Archives mensuelles : décembre 2014

vit vit …. mon pénis faiblit… C’est à prendre ou à lécher

RUBRIQUE RÉSERVÉE AUX ADULTES

portadaimgvert.JPG BLOC NOTE
par Chou vert

” LES LEÇONS DE VIT”
.

.barre verte

Vit vit …. mon pénis faiblit… C’est à prendre ou à lécher

achete le XXLGente dame… si joli sire te propose :
un vit fait bien fait ” ne te précipite pas en croyant pouvoir par là gagner du temps …. en allant vit en besogne ….
il ne s’agit point de vitesse? ni de mettre de la précipitation à la chose …. mais plutôt d’un triste sire  qui causant encore le vieux français tenterait de cacher derrière cet onzième doigt ….  une infirmité inavouable .. celle d’avoir comme disait  ma mère:
“la jambe du milieu plus courte que les autres“….

Eh oui donzelle..! Il vaut mieux que les  chattes sachent, qu’il faut ici bas, appeler un chat un chat … et donc qu’un vit est un pénis.
Voyez vous damoiselles, du vieux français au “verlent”… il n’y a qu’un pas et pas à pas,   on a piné un jour, puis deux, et un “maux” chassant l’autre on finit par dire piner pour tirer un coup “vit fait bien fait“.
On tire un coup….. mais si le fusil est à répétition…. vous serez vite prises gentes dames pour des courtisanes ….  je veux dire des  personnes trop au lit pour être honnêtes !


–  Ouais ..Ben moi vu l’état de mes batteries, comme je suis un peu court….
des courtisanes il ne me reste que les tisanes.. Tout à une “faim”..!

Même au pays des blondes créatures, le pénis n’est pas un outil de précision permettant de mesurer la profondeur d’une cruche… même si parfois l’on peut considérer que Dieu en a donné un aux hommes pour qu’ils aient au moins un moyen de faire taire les femmes…

Ne nous plaignons point, car si le seigneur leur en avait donné 5… !!! Les pantalons auraient eu la forme d’un gant sans que cela soit bien seyant …

Imagine des slips kangourous à 5 poches…. la ruine…! Pire si  t’en as  deux sous les yeux… et qu’en plus tu n’aies pas les yeux dans ta poche … Essaye pour voir..!  t’es pas fauché avec toutes ces poches sans aucun penny …!

SI je comprends rien, le mot VIT est le terme vieilli de Pénis.. et comme me disait la Germaine l’autre jour:
Encore aurait il phalus que je le suce“….

Moi vu l’état de mon Amédée  le sien il vaut pas un penny… il est plus que vieilli…. il est même  ridé…
et depuis longtemps en rideau .. impossible à dérider…. et comme on dit en Gascogne :
« Tire la cordelette et le loquet se lèvera »
EH BEN NON..! Tu as beau « Tirer sur la chevillette, la bobinette a déjà chu(t) (en silence) depuis si longtemps que la porte est béante” et laisse passer un mistral  glacial sous la couette…. sans qu’aucun petit chaperon rouge n’apparaisse pour la pauvre grand mère que je suis et qui ne verra donc pas plus la queue du loup….

barre verte

TIRE LA CHEVILLETTE…

–  LE CHOURISTEChevillette et bobinette sont deux pièces de bois qui faisaient partie des serrures d’autrefois.

La « chevillette » est une petite cheville de porte qui peut être bloquée de l’intérieur, si bien qu’un visiteur ne pourra pas la retirer et ouvrir la porte..

ET LA BOBINETTE CHERRA (tombera)

La « bobinette » est une pièce de bois mobile, maintenue contre le battant d’une porte par une cheville, et qui tombe quand on enlève celle-ci pour ouvrir la porte.

« Cherra » est la troisième personne du singulier du futur de l’indicatif du verbe « choir » : « elle cherra » signifie donc « elle tombera ».

