Archives mensuelles : juillet 2018

Une larme de Rê créa l’abeille… Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel…!

Propolis 60 gélules

BLOG DE
DAME MIELINE

Le thème s'inspire d'une fable de l'Antiquité grecque : un épisode des Idylles du poète bucolique Théocrite (IIIe siècle avt JC -mais ce chant XIX est parfois attribué à un pseudo-Théocrite). On y raconte que Cupidon/Eros/Amour (dieu du désir) vola du miel à des abeilles qui le piquèrent. Il se plaignit alors à sa mère Aphrodite/Vénus (déesse de l’amour terrestre) qu'il était injuste qu'une si petite créature (l'abeille) provoque autant de douleur. A quoi Vénus lui répond que lui aussi, Cupidon, était petit, mais que ses flèches de l'amour pouvaient, elles aussi, faire très mal. L'amour donc est à la fois douceur sucrée comme le miel (quand il est spirituel et platonique), et amertume et douleur brûlante (quand il est physique et terrestre).

 

C’est comme ça que tout a commencé entre Dame MIELINE et moi...

Un neveu turbulent je devrais dire un cul bidon de banlieue.. Tant tout ce qui dépassait, de ses vêtements trop courts, était tentant pour mes abeilles affolées par son bâton enfoncé dans la ruche..

Je me suis précipité le premier avant sa Taty MIELINE… Béatrice m’avait appris et démontré que la chromothérapie était efficace sur les piqures d’abeilles…
Après 3 minutes de lumière rouge et
30 secondes de vert dans la pénombre de mon sellier et je pouvais me retourner pour voir plus calmement la Taty qui m’observait…
AH la classe… Rien à voir avec son neveu ..
j’étais troublé .. Elle y avait mis les formes …. Mais aussi par un sentiment, qui devint vite certitude, que je l’avais déjà vue maintes fois sur grand écran.. Je… non non..!
On n’est pas à Paris Match ici..
Depuis que nous nous sommes liés d’amitiés… Elle a confirmé son appartenance au PAF venant soigner l’enveloppe de ses nerfs dans le potager du voisin..
Oh bonheur le mien…!
Elle savait jouer la comédie mais pas avec moi .. D’une grande culture… Elle ne savait pas écrire… C’est ce qu’elle croyait car à partir d’aujourd’hui nous lui ouvrons nos colonnes pour une série sur… Devinez :
LE MIEL ET LES ABEILLES … Histoire de se faire pardonner, son cul bidon de banlieue suit notre Déesse Venus pour profiter, et nous aussi, de sa grande culture…..
Cherchez pas… Pour vous et moi, elle s’appelle Mieline …. Sans doute pour mettre de la douceur autour de ses nerfs malades.

La larme de Rê créa l’abeille… Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel

Un mythe égyptien explique la naissance des abeilles et du miel en ces termes :

Le dieu Rê pleura et les larmes de son oeil tombèrent sur le sol ; elles se changèrent en abeille ; l’abeille construisit (ses rayons), son activité s’exerçant sur les fleurs de toutes les espèces végétales ; ainsi naquit la cire, et ainsi naquit le miel, à partir des larmes du dieu Rê.

“Les scènes d’apiculture sont rarement représentées, bien qu’on en trouve depuis l’Ancien Empire. Un homme à genou s’affaire à sortir les rayons de miel qu’il empile dans deux plats, tandis que son aide enfume les abeilles (de Nina de Garis Davies : 1881–1965)” (osiris.net)

Tombe de PasabaLe miel est très apprécié des anciens Égyptiens.

On retrouve notamment trace de leur savoir-faire en apiculture sur un bas-relief de la “Chambre des saisons” dans le temple solaire de Niouserrê, sixième roi de la Ve dynastie, à Abou Ghorab en Basse-Égypte, ainsi que dans les tombes thébaines de Pabasa (TT279), majordome de la divine adoratrice Nitocris, et de Rekhmiré, de la XVIIIe dynastie (TT100).

