Archives par étiquette : théatre

LADINDE : Au théâtre ce soir

hypnose-002ba.jpg dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note
de LADY LADINDE

” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire,  je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique
” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

AUJOURD’HUI  LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :
LE THÉÂTRE ET SES SUPERSTITIONS


dindePour symboliser
la Trinité

Le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
Autre hypothèse: le Roi, la Reine et le public.

Exception à la Comédie Française: 6 coups, 3 coups pour chacune des 2 compagnies qui fusionnèrent au 17eme siècle.

Au théâtre les trois coups sont frappés avec un bâton appelé brigadier sur le plancher de la scène, juste avant le début d’une représentation, pour attirer l’attention du public, particulièrement quand il y a un lever de rideau.
Cette tradition, plus particulièrement française, peut venir du Moyen Âge, où trois coups, symbolisant la Trinité, terminaient le Mystère. Ces trois coups pouvaient être précédés d’onze autres martelés (douze apôtres moins Judas).

Mais encore, un appel aux neuf Muses de la Grèce Antique. Il y aurait donc neuf coups rapides plus les “trois coups” donc, douze coups. Le douze étant dans sa symbolique, un nombre parfait, symbole de l’unité du théâtre. C’est cette version que j’ai adoptée lors des représentations données par les ateliers.

Une autre explication fait correspondre les trois coups à trois saluts que les comédiens exécutaient avant de jouer devant la Cour : le premier vers la reine (côté cour), le deuxième vers le roi (côté jardin), et le troisième pour le public.




dinde

Parce que Molière est mort en scène habillé de vert

Il est dit que le célèbre comédien est mort vêtu d’un habit vert lors de sa dernière représentation sur scène.
Par ailleurs, la teinture verte de l’époque était composée d’arsenic, très probablement à l’origine d’intoxications chez les acteurs du fait de la chaleur.

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs


- "Attention gamine.... Il n?est pas mort sur scène mais chez lui deux heures après... et toc..!

dinde

Parce qu’il faut souhaiter « beaucoup de merdes » aux artistes

 Cela porte malheur de souhaiter bonne chance à un acteur ou un membre de la production.  Au lieu de cela, pour éviter un désastre, l’expression est simplement Merde!
Cette expression daterait de l’époque où les spectateurs de faisaient déposer en calèche devant l’entrée, halte au cours de laquelle les chevaux ne manquaient pas de garnir de leur crottin le parvis du théâtre. Cette « garniture » étant directement proportionnelle au nombre de spectateurs, c’était faire preuve de bienveillance que de souhaiter « beaucoup de merdes » aux artistes.
wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

Eh gamine …Sais tu que l’on ne doit pas non plus prononcer le mot « corde » sur scène ou dans les coulisses.
La personne qui dit le mot « corde » sur scène doit payer une amende qui consiste en une tournée de vin blanc.
L’origine de cette superstition viendrait des premiers machinistes qui étaient d’anciens marins.
Sur un bateau, de nombreuses cordes servaient aux manœuvres et chacune d?elles porte un nom différent (filin, ganse, etc.) et l’on désigne par « corde » celle qui sert à tirer la cloche avec laquelle on salut les morts”

SOURCES:
–  illustration originale de Catala pour la Chouette

blog expressite-libre 
blog distusaispourquoi


dinde

 

Share Button

ALICE …..MAIS SAPRITCH..TI C’EST VOUS MES TCHERI TCHERI….

les indiscretions  du salon de coiffure BLOC NOTE
de Chou Frisé

 Pour la sainte Alice j’ai une pensée pour celle qui m’appelait mon chou et le plus souvent tcheri tcheri.
Pour les jeunes générations qui n’ont pas connu le jex four…..
J’ai nommé la meilleure amie de mes amis  homosexuels  :
ALICE SAPRITCH

Alice Sapritch, de son vrai nom Alice Sapric,  est née le 29 juillet 1916. Cette actrice et chanteuse d’origine arménienne naturalisée française est .morte le 24 mars 1990 à Paris

À force d’obstination, de  petits  rôles et de présence au théâtre,  le succès arrive en 1971, à l’âge de
55 ans.
Elle impressionne le public avec deux rôles la même année :

L’un comique, dans le film La Folie des grandeurs (quatrième plus gros succès de Gérard Oury et régulièrement rediffusé à la télévision), où elle est Doña Juana et exécute un strip-tease comique. Elle y rivalise avec Louis de Funès (déjà croisé dans Sur un arbre perché) et Yves Montand.

