Archives par étiquette : guérisseurs

Saints guérisseurs : Côme et Damien

Nous fêtons aujourd’hui les Côme et les Damien

Ces deux  Saints comme patrons des médecins et de pharmaciens ont toute leur place dans la catégorie des saints guérisseursUNE SERIES POUR TOUT CONNAITRE SUR NOS SAINTS GUERISSEURS -un par mois

SAINT CÔME  – SAINT DAMIEN

Martyrs à Cyr (IIIe siècle) – Fête le 26 Septembre

– Les deux frères Côme et Damien sont ordinairement représentés par les artistes, tenant en main les attributs de leur profession

Flacons de pharmacie et des instruments de chirurgie .
Leurs deux noms sont d’origine grecque
Côme : Signifie « bien en ordre »
Damien: Signifie « Dompteur »

INVOQUÉS :

– invoqué pour la guérison du carreau
(
maladies abdominales infantiles où le ventre est gros et dur )
– de l’énurésie
– troubles de l’appareil digestif.
(la gastrite entre autre)

Au Brésil, les saints jumeaux sont considérés comme protecteurs des enfants (donne aux enfants des sacs de bonbons à l’effigie des saints)

À Isernia, près de Naples, ils sont considérés comme des saints phalliques et sont invoqués pour les problèmes de fertilité.

SAINT PATRON:
Au Moyen Age, ils sont devenus les patrons des docteurs ainsi que d’une variété de professions associées à la médecine,
comme :

  • des chirurgiens.
  • des docteurs
  • des pharmaciens .
  • des dentistes
  • des sages femmes
  • coiffeurs et barbiers.

LA VIE DE SAINT CÔME ET SAINT DAMIEN

Saints Côme et Damien, médecins, par Johann Anwander (1762), église de l'Assomption (Dillingen).Saint Côme (ou à l’ancienne Cosme), patron des chirurgiens, né en Arabie, pratiquait la médecine à Aigéai en Cilicie, ainsi que son frère, Damien, lui, saint patron des pharmaciens.
Ils souffrirent ensemble le martyre sous Dioclétien, en 303 ou 310.

On les appelle « anargyres » parce qu’ils soignaient « sans accepter d’argent ».

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

lls naquirent en Cilicie ou en Arabie et pratiquèrent la médecine dans le port maritime d’Égée (aujourd’hui Ayash) puis dans la province romaine de Syrie.
ils n’acceptaient aucun paiement pour leurs services, ce qui leur valut le surnom d’anargyroi c’est-à-dire sans argent, et attirèrent ainsi un grand nombre de gens à la foi chrétienne.

Pendant les persécutions de Dioclétien, Côme et Damien furent arrêtés sur l’ordre du préfet de Cilicie, un certain Lysias dont c’est la seule initiative connue.
Il leur ordonna d’abjurer sous la torture. Selon la légende ils restèrent fidèles à leur foi en dépit de toute une série de tortures affreuses auxquelles ils restèrent insensibles ; finalement ils furent décapités. Leurs frères cadets Antime, Léonce et Euprepius, qui les suivaient partout, partagèrent leur martyre.

La plus célèbre de leurs cures miraculeuses rapportées, la greffe d’une jambe de Maure pour remplacer la jambe nécrosée d’un patient, fit l’objet de nombreuses peintures et miniatures.

CI–CONTRE: Greffe d’une jambe par les saints Côme et Damien, panneau de la prédelle de la Pala di San Marco de Fra Angelico au musée national San Marco, Florence.

CULTE ET RELIQUES

Les restes des deux frères furent enterrés à Cyrrhus (actuellement en Syrie), puis les corps furent rapportés à Rome, sans les têtes qui furent rapportés ultérieurement.

Dès le IVe siècle, on a consacré aux saints jumeaux des églises à Jérusalem, en Égypte et en Mésopotamie.
Théodoret enregistra le partage de leurs reliques. Jugées miraculeuses, elles furent enterrées dans la ville de Cyrus en Syrie.
Des églises furent construites en leur honneur mais fit transporter leurs vestiges à Constantinople. C’est là qu’à la suite d’une guérison qu’il attribua à l’intercession de Côme et Damien, Justinien fit construire et décorer une église en témoignage de gratitude ; elle est devenue un lieu célèbre de pèlerinage.