Les ruches sont constituées de poteries oblongues entreposées horizontalement, ou peut-être de tubes faits de roseaux agglomérés avec de la boue. Pour l’extraction du miel – détail que l’on peut voir dans la tombe de Rekhmiré – les apiculteurs ont recours à la technique de l’enfumage.

Par contre, aucune protection individuelle n’est représentée.

Dans l’Égypte ancienne, le miel trouve plusieurs utilisations.

– Dans l’alimentation tout d’abord,
comme édulcorant pour la fabrication de pâtisseries ou du vin,
– Puis dans la pharmacopée de l’époque :
le miel est alors connu pour ses vertus cicatrisantes (par exemple après une circoncision), antiseptiques (pour soigner les blessures ou les brûlures), anti-inflammatoires (problèmes ophtalmologiques).

– Il est également utilisé comme aphrodisiaque, ou comme spermicide dans une préparation à base d’épines d’acacia finement broyées, mélangées à des dattes.

Est-il par ailleurs utilisé pour la momification ?
Georges Posener (Dictionnaire de la civilisation égyptienne) ne le pense pas, contrairement à ce qu’affirment d’autres sources selon lesquelles le miel et la cire entrent dans la composition d’onguents destinés à oindre le corps du défunt.

De naissance divine, l’abeille ne peut qu’avoir une place de choix dans la mythologie égyptienne.

Le miel “semble jouer un rôle dans des rites associés à la royauté, particulièrement en liaison avec le ‘Per-our’ et le ‘Per-neser’, les deux sanctuaires archaïques de Haute et Basse Égypte ; vu la symbolique attachée à l’abeille, il n’y a là rien de surprenant puisque l’image de l’hyménoptère, qui était évidemment utilisée pour écrire le nom de l’insecte lui-même – ‘bit’ – , l’était aussi pour noter ceux, homophones, du miel et de la couronne rouge, ou encore le mot ‘bity’ – “celui qui appartient à l’abeille” – qui désignait le roi de Basse Égypte, et parfois même le souverain du pays tout entier.” (Jean-Pierre Corteggiani, L’Égypte ancienne et ses dieux, Fayard, 2007)

La spécificité apicole de l’Égypte a étrangement traversé les siècles.

Ainsi, dans sa “Description de l’Égypte contenant plusieurs remarques curieuses sur la géographie ancienne et moderne de ce pays”, Benoît de Maillet, consul de France en Égypte et inspecteur des Établissements français au Levant, observe et écrit en 1740 :

En vous entretenant des oiseaux que produit l’Égypte, je ne dois pas oublier de vous parler des abeilles ou mouches à miel. Il y en a une très grande quantité dans ce pays, et on y conserve encore aujourd’hui un usage introduit par les anciens Égyptiens de les nourrir d’une manière très singulière. Vers la fin d’octobre, lorsque le Nil, en baissant, a laissé aux laboureurs le temps d’ensemencer les terres, la graine de sainfoin est une de celles qu’on sème des premières, et qui rapporte le plus de profit.

 
Comme la Haute Égypte est plus chaude que la Basse, et que les terres y sont de même plus tôt découvertes de l’inondation, le sainfoin y croît aussi plus tôt.
La connaissance que l’on en a fait qu’on y envoie de toutes les parties de l’Égypte les ruches à miel qui s’y trouvent, afin que les abeilles jouissent de meilleure heure de la richesse des fleurs qui naissent dans cette contrée, plutôt qu’en aucun autre endroit du royaume.

Ces ruches, parvenues à cette extrémité de l’Égypte, y sont entassées en pyramides sur des bateaux préparés pour les recevoir, après avoir été toutes numérotées par les particuliers qui les y déposent.

Là, ces mouches à miel paissent dans les campagnes pendant quelques jours ; ensuite, lorsqu’on juge qu’elles ont à peu près moissonné le miel et la cire qui se trouvent dans les environs à deux ou trois lieues à la ronde, on fait descendre les bateaux qui les portent deux ou trois lieues plus bas, et on les y laisse de même à proportion autant de temps qu’il est nécessaire pour moissonner les richesses de ce canton.

