …
– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. O
u tout simplement comme aujourd’hui un beau texte à nous faire partager

Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!

MUSIQUE D’AMBIANCE

L’âme du vin

Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :

«Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité!

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l’âme;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

Car j’éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d’un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l’espoir qui gazouille en mon sein palpitant?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content;

J’allumerai les yeux de ta femme ravie;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour le frêle athlète de la vie
L’huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l’éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur!»

 BAUDELAIRE


SOURCE :
site poètes.com

saint amour

Produit Carrefour

logo poésie smallNous remercions notre contributrice qui jeudi a dignement arrosé sa solitude avec une bouteille de BEAUJOLAIS appellation Saint Amour.
Quelques jours après, retrouvant toute sa lucidité, l’étiquette de la bouteille vide  a attiré son attention.
Le château de Saint Amour a eu la bonne idée de reproduire sur son étiquette, la dernière strophe du poème de Baudelaire…
Le mail qu’elle nous a transmis, a fait découvrir au comité de rédaction l’appellation Saint Amour et le poème que nous partageons avec vous aujourd’hui…
Nous sommes désolés, mais vous êtes trop nombreux pour que nous vous fassions gouter le dit breuvage…… Demandez  au  Carrefour du coin….

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Le vin est toujours en vert bouteille

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un câble …. SUPER…..Vous faites aussi…. Alors à bientôt


Allez vous reposer sur le banc des copains

 et vous voulez sans doute savoir comment ça s’évapore…? 

Pourquoi les bouteilles de vin rouge sont-elles vertes ?

Les lendemains de week-end, les containers sont généralement pleins et les bouteilles de vin s’accumulent à leurs pieds.
Un constat s’impose : elles sont majoritairement faites de verre de couleur verte.

Serait-ce une coquetterie des vignerons ?
Car tous les vins ne sont pas logés à la même enseigne.

On trouve parfois de l’ambré mais aussi du verre incolore.

Cette coloration s’explique par la fragilité du vin.

Réputé pour être l’aliment le plus complexe au monde, il est aussi l’un des plus sensibles, notamment à la lumière. Les rayons UV sont connus pour avoir des effets délétères.
Ils vont créer une réaction chimique et entraîner une dégradation de sa saveur mais aussi de ses arômes.

Il suffit d’une quinzaine de minutes en plein soleil pour qu’un vin développe ce que les connaisseurs appellent «le goût de lumière». Et si l’on se fie à leur avis, cela n’a rien de séduisant : en effet le vin va développer une odeur de soufre, de chou-fleur, voire de beurre à l’ail.

Afin de le protéger de ces effets peu ragoutants, les vignerons embouteillent leur jus de raisin fermenté dans des bouteilles en verre teinté. Le vert et l’ambre sont les couleurs les plus répandues. Elles assurent une protection efficace contre les UV.

C’est le cas du champagne.
La boisson luxueuse est fragile et se vend dans des bouteilles vertes.
Mais le blanc de blanc, un champagne 100% chardonnay particulièrement tendance, est quant à lui produit dans des contenants incolores.
Pour appuyer son image de pureté et d’élégance, les vignerons jouent la transparence. Le marketing prend donc le pas sur la conservation. Le tout est quand même emballé soit dans un étui en carton soit dans une feuille de soie.

Le verre incolore est aussi utilisé pour les bouteilles de rosés et de certains blancs.
Cela signifie qu’ils sont à boire jeunes, et surtout rapidement.
Par ailleurs, on sait que la couleur de la robe du rosé est déterminante dans l’acte d’achat, les plus clairs étant très plébiscités.

SOURCES : https://www.cnews.fr/food/2021-10-24/


POTACHE

.

Share Button