Archives par étiquette : magnétiseur

La ligne verte : Je suis fatigué patron

Print pagePDF pageEmail page

CHOUCHINÉ CLUB

Chouchiné club, c’est la rubrique ciné-club… Pour laquelle, je vais régulièrement chiner des films cultes du cinéma.
J’espère vous redonner l’ambiance des salles obscures, le gout des Mikos… sans le bruit des Mentos qui sortent de leurs rouleaux et des becos… du dernier rang….!

  LA LIGNE VERTE


Octobre 1932. Pénitencier d’État, Cold Mountain, Louisiane. à l’écart des autres, le bloc E. Celui des condamnés à mort. L’antichambre de l’enfer. Au bout du long corridor vert, la chaise électrique. Miss Cent Mille Volts au répugnant baiser…

Auteur : Stephen King

Peut-on encore écrire des romans en épisodes, comme cela se faisait autrefois? Rédiger dans l’urgence, créer chaque mois le suspense, suivre les réactions de ses lecteurs… Stephen King relève le défi en 6 épisodes
Plus tard un excellent film éclairera ceux qui n’étaient pas au rendez vous….pas au bout de la ligne verte peinte au sol dans le couloir de la mort …celle  qui conduit à la chaise électrique ..!.

Résumé du film la ligne verte:

 En 1935, Paul Edgecomb est le gardien-chef du pénitencier de Cold Mountain, affecté au Couloir de la Mort.
Cette année là, parmi ceux qui attendent de passer sur la chaise électrique, se trouve John Caffey, un colosse noir candide et timide, magnétiseur aux dons magiques prodigieux. Il semble avoir le don de guérir …et le prouvera plusieurs fois
Une rencontre qui marquera Paul pour le reste de sa vie…

Sur la ligne verte….. il y a Mister jingles

Chacun se tait… Et Mister Jingles fait ses tours.
Guide spirituel ou animal de cirque, il va et vient dans le couloir de la mort.
Drôle, furtif, insaisissable… Comme s’il possédait un secret… Quelque chose que les hommes ignorent…

Je suis fatigué patron….

« Je suis fatigué patron, fatigué de devoir courir les routes et d’être seul comme un moineau sous la pluie… Fatigué d’avoir jamais un ami pour parler, pour me dire où on va, d’où on vient et pourquoi… Mais surtout je suis fatigué de voir les hommes se battre les uns les autres, je suis fatigué de toute la peine et la souffrance que je sens dans le monde… »

 UN CRITIQUE L’A DIT SUR LE NET

Émotions brutes  par Robert Boisclair
Résumé du film

Responsable du bloc E, le quartier des condamnés à mort d’un pénitencier, Paul Edgecomb (Tom Hanks) se lie d’amitié avec un des condamnés, qui semble posséder le don de guérir.

Critique

Je vais faire une chose que je ne fais pas souvent, je ne vais pas donner de note à ce film, car cela serait injuste. Ce film se mesure à l’émotion brute qu’il véhicule et non pas à ses qualités esthétiques ou cinématographiques.

Après un prologue, tout à fait dans le ton de ce que sera le dénouement, et après un bref passage, dans le premier quart du film, dans le train-train quotidien des gardiens du bloc E et un petit flirt avec la comédie, le réalisateur nous entraîne dans le monde merveilleux d’un géant au coeur doux.
Le film bascule alors dans l’univers de cet homme, guérisseur, simplet, peut-être, mais extrêmement bon.
D’ailleurs, dès l’entrée en scène de Michael Clarke Duncan on ressent la bonté du personnage, sa douceur et sa candeur malgré sa stature de géant.
Le réalisateur a réussi à faire un film clairement cassé dans le temps, celui avant l’arrivée du géant et celui après son arrivée.
Brisure merveilleusement bien réussie, qui nous emporte dans un monde où l’émotion brute domine. Préparez-vous à passer, dans la deuxième partie du film, par toute la gamme des émotions de la haine à l’amour en passant par la pitié.

