Archives par étiquette : Brel

A RUDY : Repose en paix camarade

logo poésie smallVos poèmes, vos poèmes préférés …

– Des livres à nous signaler, vos impressions sur ceux que vous avez lus, et que vous voulez nous conseiller…. Ou tout simplement comme aujourd’hui un hommage à nous faire partager
Pensez à nos potes âgés qui n’ont pas de jardin et cultivent leur esprit…!
PENSEZ A RENDRE HOMMAGE COMME AUJOURD’HUI A CEUX QUI S’EN VONT…….


Mon vieux…..
A ton vieux pompier camarade

Ave Maria de Caccini

 Aujourd’hui nous rendons hommage à notre regretté CH’TI….
qui manque aux orphelins que nous sommes devenus…

Un pote nous manque…
il pleut dans nos cœurs
à RUDY

 BREL AVAIT FERNAND
Dire que Fernand est mort
Dire qu’il est mort Fernand
Dire que je suis seul derrière
Dire qu’il est seul devant
MOI J ‘AVAIS RUDY
Dire que RUDY est mort
Dire qu’il est mort RUDY
Dire que je suis seul derrière
Dire qu’il est seul devant

VOICI QUELQUES EXTRAITS DE LA CHANSON QUI NOUS PARLENT A TOI …. COMME A MOI
ILS SONT BEAUX COMME DES CAMIONS..!!!


C’est tellement triste que même le capitaine des pompiers pleure dans son casque
Moi je crève d’envie
De réveiller des gens
Je t’inventerais une famille
Juste pour ton enterrement
Et puis si j’étais le bon Dieu
Je crois que je serais pas fier
Je sais, on fait ce qu’on peut
Mais y’a la manière
Et puis les adultes sont tellement cons
Qu’ils nous feront bien une guerre
Alors je viendrai pour de bon
Dormir dans ton cimetière
Et maintenant bon Dieu tu as bien rigolé
Et maintenant bon Dieu
maintenant….
je vais pleurer

Paroles de la chanson de jacques Brel
FERNAND
Dire que Fernand est mort
Dire qu’il est mort Fernand
Dire que je suis seul derrière
Dire qu’il est seul devant
Lui dans sa dernière bière
Et moi dans mon brouillard
Lui dans son corbillard
Et moi dans mon désert
Devant Y’a qu’un cheval blanc
Derrière y’a que moi qui pleure
Dire qu’ya même pas de vent
Pour agiter mes fleurs
Moi si j’étais le bon Dieu
je crois qu’j’aurais des remords
Dire que maintenant il pleut
Dire que Fernand est mort
Dire qu’on traverse Paris
Dans le tout petit matin
Dire qu’on traverse Paris
Et qu’on dirait Berlin

Et toi toi tu sais pas
Tu dors mais c’est triste à mourir
D’être obligé de partir
Quand Paris dort encore

Moi je crève d’envie
De réveiller des gens
Je t’inventerais une famille
Juste pour ton enterrement
Et puis si j’étais le bon Dieu
Je crois que je serais pas fier
Je sais, on fait ce qu’on peut
Mais y’a la manière

Tu sais, je reviendrai
Je reviendrai souvent
Dans ce putain de champ
Où tu dois t’reposer
L’été je te ferais de l’ombre
On boira du silence
A la santé de Constance
Qui se fout bien de ton ombre

Et puis les adultes sont tellement cons
Qu’ils nous feront bien une guerre
Alors je viendrai pour de bon
Dormir dans ton cimetière
Et maintenant bon Dieu tu as bien rigolé
Et maintenant bon Dieu maintenant je vais pleurer


Veille sur nous….
Dieu te bénisse

– EH OH RUDY.. Attends moi….!!!!


Si le pompier le lui avait dit….

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez CHOU BLANC retour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

LA TENDRESSE… Dans ce monde de brutes – N°6

logo-tendresse

LE BLOC NOTE
de
Mamy et
Papy tendresse

papy-mamy-la-tendresse90
rue de la tendresse

Souvenir de nous deux ……
On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y’en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas

 L’enfance

L’enfance
Qui peut nous dire quand ça finit
Qui peut nous dire quand ça commence
C’est rien avec de l’imprudence
C’est tout ce qui n’est pas écrit

L’‘enfance
Qui nous empêche de la vivre
De la revivre infiniment
De vivre à remonter le temps
De déchirer la fin du livre

 L’enfance
Qui se dépose sur nos rides
Pour faire de nous de vieux enfants
Nous revoilà jeunes amants
Le cœur est plein la tête est vide
 
L’enfance
l’enfance
 

L’enfance
C’est encore le droit de rêver
Et le droit de rêver encore
Mon père était un chercheur d’or
L’ennui c’est qu’il en a trouvé

—-
L’enfance
Il est midi tous les quart d’heure
Il est jeudi tous les matins
Les adultes sont déserteurs
Tous les bourgeois sont des Indiens

L’enfance
L’enfance

papy-mamy-la-tendresseChanson catalane de Lluis Llach : TENDRESA
Pour tous ceux qui veulent savoir qui est ce grand bonhomme et ses actions humanitaires actuelles
relire l’article de la CHOUETTE sur son livre   

Tendresa

Aquest camí que deixo enrera és llarg
però em vull lleuger del seu bagatge,
que res no em valen tants d’atzars,
ni els vells camins, ni el blau del mar,
si dintre seu no sento com batega, hi batega,
el fràgil art de la tendresa…
Del teu amor ho espero tot i tant
que en faig un cant pel meu capvespre,
estimo l’ànsia dels teus ulls,
l’impúdic arc del teu cos nu,
però amor t’estimo encara més i sempre, més i sempre,
sabent-te esclau de la tendresa…
Del dolç batec de la tendresa
que espera…
la tendresa
que exalta…
la tendresa
que ens cura quan fa por la solitud

El món que visc sovint no el sento meu
i sé els perquès d’una revolta,
misèria i guerra, fam i mort,
feixisme i odi, ràbia i por,
rebutjo un món que plora aquestes penes, tanta pena,
però tot d’un cop … ve… la tendresa.
Ah, si no fos per la tendresa
que espera…
la tendresa
que exalta…
la tendresa
que estima quan fa por la solitud.

La Tendresse

Ce chemin qui est derrière moi est long
mais me veux léger de son bagage,

que rien ne me valent tant d’aléas,
ni les vieux chemins, ni le bleu de la mer,
si à  l’intérieur de moi je ne sens pas battre et palpiter,
L’art  fragile de la tendresse…
De ton amour Dont J’en attends tant et tant
que j’en fais une chanson pour mon crepuscule,

j’aime l’anxiété de tes yeux,
l’impudique  courbe de ton corps nu,
mais mon amour je t’aime encore
plus et pour toujours, plus et pour toujours,
en te sachant esclave de la tendresse…
Des doux battements de la tendresse
qui attend…
la tendresse
qui exalte…
la tendresse
qui nous soigne quand la solitude nous fait peur 

 

Le monde que je vis ne me convient pas
et je connais les raisons  d’une révolte,
misère et guerre, faim et mort,
fascisme et haine, rage et peur,
je rejette un monde qui pleure ces peines, toute sa peine,
mais tout d’un coup … je vois … la tendresse.
Ah, si ce n’est  fût pour la tendresse
qui attend…
la tendresse
qui exalte…
la tendresse
qui nous aime quand la solitude nous fait peur.

 

 

Traduction du catalan par Chou Blanc pour la Chouette

SOURCES :

En savoir plus : www.paroles.net

papy-mamy-la-tendresseMamy et Papy
Tendresse


Share Button