Archives par étiquette : anges

CONTE: Mon ange veille sur les enfants

VETEMENTS ET ACCESSOIRES SANTÉ ET SOINS DU CORPS VOYAGES VALISES


C
onte

L’ange

– c’est qui lui..?

 

– La dernière fois PAPY JANOT nous a raconté
deux comptines sur la CHÈVRE 


Pourtant pour moi qui suit petit, celle là est plus courte et plus sympa à chanter…!
Vous voulez la voir ou la revoir cliquez :  

Aujourd’hui ce conte est dédiée aux enfants malades ou décédés dans la guerre ou après vaccin….Tous  victimes de  la bêtise des hommes

LE CHOURISTE
L’Ange

Écrit par Andersen, c’est un conte indémodable qui plait aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

Lisez en famille cette belle histoire de cet ange aux milles fleurs…

Hans Christian Andersen,
( ) de Copenhague, est un romancier, dramaturge, conteur et poète danois, célèbre pour ses nouvelles et ses
« contes de fées »

Longtemps ignoré ou tourné en dérision dans son pays, où l’on a raillé son égocentrisme, il n’est reconnu tout d’abord qu’à l’étranger


L ‘ANGE
Conte de Hans Christian Andersen

« Chaque fois qu’un bon enfant meurt, un ange de Dieu descend sur la terre, prend l’enfant mort dans ses bras, ouvre ses larges ailes, parcourt tous les lieux que l’enfant a aimés, et cueille une poignée de fleurs.
Ces fleurs, tous deux les portent au bon Dieu pour qu’il les fasse refleurir là-haut plus belles que sur la terre.
Le bon Dieu presse les fleurs sur son cœur, et, celle qu’il préfère, il y dépose un baiser. Ce baiser lui donne une voix et la fait se mêler aux chœurs des bienheureux. »

Voilà ce que racontait un ange de Dieu en emportant un enfant mort au ciel, et l’enfant l’écoutait comme en rêve. Et ils volaient au-dessus des lieux où le petit avait joué, sur des jardins parsemés de fleurs admirables.
« Lesquelles emporterons-nous pour les planter au ciel ? » demanda l’ange.

Près d’eux se trouvait un rosier magnifique, mais une méchante main en avait brisé la tige de sorte que les branches chargées de boutons à peine éclos pendaient et se desséchaient de tous côtés.

« Pauvre arbre, dit l’enfant; prends-le pour qu’il refleurisse là-haut près de Dieu. »

Et l’ange prit le rosier. Il embrassa l’enfant; le petit ouvrit ses yeux à moitié.
Ils cueillirent partout de riches fleurs, sans mépriser la dent-de-lion si souvent dédaignée, ni la pensée sauvage.

« Nous avons assez de fleurs maintenant, » dit l’enfant et l’ange fit un signe d’assentiment, mais ils ne volèrent pas encore vers Dieu.

Déjà il faisait nuit, partout régnait un profond silence; ils passaient au-dessus d’une petite rue sombre et étroite, remplie d’un amas de vieille paille, de cendres et de balayures. C’était le jour des déménagements; toutes ces assiettes brisées, tous ces morceaux de statues en plâtre, tous ces haillons offraient un aspect peu agréable.

Et l’ange montra à l’enfant, au milieu de ces débris, quelques fragments d’un pot de fleurs; une motte de terre s’en était détachée, à laquelle tenaient encore les racines d’une grande fleur des champs fanée et jetée au rebut.

« Emportons-la, dit l’ange; en nous envolant je te dirai pourquoi. »

Ils s’élevèrent dans l’air, et l’ange fit ce récit :

« Là-bas, dans cette rue sombre, dans une espèce de cave, demeurait un pauvre petit garçon malade. Dès sa plus tendre enfance, il était alité.
Parfois, lorsqu’il se sentait mieux, il faisait le tour de la chambre à l’aide de béquilles, et c’était tout. En été, les rayons du soleil venaient de temps en temps éclairer cette misérable demeure, et alors le petit garçon se réchauffait au soleil regardait le sang rouge circuler dans ses doigts délicats et diaphanes en disant : « Aujourd’hui, Dieu merci, j’ai pu sortir. »

Il ne connaissait la magnifique verdure de la forêt que par une branche de hêtre que le fils du voisin lui avait apportée.Il tenait cette branche au-dessus de sa tête, et il lui semblait ainsi se reposer sous les grands arbres, ayant le soleil en perspective, et pour musique le chant délicieux de mille petits oiseaux.