Enfin, vers le commencement de février, après avoir parcouru toute l’Égypte, elles arrivent à la mer, d’où l’on repart pour les conduire chacune dans les lieux de leur domicile ordinaire.
Car on a soin de marquer exactement sur un registre chaque quartier d’où partent les ruches au commencement de la saison.

Comment clore ce très rapide survol sans une interrogation :
Née des pleurs de Rê, divinité solaire par excellence, l’abeille a-t-elle également quelque lien, grâce aux vertus stimulantes du produit qu’elle sécrète, avec l’autre astre sous lequel s’abritent toutes les “lunes de miel” ?

Il est peut-être trop beau de l’imaginer…

M C

SOURCE PRINCIPALE DE CET ÉPISODE :

http://egyptophile.blogspot.com/2015/05/le-miel-une-histoire-qui-ne-manque-pas.html
Propolis 60 gélules

MIELINE VOUS PROPOSE SES ARTICLES
PARUS OU A PARAITRE

La larme de Rê créa l’abeille…
Depuis les mures ont des abeilles et nous du miel
Vénus et Cupidon voleur de Miel de Lucas Cranach l’Ancien– Cupidon voleur de miel dans les gravures d’Albrecht Dürer
– Le miel… Une valeur médicinale démontrée.
Le thème du miel dans l’art
Le miracle des abeilles
– Le miel dans l’art contemporain

DAME MIELINE ET CUL BIDON

 

 

Share Button

LADY LADINDE: Fait la coupe à SAMSON…?


Aujourd’hui c’est la fête à  SAMSON ……

ET COMME ON EST NOMBREUX A PARLER DE

SAMSON ET DALIDA…

LADY LADINDE  LA  PREMIÈRE…!

ALORS ELLE VA  ÉCLAIRER LES CHOUPINETS
SUR L’ HISTOIRE DE ” SAMSON  ET  DALILA   “

– Eh camarade… Véronique Sanson n’a rien à voir non plus ….
– Ok ok on va pas couper les cheveux en quatre… !
– Justement Si…  !

Samson et Dalila de Gerrit Van Honthorst -photo la Chouette expo Toulouse été 2012 sur le caravagismedinde

BLOC NOTE LADY LADINDE

 

 

Bloc note de
LADY LADINDE


” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique ” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture...”
Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

SAMSON ET DALILA

Dans la Bible, nombreux sont les élus de Dieu ; presque tous sont fidèles et lui obéissent. Quelques-uns, cependant, le déçoivent et se voient abandonnés de l’esprit divin. C’est le cas de Samson, doué d’une force exceptionnelle grâce à l’élection divine, mais qui finira pourtant captif et aveugle pour avoir perdu cette force par sa bêtise.
Voilà un épisode de la bible qui mérite d’être connu car il a inspiré les artistes … et hélas quelques dames qui se croient obligées de ressembler aux femmes qui ont trahis cet homme si fort et si faible à la fois. 

Par trois fois, Samson sera victime des femmes.

La première fois,  celle qui est devenue sa femme lui extorque la réponse de l’énigme qu’il avait proposée et la donne à ses compagnons philistins

La deuxième fois, même si le texte biblique n’est pas explicite à ce sujet, on peut supposer qu?une prostituée de Gaza le dénonce, là encore sans doute par crainte.

Enfin, la troisième fois, la plus célèbre de toutes, Dalila le livre aux Philistins ses ennemis.
Dalila est une femme, probablement philistine, dont s’éprend Samson pour sa perte.
Elle se fait acheter par les chefs de son peuple pour leur livrer ce héros qui les terrorise et les empêche d’opprimer les Israélites, et finit par lui arracher le secret de sa force prodigieuse.
Dalila fait donc raser Samson pendant son sommeil, afin de le priver de sa force et de l’assistance divine dont il s’est rendu indigne en exposant à des mains étrangères ce qui était voué à Dieu.

L’histoire de Samson ….. et Dalila

Samson et le lion, Rubens, 1633-1634

 

L’histoire de Samson commence  par un incident survenu lors de son mariage de Samson avec une Philistine.

Samson, en allant retrouver sa future femme à Timna, tue à mains nues un lion dont il voit plus tard la carcasse accueillant un essaim d’abeilles.

