Archives par étiquette : religion

CRÉCHE : Le Caganer

Print pagePDF pageEmail page

– Ce mercredi des vacances je vous confie à Taty  MARIA
elle raconte aussi bien que moi les personnages de la crèche… elle l’a déjà fait l’autre jour avec LE RAVI


A bientôt dans MAMY  RACONTE ….OUPS ..! J’OUBLIAIS…
BONNE ANNÉE A TOUS LES PETITS CHOUPINETS

CRÈCHE : Savez vous qui est le Ravi…?



BLOG NOTE
DE
MARIA AVE

Curieuse de nature et forte de ses recherches sur le sujet
Mme AVE nous a proposé un rubrique crèche pour Noël….
C’est une première pour elle comme pour nous …
Ainsi soit il

La crèche, quelle origine…?

Selon l’évangile de Luc, Marie a déposé l’enfant Jésus dans la mangeoire d’une étable où Joseph et elle avaient trouvé refuge. Le mot crèche désigne aujourd’hui toute représentation de la Nativité.

Nativité par Gerard van Honthorst (vers 1622). © The York Project

C’est au VIe siècle que l’on situe la première célébration de la nuit de Noël dans l’église de Sainte Marie à Rome, avec des statues de la Vierge Marie, de Joseph, de l’âne et du bœuf.

Selon la légende, François d’Assise « inventa » au 13e siècle la crèche vivante dans une grotte de Greccio en Italie, où les frères mineurs avaient établi un ermitage.

Joseph, la Vierge Marie, les mages, les bergers, et les paysans étaient joués par les gens du village.

Les animaux aussi étaient réels. François prêcha, durant la messe de Noël, et on le vit se pencher vers la crèche et prendre un enfant dans ses bras.
Plus tard, on plaça un enfant dans la mangeoire.
Petit à petit, la coutume s’est répandue, surtout en Provence et en Italie.

Les premières crèches « en modèles réduits » firent leur apparition dans les églises au XVI siècle.
A la fin du XIXe siècle apparaissent les santons (de santouns : petits saints) façonnés dans l’argile, originaires de Provence.
Ces figurines représentent tous les petits métiers traditionnels.
Les habitants du villages ainsi représentés apportent le fruit de leur labeur à l’Enfant Jésus. Ces figurines sont venus enrichir le décorum de la crèche traditionnelle

Parmi ces personnages il est un que Maria veut vous présenter…!

CONNAISSEZ VOUS:

LE CAGANER

 

El caganer « chieur » en catalan, est un santon que l’on ne trouve que dans un petit coin des crèches en Catalogne.

Mais de toute évidence pour les catalans, les caganers sont comme un reflet de notre société, une façon de montrer que nous sommes tous égaux.

Histoire du Caganer. Caractérisé par sa position effrontée dans la crèche, le caganer est l’image la plus typique du Noël catalan.

Au milieu de cette tradition on rencontre habituellement un homme accroupi et plus ou moins caché qui répond aux besoins physiologiques en plein air.

On dit que ne pas le mettre dans la crèche porte malheur dans la maison parce que leurs selles fertilisent la terre et apportent chance et joie pour l’année à venir.

Traditionnellement, le caganer apparaît souvent coiffé d’un béret catalan (la barretina) et une pipe à la bouche, mais au fil des ans, la figurine du caganer a évolué à tel point qu’aujourd’hui, il y a plein de Caganer sur les marchés de Noël ou dans les boutiques traditionnelles.

Le paysan a un peu évolué.

Il est possible d’acheter un caganer à l’effigie de tous les personnages célèbres du monde, en particulier ceux de la scène politique représentant, Barack Obama, George W. Bush, la reine d’Angleterre, le Dalaï-Lama et même le pape !

Lionel Messi fut le roi des crèches durant de nombreuses années. Depuis quelques décennies, il est de bon ton d’ajouter chaque année un nouveau personnage et 2017 sera l’année Puigdemont !

