Archives mensuelles : avril 2022

MUSIQUE : Hommage à JEAN SIBELIUS

De Choubert à Choumann en passant par Choupin

LA PARTITION DE MA2

 

 

  

 

                     La Partition de MA2
                                  Musique à deux

Hommage à Jean Sibelius

 Jean Sibelius,  1865 1957 (grand-duché de Finlande) est un compositeur finlandais de musique classique.

Il est l’un des Finlandais qui symbolisent le mieux la naissance de l’identité nationale finlandaise, bien qu’il soit suédophone.

 Nous avons souhaité vous  faire découvrir quelques unes de ses oeuvres.

Mon morceau préféré….


RADIO SIBÉLIUS

Ceux qui cultivent leurs potes âgés savent que les choux ont un cœur et qu’ils sont donc sensibles à la beauté de la musique.

Jean Sibelius

Sibélius en 1891

Jean Sibelius est un compositeur finlandais de la fin du XIXème siècle et de la première moitié du XXème siècle. Il incarne l’émergence de la musique finlandaise en tant symbole de l’identité nationale.

Après avoir acquis un certain niveau de violon, Jean Sibelius commence à pratiquer la musique de chambre dans le cadre de sa famille en trio avec sa soeur et son frère. Il continuera à étudier; en formant également auprès de compositeurs, à Berlin et  à Vienne.

Dans le contexte de l’élan national qui se développe en réaction contre la Russie, Sibelius compose le poème symphonique Kullervo qui est créé avec succès en 1892. Par la suite, Sibelius crée des œuvres inspirées par les légendes finlandaises, notamment En saga (1892), Lemmikaanen (1895), ou Finlandia (1899), pièce considérée comme le deuxième hymne national de la Finlande. La Première symphonie du compositeur marque la synthèse de son style personnel, ancré dans les traditions populaires, et des évolutions de la symphonie post-romantique.

Après une tournée réussie en Europe du nord avec Robert Kajanus, Sibelius écrit deux œuvres majeures, sa Deuxième symphonie et son Concerto pour violon. Il continue à composer de façon plus irrégulière poèmes symphoniques et symphonies, et arrête son activité après Tapiola (1926), sans parvenir à achever sa huitième symphonie.

A  DÉCOUVRIR……

Jean Sibélius  Karelia

Karelia, tableaux historiquesTableau 1 : Foyer carélien en 1293
– Chant runique interrompu par un message de guerre.
Tellu Virkalla & Anna-Kaisa Liedes, sopranos  Orchestre Symphonique de Tampere
sous la direction de Tuomas Ollila (1998)

En 1292 les Russes de Novgorod lancent des attaques contre les Suédois et les Finnois de la région de Tavastland /Häme, au centre de la Finlande.
Torkel Knutsson , régent du royaume de Suède, lève une armée en 1293 et riposte victorieusement aux Russes. Lors de cette campagne, Knutsson conquiert la partie sud-ouest de la Carélie et fait construire le château de Vyborg .

La partie chantée est une mise en musique d’un très court extrait du Chant 14 du Kalevala.
Pour deux voix de femme alternées, chaque première partie de vers étant chanté par une chanteuse, la seconde partie par l’autre.

POUR CEUX QUI AIMENT
LE PIANO
–  13 pièces Op.76

00:00 – No. 1 Esquisse
01:00 – No. 2 Étude
02:11 – No. 3 Carillon
03:48 – No. 4 Humoresque
04:57 – No. 5 Consolation
07:05 – No. 6 Romanzetta
08:26 – No. 7 Affettuoso

09:47 – No. 8 Pièce enfantine
10:34 – No. 9 Arabesque
11:30 – No. 10 Elegiaco
13:35 – No. 11 Linnaea (Twinflower of the North)
15:29 – No. 12 Capriccietto
16:20 – No. 13 Harlequinade

SOURCES :        

 

le logo de MA2 qui devrait nous régaler tous avec sa musique à deuxM A 2        Ma musique à deux
Mise en page et sonorisation réalisée avec la complicité de CHOU BLANC

Fin des érections …. Señor que calor

elle est bien bonnelogo firmin coquin.

.

Le vendredi jour de l’humour… vous retrouverez Firmin Coquin qui rapporte l’humour de la semaine et les blagues des contributeurs ….
C’EST PLUS QU’UN RENDEZ VOUS
….
AH … j’oubliais son petit fils vient parfois mettre son grain de sel… Idiodé et pas toujours fin…

A VOTÉ    

SENOR QUE CALOR

 

grain de sel– Eh PAPY.. J’en ai vu des choses dans le  jardin de Tonton Emile….
t’es d’accord pour la suite Papy …

– Si vous aimez les blagues un peu salée alors je vais rajouter mon grain de sel….