Sortez vos mouchoirs, car les larmes occupent une grande place chez le spectateur, même le plus endurci. Je n’ai cessé de m’éponger les yeux de toute la deuxième partie. Dure, dure la vie de critique!

Le réalisateur a évité le piège de faire un autre La Dernière Marche. Ici, pas de débat sur la peine de mort, pas de prise de positions pour ou contre.

Le film est tout le contraire d’un film politique ou démagogique sur le sujet.
C’est un film sur des hommes qui voient leur métier, celui de bourreau, non pas comme un instrument pour assouvir leurs bas instincts, mais comme le lieu de la dernière chance pour ceux qui n’en ont pas toujours eue autant. D’ailleurs s’il y a une question que le film soulève c’est celle de l’utilisation de la justice: instrument de vengeance ou de pardon?
C’est un film sur l’amour, le pardon, la droiture, la fierté, mais aussi sur les faux-pas que chacun d’entre nous fait, parfois, lorsqu’il cherche à combler son manque d’amour : la haine, la jalousie, le sadisme, l’étroitesse d’esprit.

Magnifique Michael Clarke Duncan.

Il faut absolument mentionner, même si sa performance était inégale par moments, le travail de Michael Clarke Duncan.
Il réussit à combiner intensité et fragilité, douceur et candeur d’un être abandonné à lui-même dans un rôle casse-cou. Chapeau monsieur Duncan! Je m’en voudrais de passer sous silence également la performance de David Morse, excellent, ainsi que du reste de la distribution qui offre des performances de grande qualité.

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs– « Trouvez vite une vidéo de La Ligne verte, vous  pleurerez à chaudes larmes, et en ressortirez avec l’impression que le monde dans lequel nous vivons n’est pas aussi corrompu que le bulletin de nouvelles du 20 heures nous le laissent croire tous les soirs. »


– « L’acteur de John Caffey ; Michael Clarke Duncan est mort le 03 09 2102 d’une crise cardiaque à 54 ans,
et moi,  je suis détruit de voir l’acteur de mon film préféré s’effacer…

–  PAPY VIDÉO –
–  LA LIGNE VERTE

– « Pour ceux qui veulent suivre un extrait plus long du film sur You Tube
Cliquez sur la TV….

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteursretour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button

LA TRANSE CHAMANIQUE …… QUÉSACO…?

Print pagePDF pageEmail page

MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS
Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau…. avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC nous entraine dans son monde…son monde bizarre ….
Ambiance… Ambiance …..

QUEL COQUIN CE CERVEAU

Dans son  livre « Les esprits de la Steppe » paru chez Albin Michel, Corine Sombrun retrace au travers de la vie d’Enkhetuya, cette aventure du chamanisme mongol des années 1950 aux laboratoires de recherche.

S’inscrivant aujourd’hui parmi les écrivains-voyageurs, Corine Sombrun passe son enfance en Afrique, au Burkina Faso.
En 1999, elle s’installe à Londres où elle travaille comme pianiste-compositeur puis reporter pour BBC World.

Au cours d’un reportage en Mongolie en 2001, un chamane lui annonce qu’elle est chamane et sa « voie » dit-il, sera de suivre leur enseignement secret.

Après huit années d’apprentissage, où elle passe plusieurs mois par an à la frontière de la Sibérie auprès d’Enkhetuya, chamane de l’ethnie des Tsaatans chargée de lui enseigner les techniques de transe, elle collabore avec des scientifiques et est à l’origine du premier protocole de recherche sur la transe chamanique mongole étudiée par les neurosciences.

Son

Filmé à TEDxParisSalon le 27 Novembre 2012 à la Gaîté Lyrique.
Plus d’interventions sur http://tedxparis.com/

Les esprits de la steppe

Corinne Sombrun(Auteur) Paru le 3 octobre 2012 Essai (broché)


ILS L’ONT DIT SUR LE NET

Corine Sombrun évoque ici la vie d’Enkhetuya, la chamane qui l’a formée durant plus de dix ans.

