Archives par étiquette : étrusques

CIVILISATIONS : Le statut de la femme étrusque

logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE AU CHOU :

Coucou c’est toujours moi merci d’être revenu nous voir aujourd’hui….


Comme convenu nous allons en savoir plus sur le statut de la femme étrusque…

Si belle  dans toutes ces sculptures

barre grenat

logo lardon DLe statut de la femme étrusque

Les grecs et les romains ne comprennent pas la liberté et le statut de la femme étrusque, et ils n’hésitent à faire une description peu flatteuse des femmes étrusques.
Dans l’art grec, seule une courtisane peut être représentée en train de banqueter :
il est impossible qu’une citoyenne grecque soit représentée en train de banqueter.

Femme étrusque, statue en terracotta peinte, IIe siècle av. J.-C., retrouvée à Chiusi, conservée à Karlsruhe

 barre grenatlogo lardon DLes femmes et la société étrusque

La condition féminine dans la civilisation étrusque représentait une particularité par rapport à ce qu’elle était dans le monde méditerranéen. Chez les Grecs et les Romains par exemple, les femmes occupaient une position marginale et de second plan par rapport aux hommes.

La femme étrusque a une grande importance tant au niveau politique qu’administratif et vit pleinement une vie de famille au sein de la société civile où son rôle est prépondérant. Parée de tous ses bijoux, la femme participe aux banquets et assiste aux jeux étrusques ; elle pouvait aussi posséder des biens en son nom propre.

La femme participe à l’intense activité de la société. Elle « sort » souvent « sans rougir, pour être exposée au regard des hommes », participe aux cérémonies publiques, aux danses, concerts, jeux ; elle préside même parfois à partir d’une estrade appropriée

Cette civilisation accorde à la femme un statut bien supérieur à celui des femmes des autres civilisations méditerranéennes, la plupart du temps confinées dans le gynécée.

La femme idéale pour les Etrusques est mère de famille, maîtresse de maison mais aussi compagne de vie.

Ce dernier rôle est figuré avec tendresse sur les sarcophages doubles, représentation qu’on ne retrouve jamais dans le monde gréco-romain.

barre grenat

logo lardon DLa femme étrusque vue par les autres civilisations

Les femmes assistaient aux banquets auprès des hommes chez les Étrusques, ce qui n’était pas le cas chez les Grecs, leurs contemporains où la démocratie était uniquement masculine.

La femme étrusque ne jouissait pas d’une grande réputation auprès des écrivains grecs et romains.

Par les Grecs
Voisins directs des Étrusques dans l’Italie du sud qui appartenait alors à la Grande Grèce les grecs comprenanient assez mal les coutumes étrusques car chez eux la femme vivait dans l’ombre de la maison. En effet, la fille ou l’épouse grecque reste à sa place dans le cadre domestique et ne se montre que rarement en communauté.
Les Grecs définissent les mœurs comme dissolues :

Par les Romains
La femme romaine est un peu plus libre que la femme grecque mais, le statut de la femme étrusque était jugé scandaleux par les romains qui n’hésitaient pas à juger son comportement de licencieux et de mauvaise moralité, les comparant aux musiciennes ou aux prostituées des banquets grecs ou romains.
Alors que le mari étrusque tient son épouse en haute considération, les maris romains écrivaient tout au plus sur la tombe de leur épouse « domum servavit » (A été une « bonne servante de ma maison »).

SOURCES:
https://parisartreview.wordpress.com/2016/04/03/art-etrusque-le-sarcophage-dit-des-epoux/
http://www.altritaliani.net/spip.php?article1720
http://www.panoramadelart.com/sarcophage-des-epoux-de-cerveteri

barre grenat

logo lardon 1LE LARDON

 

Share Button

SCULPTURE : Les sarcophages monumentaux étrusques…. les sarcophages des époux

Propolis 60 gélules
logo lardon 1L’ART ET LA PALETTE AU CHOU :

Les sarcophages monumentaux étrusques….
les sarcophages des époux


DANS NOTRE RUBRIQUE NOUS VOUS INVITONS  AU CŒUR DE LA CIVILISATION ÉTRUSQUE
Nous voudrions vous faire découvrir leurs sculptures funéraires en terre cuite représentant des couples “banquetant “…
Tour à tour vous pourrez découvrir le sarcophage du musée du Louvre et celui du musée de Rome.
A travers ces deux œuvres nous vous dirons tout – enfin presque – sur la légèreté des femmes étrusque et leur statut avancé au sein de cette civilisation.

logo lardon DLes Étrusques sont un peuple qui vivait depuis l’âge du fer en Étrurie, territoire correspondant à peu près à l’actuelle Toscane et au nord du Latium, soit le centre de la péninsule italienne.

Il s’agit d’une civilisation brillante mais qui nous a laissé peu de traces malheureusement.

Elle s’éteint lors que en -90 av J.C. lorsqu’ils deviennent citoyens de Rome durant la guerre sociale.