   

Cependant, même si ajouter le « caganer » est une coutume en Catalogne et au Pays Valencian, on peut également trouver de petits hommes similaires dans la région de Murcie en Espagne, dans la province de Naples et également au Portugal, appelés « cacones », « pastore che caca » et « cagoes », respectivement.

 

Une donnée curieuse est que le caganer n’est pas le seul caractère catalan qui défèque :

il y a aussi le Tió,
un tronc qui vit sous l’arbre de Noël et qu’il faut nourrir jusqu’à la veille de Noël de sorte qu’il “expulse” de nombreux cadeaux au rythme des coups et des chants des enfants…
et des sardanes de la tia Pépa


 

SOURCE :

wikipédia – croire la croix .com

https://www.frigoulette.com/dis-moi-frigoulette-cest-quoi-un-caganer/

https://www.lasemaineduroussillon.com/2017/12/05/tradition-caganer-de-puigdemont-sarrache/

https://www.caganer.com/fr/info/histoire-du-caganer-12

LA PASSION DES SANTONS

Place à une grande dame chez les santonniers
Sylvie FOULQUIER de MARANS …..

Dieu souffla un jour sur la glaise…
La même qui sous les doigts de Sylvie prend vie et se transforme en tout un petit monde qui sent bon notre enfance
NOTRE JEUNESSE ….

Mme MARIA AVE

Share Button

Les saints innocents… un vrai massacre…Mais aussi une occasion de plus de faire la fête

Print pagePDF pageEmail page

les potes doivent être  éclairés

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..

barre bleue

 AUJOURD’HUI LES SAINTS INNOCENTS

Enfants de moins de 2 ans massacrés pour le Christ par Hérode à Bethléem (1er s.)

 massacre des innocents. Bas-relief du soubassement du portail de sud « de la Mère-Dieu » de la façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens. 1220-1230.

massacre des innocents. Bas-relief du soubassement du portail de sud « de la Mère-Dieu » de la façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame d’Amiens. 1220-1230.

Petits enfants qui furent massacrés à Bethléem de Judée sur l’ordre du roi impie Hérode, pour que périsse avec eux l’enfant Jésus.
Dès les premiers siècles de l’Église, ils ont été honorés comme martyrs, car ils sont les prémices de tous ceux qui devaient verser leur sang pour Dieu et pour l’Agneau de Dieu.

Cette journée rappelle un épisode des évangiles survenant après la naissance de Jésus.

Le roi Hérode ayant appris, par des mages qui se rendaient rendre hommage à un nouveau-nés, la naissance d’un enfant qui deviendrait « roi », prit peur et décida de faire tuer tous les bébés garçons de moins de 2 ans. Il voulait ainsi éviter tout prétendant à son trône.
Les soldats d’Hérode massacrèrent ces petits enfants que l’on a appelé les saints innoncents, puisqu’ils étaient innocents de tout péché.

Certains analystes contestent la date choisie pour rappeler ce triste épisode, puisqu’il devrait avoir lieu après le 6 janvier qui est la date soulignant la visite des mages…
Mais comme ces dates sont de toute façon un peu aléatoires…

LE CHOURISTE

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 2,13-18

Après la visite des mages à Bethléem, l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit :
« Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »

la fuite en egypte- Nicolas Poussin

La fuite en Égypte Nicolas Poussin 1657-1658
Huile sur toile 97 cm × 1331 cm
musée des beaux-arts de Lyon, France

Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte,
où il resta jusqu’à la mort d’Hérode.
Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète :
« D’Égypte, j’ai appelé mon fils. »

Alors Hérode, voyant que les mages l’avaient trompé, entra dans une violente fureur.
Il envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages.
Alors s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Jérémie :
Un cri s’élève dans Rama, des pleurs et une longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas qu’on la console, car ils ne sont plus.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

barre bleue

LA PEUR D’HÉRODE DÉNONCÉE


Ainsi parla Saint Quodvultdeus,
évêque à Carthage de 437 à 453
Enfants et témoins du Christ