Non non..! c’est pas du bleu Marine … Pourquoi..?

bestiole des potagers resistant et inépuisable – Non c’est pas le pêne … de prendre des notes et de faire des croquis…. les ceintures de chasteté….
c’est beauuuucoooup beaucouuup plus compliqué..!

barre verte.

 

 

 

Monsieur l’curé, il monte en chaire

Son grand vicaire le suit

Son grand vi– papa

Son grand vi– maman

Son grand vicaire le suit. (Le Vieux Curé de Paris, chanson)

Libido/Tonique sexuel

 

barre verte

CHOU VERT (Pour suivre mes autres lubriques: Catégorie Chou vert)

Share Button

Papy cook : Belle tourangelle… Parle-moi de ton poulet aux écrevisses


BLOC NOTE
de Papy Cook

“PAROLES  D’HOMMES”

LE POULET AUX ÉCREVISSES
de TATIE CLARISSE
De la cuisine simple comme un bonjour«

Poulet aux écrevisses ou poulet marengo

Le poulet est très copain avec l’histoire de FRANCE…..

HENRI IV avait fièrement prédit :
« Si Dieu me donne encore de la vie je ferai qu’il n’y aura point de laboureur en mon Royaume qui n’ait moyen d’avoir une poule dans son pot ».
Il faudra attendre les progrès de l’élevage au xx siècle pour que ce soit vrai…!

La naissance à Marengo du poulet aux écrevisses

La bataille de Marengo eut lieu le 25 prairial an VIII, près du petit village de Spinetta Marengo, à 70 km au nord de Gênes, dans le Piémont. Elle opposa les armées françaises sous le commandement de Bonaparte aux armées autrichiennes.

On attribue l’invention de cette recette à Dunant, cuisinier dans l’armée d’Italie, qui dut réaliser rapidement un repas au soir de la bataille de Marengo (14 juin 1800) pour le général Bonaparte victorieux. Il n’avait pas de beurre à sa disposition, et il jugea que faire rôtir une volaille en entier aurait demandé trop de temps. Il opta alors pour un sauté de poulet à l’huile d’olive, avec des tomates et des oignons, ingrédients locaux à sa disposition, entre autres quelques écrevisses, ramassés dans un ruisseau.

Le première consul, maigre et affamé, apprécia à sa juste valeur cette création, et dit à Dunant : ” Tu m’en serviras comme ça après chaque bataille “…

 

Jolie histoire, n’est pas ?
Sauf qu’en vérité, les choses ne se sont pas tout à fait passées comme cela.
Dunant a pris son service auprès de Bonaparte, selon les recherches de l’historien Pierre Branda, seulement en août 1802 – soit deux ans après la bataille (Napoléon et ses hommes: La Maison de l’Empereur, 1804-1815. Paris, Fayard, 2011).
Autre détail : les tomates, utilisées dans la cuisine de la Péninsule depuis un siècle, étaient considérées en France comme des plantes d’ornement et consommées seulement par les Marseillais.

On se persuada pourtant longtemps que le poulet Marengo était bien franchouillard.
On lui chercha même des ancêtres dans la tradition provençale, on commença à cuisiner des variantes comme le veau à la sauce Marengo…
La recette a plutôt des nombreux points en commun avec le “poulet à la piémontaise”, connu bien avant l’arrivée du Corse en Italie.

– Voici pourquoi, me sentant proche de Dunant, j’ improvise parfois en utilisant des gambas congelées à la place des écrevisses (il y en a des moins en moins, à cause de la pollution des rivières et de l’invasion de l’écrevisse américaine),

Le vrai Poulet aux écrevisses

Epicerie et saveurs
Voici la recette

de

TATIE CLARISSE

1 poulet coupé en morceaux
16 écrevisses
3 tomates fraîches
1/2 verre de cognac
Bouquet garni
1 verre de vin blanc
3 à 4 oignons échalotes
Sel et poivre
Un peu huile
2 cuillère à soupe de crémé fraîche
– Dans une cocotte faite revenir les écrevisses dans un peu huile. Quand elles sont rouges les retirer.
– Faite revenir les morceaux de poulets dans la même huile, puis les oignons et faire dorer
Quand tout est bien doré, ajoutez le cognac et faites flamber, ajouter le vin blanc, les tomates fraîche, bouquet garni, sel et poivre
Remettre les écrevisses par dessus et laisser mijoter 30 à 40 minutes.
– Mettre un peu de crémé fraîche avant de servir.