Un jour de printemps, le fils du voisin lui apporta aussi quelques fleurs des champs, dont l’une, par hasard, avait encore ses racines. Elle fut plantée dans un pot, et placée sur la fenêtre, près du lit.
Plantée par une main heureuse, elle poussa des rejetons, et produisit chaque année de nouvelles fleurs. C’était le jardin de l’enfant malade, son seul trésor sur cette terre; il l’arrosait, la cultivait avec soin, et la plaçait toujours de manière à ce qu’elle ne perdît pas un des rayons de soleil qui pénétraient à travers la lucarne.
Aussi la fleur se développait et s’embellissait avec ses rêves; elle fleurissait pour lui, pour lui elle répandait son parfum et prenait des airs coquets. Lorsque le bon Dieu rappela l’enfant à lui, il s’inclina vers elle avant de mourir. II y a maintenant une année que l’enfant est chez Dieu, et il y a une année que la fleur est restée oubliée sur la fenêtre et s’est desséchée.
Le jour du déménagement, on l’a jetée parmi les immondices de la rue, et c’est cette pauvre fleur fanée que nous avons recueillie dans notre bouquet, car elle a causé plus de joie que la plus riche fleur du jardin d’une reine.

— Mais comment sais-tu tout cela ? demanda l’enfant.
—  Je le sais, répondit l’ange, parce que j’étais moi-même ce petit garçon malade qui marchait avec des béquilles.
Je reconnais bien ma fleur. »

Et l’enfant, ouvrant tout à fait les yeux, regarda le visage éclatant et superbe de l’ange.
Au même instant, ils entrèrent dans le ciel du Seigneur, où la joie et la félicité sont éternelles. Lorsque le bon Dieu eut pressé l’enfant mort sur son cœur, il poussa des ailes à l’enfant comme à l’autre ange, et se tenant par la main, tous deux s’envolèrent ensemble.

–  Le bon Dieu serra aussi sur son cœur toutes les fleurs, mais il donna un baiser à la pauvre fleur des champs fanée, et aussitôt elle fut douée de la voix et chanta avec les anges qui flottent autour du Seigneur, formant des cercles jusqu’à l’infini, et tous également heureux.
Oui, ils chantaient tous, grands et petits, le bon enfant béni, et la pauvre fleur des champs qui avait été jetée toute fanée parmi les ordures, dans la ruelle sombre et étroite.

 

– AH ET BEN VOILA……  J’AIME MIEUX CA
Ceux qui n’y voient pas pourront écouter … et… et… et.. ceux qui savent pas encore lire  aussi…


ÉCOUTEZ AUSSI ….. Boby Lapointe : L’ange

SOURCE :
https://contes.servicegratuit.fr

https://www.christinecloos.com/product/plate-bande-n46-fleurs-fanees-080m-x-080m-2020/

http://chezlesanges.centerblog.net/rub-ange-enfant–2.html

PAPY JANOT

Share Button

LE POTE H : Qu’est-ce qu’un ange Séraphin ?

les potes doivent être éclairésCHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …

– OH purée va y avoir du boulot …. Merci monsieur excusez nous…… c’est une erreur il n’y a aucune fuite chez nous…..

Mais si on pète les plombs…. C’est noté votre entreprise fait aussi l’électricité…
si on pète un cable …. SUPER…..

Vous faites aussi…. Alors à bientôt….!

Église Saint-André-de-Sorède 66

Qu’est-ce qu’un ange Séraphin ?

Les séraphins sont des
créatures célestes ailées
(trois paires d’ailes), que l’on trouve dans la Bible autour du trône de Dieu.