L’autre, dans le téléfilm Vipère au poing, révèle son talent de tragédienne.
Elle y incarne Folcoche, la mère indigne et infâme qui maltraite ses enfants.

Thierry Le Luron l’imite beaucoup, ce qu’elle prend assez mal au début.
Dans les années 1980, elle participe régulièrement à l’émission radiophonique Les grosses têtes où elle est la cible récurrente des moqueries de ses camarades sur son âge et fait aussi preuve d’auto-dérision (« Avant, j’étais moche ») en tournant des spots publicitaires pour les produits d’entretien Jex Four.

Personne ne s’étonnera que la Chouette ait une préférence pour le téléfilm “Le cri de la  chouette” tiré du roman d’Hervé Bazin

Les potes âgés eux, se rappelleront de sa dernière prestation en “Catherine Médicis” en 1989, un an  avant qu’un cancer ne nous en prive.

SOURCE : Wikipédia

barre bleue

  Comment les “jeunes” vivent ils cette artiste disparue ..?

ILS L’ONT DIT SUR LE NET

– Je l ai vu à Cholet dans ma ville? quand j était petit !! je lui avais demandé, si elle avait fait beaucoup de film !! Elle ma répondu :
Oui mon ptit chou… Mais surtout des navets !!”.
Je m’en souviendrai toujours…..

– Que dire d Alice mis a part que? c’était une femme d exception au talent incroyable … dramatique , comique , une façon de s’approprier les rôles d une façon tellement charismatique, que personne ne peut encore rivaliser aujourd?hui sur des rôles au cinéma qui ont été les siens et qu elle s est appropriée a la force de son talent incroyable et unique . elle manque cruellement au cinéma encore aujourd?hui. Paix à son âme.

 – Je remarque les “Bonsoir Madame Sapritch” et “Bonsoir Monsieur Sabatier”. Eh oui, à l’époque, on insistait beaucoup sur les formules de politesse. Cela tend à se dégrader de nos jour. Je remarque aussi une certaine qualité? de la langue qui se dégrade sérieusement de nos jours.

– De quand date ce passage? il me semble que c’est de 1985, si quelqu’un avait la? date exacte 🙂

– Alice tu nous manques trop… Trop marrante cette femme?

barre bleue

 LU SUR LE  NET PAS NET c'est TUNET qui tire la chasse

MAIS NON   ...JE PERDS PAS MON PANTALON... NON MAIS ...!– Dans ces forums, il y en a même que nous avons refusé de publier … QUOI..! Merde, c’est fait … COUPEZ … COUUUUPEEEEZ

 

– Ils sont 2 : Il y en a 1 qui la prend par devant, et l’autre par derrière. Comme dirait Francky Vincent :
“Alice ça glisse, au pays des merveilles…”   CQFD LOL !!!

barre bleue

855

Share Button

De la baignoire de MARTINE: L’INTRUS

 

BLOC DE SORTIE
DE MARTINE AVU

 

La grille des programmes de la rentrée inclus une rubrique théâtrale qui nous faisait défaut…!
PARIS étant une ville pleine de ressources ornithologiques, nous avons trouvé une chouette nommé MARTINE qui, lasse de voir seule les pièces du haut des cintres des théâtres, a accepté de descendre pour voir de plus près.
Pour la mettre dans le bain, La Chouette lui réserve une baignoire pour qu’elle se mouille un peu, en mettant à nu ses impressions personnelles…..en nous donnant la température de l’eau et….. qui se baigne avec elle…!
En préalable aux clapotis de sa baignoire…..Le synopsis officiel de la pièce vous sera reproduit…..A vous donc de lire à la fuite…!