À Rome le pape Félix IV (526-530) reconsacra  la basilique Santi Cosma e Damiano ; celle-ci a été bien des fois reconstruite mais reste célèbre pour ses mosaïques du VIe siècle représentant les saints.
Saint Côme et Saint Damienun vrai casse tête
 Les crânes des saints Côme et Damien sont vénérés à Madrid, où ils se trouvent depuis 1581, date à laquelle Marie d’Autriche en fit don au couvent de Clarisses des Descalzas Reales.

Ajoutons que leurs crânes sont également vénérés dans l’église Saint-Michel de Munich.
Si l’on en croit l’inscription, l’ossuaire du crâne a été fabriqué à Brême vers 1400 et apporté avec les reliques à Saint-Michel en 1649 par Maximilien Ier de Bavière.

Bizarrement, les chefs de saint Côme et Saint Damien seraient aussi dans une châsse du trésor de l’abbaye de Brageac dans le Cantal, où ils auraient été rapportés par Guy et Raoul de Scorraille au retour de la première croisade vers l’an 1105.

AUJOURD’HUI ENCORE…..
Il se forma en France, sous l’invocation de saint Cosme, une confrérie de chirurgiens, dite de Saint-Cosme, qui pendant longtemps partagea l’enseignement et la pratique de la chirurgie avec la faculté de médecine de Paris.

PRIÈRE A SAINT CÔME ET SAINT DAMIEN

Prière

Ô martyrs de Jésus-Christ, Côme et Damien, nous vous honorons en toute humilité et avec l’affection de notre cœur.

Par vos excellents mérites, vous avez reçu du Seigneur le pouvoir de protéger tous ceux qui se tournaient vers vous dans leur misères.

C’est pourquoi nous ne cesserons d’invoquer votre intercession.

Comme durant la vie mortelle, vous avez soigné les maladies dangereuses, par les moyens de la médecine et l’invocation du Nom de Jésus Christ, comme les Apôtres, ainsi, maintenant que vous êtes puissants dans le Ciel, tournez vers nous vos regards de pitié.

Nous sommes faibles, pêcheurs, malades; nous sentons le besoin de l’aide divine.

Nous vous en prions : assistez-nous, obtenez nous du Seigneur la guérison de nos maladies, priez le Bon Dieu de nous libérer du pêché.

Nous vous demandons ces grâces non seulement pour nous, mais aussi pour nos parents, nos familles, pour nos amis et nos ennemis, afin que, protégés par vous sur la terre, d’âme et de corps, nous puissions venir au Ciel louer et bénir le Seigneur pour l’éternité.

DICTON POUR LES POTES ÂGÉS

  • Servez Saint-Côme et Saint-Damien, vous vous porterez toujours bien.

SOURCE :

https:/Restez svelte 160px/www.saintsguerisseurs.fr/le-nom-des-saints/saint-c%C3%B4me-et-damien/
https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4me_et_Damien
https://nominis.cef.fr/contenus/saint/1921/Saints-Come-et-Damien.html

 

 

Chou Blanc est effectivement magnétiseur CLIQUEZ POUR VOIR SON SITEune précédente rubrique : SAINT FIACRE
La ligne éditoriale de cette série est accessible
BON COURAGE...!

CHOU BLANC (Les autres saints guérisseurs – faire catégorie SAINT THOL )

Share Button

Saints guérisseurs: SAINT FIACRE – Contre les hémorroïdes

UNE SERIES POUR TOUT CONNAITRE SUR NOS SAINTS GUERISSEURS -un par mois

    SAINT FIACRE  

  VII ème siècle – Fête le 30 aout
Patron des jardiniers et des taxiteurs

Il mourut semble-t-il le 30 août 670. Le corps du saint fut mis en châsse sous le règne de saint Louis et conservé d’abord dans le prieuré de SaintFiacre-en-Brie, puis, pendant les guerres de religion, les reliques furent transportées à la cathédrale de Meaux.