MUSEE DU LOUVRE :
Le sarcophage monumental (dit Le Sarcophage des époux)

En 1845, le marquis Campana, (1808-1880) aristocrate romain et grand collectionneur d’antiquités et d’objets d’art, découvre ce sarcophage monumental (dit Le Sarcophage des époux) à l’occasion de fouilles dans l’immense nécropole étrusque de Cerveteri, l’antique Caere, située au nord-ouest de Rome.
Cette œuvre exceptionnelle témoigne de la maîtrise, atteinte très tôt par les sculpteurs étrusques, du travail et de la cuisson de la terre.

La tombe étrusque est une des plus belles pièces et une des mieux conservées de la collection Campana qui est achetée par Napoléon III.
Baptisée « sarcophage des époux », elle rejoint le musée du Louvre en 1861,

 

 

Le Sarcophage des Epoux, ou le couple étrusque comme modèle conjugal. Département des Antiquités Grecques, Etrusques et Romaines du Louvre.

Exposée au Musée du Louvre, cette œuvre funéraire est réputée l’une des plus belles de l’art étrusque.
Cette sculpture étrusque révélatrice du savoir-faire étrusque et la maitrise des artistes de Caeré (ville située dans l’Etrurie),

 

La technique de la terre cuite

La ville étrusque de Caere ne disposait pas dans ses environs de carrière de pierre.
À l’époque archaïque, les sculpteurs qui y travaillaient se tournèrent donc vers le matériau qu’ils avaient à leur disposition, la terre argileuse de leur sol.

Ils se firent une réputation dans ce domaine.
Le sarcophage, modelé en terre et peint avant d’être cuit, est réalisé en quatre parties :
– deux pour les époux qui en forment le couvercle,
– deux pour la cuve en forme de lit – sans doute pour faciliter la cuisson et sa manipulation.
Les sculpteurs fabriquaient les mains à part avant de les fixer, ils incrustaient iris et pupilles.
Les couleurs, fort bien conservées, suivent les conventions de l’Antiquité, la peau de l’homme est peinte en ocre rouge, celle de sa femme en ocre jaune.
Cuve et couvercle étaient rehaussés d’une vive polychromie, aujourd’hui en partie effacée, qui ajoute au raffinement des parures de la femme, aux détails des tissus et des chevelures. Si certains traits s’inspirent de l’art grec, d’autres sont propres à l’art étrusque, comme la stylisation des volumes, surtout sensible dans le traitement des jambes, et l’attitude donnée aux défunts.

logo lardon DMUSÉE DE ROME : Sarcophage des époux de Cerveteri

Sarcophage des époux de Cerveteri vers 510 av. J.-C. est une terre cuite peinte, venant de la nécropole de Banditaccia.

Le couple sourit, allongé sur une “kinai” (couche), au cours d’un agréable banquet.


Les étrusques croyaient en une “vie ultérieure” heureuse dans le monde des morts.
Les représentations des défunts dans l’art funéraire étrusque soulignent la tranquillité et les plaisirs offerts par l’au-delà. (Musée national étrusque, Rome).

couple etrusque 50

sarcophage des époux – Caere – Nécropole de Bandicaccia terre cuite 141 X 191 – Rome Museo nazionale etrusco di Villa Giulia

Ces deux  œuvres révèlent l’importance du culte des défunts au sein de cette société et la place, hors norme, au sein du bassin méditerranéen de la femme Etrusque.

Culte des défunts et la place de la femme Etrusque

Les couples des sarcophages sont représentés dans une activité quotidienne réservée à l’élite étrusque: le banquet.

Le banquet est d’inspiration grecque mais il n’est pas rare de trouver en Asie mineure ainsi qu’à Chypre des banquets funéraires.

Le monde des morts nous offre plus d’informations sur les étrusques que le monde des vivants. Les nécropoles nous livrent des informations sur l’organisation de la société et notamment l’importance les rites funéraires.

Il est logique de penser qu’il s’agit d’une riche famille de Caeré qui est représentée.
Seule une famille suffisamment aisée peut s’offrir une telle œuvre et qui désire faire part de sa richesse.
Il ne s’agit pas seulement d’un couple banqueteur mais de banqueteurs funéraires :
la représentation d’un rituel funéraire dans l’art étrusque et notamment dans une sculpture d’une aussi grande taille permet de comprendre que le rituel funéraire est important pour les étrusques.

L’ absence de traces écrites complique l’interprétation de la religion étrusque mais on suppose les étrusques croient en une vie après la mort.
Cette croyance d’une vie après la mort pourrait expliquer pourquoi les Etrusques accordent beaucoup d’importance à la destinée des morts en soignant particulièrement les tombes de leurs défunts.

Des pièces archéologiques trouvées dans les tombes, comme des fresques, sarcophages, urnes et trousseaux funéraires, témoignent de l’importance de la femme dans la société.

SOURCES: https://parisartreview.wordpress.com/2016/04/03/art-etrusque-le-sarcophage-dit-des-epoux/
http://www.altritaliani.net/spip.php?article1720
http://www.panoramadelart.com/sarcophage-des-epoux-de-cerveteri

logo lardon 1LE LARDON

Share Button