MAIS SI …. MAIS SI…. IL RESTE DES ÉCREVISSES …!
ALORS DONNONS QUELQUES DÉTAILS DE PRÉPARATION

Châtrer les écrevisses.

On entend par châtrer les écrevisses, leur enlever le boyau qui se trouve dans l’abdomen du crustacé. Prendre l’écrevisse dans votre mais gauche, en lui maintenant les pinces, l’abdomen doit-être face à vous. Avec la main droite, pincer la nageoire centrale, puis tirer doucement vers l’extérieur.
Le boyau sort tout seul avec la nageoire.

Chouette appétit.
retour sur la rubrique du même tabacPapy COOK

                   Rétro c’est du même tabac

Share Button

La génération Y ….. Ques aquo ?

Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline


 

 

 

BLOC  NOTE  de Choucaline

LES GÉNÉRATIONS

La Génération silencieuse est le nom donné à ceux qui ont vu le jour avant 1946.

Les Baby Boomers sont ceux qui sont nés entre 1946 et 1959.

La Génération “X”  sont ceux qui sont nés entre 1960 et 1979.

Et la Génération “Y” sont ceux qui sont nés entre 1980 et 1995.

Pourquoi appelle t-on ces derniers la génération “Y” ?

Je ne le savais pas, mais un caricaturiste l’explique ici d’une manière assez éloquente. 

Apprenez quelque chose de nouveau aujourd’hui !

À vous de partager ce nouveau savoir et de faire rire quelqu’un.
Le secret du bonheur est d’avoir un bon sens de l’humour et une mauvaise mémoire”

Choucaline plus proche de toi tumeur CHOUCALINE

907

Share Button

Allez Mamy…! Raconte..! : Le pré aux anges – OMBRES MYSTÉRIEUSES

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY…! RACONTE….! est une nouvelle série pour la préparation de NOËL des petits et des grands enfants..!
Elle est inédite dans la Chouette et transformera ma Mamy en conteuse au bord du feu…. Préparez les buches….. Pour les autres ….??
Ben.. ! Rêvez…..! Vous sentirez très vite les odeurs de fumée, la chaleur du feu de bois, vous entendrez l’écorce crépiter….. et vous verrez au milieu des flammes…. la fantasmagorie de l’imaginaire… ça y est.. vous tenez le soufflet bien en main….? Oui.. ! Alors.. ACTION Mamy..!

LE PRÉ AUX ANGES Textes de Pere GUISSET
(Illustrations Jean Pierre GUISSET)
Dédié à ses petits-fils THOMAS et BERTRAND

conseil de Jonas

Amis, lecteurs merci d’être là …..

Y ALLER DIRECTEMENT
Même si les épisodes sont indépendants…
Il est recommandé de lire l’épisode 1 qui présente les personnages du petit monde de l’herbe

Pour lire l’épisode 1

Pour lire l’épisode 2

Pour lire l’épisode 3

Pour lire l’épisode 4

Pour lire l’épisode 5

 Pour lire l’épisode 6

le pré aux anges logo
e pré aux anges, c’est un lieu de promenade pour les habitants de

Camperol, Camperol ce petit village, accroché au flanc de la montagne, face au soleil levant, où il fait bon vivre.

Les gens de Camperol sont des gens tranquilles, paisibles, souriants, heureux de vivre leur vie, loin des villes et de la pollution…..
et pourtant…..

il y a parfois, pour les habitants de l’herbe, des aventures à vivre….. écoutez..!


Vas-y Mamy raconte…..

