MON MONDE BIZARRE : L’ÉNIGME DE NAZCA



MON MONDE EST BIZARRE ET PARFOIS PLEIN DE MYSTÈRES INEXPLIQUÉS
Nous vous ferons découvrir ce que le ciel, la terre, l’eau ,et le feu ont de plus beau….avec toujours un mystère que la nature semble vouloir maintenir sur bien des choses bizarres et parfois étranges….
CHOU BLANC nous entraine dans son monde…son monde bizarre ….Ambiance…Ambiance

L’ÉNIGME DE NAZCA

L’héritage d’une civilisation perdue ???

Est-il possible qu’une civilisation
technologiquement avancée, se soit développée avant l’an -4000, pour disparaitre ensuite ?

Situés dans la plaine côtière aride du Pérou à quelque 400 km au sud de Lima, les géoglyphes de Nazca et de Pampas de Jumana couvrent environ 450 km2 . Ces lignes, tracées dans le sol entre 500 av. J.-C. et 500 apr. J.-C., soulèvent une des grandes énigmes de l’archéologie en raison de leur quantité, de leur nature, de leur taille et de leur continuité. …

Nazca était le siège d’une civilisation très évoluée avant que les Incas dominent le Pérou.
Il y a mille 1700 ans, les Nascas ont bâti la plus grande cité précolombienne et dessiné sur le sol, dans la plaine côtière aride de ce pays, de gigantesques dessins , les lignes des Nascas sont uniquement visibles du ciel et tracent d’immenses figures humaines, animales ou géométriques, s’entrecroisant en tous sens dans le paysage.

Description du site de Nazca

Nous sommes en 1920, l’aéronautique en est encore à ses débuts. Un petit avion qui survole le plateau de Nazca remarque d’étranges signes : de gigantesques figures stylisées d’animaux, de très grandes lignes droites et autres très grandes figures géométriques.

Certains de ces signes sont de toutes petites tailles, d’autres mesurent jusqu’à 200 mètres de longs.
Ces 13 000 kilomètres de lignes creusés dans le terrain deviennent dès lors « L’énigme de Nazca ».

À partir de maquettes, les Nazcas réalisaient les ouvrages à grande échelle probablement à l’aide de procédés géométriques simples, tel le carroyage.
On a retrouvé diverses poteries reprenant les mêmes motifs.

Elles prennent la forme d’animaux : singe, oiseau-mouche (colibri), condor, chien, araignée, orque. On trouve aussi des figures géométriques : lignes, spirales et ellipses, qui sont imprimées sur la surface de la Pampa. Les dessins franchissent les ravins, escaladent les collines sans que leur forme ni la rectitude apparente des lignes en soient affectées. Ces tracés représentent les divinités animales du panthéon religieux des Nazcas.
Le microclimat permet la conservation des lignes, car :

le plateau est l’une des régions les plus sèches du monde (trente millimètres de pluie par an) ;
le sol sans végétation réchauffe fortement l’air (ce qui crée un coussin d’air qui, à son tour, protège les géoglyphes du vent) ;
enfin le gypse contenu dans le sol, associé à la faible humidité matinale « colle » le sable et la poussière.
Sans sable, ni poussière pour recouvrir la plaine et avec peu de pluie ou de vent pour les éroder, les tracés restent intacts.
On a déjà dénombré plus de 350 dessins distincts.

Comment ces lignes furent-elles tracées et pourquoi ?

Les experts  sont partagés et parfois divisés sur ce sujet …voici les théories qui ont été avancée……

Un calendrier astronomique

Les géoglyphes formeraient un immense calendrier astronomique, dont les lignes pointent vers des étoiles remarquables ou des constellations

La figure dite du « Grand Rectangle », notamment, aurait été aligné avec la constellation des pléiades en l’an 610.
Date qui coïncide avec la datation indiquée par le Carbone 14 pour un piquet de bois retrouvé sur le site.

Un site rituel
Les figures ont également été associées au chamanisme. La plupart de ces figures se trouvent près de sites préhistoriques d’art rupestre qui présentent des images similaires, mais à une plus petite échelle. Les chamans prenaient des substances hallucinogènes qui leur permettaient de voir leur animal-pouvoir, une pratique courante en Amérique du Sud et particulièrement en Amazonie.

Certaines des drogues utilisées pendant les cérémonies rituelles donnent la sensation de voler dans les airs ; ce serait la raison pour laquelle les géoglyphes sont créés pour être vus du ciel .
Encore plus simplement, ces dessins seraient destinés à des dieux habitant les cieux.

 

Cette théorie est accréditée par le fait que les motifs animaux sont les mêmes que ceux qu’on trouve dans le panthéon nazca, par exemple sur les céramiques.


La plupart des figures sont constituées d’une seule ligne ne se recoupant jamais.

Théorie radiesthésiste

Les Nazcas avaient fortement développé l’irrigation pour pallier le manque d’eau chronique dans cette région en construisant des puits profonds spiralés de plusieurs mètres (pocios) reliés par un réseau d’aqueducs souterrains. Les figures et lignes serviraient de repères pour retrouver les résurgences et sources alimentant ce réseau.

Théorie ufologique

Les figures de Nazca seraient soit une piste d’atterrissage pour les vaisseaux spatiaux extraterrestres, soit un message réalisé par la population locale à leur attention.
On s’interroge :
Comment des figures d’une telle envergure peuvent-elles être tracées à même le sol alors que l’homme ne sait pas encore voler ?
La seule solution, pour réaliser de tels dessins, est d’avoir une vue plongeante d’en haut, comme une machine volante, ou même, un vaisseau spatial.

Théorie électrosismique

Des conducteurs sous forme de fines feuilles de cuivre ou d’or auraient été étendus sur le terrain. Ces conducteurs auraient pu être utilisés comme des antennes pour écouter les ondes très basses fréquences produites par les séismes. Les traces de Nazca aujourd’hui observées seraient en fait la marque de l’emplacement où auraient été déposés ces conducteurs, mais aussi des nombreux tests qui auraient été effectués afin de trouver des positions adéquates, dans l’axe des champs électromagnétiques.

Le site de NAZCA est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco

Malheureusement, encore aujourd’hui, la seule certitude concernant ce site est que son énigme se perd dans la nuit des temps.
Car ces géoglyphes sont rappelons le, le fait de la civilisation Nazca, une culture pré-incaïque du Sud du Pérou qui se développa entre 300 av. J.-C. et 800 de notre ère.
Ils ont été réalisés entre 400 et 650.
Les lignes et géoglyphes de Nazca et de Pampas de Jumana sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1994

 


– Je vous l’avais déjà dit il va nous rendre dingue……!!!


Propolis 60 gélules


retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est du même tabac…..742

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.