Massacre des Innocents par Duccio di Buoninsegna

Massacre des Innocents par Duccio di Buoninsegna

« Pourquoi as-tu peur, Hérode, d’entendre qu’un roi est né ?
Il n’est pas venu pour te détrôner mais pour vaincre le démon.Mais toi, tu ne le comprends pas, et tu prends peur et tu entres en fureur.
Pour perdre le seul enfant que tu recherches, tu deviens le cruel assassin d’un grand nombre.
Ni l’amour des mères en larmes, ni le deuil des pères pleurant leurs fils, ni les cris et les gémissements des enfants ne te retiennent. Tu massacres ces petits dans leurs corps parce que la peur te tue en ton coeur. Et tu penses que, si tu arrives à tes fins, tu pourras vivre longtemps, alors que c’est la vie elle-même que tu cherches à tuer….. »

barre bleue

La coutume de faire des farces et des tours ce jour là…

Bizarrement, des traditions se sont greffées à cette journée qui commémore pourtant un événement triste.. . Certains disent que la coutume de faire des farces et tours en cette journée souligne que comme les enfants massacrés sur les ordres d’Hérode, les gens victimes de tours ne peuvent rien faire et doivent accepter leur destin… (Ce qui me semble une curieuse façon d’expliquer la chose, mais enfin…) 

Hérode ordonnant le massacre des saints Innocents

Hérode ordonnant le massacre
des saints Innocents
Bibliothèque municipale de Toulouse,

Mais évidemment la façon pour certains de célébrer aujourd’hui le Jour des Saints Innocents ne date pas d’aujourd’hui.

Déjà au Moyen-âge, cette journée était un prélude au Carnaval et on se permettait de fêter, rire et manger en abondance. On incluait cette journée dans les festivités liées au solstice d’hiver pendant lesquelles on voulait à oublier la noirceur de l’hiver en se réunissant et en se distrayant.

 C’était donc par excellence la fête des « Enfants » à qui l’on permettait et pardonnait tout.
Toute violence était également prohibée ce jour-là, les chevaliers devaient cesser de guerroyer en observant une trêve.

barre bleue

Dans d’autres pays c’est comme un poisson d’avril

Peu importe la raison, le 28 décembre est aujourd’hui en Amérique Latine, Espagne, et dans certains autres pays, c’est une bonne occasion pour rire et fêter encore un peu .
On souligne la fête des Saints-Innocents en faisant des tours et des farces.
Les médias en profitent pour faire des fausses nouvelles humoristiques, les enfants, en particulier, s’amusent à faire des tours aux adultes.
Un tour bien connu est d’accrocher un bonhomme de papier dans le dos des gens.
Dans certaines parties d’Amérique Latine on dit qu’il ne faut rien prêter pendant cette journée, que ce soit de l’argent ou des objets.
Car celui qui emprunte quelque chose en cette journée est libre ensuite de garde ce qu’il a emprunté

barre bleue

Léon Cogniet (1794-1880) : le massacre des Innocents. 1824. Rennes, Musée des Beaux Arts.

Léon Cogniet (1794-1880) : le massacre des Innocents. 1824. Rennes, Musée des Beaux Arts.

logo lardon D– Tu devrais leur montrer une rétrospective des œuvres d’art réalisées sur le thème du massacre des saint innocents…

Un site où ils puissent admirer les plus grands maitres de la peinture

Ça y est, je leur ai trouvé ….!

 

barre bleue

 
POTACHE

barre bleue

Share Button

L’origine du baptême de Clovis

Print pagePDF pageEmail page

les potes doivent être éclairés

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..