INVOQUÉ :
Pour l’abondance des fruits de la terre : Contre les hémorragies, hémorroïdes, la colique , le cancer, les fistules, les chancres, le mal de tête, les maladies vénériennes et dans les calamités publiques


SAINT PATRON:

Des jardiniers, fleuristes, maraichers, taxiteurs, emballeurs,chaudronniers, tuiliers, bonnetiers 

   LA VIE DE SAINT FIACRE

Saint Fiacre était un moine Irlandais né au VIIème siècle qui se retira en France, dans la Brie.
Avec quelques compagnons, Fiacre fonda un monastère et évangélisa la région de Meaux. Meaux se trouvait alors sur une route gallo-romaine très fréquentée par les pèlerins anglais et irlandais se rendant à Rome. Saint Fiacre obtint de saint Faron, alors évêque de Meaux, la concession d’un lieu appelé Breuil (aujourd’hui saint Fiacre en Brie). Il y installa son monastère et se fit très vite une réputation de charité et de sainteté. Des miracles lui furent attribués, comme la guérison de toutes sortes de maladies par l’imposition des mains.

LA LÉGENDE DE SAINT FIACRE
Le domaine devint vite trop petit pour subvenir à ses besoins car il désirait créer un jardin pour planter des légumes et diverses herbes. Saint Faron lui permit de l’agrandir en lui accordant tout le territoire qu’il pourrait enclore d’un fossé en une journée. Ce fossé, il devait le creuser avec son bâton, suffisamment important pour qu’aucune femme ne puisse le franchir. Dans la légende le bâton est devenu bêche, et Saint Fiacre alla si vite en besogne que les arbres semblaient tomber d’eux-mêmes à son passage.
Il y planta des légumes, Fiacre pense même aux plantes médicinales pour les malades et aux fleurs, « ces sourires de la terre » pour orner le petit oratoire qu’il bâtit en l’honneur de Marie.
Le fossé ne dut pas plaire à une femme du pays, qui alla l’accuser de sorcellerie, et, selon certains, de bien d’autres choses innommables. Très attristé, saint Fiacre alla s’assoir sur une pierre qui s’amollit sous son poids afin de lui servir de siège. Saint Faron vint constater les faits et, discernant à travers ces prodiges l’intervention divine, rendit son jugement en faveur de l’Irlandais.
Sa sainteté une fois reconnue, Saint Fiacre put poursuivre son existence de prière et de charité sous la protection de Notre Dame à laquelle il dédia son monastère. Il  installa des religieux et fonda un hôpital. Les pauvres, venaient pour être secourus. A l’hospice il les recevait tous par charité, les servant lui-même. Il lui arrivait de guérir miraculeusement l’un ou l’autre. Aucune femme n’était tolérée près de son ermitage, ni même dans sa chapelle. C’est du moins ce que colportent certaines de ses légendes.
Le choix, déjà ancien de Saint Fiacre comme patron de ceux qui souffrent de maladies vénériennes provient probablement de sa réputation de misogyne.

LES GUÉRISONS DE SAINT FIACRE

La dévotion à Saint Fiacre remonte au Moyen Age  sa renommée de guérisseur de ne faiblit pas après sa mort. Son reliquaire fut l’objet de pèlerinages pendant des siècles.et on venait l’invoquer pour toute sortes de maladies.
Anne d’Autriche attribua à sa médiation la guérison de Louis XIII à Lyon, où le roi était tombé dangereusement malade. En action de grâces, elle se rendit à pieds en pèlerinage auprès de la tombe du saint. Plus tard elle envoya un don en remerciement pour la naissance de son fils, le futur Louis XIV.

Après sa mort  vers 670 au Breuil se construit autour du monastère un village qui portera son nom. Les pèlerins affluent sur son tombeau pour demander la guérison de toutes sortes de maux. On venait même autrefois l’invoquer contre les hémorroïdes, le « mal de saint Fiacre », la tradition affirmant qu’il suffisait de s’asseoir sur la pierre sur laquelle le saint avait l’habitude de s’asseoir pour être guéri.