LA COMÉDIE DES CHAMPS ELYSEES

….A L’AFFICHE DU 8 SEPTEMBRE AU 31 DÉCEMBRE 2011

L’INTRUS

D’Antoine Rault
Mise en scène Christophe Lidon
Avec Claude Rich, Nicolas Vaude, Jean-Claude Bouillon, Delphine Rich, Chloé Berthier

Assistant mise en scène Sophie Gubri
Musiques Michel Winogradoff
Créateur lumières Marie-Hélène Pinon Costumes Claire Belloc
Décorateur
Catherine Bluwal

Nous sommes ici dans la tête d’Henri, grand scientifique qui, comme sur un échiquier, va pousser les pièces de sa réflexion dans un jeu fait de doutes et de remords, dont il ne connaît pas complètement les règles.
Ce pacte avec l’Intrus, puisqu’il en est question, va lui permettre de vivre et revivre ce qu’il pense avoir négligé dans son existence et qui aujourd’hui, à l’heure du bilan, l’obsède.

Le Théâtre va alors développer toute la magie dont il est capable pour faire de cette joute intime et philosophique entre Henri et l’Intrus un moment de spectacle où le passé et la fantaisie des vies qu’Henri aurait pu vivre se télescopent sous nos yeux.

Claude RICH mène la danse et donne à Henri toute la dimension nécessaire pour explorer les facettes de rire et d’émotion que propose l’histoire de cet homme qui se retourne sur son chemin de vie.

Nicolas VAUDE est l’Intrus, entre diable personnel et culpabilité ayant pris forme humaine, qui jongle tour à tour avec son charme et son mystère.

Dans un décor où le dédoublement et le reflet créent des perspectives comme autant de vies possibles, et où le noir et le blanc stylisent et codifient un univers mental, les personnages de la vie d’Henri vont enfin lui permettre de lâcher prise et de franchir le seuil de sa vie terrestre.

Catherine BLUWAL, Marie-Hélène PINON, Claire BELLOC et Michel WINOGRADOFF, qui composent mon équipe, inventeront avec moi les règles de ce jeu inattendu d’un Faust contemporain.

Christophe LIDON

L’HUILE….. LA SAVONNETTE…. LA POMMADE…. ET LA MOUSSE D’UN SOIR :

“L’intrus, C’est tout simplement une pièce à voir car ce dédoublement est royalement mené, avec élégance, humour, bonheur, émotion …

 

Claude Rich est magnifique et Nicolas Vaude son double également, de beaux instants d’échanges, bref c’est la vie !

 

Je ne veux aucunement gâcher l’ambiance de cette pièce par des propos qui seraient mal rédigés…et inconsistants!

(Martine AVU)

MAITRE PANTALON : C’est vers 1550 que ce personnage apparaît. Le nom de ce vieillard vient de Pianta-leone, ce qui faisait référence aux marchands de Venise qui, avec fierté pour leur république, brandissait haut et fort leur drapeau tout autour du monde. Il est rapidement passé de marchand vénitien à simple vieillard aigri.

MAITRE PANTALON vous ici…!
Je vois que la petite MARTINE ne veut déplaire à personne….. belle prudence..!
Un regret, elle ne se mouille pas pour sa première intervention… Mais peut être espère-t-elle Claude Rich ou mieux Nicolas Vaude dans sa baignoire…
En tout cas moi connaissant la voracité de ces chouettes parisiennes……
Contre ces strigiformes, moi je garde mon pantalon…!

Si l’un d’entre vous a vu la pièce…. les commentaires sont les bienvenus…
ça aidera les sans culottes de province à faire leur programmation théâtrale quand ils monteront à Paris…. Voir Martine…!
….. dans sa baignoire ( plombiers polonais ou pas s’abstenir)

—————————————————————————————————————————————————————–
MARTINE AVU

1165

Share Button