 

Le pote âgé… C’est mortel…!

Deux petites vieilles se croisent dans la rue principale du village.

– Comment vas-tu Marguerite ?

– Oh ! J’ai pas le moral…  Je viens de perdre mon mari !

– Ah bon ! Qu’est-ce qu’il s’ est passé ? 

 – Je l’ ai envoyé dans le jardin chercher des carottes et des poireaux pour faire la soupe. Il a été pris d’ un malaise. J’ ai appelé les pompiers.
Quand ils sont arrivés, il était mort d’ une crise cardiaque…

– Qu’ est-ce que tu as fait alors ?

– Des nouilles !

LE FERMIER :

Ce fermier  reçoit la visite inopinée d’un contrôleur des contributions, car il apparaîtrait qu’il ne paie pas son personnel correctement !

L’inspecteur :

 » J’aimerais voir la liste de vos salariés ainsi que leur fiche de paye » !!!
Le fermier :

 – D’abord il y a le garçon de ferme : je le paie 400 euros par semaine + le logement et le couvert’.

– Ensuite il y a la cuisinière : je lui donne 300 euros par semaine +  logement et couvert’.

– Finalement il y a « Simplet » : il travaille 18 heures par jour et accomplit 80% de tous les travaux de la ferme. Je lui donne 10 euros par semaine, mais il paie sa nourriture et son logement. Le Samedi soir je lui achète une bouteille de whisky et a l’occasion il dort avec ma femme !

L’inspecteur :
‘C’est ça ! C’est lui que je veux voir !

Le fermier :
 « Rien de plus facile, il est en face de vous ! C’est moi !

PAS CON…!
Un gendarme en moto arrête un gars pour…
excès de vitesse manifeste
.

Le gendarme : «  Monsieur, pourrais-je voir votre permis de conduire, s’il vous plait ?  »
Le conducteur : –  » Je n’en ai plus. On me l’a retiré il y a des mois après 5 infractions graves.
– Puis-je voir les papiers du véhicule ?
– Je ne sais pas. Ce n’est pas ma voiture, je l’ai volée
– Le véhicule est volé ?
– C’est exact. Mais maintenant que j’y pense, j’ai cru voir des papiers dans la boite à gants,
quand j’y ai rangé mon revolver
– Il y a un revolver dans la boite à gants ?
– Oui, Monsieur. C’est là que je l’ai mis quand j’ai tué cette femme et pris sa voiture
– Vous… vous avez tué la propriétaire de cette voiture ?
– Oui, Monsieur. Le cadavre est d’ailleurs encore dans le coffre
– Le… le cadavre est dans… le coffre !?
– Oui, Monsieur « 

Le gendarme recule de deux pas, empoigne sa radio et appelle des secours, qui arrivent vite fait, encerclant la voiture. Un officier s’approche du conducteur.

 » Puis-je voir vos papiers, Monsieur ?
– Voici. « 
Les papiers sont en ordre.
L’officier :  » Puis-je voir les papiers du véhicule ? « 
Le conducteur ouvre la boite à gants, les 10 tireurs d’élite entourant la voiture, épaulent.
Le conducteur sort les papiers. Il est bien le propriétaire de la voiture.
L’officier, jetant un œil dans la boite :
«  Vous n’avez pas d’arme ?
– Non, Monsieur
– Voulez-vous sortir de votre voiture, sans mouvement brusque, et ouvrir votre coffre ? « 
Le conducteur sort. Ouvre le coffre. Qui est vide, évidemment.
L’officier :
 » Je ne comprends pas, Monsieur, il m’a été rapporté que vous conduisiez, sans papiers, cette voiture volée après avoir tué sa propriétaire au moyen d’une arme cachée dans la boite à gants, et dont le corps se trouvait dans le coffre…
– Et je suppose que le type qui vous a raconté cela vous a dit aussi que je roulais trop vite… « 


retour sur la rubrique du même tabac PEPEREFIRMIN COQUIN
                               RETRO C’EST DU MÊME TABAC

 

Un Murillo saccagé par un restaurateur

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE
AU
CHOU :
Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir …

Aujourd’hui
je vous
propose de
découvrir :
Le Murillo saccagé par un restaurateur en Espagne


Qui est MURILLO ?