OMBRES MYSTÉRIEUSES

Un mystère planait au pré aux anges ! Un mal étrange
s’était abattu sur les jeunes ! Les adultes et les vieux,     angoissés, voyaient la jeunesse du pré aux anges, dépérir, perdre leur joie, leur entrain, leur goût à la vie !

Les jeunes, Cricri, le criquet malicieux, Agrippine la petite fourmi et quelques autres jeunes criquets ou jeunes fourmis du pré aux anges, ne riaient plus, ne chantaient plus, ne jouaient plus, restaient prostrés, sans réaction, mélancoliques, tristes !

– Rien ne les intéressait, ni le chant des joyeux pinsons, ni les drôles gambades de Guilleret le charmant écureuil, qui pour les dérider, faisait le clown !
– Ni les histoires que leur contait Pépie le papillon, le fin diseur, le conteur merveilleux qui pourtant d’habitude, les charmaient, ne les intéressaient plus, ils écoutaient d’une oreille distraite, en étouffant discrètement des bâillements d’ennui !

 Depuis quelques mois aussi, la nuit, dès que la lune disparaissait derrière le bois des pinsons, à l’heure où les vers luisants éteignaient leur lumière, on apercevait des ombres se faufiler, silencieuses et mystérieuses parmi les hautes herbes, et on entendait parfois, des plaintes et des gémissements.


chansonnette 2
Dame Chansonnette, la cigale venue de la plaine, prétendait que de méchantes sorcières venaient, les nuits de pleine lune, rendre visite à la vieille chouette à demi déplumée qui nichait dans le creux de la souche du châtaignier mort depuis fort longtemps ! chouette

 .


J’ai toujours dit, déclarait Dame Chansonnette, que c’était une affreuse sorcière cette chouette là !

Elle ne rôde que la nuit venue !

C’est elle ou ses compagnes qui ont jeté un sort aux jeunes du pré aux anges !

fenleventLe paisible Fenlevent l’escargot, sachant très bien que les sorcières n’existent pas, jouait au détective pour éclaircir le mystère des ombres et surtout savoir pourquoi, certains jours, on trouvait au petit matin un jeune, errant dans le pré aux anges, malade, à demi inconscient et complètement hébété !
Il veillait souvent toute la nuit, hélas, sans résultat ! Il est tellement lent pour se déplacer Fenlevent, qu’il ne put jamais résoudre ces mystères !
Ni celui des ombres, ni celui du mal étrange des jeunes.

  Margoton, la dévouée chenille, la “guérisseuse” du pré aux anges, avait beau leur faire boire son merveilleux remède, sa décoction de pollen de fleurs de châtaigniers, les jeunes malades ne sortaient plus de leur demi torpeur.

margoton paumée
Elle ne savait plus où donner de la tête Margoton, elle avouait son impuissance, elle ne pouvait enrayer cette étrange maladie. Cette maladie sûrement très contagieuse car de plus en plus de jeunes s’en trouvaient atteints.

 Le conseil des anciens s’était déjà réuni bien des fois pour prendre les décisions qui s’imposeraient.

On discourait beaucoup, on chahutait beaucoup, on prenait note de beaucoup de propositions, on votait, on contredisait, on approuvait, rien de concret ne se décidait au cours de ces réunions !

Et le mal étrange continuait ses ravages et de plus en plus d’ombres mystérieuses rôdaient la nuit sur le pré aux anges !

noirotMonsieur Noirot, le vieux grillon, sortit un jour de ses gonds, prenant la parole, il demanda avec fermeté, qu’une enquête sérieuse fût ouverte. Il faut en finir dit-il ! Assez de palabres, assez de discours, il faut que cela cesse et nous avons le devoir de le faire cesser ! Il est anormal de voir notre jeunesse dans cet état ! Il doit bien exister un remède à ce mal !


Dame Chansonnette répondit qu’il fallait tout simplement chasser la vieille chouette déplumée, cette sorcière, responsable des sabbats organisés certains soirs au pré aux anges, avec ses consœurs.

