Archives quotidiennes :

INFO DU 04 08 2013 – LE CHOURIANT – LE BAS DE L’AINE SOUFFRE

LE LIVRET A GARDE SON ATTRACTIVITE
Par Europe1.fr avec AFP Publié le 3 août 2013 à 15h01

La baisse du taux de rémunération du Livret A de 1,75% à 1,25%, son niveau le plus bas depuis quatre ans, n’inquiète pas les Français qui sont 48% à ne pas compter changer leurs habitudes d’épargne, selon un sondage Ifop à paraître dans Dimanche Ouest-France. Si 48% des Français ne comptent pas changer leurs habitudes de placement, 43% disent qu’ils vont cependant, tout en continuant à épargner, opter pour d’autres solutions afin de faire fructifier leurs économies, selon ce sondage. Seulement 9% des Français interrogés affirment qu’ils vont moins épargner et consommer davantage. Le sondage a été réalisé du 29 au 31 juillet par questionnaire auto-administré en ligne sur un échantillon représentatif de 1.005 personnes.

minilogo chouriant

LE BAS DE L’AINE SOUFFRE

Le bas de laine est pendant longtemps resté une épargne sans douleur une technique d’épargne qui ne faisait confiance à aucun banquier….

Les Français sont plutôt  des fourmis, pas des cigales. Et ça n’est pas près de changer. Avec l’impact des crises financières, qui ne semblent pas vouloir quitter la zone euro, la propension des ménages à épargner est partie pour durer.

Le bas de laine sous le matelas génère l’expression, avoir un matelas…. que le gouvernement aimerait voir se dégonfler un peu pour soutenir l’activité.
Mais il n’est pas sûr qu’il y parvienne car la tradition du bas de laine est bien ancrée :

.”Les Français ont un côté anxieux qui les incite à la prudence. De plus, il y a une tradition paysanne de constituer des bas de laine pour faire face en attendant des jours meilleurs.”

C’est totalement paradoxal dans un pays où l’existence d’un État providence pourrait inciter à consommer

“Pour avoir de l’argent devant soi rien de tel que d’en mettre de côté….”

JEAN MARIE VIANNEY  -4 aout
Curé d’Ars (✝ 1859)

Jean-Marie Vianney a grandi en pleine période de troubles révolutionnaires, c’est à dire aussi de persécution religieuse.
Ainsi, Jean-Marie recevra sa première communion dans la clandestinité. Le jeune campagnard, qui n’a jamais fréquenté l’école, voudrait devenir prêtre mais son père est réticent.
A vingt ans, il commence ses premières études, mais il est si peu doué pour les études que le séminaire de Lyon, où il a fini par entrer, décide de le renvoyer. Il parvient quand même à se présenter à l’ordination sacerdotale à Grenoble(*). Après un premier ministère à Ecully, il est nommé curé dans une petite paroisse de 230 habitants: Ars, à 40 km de Lyon.
Il y restera jusqu’à sa mort. Sa bonté, la joie dont il rayonne, ses longues heures de prière devant le Saint-Sacrement, impressionnent peu à peu ses paroissiens.
Pour écouter, réconforter et apaiser chacun, il reste jusqu’à seize ou dix huit heures par jour au confessionnal. Pendant les dernières années de sa vie, jusqu’à 100.000 pèlerins viendront chaque année pour entendre une parole de réconfort et de paix de la part de ce curé ignorant de tout, mais non pas du cœur des hommes ni de celui de Dieu.

Complètement donné à sa tâche pastorale, épuisé, il aura ce mot vers la fin de sa vie: «Qu’il fait bon de mourir quand on a vécu sur la croix». Il est exaucé le 4 août 1859 quand il meurt à l’âge de 74 ans.