Le Jeune Mendiant – MUSÉE DU LOUVRE

Murillo. Vierge à l’enfant avec rosaire (1650-55)

Bartolomé Esteban Murillo né à Séville probablement le et mort dans la même ville le 1 est un peintre baroque espagnol.Il est avec Diego Vélasquez, Francisco de Zurbarán et José de Ribera l’un des principaux représentants du Siècle d’or en peinture et le chef de file de l’école de Séville, second centre artistique de l’Espagne au XVIIe siècle après Madrid. Contrairement à ses prédécesseurs et contemporains andalous, il n’a jamais quitté Séville1,2 et n’a reçu aucune commande de la Cour d’Espagne.

Bien que l’essentiel de ses œuvres soient religieuses comme La Vierge du Rosaire, il est très renommé pour ses peintures de genre, particulièrement des portraits de femmes et surtout d’enfants pauvres, tel le portrait du Jeune mendiant conservé à Paris au musée du Louvre, qui ont donné aux scènes de vie quotidiennes leur lettre de noblesse à l’âge baroque et ont fait sa renommée.

logo lardon DLe Murillo saccagé par un restaurateur en Espagne

Un collectionneur d’art de Valence avait payé un restaurateur de meubles 1200 euros pour nettoyer son tableau.
Cette affaire relance le débat sur la protection des œuvres d’art.

La moquerie fait place à l’inquiétude. Le 19 juin, un collectionneur d’art privé de Valence a eu la mauvaise surprise de voir un de ses tableaux défigurés. Il avait payé un restaurateur de meubles 1200 euros pour nettoyer une copie de l’Immaculée Conception de l’artiste baroque Bartolomé Esteban Murillo.

Malheureusement, le travail ne s’est pas déroulé comme prévu et le visage de la Vierge Marie est devenu méconnaissable malgré deux tentatives pour le restaurer dans son état d’origine.

Le tableau, copie ancienne d’une peinture de Murillo, est sorti méconnaissable de la «restauration». Capture facebook Diaro de Sevilla

Lorsque le collectionneur lui a demandé des explications, il a répondu avoir simplement tenté de «résoudre» le problème, comme le rapporte Europa Press.
Un autre spécialiste, celui-ci formé pour la restauration, a été engagé pour sauver et récupérer la peinture.

À gauche, le visage de la Vierge Marie. À droite, la première et la seconde tentative pour le restaurer dans son état d’origine. Capture Twitter @reviewwales

logo lardon DSi le résultat catastrophique peut prêter à rire, ce n’est pas la première fois que ce genre de performance arrive. À l’église de Borja, une fresque Ecce Homo a été rebaptisée le «Christ singe» après une «réfection» lancée par une fidèle zélée. Une statue polychrome du XVIe siècle de Saint Georges face à un dragon dans le nord de l’Espagne, repeinte avec des couleurs bariolées, est un autre exemple de restauration bâclée. Cette tendance n’est pas anodine et met en avant un gros problème de législation en Espagne.

logo lardon DInterrogé par Europa Press, María Borja, l’une des vice-présidentes de l’Association des conservateurs et restaurateurs espagnols (Acre), explique que ces incidents sont «beaucoup plus fréquents que ce que l’on pourrait penser».
«Nous ne les découvrons que lorsque des personnes les signalent à la presse ou sur les réseaux sociaux, mais il y a de nombreuses situations où les travaux sont entrepris par des personnes qui ne sont pas formées», regrette-t-elle.

Ce Murillo c’était pourtant de la grande classe …  Il mérite pas de voir ça aujourd’hui
Voyez vous-même L’ENFANT AU CHIEN

Adoration des bergers (1668). MURILLO – Huile sur toile, 147 × 218 cm, Wallace Collection, Londres. Épisode biblique concernant la naissance de Jésus-Christ à Bethléem. Les bergers proches de Bethléem sont informés par des anges de la venue du Sauveur. Ils se rendent à la crèche pour se prosterner devant l’Enfant Jésus.

SOURCES wikipedia
https://www.lefigaro.fr/arts-expositions/une-copie-ancienne-d-un-murillo-saccagee-par-un-restaurateur-en-espagne-20200623


logo lardon 1LE LARDON

CONTES : Les souhaits ridicules

ALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette, ma Mamy se transforme en conteuse de bord de mer….ou d’Arrière pays….
Préparez les esquimaux glacés…..
Pour les autres ….??
ceux qui ne partent pas en vacances faute de moyens ou de forces pour assumer le voyage….   Ben..! Faisons les rêvez…..!
Aujourd’hui:   
Les souhaits ridicules

logo mamy turlututu smallLes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Elle se plaisait à me parler des histoires du temps jadis que les grands mères racontaient de génération en génération….