  PRIÈRE A SAINT FIACRE

Qui est maladie mortelle
Qui dedans le corps humain entre
De flux de sang, d’hémorroïdes
De cancers et de vers
Dont médecin ne peut guérir,
Saint Fiacre, tu me peux secourir
Je t’en supplie dévotement
Qu’à mon âme, premièrement,
Tu donnes la gloire éternelle
Et à mon corps mêmement,
Tu rendes une santé parfaite
Ainsi soit-il

 

Saint Fiacre, patron des chauffeurs de taxi

C’est tout à fait par hasard que Saint Fiacre devint le patron des chauffeurs de taxi.

En effet, le premier lieu au monde où commença la location d’équipages était à Paris, près de l’hôtel SaintFiacre.

C’est tout naturellement que ces voitures de location furent appelées desFiacres”.

Précédente rubrique :  SAINT CHRISTOPHE
La ligne éditoriale de cette série est accessible 
  BON COURAGE...!

Chou Blanc est effectivement magnétiseur -voir son site cliquez

CHOU BLANC (Les autres saints guérisseurs – faire catégorie SAINT THOL )

RETRO :
retour sur la rubrique du même tabac C’est du même tabac…..

6860

Share Button

LES GRANDS MAGNETISEURS: Maitre Philippe de Lyon

 retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraitéBLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note Choulager

de CHOU BLANC

Ma grand mère magnétiseuse comme moi…. me parlait parfois des modèles de son époque, ceux des siens qui faisaient  en ce temps là son admiration et font depuis référence pour moi comme pour d’autres…… Jugez plutôt

MAITRE PHILIPPE DE LYON

Monsieur Philippe (1849-1905) opérait des guérisons qui semblaient tenir du miracle. Aussi, certains le tenaient-ils pour une réincarnation du Christ ou de l’un des apôtres. Mais il démentait ces rumeurs:

«Je ne vous ai jamais dit que j’avais été l’un quelconque des apôtres du Christ. Je suis un pauvre pêcheur du temps de Notre Seigneur Jésus; j’étais avec les apôtres, voilà tout.»

Serge Hutin décrit Monsieur Philippe comme un être de foi et de charité intenses en même temps qu’un médecin et guérisseur aux pouvoirs quasi miraculeux.

Nizier Anthelme Philippe naquit le 25 avril 1849 dans un petit village de Savoie. Ses parents étaient de pauvres paysans. Au cours de sa grossesse, sa mère rendit visite au Curé d’Ars qui lui annonça qu’elle aurait un fils et qu’il serait un être très élevé.

Premières guérisons à 13 ans

À l’âge de six ans, Nizier était l’objet de manifestations qui inquiétaient le curé de son village. À treize ans, il obtenait déjà des guérisons, mais ne se rendit pas compte des choses étranges qui s’opéraient en lui.

Parlant de son enfance et de ses dons, il disait :

«J’ignore tout de moi, je n’ai jamais compris ni cherché à m’expliquer mon mystère. J’avais six ans à peine et déjà le curé de mon village s’inquiétait de certaines manifestations, dont je n’avais pas conscience… J’obtenais des guérisons dès l’âge de 13 ans, alors que j’étais encore incapable de me rendre compte des choses étranges qui s’opéraient en moi.»

Plus tard il décida d’étudier la médecine et suivit assidûment les cours de ses quatre premières inscriptions… Il fut refusé à sa 5e inscription, sous prétexte qu’il s’adonnait à la médecine occulte et était un véritable charlatan. Ce geste stupide de la part de la Faculté ne l’empêcha nullement de se pencher sur la souffrance des autres ni de leur apporter le réconfort et la guérison.

En 1885, il s’installe à Lyon. Et c’est là qu’il donnera ses plus retentissantes consultations et obtiendra certaines de ses guérisons les plus troublantes. Il recevait ses malades en groupe deux fois par jour…. brusquement, il touchait un malade, et , le regardant plus fixement encore, il lui donnait l’ordre de guérir, lui affirmant que la guérison s’opérait au fur et à mesure q’il lui faisait des passes magnétiques.