 Fenlevent la réprimanda ! Allons dit-il, comment peut-on croire à ces sornettes, à ces vieilles légendes de sorcières et de loups-garous.

Dame Chansonnette vexée, quitta la séance en prédisant à tous d’épouvantables malheurs et de terribles lendemains.

 guilleret 50Les anciens, représentant la fourmilière, communauté la plus importante, proposèrent un jour, l’établissement d’un plan d’action commune et dans l’immédiat une surveillance ininterrompue de jour comme de nuit !

Cette décision fut adoptée.

 Le conseil des anciens donna les pleins pouvoirs à Fourmiguète, la fourmi déjà chef de police à la fourmilière.

 Fourmiguète avait l’ordre de mettre le plan à exécution de toute urgence.

Mais l’affaire s’éternisait, on perdit un temps considérable en conciliabules, pour des broutilles, on reconsidéra le plan établi, on fit de nouveaux projets, bref on n’en finissait pas de lanterner !

Et le mal étrange continuait et les ombres rôdaient toujours !

Hélas, un matin, les événements se précipitèrent ! Fenlevent, toujours le premier levé au pré aux anges, comme on sait, découvrit, morts, dans une flaque d’eau, deux très jeunes fourmis, presque des enfants et un jeune criquet, un petit cousin de Cricri, et, évanouis, allongés sur la grande touffe de thym, près de la grosse pierre, Agrippine et Cricri ! Malades, malades à en crever !

 Immédiatement avertis par Fenlevent, Fourmiguète et son état-major prirent enfin conscience de la gravité de l’affaire ! Des jeunes du pré aux anges étaient morts à cause de leur insouciance !

 On décida enfin, de mettre le plan prévu en action dès le soir venu ! On cache le triste événement, on soigna en cachette Agrippine et Cricri et on décida de taire le décès de jeunes ! De ces jeunes imprudents qui avaient quitté leur domicile, malgré l’interdiction de leurs parents !

 chouetteIl était d’ailleurs temps d’agir, une certaine agitation régnait depuis quelques semaines au pré aux anges !
Les diverses tendances s’entrechoquaient, les esprits s’échauffaient, les réunions devenaient de plus en plus houleuses.
Dame Chansonnette et ses partisans, réclamaient avec force l’expulsion de la vieille chouette déplumée, accusée de sorcellerie !

 Un autre clan était fermement persuadé que la guerre bactériologique était déclenchée en secret !
Les jeunes seuls étaient attaqués par un mystérieux microbe.

 D’autres enfin, prétendaient que le pré aux anges était envahi par les extra-terrestres et que les ombres dans la nuit étaient des êtres venus d’un autre monde qui neutralisaient d’abord les jeunes !

Fourmiguète, la fourmi chef de la sécurité, ne croyait pas toutes ces fadaises, sa conviction personnelle était à propos des ombres mystérieuses, des hallucinations ! Et question maladie des jeunes, de simples dépressions nerveuses, dues à la non insertion de ces jeunes à la vie commune, rien de bien sérieux disait Fourmigète !

FormigueteMais ce matin, il y avait des morts ! Il fallait agir ! Et on agissait ! Pendant toute la journée, Fourmiguète, sortie enfin de sa sérénité, mis en place un traquenard pour arrêter les ombres circulant dans la nuit ! Il devenait urgent de percer le mystère de l’étrange maladie !

A la tombée du jour, tout le dispositif prévu par le plan était en place, le piège était tendu, chaque touffe d’herbe cachait un groupe armé !

Fenlevent qui s’était porté volontaire pour cette opération, s’était hissé péniblement au sommet d’une tige de genêt et de son poste d’observation pouvait surveiller tout le pré aux anges.

 Monsieur Noirot, le courageux grillon se réserva le poste d’agent de liaison ! Il transmettrait au poste de commandement, c’est-à-dire au chef Fourmiguète et aux divers groupes en embuscade, les observations de Fenlevent.