Samson apporte un rayon de miel à ses parents - le Guerchin Peintre ou Dessinateur : Guerchin, Giovanni Francesco Barbieri dit le (1591-1666) Datation : 1657 Source textuelle : Juges 14, 8-9 (Bible de Jérusalem, p. 368) Sujet de l'image ou genre : Sujet d'histoire sacrée. Samson et le lion Nature de l?image : Peinture sur toile Dimensions : Hauteur 102 * Largeur 117, cm Lieu de conservation : San Francisco, Fine Arts Museums, M. H. De Young Memorial Museum, inv. 65.20.2

 

De cet épisode, il tire une énigme qu’il propose aux convives le jour de ses noces :

De celui qui mange est sorti ce qui se mange et du fort est sorti le doux.”.

Il révèle à sa femme la solution de l’énigme, mais celle-ci, menacée par les puissants de son peuple, trahit le secret et livre la réponse aux ennemis de Samson.
L’imprudence de Samson n’aura pas de conséquences graves pour lui, mais il ne sait pas en tirer d’enseignement.
Lorsqu’il tombera sous le charme de  Dalila, celle ci  le harcèle pour lui extorquer le secret de sa force prodigieuse et le livrer aux Philistins, il se rend compte du risque encouru mais se laisse malgré tout duper.
Samson est donc un personnage paradoxal : doué d’une force physique redoutable, il semble étonnamment vulnérable face aux femmes.
Le pouvoir des femmes sur lui a anéantit la force que lui a donnée Yahvé…… ainsi ses ennemis finiront par lui percer les yeux.
Seul son esprit de vengeance lui donnera une dernière fois l’assistance de Dieu pour faire effondrer le temple sur lui et tous ses ennemis.

Samson a maintes fois inspiré les grands maitres…..

Des peintres tel Rubens, Rembrandt, Van Dick et van Honthorst (ci-dessus) ont été inspirés par cet épisode biblique.

Rubens (vers 1625) nous relate la tonte de Samson

Samson et Dalila (version de Londres) - Rubens Peintre ou Dessinateur : Rubens, Pierre Paul (1577-1640) Datation : entre 1609 et 1610 Source textuelle : Juges 16, 19-21 (Bible de Jérusalem, p. 371)
Ce tableau de Rubens (vers 1625) nous relate la tonte de Samson.

Tandis qu’il est endormi sur les genoux de Dalila, un valet s’approche de lui et lui coupe les cheveux.
L’action est éclairée par une vieille femme qui surveille la scène.
Dalila semble s’abandonner complètement ; elle regarde Samson et son visage est paisible.
Au fond de la scène, en haut à droite, l’on aperçoit l’armée des Philistins qui attend à la porte.
Ces deux scènes sont éclairées par des bougies qui mettent en relief l’abandon total de Samson, le point central du tableau étant par ailleurs la musculature puissante de son dos.
On peut noter le contraste entre cette expression de force physique et la position presque foetale du héros.
Les deux personnages principaux se laissent faire et ce sont les personnages secondaires qui agissent.

Samson et Dalila par Van Dyck….

 Samson et Dalila, Sir Anthony van Dyck, v. 1630

Samson et Dalila, Sir Anthony van Dyck, v. 1630

 Samson fut trahi par Dalila, femme judéenne dont il était épris.
Cette dernière profita de son sommeil pour raser sa chevelure, de laquelle il tirait sa force.
L’épisode, relaté dans l’Ancien Testament, inspira à Anthony Van Dyck une toile d’une grande intensité dramatique dans laquelle se déploient des lignes sinueuses. Les reflets chatoyants des étoffes témoignent des talents de coloriste de l’artiste.

L’aveuglement de Samson de Rembrandt (1636)

Aveuglement de Samson, Rembrandt, 1636, huile sur toile, 236x306 cm.Si l’on considère L’aveuglement de Samson de Rembrandt (1636),
« Dans la pénombre, Dalila, tenant la chevelure coupée de Samson, s’enfuit : le héros étant ainsi réduit à l’impuissance, les Philistins s’emparent de lui et lui crèvent les yeux. La trahison, l’horrible mutilation du héros, sont exprimées avec force par la puissance et le choc de la couleur qui n’est plus utilisée pour sa facilité de reproduire la réalité mais se voit conférer de façon inattendue ici un véritable rôle de porte-parole du drame.