«On n’en finirait pas, écrit Serge Hutin, d’énumérer ses guérisons de sujets que l’on croyait condamnés. Des guérisons instantanées qu’aucun délai de convalescence ne devait suivre et qui comportaient, dans certains cas, d’appréciables reconstitution des tissus cellulaires (…). Il voyait au fond des êtres. il lisait la véritable personnalité. Il croyait à la réincarnation, donc, à des vies antérieures, et savait les révéler

Des médecins le firent traduire devant le Tribunal pour «exercice illégal de la médecine», Il fut condamné à 75 amendes successives. Mais, ses adversaires les plus hargneux se découragèrent et plusieurs praticiens officiels lui adressèrent, par la suite, leurs cas difficiles.

Beaucoup de célébrités de l’époque tenaient à rencontrer ce personnage exceptionnel, considéré pourtant en France, comme un vulgaire charlatan, Le Tsar Nicolas II le fit venir à St-Petersbourg. Il devint le conseiller du couple impérial et opéra en Russie de nombreuses guérisons. Le tsar le fit nommer médecin de l’armée russe et conseiller d’état avec rang de général.

De retour en France, Monsieur Philippe, celui qu’on appelait alors le Médecin des pauvres, ne cessa de soulager la misère humaine, malgré les sarcasmes et les calomnies qu’on lui prodiguait.

Monsieur Philippe mourut le 2 août 1905 à la suite d’une longue maladie qui lui apporta des souffrances épouvantables: «Je suis crucifié vivant», disait-il.

Guérison d’une hydropique

Parmi les nombreuses guérisons opérées par Monsieur Philippe, en voici une très spectaculaire. Son intérêt, en plus de son instantanéité, tient au fait qu’elle fut opérée en présence de trois médecins qui y ont assisté comme témoins oculaires.

Le professeur Brouardel avait été envoyé à Lyon pour assister à une séance de guérison chez Monsieur Philippe. Il s’y était rendu avec les docteurs Encausse et Lalande.

La commission choisit parmi ses malades une énorme hydropique qui paraissait à toute extrémité. Ses jambes étaient comme des pilastres, son torse comme une tour et ses bras comme des courges de Provence, le tout sur le point de fendre.

Monsieur Philippe leur demanda «Eh bien! que pensez-vous de cette femme?» Celui-ci déclara qu’elle était hydropique au dernier degré et qu’elle n’avait probablement que quelques heures à vivre.

Alors Monsieur Philippe lui ordonna assez rudement de marcher. «Je ne peux pas.» – «Viens!» Elle fit en gémissant quelques pas, puis, au bout d’un moment, elle se mit à marcher normalement. Tout à coup, elle s’écria: «Maintenant, je vais danser.» Ce qu’elle fit, retenant ses vêtements devenus subitement beaucoup trop grands.

Elle était guérie. Le professeur l’examina. L’enflure monstrueuse avait disparu et il n’y avait sur le plancher aucune trace de liquide.

Les médecins Encausse et Lalande établirent immédiatement un constat, le professeur Brouardel, tout en s’inclinant devant l’évidence, refusa d’apposer son paraphe à côté des leurs, sous prétexte qu’il n’avait pas compris ce qui s’était passé. Il se retira après avoir salué Monsieur Philippe et les personnes présentes.

Hommage  à Maître Philippe de Lyon

Papus (Dr Gérard Encausse)

«Dans les rues de la ville qu’il habite, on le voit passer, humble entre les humbles. Les pauvres gens, seuls, le bénissent et le connaissent (…..) (NDLR : car ils sont nombreux à lui devoir leur vie ou celle de leur enfant.)

Demandez à tous ces gens le nom de cet homme, ils vous diront: «C’est le père des pauvres.» Interrogez cet homme, demandez-lui qui il est, d’où il tient ses pouvoirs étranges et terribles, il vous répondra: «Je suis moins qu’une pierre. Dès treize ans, j’opérais des guérisons miraculeuses. je suis un intermédiaire inconscient entre l’humanité et un pouvoir supérieur qui plane au-dessus d’elle. Les résultats stupéfiants que j’obtiens chaque jour, je les admire et ne les comprend pas.»

Chaque magnétiseur sans être au niveau de maitre Philippe de LYON vous dira la même chose que lui

« Les résultats stupéfiants que j’obtiens chaque jour, je les admire et ne les comprends pas.»