Les anges les plus proches de Dieu sont les séraphins. Le séraphin est tellement proche de Dieu qu’il est tout brûlant de lumière, tout brûlant de la lumière divine.
C’est pourquoi le mot séraphin signifie le brûlant.

Chaque séraphin avait six ailes. Ils en utilisaient deux pour voler, deux pour couvrir leurs pieds, et deux pour couvrir leur face.
Les séraphins volaient devant le trône où Dieu était assis, chantant Ses louanges et attirant l’attention sur la gloire et la majesté de Dieu.

Êtres célestes hybrides et ailés, ayant des caractéristiques humaines, animales ou propres aux oiseaux, les séraphins sont décrits dans la littérature juive, chrétienne et islamique ; ils servent à porter ou à garder le trône de la divinité.
Dérivés de la mythologie et de l’iconographie proche-orientale, ces êtres célestes remplissent d’importantes fonctions liturgiques et jouent un rôle d’intercesseurs dans la hiérarchie des anges. Des taureaux ailés, des sphinx, des griffons, et des humains — largement représentés dans l’art ancien du Proche-Orient — remplissaient diverses fonctions du culte.

Les séraphins (en hébreu Serafim, mot dont l’étymologie est incertaine mais qui vient peut-être d’un mot signifiant « serpents » ou du verbe « brûler ») sont les célestes gardiens du trône de Dieu : on les appelle souvent « ceux qui brûlent ».
Dans l’Ancien Testament, dans la vision du Temple du prophète Isaïe (vi), les séraphins ont six ailes et célèbrent Dieu par l’hymne qui porte dans l’orthodoxie grecque le nom de Trisagion (« trois fois saint ») :
« Saint, saint, saint, est le Dieu des armées ; la terre entière resplendit de sa gloire » (Is., vi, 3).

Les sculptures antiques du Proche-Orient, comme les bas-reliefs de basalte de Tall Halaf, en Syrie, représentent des silhouettes humaines avec trois paires d’ailes, tenant un serpent dans chaque main.
Dans l’angélologie chrétienne, les séraphins sont les premiers êtres célestes dans la hiérarchie des anges.

Dans les représentations picturales, les chérubins à quatre ailes sont peints en bleu (pour symboliser le ciel) et les séraphins à six ailes sont peints en rouge (pour symboliser le feu).

En savoir plus: http://www.gotquestions.org/Francais/seraphins.html#ixzz3eT809ZaA

SOURCE :
http://www.saint-genis-des-fontaines.fr
   http://www.saint-andre66.fr/

LOGO choulestropicSI TU PERMETS POTE H
  JE LEUR FILE UN TUYAU POUR VISITER DEUX HAUTS LIEUX ROMANS DU ROUSSILLON CATALAN

1 – L’ÉGLISE DE ST ANDRÉ DE SORÉDE dont le linteau illustre ton propos

2 LE CLOITRE DE SAINT GENIS DES FONTAINES
A QUELQUES 4 KILOMÉTRES
dont un linteau semblable est visible de la rue
CI- DESSOUS CLIQUEZ


POTACHE

.

.barre bleue

Share Button

L’Ange au Sourire… C’est qui celui là Mamy

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une série pour les petits et les grands enfants..!
Dans la Chouette ma Mamy se transformera, cet automne, en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. conservez vos braises on va faire griller les châtaignes

Pour les autres ….??
Ben..! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de la grillade , la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire…
ça y est..
Vous tenez le soufflet bien en main….?
Oui.. !

Aujourd’hui c’est :
Connaissez-vous l’ange au sourire

logo mamy turlututu smallMes chers enfants moi aussi j’avais une grand mère qui, comme moi, aimait à raconter des histoires à la choupinette que j’étais en ce temps là….!

Philatélie : En 1930, un timbre est émis au profit de la Caisse d'amortissement. De couleur lilas, il représente un détail de l'Ange au Sourire. Vendu 5 F, son pouvoir d'affranchissement est de 1f50

Elle se plaisait à me parler d’histoires qui m’aidaient à mieux me connaitre ou à découvrir le monde ..