Dans le contre-jour, les Philistins alertés par Dalila enchaînent Samson et l’aveuglent. Un éclairage dramatique tombe de l’ouverture par laquelle Dalila s’enfuit. Sa main, tenant les ciseaux, est le point le plus éclairé du tableau. Se détachant sur le bleu pâle, le jaune citron, les gris de l’arrière-plan lumineux, le formidable pied de Samson ne peut plus atteindre celle qui l’a trahi.” (Rembrandt de L. Munz et B. Haack).

Sur Les démonstrations de force de Samson.

 

Son combat avec le lion

Par son naziréat, Samson acquiert une force hors du commun qui lui sera utile pour combattre les Philistins. Homme à l’âme simple et naïve, il est apprécié par le peuple tant que ses actes n’ont pas de conséquences désastreuses.

Il existe dans La Bible plusieurs passages sur cette force surhumaine dont le premier est son combat avec le lion. Les commentateurs du Moyen-Age et notamment l’auteur anonyme de la Glose ordinaire ont reconnu dans ce premier exploit de Samson la préfiguration du Christ aux Limbes, vainqueur de Satan.

Cette interprétation explique la fréquence du sujet dans l’art chrétien dès le XIIe siècle.
Dans l’iconographie traditionnelle, Samson est presque toujours représenté chevauchant le fauve et lui renversant la tête pour lui écarteler les mâchoires de ses deux mains désarmées.
Au XVe siècle, Dürer le représente assis sur la croupe de l’animal. Samson le terrasse en lui brisant l’encolure avec sa jambe droite repliée. Le même épisode est repris par Rubens au XVIIe siècle, mais la mise en scène diffère quelque peu :
Samson écarte les mâchoires du lion qu’il vient de tuer et un essaim d’abeilles s’échappe de sa gueule, ces abeilles rappelant la phrase de l’énigme de Samson : «de celui qui mange est sorti ce qui se mange, du fort est sorti le doux ».

Comme nous l’apprend le livre des Symboles dans La Bible, lorsqu’un être humain remporte un combat contre un lion, c’est un héros historique qui a le dessus sur un animal réel, il n’y a pas de portée symbolique, cette victoire est le simple signe de la «dextérité», de la force musculaire et de la bénédiction divine.

Samson et la mâchoire d’âne

Un autre épisode célèbre de la force de Samson est celui de la «mâchoire d’âne» :

Armé d’une mâchoire d’âne, Samson abat mille Philistins venus le chercher pour « le traiter comme il [les a] traités ».

..

Samson arrache les portes de GAZA

Ce passage est immédiatement suivi de l’épisode des portes de Gaza : Samson, recherché, s’enfuit en arrachant les portes de la ville et les dépose au sommet d?une colline en face d?Hébron. Il laisse ainsi la ville sans défense et humiliée. Ces épisodes, bien que sûrement exagérés, illustrent la force phénoménale du nazir.

Samson abat le temple des Philistins.

Le quatrième et dernier épisode célèbre de la force de Samson, celui du temple des Philistins, est celui qui explicite sa mission d’élu et lui permet de mettre directement sa force au service de son peuple et de son Dieu. Samson, qui a été trahi par Dalila, est emprisonné par ses ennemis et tourné en dérision lors d’une fête religieuse consacrée à leur dieu Dagon.
Sa force, qui l’avait abandonné quand Dalila par traîtrise lui avait fait couper les cheveux, revient peu à peu en même temps que ceux-ci repoussent. Prétextant de la fatigue, il demande à s’appuyer contre les colonnes centrales de l’édifice.
Un jour rassemblés dans leur temple pour offrir un grand sacrifice à Dagôn, leur dieu, ils font venir Samson aveugle pour les divertir. Samson demande à son jeune guide de le conduire vers les piliers de soutien de l'édifice et il fait une prière. Il adresse au Seigneur une prière : «Yahvé, daigne te souvenir de moi et me rendre plus fort ». S?arc-boutant sur chacune des colonnes, il retrouve la grâce de Yahvé et sa force : le temple s’écroule, ensevelissant le héros et ses ennemis : « les morts qu’il fit mourir par sa mort furent plus nombreux que ceux qu’il avait fait mourir durant sa vie ».