« C’est une sotte présomption d’aller dédaignant et condamnant pour faux ce qui ne nous semble pas vraisemblable. J’en faisais ainsi autrefois; et si j’oyais parler ou des esprits qui reviennent ou du pronostic des choses futures, des enchantements, des sorcelleries ou faire quelque autre conte où je ne pusse pas mordre, il me venait compassion du pauvre peuple abusé de ces folies. Et à présent, je trouve que j’étais pour le moins autant à plaindre moi-même ». (Montaigne)

retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez Chou Blanc

Share Button

SAINTS GUERISSEURS – Sainte Eugénie

UNE SERIES POUR TOUT CONNAITRE SUR NOS SAINTS GUERISSEURS -un par mois

    SAINTE EUGÉNIE    

FÊTE: 7 février      (✝ v. 257)

INVOCATION : elle est invoquée plus spécialement contre le hoquet.

Vierge martyre : Sainte Eugénie naquit en Espagne au cours de la longue occupation arabe. Elle a été décapitée à Rome en 257 de notre ère, sous l’empereur Valérien. D’après la liste des martyres romains, elle fut enterrée au cimetière d’Apronien sur la « Via latina ». Un document du VIIe siècle indique que son tombeau fut érigé dans la basilique Sainte Eugénie.
Son nom signifie ‘ bonne naissance ‘.

SAINTE EUGENIE (chapelle avinyunet de puigventos) espagne

SAINTE EUGENIE (chapelle avinyunet de puigventos) espagne

Fille d’un gouverneur, elle décide de rejoindre des moines, et de mener leur vie dont les chants la ravissent.

Pour cela, elle se fait couper les cheveux, revêt des habits d’homme et prend le nom d’Eugène. Elle acquiert une grande renommée au sein du monastère, notamment par son pouvoir de
guérir les malades.

Apprenant cela, une femme nommée Mélanthia, gravement malade, la fait venir chez elle. Eugènie la guérit, mais Mélanthia, persuadée d’avoir un homme en face d’elle, souhaite la récompenser en lui offrant ses charmes. Bien entendu Eugénie refuse, et la dame, humiliée, la fait traîner devant le tribunal en l’accusant d’avoir voulu la violer.

La scène de déshabillage d’Eugénie est représentée sur un des chapiteaux de Vézelay.

Près d’être jetée aux lions, Eugénie décide de révéler la vérité : elle déchire sa tunique, montrant à la foule un sein qui n’a rien de masculin. Geste qui lui permet d’être innocentée

Mais l’empereur Valérien a repris les persécutions contre les chrétiens.
Eugénie est à nouveau arrêtée et condamnée à mort

Sainte Eugénie a été décapitée à Rome en 257 de notre ère

Culte de sainte Eugénie 

 « Il semble plausible que vers les VIII et IXe siècle, des pèlerins nimois, rentrant de Terre Sainte, aient rapporté des reliques de la sainte martyre romaine décapitée en 257. D’ailleurs, à cette époque, le culte de Sainte Eugénie était très répandu, tant en Occident qu’en Orient et surtout en Espagne. En Italie, à Ravenne, dans l’église de Saint Appolinaire-le-neuf, (construite vers 520), la nef est ornée d’une mosaïque où Ste Eugénie figure dans le cortège. A Nîmes, la chapelle dédiée à la sainte, est le plus ancien lieu de culte toujours utilisé. »

DICTONS: 

 « À la Sainte-Eugénie, petit oiseau, reste dans ton nid. »
 » Il faut qu’à la Sainte Eugénie, toute semaille soit finie.  »
 » Pluie de Sainte Eugénie met le travailleur à la gêne, mais si le soleil pompe de l’eau, c’est signe de huit jours chauds. ‘ .

Avec  son pouvoir de guérir les malades…. C’est Sainte Eugénie qui accompagne CHOU BLANC notre magnétiseur dans ses travaux.

Précédente rubrique:  Saint BLAISE - maux de gorge
La ligne éditoriale de cette série est accessible 
  BON COURAGE...!


Chou Blanc est effectivement magnétiseurCHOU BLANC
retour sur la rubrique du même tabac(
Merci à toi de suivre et souvent  de précéder ma route )

                     RETRO :     C’est du même tabac…..

Share Button