Archives par étiquette : coq

LES POÈTES DE LA RÉCRÉ N°10 : Poule et coq à l’honneur

LE BLOG
DE TOM ET DOUCE
.


Elles existent encore, dans mes vieux rêves, ces cours de récréation où les enfants déclamaient avec éloquence, et chacun leur tour, des poèmes appris l’heure d’avant…
Des poèmes courts souvent faciles à retenir que
TOM ET DOUCE vous feront revivre de temps en temps histoire de vous dire qu’il n’est pas encore venu le temps des poètes disparus…
Écoutez les ..!

POÈME DE MAURICE CARÉME
 

 

Une poule
sur un mur

 

 

 

 

Une poule sur un mur

Une poule sur un mur
A pondu quatorze œufs frais
Mais pendant qu’elle pondait,
Le soleil d’août les cuisait.

Un poule sur un mur
A couvé quatorze oeufs durs.
Il en sortit des poulets
Aussi durs que des galets.

C’est depuis lors que l’on voit
Folle encor de désarroi,
Une poule sur un mur
Qui picote du pain dur.

C’est depuis lors que l’on voit
Picoti et picota
Une poule qui cent fois
Grimpe au mur et saute en bas.

Maurice Carême
(1899 – 1978)

 

 

 

 

 

 

 


– Tu vois que tu aimes la poésie..!
.
et les comptines aussi…!

Extrait d’une autre poésie de basse cour

 

Le coq

Je vais fabriquer un coq de clocher,
Il sera tout noir au soleil couché,

Il sera tout blanc au soleil levant
Et d’argent brillant à midi tapant.

Vous ai-je assez dit que je vous aimais !

Mon coq de clocher ne parle jamais.

A Londres, Paris, vous ai-je attendue !
Lui, ne commet pas la moindre bévue.

J’ai perdu le Nord, il me le rendra,
Nous irons ensemble où ça nous plaira.

Henri Thomas
(1912 – 1993)

jeux…  jeux…. jeux de l’été

jeu du coquelicot :

Trouver si dans
son bouton
c’est coq, poule ou poussin 

CHOU BLANC
“La poésie, c’est le sourire du langage
RETRO : retour sur la rubrique du même tabacC’est du même tabac…..

Share Button

Un mouton, un canard et un coq s’envolent….

les potes doivent être éclairés

CHRONIQUES CHOUCROUTE
par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..


 Un mouton, un canard et un coq s’envolent….

 

En France Les premiers passagers aériens de l’Histoire furent un mouton, un canard et un coq.
En effet Louis XVI avait demandé aux Montgolfier de faire une démonstration de leur nouvelle invention :
Un ballon volant empli d’air chaud.

L’idée de faire voler des sacs avec de l’air chaud date de près de deux millénaires avant l’invention des Montgolfier, qui sont cependant les premiers à avoir eu celle de le faire “en grand”.

– Apprenez Moooossieur que c’est mon ancêtre qui était dans cette montgolfière. Il détient le record du cocorico d’altitude .. Pensez poussé à pleins poumons à 480m…!!!

La montgolfière est  composée d’une nacelle surmontée d’une enveloppe légère et dont la sustentation est assurée par l’air chauffé qu’elle enferme, selon la force de la poussée d’Archimède. Le maintien de la température de l’air nécessite l’emport d’un carburant et d’un brûleur.

Chinois utilisaient déjà les ballons à air chaud au IIIe siècle av. JC

D’après la tradition populaire chinoise, la lanterne Kongming , premier ballon à air chaud de l’histoire, fut inventée par Zhuge Liang (181-234 ap. J.C.)  connu sous le prénom social de Kongming.
Au début du IIIe siècle apr. J.-C., Zhuge Liang eut l’idée d’utiliser des lanternes volantes pour la signalisation militaire.

Le premier vol officiel du ballon à air chaud des frères Montgolfier a lieu place des Cordeliers à Annonay le 4 juin 1783.

Pour en prouver la sûreté le 19 septembre de la même année, ils avaient ainsi placé dans la nacelle un coq, un mouton et un canard firent l’expérience du premier vol habité à Versailles devant le roi Louis XVI : leur ballon s’est envolé jusqu’à 480 mètres.
Les animaux en question avaient des petits surnoms : Coin-Coin, Montauciel et Cocorico.
À vous de retrouver qui est qui.