Dieu avait-il prémédité sa faiblesse avec Dalila pour susciter chez Samson le désir de vengeance ? c?est le mode de fonctionnement psychologique constant de notre héros ?, ou bien est-ce la prière de Samson et son repentir qui le conduisirent à rendre sa force au nazir pardonné ?

Quoi qu?il en soit, Samson fait preuve dans cette fin épique d?un courage nouveau : il ne s?agit plus seulement d?un exploit physique qu?il est sûr de pouvoir accomplir, mais d?un acte de foi en sa force revenue, d?où l?ampleur spectaculaire de son exploit et son insertion dans la Bible.

source:  site mythes bibiliques

dindeLADY LADINDE
retour sur la rubrique du même tabac
La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours – 767 –

    RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Papy Eustache: Le “has been” dit être en été


barre verte
LE BLOG NOTE
DE CHOU VERT

 

 

On la raconte à la CiGiTé

barre verte

ILS ONT TROUVÉ LA NOUVELLE TENUE DU MARCHEUR…!


ATTENTION A LAREM MI CARDIAQUE

 

–  En été….
Il y en a qui en ont  marre de marcher..!

 

 

 

ALIMENTATION D’ÉTÉ DE LAREM

Ne pas abuser des crudités…. et des emmerdes..!

ça provoque des manifestations et des troubles pour notre vieux
” Collomb”

Alors ne mélangez pas  les “Bennesalades” avec du poulet casqué

Sinon le cabinet se bouche … et l’occupant ne sait plus où faire….
C Strzodingue et même chiant , de prendre un bide pour cause d’abus d’un tord-boyaux

ça touche aussi les marchieuses

– De notre temps où nous avions comme ministre de l’intérieur M.Gaston DEFERRE
Dans son cabinet on aurait dit :
Personne ne peut empêcher Gaston de faire”

barre verte

 

PAS SI CON

    « Dans la vie on partage toujours les emmerdes, jamais le pognon. »
(Michel Audiard)

barre verte

Courageuse mais pas téméraire…!
Sous le pseudo de Diane Montrésor
Diane cette ancienne fonctionnaire des impôts règle ses comptes avec son administration…
______________________
Les conneries c’est comme les impôts, on finit toujours par les payer. ” (Michel Audiard)

barre verte

On n‘est pas toc toc.. N’est ce pas..!

C’ est sûr…. le trésor public est le seul trésor que tu n’as pas besoin de chercher c’est lui qui te trouve toujours…!
Pas vrai mon trésor…

barre verte

Comment on rentre dans une administration fiscale..?
C’est super sympa les gens t’appellent mon trésor…
et à tout bout de champ’ et il est question d’un pot … d’un pot …. Ils pensent qu’a boire et parfois ils s’intéressent même à ton assiette

barre verte

c'est une homo plate

barre verte

 

Devinette :
C’est quoi  une lesbienne qui n’a pas de seins,

Devinez quelle est la réponse?

 

CHOU VERT

 

 

Share Button

PEINTURE : Oui c’est bien Velázquez qui a peint l’éducation de la vierge…!

logo lardon 1L’’ART ET LA PALETTE
AUX CHOUX

VISITE DU THÈME DE
SAINTE ANNE
(C’EST SA FÊTE AUJOURD’HUI)
TRAIT
É PAR VELÁZQUEZ……

– Wiki..! On a paumé les pinc eaux…
– On s’en fout, c’est de la peinture à l’huile
.

C’est Sainte Anne aujourd’hui….
Nous voulons lui rendre
hommage dans sa fonction de mère et éducatrice de la VIERGE MARIE sa fille…
Notre rubrique peinture est celle qui se prête le mieux à cet
exercice….
Avec la complicité des grands maitres bien sûr..!
Velázquez en tête..!