Share Button

JAMES ET MOI A BRUGES : N 3 – L’EGLISE NOTRE DAME – HOPITAL SAINT JEAN ET MUSEE HANS MEMLING

— NOS DÉCOUVERTES DE L’ÉTÉ —

DÉCOUVERTE DE BRUGES (Belgique)
Par CHOURIANT

Sans que ses rubriques quotidiennes de début juillet 2013 en souffrent, CHOURIANT a obtenu tous frais payés par la rédaction, un séjour de trois jours à BRUGES
Il revient de la Venise du Nord avec la photo souvenir de JAMES un nouvel ami rencontré au hasard d’un hall d’hôtel…. Quand Wiki verra l’addition, il y aura moins de sourires et de calins entre ce groom arriviste et lui….
barre bleue
JAMES ET MOI A BRUGES

JAMES ET MOI A BRUGES

JAMES ET MOI A BRUGES –
C’EST 4 ARTICLES SUR LA VILLE DE BRUGES, SES EGLISES ET SES MUSEES …

Pour l’instant notre rubrique “JAMES ET MOI” se positionne en tête des découvertes de l’été 2013

.

Tous les dimanches, ils viennent nous faire tour à tour partager:

.barre bleue

Hans Memling - Sibylla Sambetha

Hans Memling – Sibylla Sambetha

– BRUGES LA VENISE DU NORD …. EN BATEAU SUR CES CANAUX OU EN CALÈCHE DANS CE MUSÉE A CIEL OUVERTmontre moi

– LE COEUR DE LA CITÉ LE MARKT, LE BURG, BASILIQUE DU SAINT SANGmontre moi

– LE MUSÉE HANS MEMLING A L’HÔPITAL SAINT JEAN montre moi

– LE MUSÉE GROENINGE ET LES OEUVRES DES PRIMITIFS FLAMANDSmontre moi
barre bleue

  L’EGLISE NOTRE DAME – LE MUSÉE HANS MEMLING A L’HÔPITAL SAINT JEAN ….

james et moi 1

JAMES ET MOI A BRUGES – VOLET 3 HOPITAL SAINT JEAN ET SON MUSÉE MEMLING 


James et moi étions avec vous la semaine dernière pour vous montrer que Bruges et ses canaux lui font mériter son appellation de « Venise du Nord »
.

Délaissons les canaux, places du markt et du burg et attardons nous aujourd’hui  à l’église notre Dame avant de nous rendre au musée MEMLING situé dans l’ancien hôpital Saint Jean.barre bleue

L’ ÉGLISE NOTRE DAME

Munie d’une des plus hautes tours d’Europe, dont la brique rouge culmine à 122 mètres, l’église Notre-Dame (Vrouwekerk) domine Bruges, reléguant le Beffroi et la cathédrale Saint-Sauveur au statut de monuments « raisonnables ».

L’empreinte de Michel-Ange
Si l’existence de Notre-Dame est mentionnée dès le XIe siècle, l’architecture gothique que l’on observe aujourd’hui est essentiellement un héritage du XIIIe siècle.

A l’intérieur, la rougeur des briques laisse la place à la blancheur des piliers de la nef et des marbres. Accessible librement, la nef offre à elle seule une impressionnante richesse que l’on découvre avec peine tant l’affluence est importante.

Les visiteurs se concentrent d’ailleurs essentiellement dans le bas-côté droit. Il recèle en effet un véritable trésor en son extrémité : une superbe Vierge à l’Enfant de Michel-Ange.

 

LE CHOURISTE

La “Madonne à l’enfant” (1504-1505), de Michel-Ange, en marbre de Carrare, prévue au départ pour la cathédrale de Sienne, fut finalement achetée par une famille brugeoise. Elle est ainsi une des rares œuvres du Michel-Ange à ne pas être en Italie, et les brugeois en sont très fiers.   

LE CHOURISTE

Le chœur de l’église Notre-Dame est empli du souvenir des ducs de Bourgogne. Le magnifique mausolée gothique que Maximilien d’Autriche fit ériger pour son épouse, Marie de Bourgogne, fut achevé en 1502 et placé dans l’axe de l’église devant le maître-autel. Plus tard, Charles-Quint décida de transférer à Bruges les restes de Charles le Téméraire mort et enterré à Nancy en 1477.

Philippe II fit monter le mausolée Renaissance en 1562 à côté de celui de Marie de Bourgogne qui fut déplacé sur sa gauche. Le mausolée dédié à Charles est donc postérieur de 60 ans à celui de sa fille Marie. Durant la révolution française, l’église devint le local des Jacobins. Après les évènements révolutionnaires le chœur fut retrouvé dans un triste état.