Les passagers sortirent indemnes de l’expérience à l’exception du canard qui eut une patte cassée. En dédommagement, le canard eut l’immense honneur avec ses compagnons d’être admis à la ménagerie de Versailles.

 

– Perso j’aurais dit “Pour fêter ça, on va bouffer le canard !

 

Le 19 octobre, à la Folie Titon, aujourd’hui située rue de Montreuil à Paris, à l’époque encore bourg de Saint-Antoine, a lieu le premier vol humain, effectué par Jean-Baptiste Réveillon, Jean-François Pilâtre de Rozier et Giroud de Villette. Le ballon est alors captif, c’est-à-dire relié au sol par un cordage (plus tard un câble métallique).


POTACHE

.

 

.barre bleue

Share Button

LES SYMBOLES : Le coq … ce symbole solaire..!

logo alainfini
La nouvelle série sur les symboles cherchait une plume nous l’avons trouvée avec ALAIN FINI qui assurera cette rubrique dans les mois à venir.
logo saint bol

Il lui fallait une logo qu’a cela ne tienne notre dessinateur CATALA le lui a donné.
Il l’a même flanqué d’un compagnon de route…
SAINT BOL un pèlerin inclassable et capable d’aller de l’alpha à l’oméga des symboles…. Ne cherchez pas plus longtemps il ne figure pas au calendrier.. mais il porte chance…
A condition d’avoir du bol.


LE COQ

Le nom du coq provient de la racine celtique kog, qui signifie rouge.
Le rouge est la couleur de l’aurore et de la planète Vénus.
Il symbolise le passage entre les ténèbres et la lumière . Coq et soleil sont étroitement liés dans l’esprit des hommes.
C’est à l’appel du coq que le soleil se (re)lève. Il annonce la résurrection quotidienne de l’astre du jour et préside à la défaite des ténèbres.

                                    DES COQS ET DES DIEUX

Le coq est un oiseau sacré chez de nombreux peuples pour les raisons évoquée plus haut. Il est l’attribut de Mercure chez les Romains, Pour eux, le jour commence vers le milieu de la nuit, ad gallicinium, c’est-à-dire au chant du coq.

Le coq est aussi l’assistant d’Asclépios (Esculape), le dieu de la médecine, et devient l’un de ses attributs, avec le caducée. Dans les représentations antiques, on opposait souvent le coq guérisseur au serpent dispensateur du mal

Au deuxième siècle de notre ère, Lucien  rapporte ce mythe (narration de Micylle) :

Pourquoi le Dieu Mars se met en colère contre Alectryon, et pour le punir, le change en oiseau qui porte encore sur la tête l’aigrette de son casque….

«(…) Un jeune homme nommé Alectryon était l’ami de Mars, son compagnon de table et d’ivresse, le confident de ses amours. Toutes les fois que Mars allait voir Vénus, sa maîtresse, il emmenait avec lui Alectryon, et comme il craignait surtout d’être aperçu par le Soleil, qui n’aurait pas manqué d’avertir Vulcain, il laissait le jeune homme en sentinelle à sa porte pour lui annoncer quand paraîtrait le Soleil. Un jour Alectryon s’endort et trahit son mandat sans le vouloir. Le Soleil, en tapinois, surprend Vénus et Mars qui reposent sans inquiétude, se fiant à la vigilance d’Alectryon s’il survenait quelqu’un. Puis, il va prévenir Vulcain qui enveloppe les deux amants dans les filets qu’il avait depuis longtemps préparés. Aussitôt après sa délivrance, Mars se met en colère contre Alectryon, et pour le punir, le change en oiseau qui porte encore sur la tête l’aigrette de son casque. Depuis ce temps, pour vous justifier auprès de Mars, quoique cela soit inutile, vous chantez longtemps avant le lever du soleil et vous annoncez qu’il va paraître.»

 

                        Des coqs et des saints

De nombreux Saints ont  pour attribut un coq ou ont vécu un épisode de leur vie avec lui ….