Diego Velázquez  né à Séville le et mort à Madrid le , est un peintre baroque
espagnol.

Il est considéré comme l’un des principaux
représentants de la peinture espagnole et l’un des maîtres de la peinture universelle.

Œuvres principales

logo lardon DSainte Anne est souvent représentée apprenant à lire à sa fille dans le livre de la Bible.

L’Éducation de la Vierge est une huile sur toile attribuée à Diego Vélasquez et conservée à la galerie universitaire d’art de Yale.
Peinte vers 1617, durant sa période d’apprentissage, il s’agit de la première toile connue parmi les peintures de Vélasquez.

La restauration de la toile prit dix ans au début du XXIe siècle.

La toile a longtemps été oubliée dans les réserves du musée de Yale, avant d’être mise au jour par John Marciari en 2004.

Le tableau, jusque-là attribué à un anonyme, fut alors étudié durant cinq ans, avant cette nouvelle attribution.
Celle-ci est restée discutée en raison notamment du mauvais état de l’œuvre.
Un collège de 29 experts réunis à Séville en 2015 a conclu à son authenticité, ce qui en fait la première toile peinte par Vélasquez qui nous est parvenue.

La toile fait partie des œuvres d’étude de Diego Vélasquez alors qu’il passait sa dernière année comme apprenti dans l’atelier de Francisco Pacheco. Le tableau nous montre clairement les thématiques qui étaient enseignées par Pacheco, homme jouissant d’un grand prestige dans le clergé, et très influent dans les cercles littéraires sévillans qui réunissaient la noblesse locale


Description

La toile représente quatre personnages et un chien, dans des couleurs ténébristes typiques de la période sévillane du peintre.

Au centre, en rouge, se trouve une enfant, Marie.

Celle-ci est debout entourée :

– à droite par un homme âgé – probablement son père, saint Joachim

– à sa gauche, par sa mère, sainte Anne, également aux traits marqués.

Les deux adultes sont assis.

La Chouette vous a déjà présenté en 2017

ANNE ET JOACHIM … Les grands parents

Anne tient sur ses genoux le livre des Écritures et regarde vers la droite, dans le vague.
Elle pointe une ligne du livre avec son index.
Sa fille pointe un autre endroit du livre. Anne est vêtue d’un vêtement bleu, d’un foulard blanc
, et une couverture jaune recouvre son côté gauche.

Joachim, penché en avant de profil, regarde la mère et la fille. Vêtu de couleurs sombres, sa chevelure et sa barbe grise ressorte de l’ambiance ténébriste. Si la scène semble être un cours, l’ensemble des protagonistes ont la bouche close.

Au premier plan à droite de la scène se trouve une table de chevet, au tiroir ouvert, montrant des papiers. Un ramequin dans une assiette se trouve sur la table, ainsi que des éléments de parure blancs. Devant la table se trouvent un chien endormi et un chat somnolant. Au-dessus de la scène se trouve un ange dont la tête a été coupée. 25 cm de la toile manquent en effet sur sa partie haute.

La toile était très abîmée, brûlée et victime de restaurations sauvages. Le conservateur et historien John Marciari la fit connaître à travers le monde par la revue spécialisée Ars magazine avant qu’elle ne subisse dix ans de restauration au début du XXIe siècle.
Le thème de l’éducation de la vierge
a été traité par d’autres artistes
Un autre apprenti étudiait alors chez Pacheco, Alonso Cano, entré en 1616.
Lui aussi est auteur d’une Éducation de la Vierge (1650) – ci contre.

L’Éducation de la Vierge
par Eugène-Delacroix

Le maitre tient à préciser qu’en vous présentant le premier tableau de Vélazquez il se doit lui de présenter le dernier tableau de Léonard de Vinci… Où sainte Anne porte la vierge sur ses genoux… l’enfant Jésus à leurs pieds
VU DANS LA CHOUETTE EN 2015

logo lardon 1

Chou Blanc

RETRO :
C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac

 

 

Share Button