En 1930, je me rappelle du jour où elle m’a expliqué , ce timbre violet qui venait d’être émis à l’effigie d’un ange au sourire de la cathédrale de Reims… qui selon elle cachait un secret .

logo mamy turlututu small– ALLEZ.. ACTION Mamy raconte..!

Raconte nous ce que tu as entendu ce jour là…..

Je voudrais tout d’abord que Papy vous donne quelques explications historiques

– Oh zut… Pas de cours le mercredi pitié..!!!

LE CHOURISTE



– Tu as raison mon petit gars .. Soyons brefs et concis

chouette-prof
L’Ange au Sourire, dénommé aussi Sourire de Reims, est une statue dont l’original avait été sculpté entre 1236 et 1245.
Cette statue se trouve au portail nord de la façade occidentale de la cathédrale de Reims. Il tire son nom d’ une appellation de la Première Guerre mondiale.
Les anges de la cathédrale de Reims sont bien connus des érudits du XIXe et du début XXe siècle pour leur gracieux sourire.
Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) ne s’est pas intéressé à cette figure en particulier mais à l’ensemble des anges rémois
– . Emile Mâle, dans son ouvrage L’Art religieux au XIIIe siècle en France, paru en 1898, se contente de noter qu’à Reims, « saint Nicaise, le haut du crâne enlevé, marche avec une sérénité héroïque entre deux anges qui lui sourient».
.
André Michel dans son œuvre encyclopédique publiée en 1906 remarque pour sa part l’Ange de l’Annonciation.  Il s’intéresse notamment à la qualité du sourire des anges de Reims : « La cathédrale de Reims est par excellence la cathédrale des anges. Et de ceux de l’abside à celui de l’Annonciation, on peut suivre dans l’expression de plus en plus aiguë du sourire, dans les particularités de la facture de plus en plus libre et dans le style de la draperie, l’évolution de la sculpture elle-même ».

Mamy mais quel est donc le secret dont t’a parlé ta mémé

– Le voici mon grand …

L’Ange au Sourire sur la façade a été reconstitué

 

L’Ange a été décapité par une poutre de l’échafaudage en flammes, lors de l’incendie de la cathédrale de Reims, le 19 septembre 1914.
Après une chute de quatre mètres cinquante, sa tête se brise au sol en plus d’une vingtaine de morceaux.

La tête de l’Ange au Sourire est ramassée par l’abbé Thinot, dès le lendemain de l’incendie, et mise en sûreté dans les caves de l’archevêché de Reimsc’est là qu’elle est découverte par l’architecte Max Sainsaulieu, le 30 novembre 1915.

 
– Elle sert alors de support pour la propagande française, devenant le symbole du génie français et du patrimoine détruit par l’armée allemande.

Après la guerre et à partir des fragments d’origine et d’un moulage conservé au musée des monuments français (ancien Palais du Trocadéro), cette célèbre figure est reconstituée et remise à sa place, le 13 février 1926.


– Moi je vais prier L’ANGE DE REIMS pour que Papy et Mamy soient toujours là pour me raconter encore longtemps leurs histoires

SOURCES :

wikipédia

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac
RETRO : C’est une récap des histoires déjà racontées….

 

 

Share Button

MYSTÈRES : En 1986 les enfants de Cokeville sauvés par des anges..?

MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS
Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau….avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC nous entraine dans son monde…son monde bizarre ….Ambiance…Ambiance



 

– Aujourd’hui je vous invite au mystère …!
Les anges ont il sauvés des enfants …?
– Comme toujours lorsque des phénomènes demeurent inexpliqués il y a ceux qui cherchent dans la spiritualité les réponses et ceux qui ne comprenant rien perdent des occasions de se taire.

J’ai peut être rien compris… mais pour autant, je n’ai pas l’intention de tuer les anges comme eux …… A vous de juger…!
et surtout n’ayez pas peur ….


Les enfants de Cokeville sauvés par des anges..?

Le 16 mai 1986, les États-Unis sont bouleversés par un fait divers effroyable :
une prise d’otages dans une école élémentaire. Mais l’issue en sera des plus surprenantes …

Ce matin-là, dans la petite cité de Cokeville, les parents étaient loin de se douter que leur pire cauchemar était sur le point de se réaliser.