Saint Guy ou Vit,  évoquait au Moyen Âge, l’ardeur, la virilité du coq. Saint guérisseur, on l’invoquait surtout pour l’épilepsie et la chorée, aussi appelée danse de Saint-Guy.

Sainte Odile, qui avait été miraculeusement guérie d’une cécité. On l’invoque pour la même raison, c’est-à-dire pour recouvrer la lumière du jour, tel le coq.

Saint Pierre, à cause du reniement trois fois exprimé avant le chant du coq.

Auteur : Duccio di Buoninsegna (vers 1255-vers 1319) Tandis que le Christ est frappé devant Caïphe, Pierre le renie pour la troisième fois face à la servante qui lui propose d’entrer. Le coq apparaît pour signifier qu’il s’agit du dernier reniement.

Saint Jacques le majeur, protecteur des chemins de Compostelle. Le coq rappelle le miracle du pendu dépendu :

Saint Dominique de la Calzada, accompagné d’un coq blanc. Miracle du pendu dépendu.

Une famille de pèlerins, père, mère et fils, sur le chemin de Compostelle, s’arrête pour une nuit à Santo-Domingo où l’on vénère saint Dominique de la Calzada. A l’auberge, le fils refuse les avances d’une employée de la maison qui, vexée, décide de se venger. Elle glisse dans la besace du jeune homme une coupe et un couvert d’argent et l’accuse de vol après le départ des trois pèlerins. Le fils est rattrapé, jugé, condamné à mort. Pendant ce temps, les parents ont poursuivi leur pèlerinage. A leur retour, voulant retrouver le corps de leur fils, ils le découvrent vivant, sous la potence, soutenu par saint Jacques en personne. Ils courent chez le juge, lui raconte cette histoire qui est une preuve de l’innocence de leur fils. Mais le juge ne les croit pas. Le magistrat était attablé et dégustait un coq rôti. Il dit : « Je vous croirais quand ce coq chantera ». Le coq se dresse alors sur ses ergots et se met à chanter. Le jeune homme est immédiatement innocenté

                   Le coq emblème de la France

L’idée d’un coq emblème des gaulois est relativement récente.

Ce sont les Romains qui ont nommé l’habitant de la Gaule gallus (gaulois), mot qui signifie aussi coq. Jules César dans sa Guerre des Gaules compare la vaillance du coq protégeant farouchement sa basse-cour à la fougue des guerriers gaulois .

Mais il faut attendre la fin du Moyen Âge pour voir les souverains français accepter le coq comme emblème de leur courage et de leur vigilance, et c’est seulement à partir de la Renaissance que le coq personnifie la Nation française remplaçant les animaux royal et impérial que sont le lion et l’aigle.

Coq de clocher

Le coq au sommet du clocher des églises est appelé « cochet ». Il fait souvent office de girouette et indique la direction du vent.
Mais sa véritable fonction va bien au-delà d’une simple indication météorologique. Attesté depuis le début du VIe siècle par saint Eucher , son rôle est de désigner les églises orientées — orientées : tournées vers l’orient, le soleil levant, l’Est —. Si l’édifice n’est pas tourné vers l’Est pour un motif particulier, le coq est absent du clocher.


Il est remplacé, par exemple, par une étoile ou un croissant de lune, ou encore par un globe ou un soleil flamboyant.
Ainsi l’étoile indique que l’église a été bâtie dans l’axe d’une étoile fixe ou d’une planète. Mais ces exceptions sont relativement rares car, selon la règle, tout édifice religieux chrétien doit avoir son maître-autel dirigé vers le point de l’horizon où le soleil apparaît le jour de la fête du saint patron auquel il est dédié.
Si l’église est orientée, elle aussi, vers l’Est, le maître-autel est placé dans l’axe de la nef.
Si le sanctuaire n’est pas orienté vers l’Est, le maître-autel est décalé afin qu’il soit dirigé dans la bonne direction.

 

SOURCE :
le dictionnaire des symboles

 

logo saint bolLe conseil de Saint BOL
LIRE LE SYMBOLE
DÉJÀ PUBLIÉ :
LE TRISKEL L’ALPHA ET L OMEGA
LE COQ ET LE BASILIC

logo alainfiniretour sur la rubrique du même tabacAlain Fini

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button