Sur le rocher dominant le pré aux anges, cinquante vers luisants, mobilisés secrètement pour cette action de commando, étaient réunis, tous feux éteints, attendant l’ordre d’allumer tous en même temps leurs petits phares et de diriger leurs faisceaux lumineux dans la même direction, ce qui ferait projection, et permettrait de pouvoir appréhender les ombres rôdeuses.

Un groupe d’une dizaine de soldats de l’armée régulière de la fourmilière, volontaires triés parmi les plus courageux, les plus intrépides, les plus forts, ceux qui avaient les mâchoires les plus puissantes, se tenait prêt à faire face à toute éventualité et à intervenir rapidement à n’importe quel point du pré aux anges !

Et dans le silence de la nuit, on attendait ! on attendait que la lune glisse derrière le bois des pinsons, on attendait l’apparition des premières ombres, on attendait en silence, patiemment, on attendait pour venger les jeunes victimes et pour protéger la jeunesse du pré aux anges !

C’est peu de temps avant minuit que Fenlevent le guetteur le mieux placé, distingua la première ombre se dirigeant vers le ruisseau bordant le pré aux anges !
Le groupe d’intervention rapide, les soldats de l’armée régulière, virent aussi deux nouvelles ombres se diriger furtivement vers le même point.

L’agent de liaison, Monsieur Noirot, transmit les informations reçues, au poste de commandement.
Le chef Fourmiguète donna alors l’ordre aux vers luisants d’allumer les feux et aux groupes d’intervention de se saisir de ces intrus.

ça chauffe au pré aux anges

Le coin près du ruisseau, se trouva éclairé comme en plein jour, et un groupe arrêté les mystérieuses ombres qui hantaient depuis quelques temps le pré aux anges !

C’étaient deux jeunes et inoffensifs scarabées, venant du bois aux pinsons, une très jeune chenille, une nièce de Margoton ! Et deux petites fourmis, sorties on ne savait comment de la fourmilière, les entrées et sorties étant ce jour là très surveillées.

fenleventhanneton drogueFenlevent du haut de sa tige de genêt, aperçut une dernière silhouette s’enfuir et s’engouffrer dans une boîte de biscuits que des pique-niqueurs sans gêne avaient volontairement oublié avec beaucoup d’autres déchêts et saletés, l’été dernier, polluant un peu plus le pré aux anges.

Le groupe de choc investit avec autorité et décision tout le coin et s’empara des occupants inconnus de la boîte à biscuits, deux hannetons sans foi ni loi ! Les mystères du pré aux anges furent dévoilés ! Les sinistres hannetons avaient initié les jeunes à la drogue !
Ils leur fournissaient une herbe hallucinatoire moyennant quelques compensations, notamment l’apport de leur nourriture quotidienne et la réfection de leur terriers d’habitation !

C’était un ignoble et méprisable mulot du nom de Sabrat, qui procurait cette mauvaise herbe aux hannetons, ce Sabrat, avait élu domicile dans un trou de taupe, là-bas aux abords du Mas de Chante-Matines.

hannetonLes stocks de cette drogue mortelle détenus par ces crapules, furent détruits ! Les hannetons et le mulot Sabrat furent jugés et sévèrement condamnés !
Tout le monde d’ailleurs regretta que la peine de mort fût abolie, ces trafiquants, ne méritaient pas qu’on leur laisse la vie.

Les jeunes du pré aux anges, furent soignés, gâtés, choyés et leur comportement pardonné et compris par beaucoup.

En peu de temps, la jeunesse du pré aux anges reprit goût à la vie, retrouva le rire, la gaieté et surtout la santé, une éclatante santé ! Et oublia à jamais la maudite herbe et ses sales et nocifs effets !

Les adultes comprirent qu’il ne faut pas prendre à la légère, les crises que traverse parfois la jeunesse, et ils comprirent enfin que pour éviter le pire, on doit agir d’abord et palabrer ensuite.

Fin de l’épisode ére UISSET.

logo mamy raconte aux pitchousALLEZ MAMY RACONTE…!
retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est un autre épisode….

Share Button