AUJOURD’HUI C’EST : Les souhaits ridicules

logo mamy turlututu small

– ALLEZ.. ACTION Mamy..!
Tu la lis .. tu la lis …!!!

 

– OUI OUI mon petit Jonas …
Attendez un peu que Papy vous parle de Charles Perrault

Les souhaits ridicules

LE CHOURISTE
Les Souhaits ridicules
est un conte écrit par
Charles Perrault

Charles Perrault
, , est un homme de lettres français, célèbre pour ses Contes Charles Perrault est l’un des grands auteurs du XVIIe siècle. L’essentiel de son travail consiste en la collecte et la retranscription de contes issus de la tradition orale française.

Les Contes – Chronologie des éditions

La Belle au Bois dormant

En 1691, Perrault publie une « nouvelle » en vers :
La Marquise de Salusses ou la Patience de Griselidis

En 1693, il publie un premier « conte en vers » dans le Mercure galant :
Les Souhaits ridicules
En 1694, il réunit dans une même édition les deux œuvres précédentes et y ajoute une troisième histoire, deuxième « conte en vers » :
Peau d’âne
En 1696 paraît dans le Mercure galant un conte en prose : La Belle au bois dormant
L’année suivante, sort de chez Claude Barbin un volume intitulé Histoires ou Contes du temps passé (1697). Ce volume contient les huit contes en prose suivants :

Bon on y va Mamy …
ou quoi ?

– Voilà…. Voilà…!

 

Les souhaits ridicules – Conte de Charles Perrault

Si vous étiez moins raisonnable.
Je me garderais bien de venir vous conter
La folle et peu galante fable
Que je m’en vais vous débiter.
Une aune de boudin en fournit la matière.
 »Une aune de boudin, ma chère!
Quelle pitié! c’est une horreur! »,.
S’écriait une précieuse,
Qui, toujours tendre et sérieuse,
Ne veut ouïr parler que d’affaires de coeur.
Mais vous qui mieux qu’âme qui vive
Savez charmer en racontant,
Et dont l’expression est toujours si naïve,
Que l’on croit voir ce qu’on entend;
Qui savez que c’est la manière
Dont quelque chose est inventé,
Qui beaucoup plus que la matière
De tout récit fait la beauté.
Vous aimerez ma fable et sa moralité;
J’en ai, j’ose le dire, une assurance entière.
Il était une fois un pauvre bûcheron
Qui las de sa pénible vie,
Avait, disait-il, grande envie
De s’aller reposer aux bords de l’Achéron;
Représentant, dans sa douleur profonde,
Que depuis qu’il était au monde,
Le Ciel cruel n’avait jamais
Voulu remplir un seul de ses souhaits.Un jour que, dans le bois, il se mit à se plaindre,
A lui, la foudre en main, Jupiter s’apparut.
On aurait peine à bien dépeindre
La peur que le bonhomme en eut:
 »Je ne veux rien, dit-il, en se jetant par terre,
Point de souhaits, point de Tonnerre,
Seigneur, demeurons but à but.— Cesse d’avoir aucune crainte:
Je viens, dit Jupiter, touché de ta complainte,
Te faire voir le tort que tu me fais.
Ecoute donc: je te promets,
Moi qui du monde entier suis le souverain maître,
D’exaucer pleinement les trois premiers souhaits
Que tu voudras former sur quoi que ce puisse être.
Vois ce qui peut te rendre heureux.
Vois ce qui peut te satisfaire;
Et comme ton bonheur dépend tout de tes voeux,
Songes-y bien avant que de les faire. »

A ces mots Jupiter dans les cieux remonta,


Et le gai bûcheron, embrassant sa falourde,

Pour retourner chez lui sur son dos la jeta.
Cette charge jamais ne lui parut moins lourde.
 »Il ne faut pas, disait-il en trottant,
Dans tout ceci, rien faire à la légère;
Il faut, le cas est important,
En prendre avis de notre ménagère.
Çà dit-il, en entrant sous son toit de fougère,
Faisons, Fanchon, grand feu, grand chère,
Nous sommes riches à jamais,
Et nous n’avons qu’à faire des souhaits. »
Là-dessus tout au long le fait il lui raconte.
A ce récit, l’épouse vive et prompte
Forma dans son esprit mille vastes projets;
Mais considérant l’importance
De s’y conduire avec prudence:
 »Blaise, mon cher ami, dit-elle à son époux,
Ne gâtons rien par notre impatience;
Examinons bien entre nous
Ce qu’il faut faire en pareille occurrence;
Remettons à demain notre premier souhait
Et consultons notre chevet.