Appartenant au peuple des Tsataans du nord de la Mongolie, elle est née en 1957 dans la taïga de la région d’Ulaan Uul où ses parents élevaient des rennes, tout en pratiquant leurs rituels en secret (la République populaire mongole, sur le modèle soviétique, interdisant toute pratique arriérée et contraire à l’homme nouveau).
Une enfance dure, primitive, autarcique, où elle rêve d’être institutrice.

Mais sa mère, d’une lignée de chamanes, découvre vite ses dons.

Formée par un grand maître, Enkhetuya devient une chamane puissante aux cérémonies très demandées pour soigner toute maladie ou supprimer les sorts.

Quand Corine Sombrun la rejoint, elle vit encore avec sa famille dans un monde protégé de la modernité, où le respect de la nature et des rituels est omniprésent, où la dure vie d’éleveur de rennes est tributaire du climat, des prédateurs et des quotas de production imposés par l’Etat.
Les années 2000, l’afflux des touristes, la voiture, la télé et le téléphone vont bouleverser l’équilibre de leur écosystème. Et ce que 70 ans de communisme n’avaient pas réussi à éradiquer, 10 ans d’économie de marché l’accomplit, aucun Tsataan n’échappe plus au dieu argent.

A la fois document ethnologique et récit biographique, ce livre retrace l’histoire d’un peuple de nomades qui a vécu comme à l’aube de l’humanité en résistant aux persécutions communistes et a basculé dans l’ère du marché planétaire.
Mais c’est aussi, au travers d’Enkhetuya la chamane, la vision intérieure que ce peuple a du monde, où les esprits de la terre, du ciel et de l’eau entretiennent avec les humains une relation étroite et exigeante.
Une réflexion passionnante sur le chamanisme, les états modifiés de conscience et la plasticité du cerveau. Corine Sombrun a raconté dans ses précédents ouvrages ses incroyables aventures : en Amazonie avec Journal d’une apprentie chamane, en Mongolie avec Mon initiation chez les chamanes.
Les Tribulations d’une chamane à Paris évoquaient comment les esprits de la steppe l’ont adoubée chamane à son corps défendant.
Elle travaille avec des chercheurs en neurosciences sur l’état de transe et la capacité d’élargir son champ de conscience.

SOURCES
   FNAC  20€

 

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez retour sur la rubrique du même tabacChou Blanc
RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Share Button

MARIE, J’ai perdu la boule….. en la cherchant, j’en suis maboule

Print pagePDF pageEmail page


MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS

Régulièrement nous venons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau….avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC nous entraine dans son monde…son monde bizarre ….Ambiance…Ambiance

 Pour l'acheter ...LA MOINS CHERE DU NET EST SUR :

CARNET DE VOYAGE
p
ar Chou Blanc

—– Découvertes de l’été —

Georges Moustaki- joseph  AVE MARIA DE GOUNOD - G. MESSONNIER (clarinette)Musique d’ambiance au choix

LA  VIERGE  A  LA  BOULE
Au cours de mon périple d’été dans le Comminges, au détour d’une ruelle moyenâgeuse, une vierge à la boule « m’a appelé », comme si elle me connaissait…..?
Cette Vierge inspirée d’une église du Comminges , est en pierre reconstituée , et porte symboliquement le monde dans sa main.
Moi qui cherche à compléter mes maigres connaissances, j’étais surpris de ne pas trouver la croix qui surplombe habituellement la boule.

Pour en savoir plus recit de l'apparition de la vierge rue du bac

Je me suis dit « Marie, tu me caches quelque chose…. tu m’as pas appelé pour rien …. Dis moi tout ..!  »
Comme il y a déjà quelques années qu’elle ne cause plus à personne… plutôt que d’attendre… je me suis dit, cherche toi même sur internet…..

Eh béééé en cherchant la boule, j’ai presque perdu la mienne, limite devenir maboule de ce que j’ai découvert…!