En début d’après-midi, un couple fait irruption dans l’école et prend ceux qui s’y trouvent en otages, armé de quatre fusils, neuf armes de poing et d’une bombe à essence artisanale.


Voir la bande annonce du film américain (en version originale)

Un enseignant leur propose alors de s’asseoir en cercle et de prier,

FILM : The Cokeville Miracle T. C. Christensen 2015

L’angoisse monte parmi les enfants, que ni les coloriages ni les chants ne parviennent à calmer. Un enseignant leur propose alors de s’asseoir en cercle et de prier, ce. qu’à sa grande surprise ils acceptent de faire.
Débraillé et le regard sauvage, l’homme du couple, de plus en plus énervé, commence à mettre en place la bombe.
Les petits otages assistent alors à une étrange apparition:
Des êtres lumineux traversent le plafond, et se dirigent vers eux.
Quelque chose m’a fait me lever, c’est quand j’ai vu les anges, témoigne Nathan, qui avait alors 7 ans. Je me sentais totalement en sécurité. Tout le monde semblait avoir un ange.
Le mien était une belle femme lumineuse.
Elle m’a dit:
« Tu ne dois pas avoir peur, Nathan, va vers la fenêtre, la bombe va exploser. »»
Les enseignants voient ainsi les enfants se lever les uns après les autres, de manière inexplicable, et se rapprocher des fenêtres.

C’est alors que les preneurs d’otages font exploser par mégarde la bombe. Une fumée noire envahit la pièce.

Les enseignants profitent de la confusion pour essayer d’évacuer les enfants par les fenêtres.
Mais certains se retrouvent à l’extérieur sans comprendre comment, ou parlent d’étonnantes rencontres.

«J’ai rampé jusqu’au couloir, puis me suis évanouie, a raconté Jenny. J’ai serré mon grand-père dans mes bras. Puis quelqu’un que je n’avais jamais vu m’a portée jusqu’à dehors. »

Quand les journalistes découvrent la salle de classe, c’est la stupeur. Ils remarquent une étrange trace noire sur le mur, à la forme humanoïde, juste derrière l’endroit où la bombe a explosé.
L’analyse des experts ne sera pas moins troublante. Elle révélera que sur les cinq détonateurs de la bombe, un seul s’était déclenché, les fils des quatre autres ayant été mystérieusement coupés. De plus, le conteneur d’essence avait une fuite, et le liquide avait transformé la poudre explosive en une pâte inoffensive. Et pour finir, la force de l’explosion, qui aurait dû
rayonner vers l’extérieur, s’était contre toute attente dirigée vers le haut.
Face à ce mystère, CNN a même déclaré que le fait «que chaque enfant et adulte ait été épargné par l’explosion n’est rien de moins qu’un miracle »

Des années plus tard….

Des années plus tard, la petite Jenny feuillette un album de famille avec sa grand-mère. Soudain, elle sursaute:
« Voilà la dame, c ‘était elle qui était avec moi »
Il s’agit de son arrière-grand-tante, morte bien avant sa naissance …
Ancêtres disparus, anges gardiens, force de la foi, pouvoir de la pensée :
les thèses sont nombreuses autour de cet étrange miracle. Une chose est sûre, les enfants de Cokeville, devenus aujourd’hui adultes, parlent encore avec émotion de ces êtres de
lumière qui les ont sauvés.

QUAND LA TÉLÉVISION EN FAIT SON SPECTACLE….  A VOUS DE JUGER

1 « Enquêtes Extraordinaire de Pierre Bellemarre
 » Cette vidéo n’est plus disponible suite à une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur soumise par Cosgrove/Meurer Productions – John Cosgrove & Terry Meurer.
2 Nous avons retrouvé une autre conteuse qui raconte … Écoutons ELISABETH DE CALIGNY et sa petite histoire extraordinaire

SOURCES : 
Magazine inexploré octobre  2016 n°32
par Angélique Romaggi


RETRO : C’est du même tabac…..

retour sur la rubrique du même tabac

Share Button