— Je l’entends bien ainsi, dit le bonhomme Blaise.
Mais va tirer du vin derrière ces fagots. »
A son retour il but, et goûtant à son aise
Près d’un grand feu la douceur du repos,
Il dit, en s’appuyant sur le dos de sa chaise:
 »Pendant que nous avons une si bonne braise,
Qu’une aune de boudin viendrait bien à propos! »
A peine acheva-t-il de prononcer ces mots,
Que sa femme aperçut, grandement étonnée,
Un boudin fort long, qui partant
D’un des coins de la cheminée,
S’approchait d’elle en serpentant.
Elle fit un cri dans l’instant;
Mais jugeant que cette aventure
Avait pour cause le souhait
Que par bêtise toute pure
Son homme imprudent avait fait,
Il n’est point de pouille et d’injure
Que de dépit et de courroux
Elle ne dit au pauvre époux.
 »Quand on peut, disait-elle, obtenir un empire,
De l’or, des perles, des rubis,
Des diamants, de beaux habits,
Est-ce alors du boudin qu’il faut que l’on désire?
— Hé bien, j’ai tort, dit-il, j’ai mal placé mon choix,
J’ai commis une faute énorme,
Je ferai mieux une autre fois.
— Bon, bon, dit-elle, attendez-moi sous l’orme,
Pour faire un tel souhait, il faut être bien boeuf! »
L’époux plus d’une fois, emporté de colère,
Pensa faire tout bas le souhait d’être veuf,
Et peut-être, entre nous, ne pouvait-il mieux faire:
 »Les hommes, disait-il, pour souffrir sont bien nés!
Peste soit du boudin et du boudin encore;
Plût à Dieu, maudite pécore,
Qu’il te pendît au bout du nez! »

La prière aussitôt du Ciel fut écoutée,
Et dès que le mari la parole lâcha,Au nez de l’épouse irritée
L’aune de boudin s’attacha.
Ce prodige imprévu grandement le fâcha.
Fanchon était jolie, elle avait bonne grâce,
Et pour dire sans fard la vérité du fait,
Cet ornement en cette place
Ne faisait pas un bon effet;
Si ce n’est qu’en pendant sur le bas du visage,
Il l’empêchait de parler aisément.
Pour un époux merveilleux avantage,
Et si grand qu’il pensa dans cet heureux moment
Ne souhaiter rien davantage.
 »Je pourrais bien, disait-il à part soi,
Après un malheur si funeste,
Avec le souhait qui me reste,
Tout d’un plein saut me faire roi.
Rien n’égale, il est vrai, la grandeur souveraine;
Mais encore faut-il songer
Comment serait faite la reine,
Et dans quelle douleur ce serait la plonger
De l’aller placer sur un trône
Avec un nez plus long qu’une aune.
Il faut l’écouter sur cela,
Et qu’elle-même elle soit la maîtresse
De devenir une grande Princesse
En conservant l’horrible nez qu’elle a,
Ou de demeurer Bûcheronne
Avec un nez comme une autre personne,
Et tel qu’elle l’avait avant ce malheur-là. »
La chose bien examinée,
Quoiqu’elle sût d’un sceptre et la force et l’effet,
Et que, quand on est couronnée,
On a toujours le nez bien fait;
Comme au désir de plaire il n’est rien qui ne cède,
Elle aima mieux garder son bavolet
Que d’être reine et d’être laide.Ainsi le bûcheron ne changea point d’état,
Ne devint point grand potentat,
D’écus ne remplit point sa bourse:
Trop heureux d’employer le souhait qui restait,
Faible bonheur, pauvre ressource,
A remettre sa femme en l’état qu’elle était.Bien est donc vrai qu’aux hommes misérables,
Aveugles, imprudents, inquiets, variables,
Pas n’appartient de faire des souhaits,
Et que peu d’entre eux sont capables
De bien user des dons que le Ciel leur a faits.


Pour les Mamys qui font le repassage en même temps ….
Voici
le conte audio (durée 7 minutes)

SOURCES :    https://contes.servicegratuit.fr/

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….</span