 Le poilu qui me servait de grand père qui avait, pour seul voyage, visité l’Allemagne entre deux soldats allemands disait toujours :
« Ils sont bêtes ceux qui n’ont pas voyagé »
Jugez plutôt……

LE  MYSTÈRE  DES  BOULES  PARFAITES
DU  COSTA RICA

Source pour en savoir plus : http://secretebase.free.fr/civilisations/ruines/boules/boules.htm

En effet au milieu de la jungle, sur de hautes montagnes, dans les deltas des fleuves et sur des collines, on découvre dispersées çà et là, des centaines de boules artificielles de granit ou de lave. Leur diamètre va de quelques centimètres à près de 3 mètres. Actuellement la boule la plus lourde qu’on ait déterrée parait-il pèse environ 30 tonnes

    Voici donc des modèles de boules parfaitement sphériques déposées sur une place publique:

Vous pouvez aussi en découvrir au Musée:


Et elles sont surtout nombreuses en pleine forêt:

Vous avez aussi bien sûr, celle de 12 tonnes, que analysée par le Dr Stirling et sa femme:

 

Ces boules admirables sont-elles un caprice de la Nature ? Certaines d’entre elles sont-elles des boules de lave qui se seraient formées naturellement en dévalant les flancs d’un volcan ? S’agit-il de galets géants qui auraient roulé dans le lit d’une rivière durant des siècles et à qui la puissance de l’eau aurait donné cette forme sphérique parfaite ?

    Erich Von DÄniken nous avoue en avoir découvert éparpillées sur un terrain plat, et placées en groupes au sommet de diverses collines. Certaines boules étaient toujours placées au centre de l’axe de la colline. Il en a aussi trouvé des troupeaux groupés selon un ordre étrange, dans la vase d’un fleuve, et dans la plaine de Diquis, où règne une chaleur torride, il découvrit 45 de ces boules qui cuisent au soleil.

    Il faut bien se poser alors la question de savoir comment ces objets sphériques de la forêt, qui vu leur perfection, ne peuvent qu’être qu’artificiels et remontent à n’en pas douter à une époque très reculée, se sont trouvés projetés inexplicablement, en pleine jungle.

    Trois possibilités s’offrent alors à nous :

Soit que ces boules ont été taillées (avec une habileté ahurissante qui reste à définir), il y a seulement quelques centaines d’années dans une carrière lointaine ( puisse qu’il n’en existe aucune à moins de 100 km dans la région ), dans des blocs forcément plus lourds et dépassant au moins 24 tonnes pour les boules de 2,5 m de diamètre, pesant on le sait, près de 16 tonnes, (une telle carrière ne manquerait pas d’être aperçue, vu le chantier qu’elle entraînerait ), puis on doit alors penser que ces boules ont été transportées par un moyen inconnu qui dépasse largement notre entendement au travers de toutes les embûches de la forêt, et abandonnées là,  de plus pour une raison incompréhensible.

Soit que, et cela dépasse de loin les thèses officielles, que ces boules été placées là, avant l’arrivée de cette forêt ce qui nous place, dans des temps plus que préhistoriques où les hommes étaient incapables d’élaborer des objets d’une géométrie aussi parfaite qu’une sphère.

Soit encore plus fort, ce sont les dieux dont parlent tant de mythologies qui avec leur technologie supérieure ont élaboré ces blocs sphériques pour des raisons que nous ne pouvons évidemment pas encore comprendre, puisque l’existence réelle même de ces dieux est sujette à caution, dans notre enseignement universitaire.

« Aïe…. Aïe… Aïe tout ça c’est pas catholique…..
ça vous mets les boules de ne pas comprendre …
Eh ben nous aussi…! « 

 » Quel est le con derrière qui dit que cette vierge, c’est Fanny qui joue à la pétanque »

Chou Blanc est effectivement magnétiseurChou blanc retour sur la rubrique du même tabac
2995

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button