–  Il y a quelques mois nous avions déjà présenté CLOVIS aux choupinets et aux choupinettes c’est un article utile pour compléter celui ici.
Article : HISTOIRE : L’histoire de France commence avec Clovis
Cliquez le stop



C
lovis baptisé le 25 décembre 496

Clovis fut le premier roi catholique de la chrétienté, et sa conversion, peu après la bataille de Tolbiac qu’il remporta en invoquant l’aide de Dieu, le servit puissamment, non seulement par l’influence directe qu’elle lui assura sur le peuple gaulois, mais encore parce qu’elle lui gagna le clergé dont le pouvoir était alors immense

Clovis, environné de toutes parts, voyait ses plus braves guerriers tomber autour de lui, et le reste de son armée prendre la fuite.
Aurélien, ce leude gallo-romain qui lui avait montré tant de dévouement dans la négociation de son mariage avec Clotilde, s’approcha et lui dit :

« O roi ! te fieras-tu toujours à tes dieux ? »

Clovis alors éleva les mains vers le ciel, et s’écria, aux dires de Grégoire de Tours : « Jésus-Christ, toi que Clotilde affirme être le fils du Dieu vivant ; toi qui donnes du secours à ceux qui sont en péril et la victoire à ceux qui t’appellent, je t’invoque, et si tu m’accordes d’être victorieux de mes ennemis, si tu me fais ainsi reconnaître cette puissance dont le peuple consacré à ton nom dit avoir reçu tant de preuves, je croirai en toi et me ferai baptiser ; car j’ai invoqué mes dieux et je les ai trouvés sourds et impuissants. Viens donc à mon aide, ô Christ ! je me voue à toi. »

Vœu de Clovis à la bataille de Tolbiac. Illustration de Job parue dans Petite histoire de France de Jacques Bainville (1935)

Et disant ces paroles, il se précipita de nouveau au milieu des ennemis.

Cet élan audacieux et énergique, l’invocation solennelle qui l’avait précédé, et dont les Francs avaient été témoins, ranimèrent le courage des soldats de Clovis.
Imitant l’exemple de leur roi, ils s’élancèrent avec une ardeur nouvelle sur les Alamans. Ceux-ci, étonnés d’avoir à se défendre au moment ou ils se croyaient vainqueurs, hésitèrent et n’opposèrent qu’une faible résistance.
Bientôt ils reculèrent à leur tour. En voulant les rallier, leur roi fut tué : dès lors leur déroute fut complète.

Clovis poursuivit les fuyards jusqu’au Rhin
Clovis vainqueur revint en paix dans son royaume, où il raconta à Clotilde comment il avait obtenu la victoire en invoquant le nom du Christ.

Clovis et Clotilde, Antoine-Jean Gros, 1811.

Voici comment Grégoire de Tours raconte la conversion de Clovis qui s’ensuivit :

« Alors la reine manda en secret saint Remi, évêque de Reims, le priant de faire pénétrer dans le cœur du roi la parole du salut.

Le pontife ayant fait venir Clovis, commença à l’engager secrètement à croire au vrai Dieu, créateur du ciel et de la terre, et à abandonner ses idoles, qui n’étaient d’aucun secours ni pour elles-mêmes ni pour les autres.

Recey-sur-Ource – église Saint-Rémy

« Clovis lui dit : très saint père, je t’écouterai volontiers ; mais il reste une chose, c’est que les Francs qui m’obéissent ne veulent pas abandonner leurs dieux ; j’irai à eux et je leur parlerai d’après tes paroles.

Le roi assembla donc ses sujets ; mais, avant qu’il eut parlé, et par l’intervention de la puissance de Dieu, tout le peuple s’écria unanimement :

Pieux roi, nous rejetons les dieux mortels, et nous sommes prêts à obéir au dieu immortel que prêche saint Remi.

On apporta cette nouvelle à l’évêque, qui, transporté d’une grande joie, ordonna de préparer les fonts sacrés. »

Influencé par la reine Clotilde…
Clovis se convertit au christianisme catholique.

MINIATURE EN IVOIRE

On pense que c’est la même année 496 que, influencé par sa femme et les évêques Avit  (de Vienne) et Rémi (de Reims), Clovis se convertit au christianisme catholique.

Il gagne ainsi l’appui du clergé catholique très influent auprès de la population gallo-romaine.
Ce clergé va soutenir Clovis dans sa lutte contre les autres rois installés en Gaule,

 

SOURCE : pour en savoir plus

https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article7180


POTACHE

.

Share Button