Le mausolée exécuté en style renaissance fut terminé en 1562. Les consoles, pinacles, blasons et l’épitaphe témoignent du talent des artistes qui ont ciselé le cuivre doré et enrichi d’émail le monument funéraire.

barre bleue

LE MUSÉE HANS MEMLING

Bruges-Memling-SIBYLLA-SAMBETHA

Bruges-Memling-SIBYLLA-SAMBETHA

LE MUSÉE MEMLINGS  »  
Informations pratiques:
Memling museum
Mariastraat 38
8000 Bruges
Horaires : de 9h30 à 17h du mardi au dimanche.
Tarif : 7 euros.

Le Memling museum doit son nom à l’artiste Hans Memling, maître peintre d’origine allemande qui s’établit à Bruges à partir de 1465.
Le musée se connaît également sous le nom de Hospitalmuseum dans la mesure où il est installé dans l’ancien hôpital St Jean, datant du XIIe siècle.

Des religieux y soignèrent les pèlerins malades jusqu’en 1976.
Les anciennes salles de soins et dortoirs abritent désormais nombre de peintures et objets d’art, en relation avec le monde médical notamment.

Vous pourrez en effet observer des instruments médicaux utilisés il y a plusieurs siècles.

BRUGES MEMLING - TRIPTYQUE du mariage mystique de sainte catherine

BRUGES MEMLING – TRIPTYQUE du mariage mystique de sainte catherine
Quatre religieux occupant une position importante à l’Hôpital Saint-Jean commandèrent ce retable pour l’église à l’occasion de la construction de la nouvelle abside du choeur (1473-1474) et se firent représenter au revers des volets.

Hans Memling (Seligenstadt 1435/40 – Bruges 1494)

Hans Memling est mentionné pour la première fois dans un document du 30 janvier 1465, lorsqu’il se fit inscrire dans le registre des bourgeois de la ville de Bruges. On suppose que Memling avait à peu près vingt-cinq ans lorsqu’il arriva à Bruges, mais il était déjà un peintre accompli.
On ne sait rien de ses années de jeunesse, mais les historiens de l’art pensent qu’il fut d’abord apprenti à Cologne et à Bruxelles.

Malgré ses origines allemandes et l’influence Memling peut être considéré, tant pour le style comme pour la technique, comme une des grandes figures de la peinture flamande du XVe siècle. Il s’établit à Bruges en 1465. C’est dans cette ville que la majeure partie des œuvres de sa main qui ont été conservées doivent avoir vu le jour. il suivit les traces de ses célèbres prédécesseurs Jan van Eyck.
Son rythme de production était en effet très élevé, particulièrement dans les années 1480, quand il était parvenu au sommet de sa carrière. Il mourut à Bruges le 11 août 1494. Un contemporain nota dans son journal le décès du « maître le plus habile et le plus accompli de toute la chrétienté »

LE CHOURISTE

Le Musée Memling abrite des trésors comme le Triptyque des deux saint Jean connu aussi comme le Triptyque du Mariage mystique de Sainte Catherine et  la Châsse de sainte Ursule ainsi que bien d’autres œuvres de Hans Memling ou des peintres flamands de Bruges ….

barre bleue

LA CHASSE DE SAINTE URSULE

HANS MEMLING retrace sur la chasse la légende de Sainte Ursule, la jeune bretonne.

C’est Jacques de Voragine qui fixe la version définitive dans La Légende dorée. Le culte de sainte Ursule et de ses compagnes a connu un immense succès au Moyen Âge, surtout en Allemagne et aux Pays-Bas, dans le Nord de la France et à Venise.

Ursule est la patronne des jeunes filles et des drapiers car elle était protégée par un manteau miraculeux.

Fille d’un roi chrétien breton, sainte Ursule est promise en mariage à un prince païen. Inspirée de Dieu, elle conseille à son père d’accéder à la demande du prince à condition

– que le roi son père, de concert avec son futur époux, lui donne dix vierges très distinguées pour la consoler ;

– qu’on lui confie à elle et aux autres, mille vierges ;

– qu’on équipe des vaisseaux ;

– qu’on lui accorde un délai de trois ans pour faire le sacrifice de sa virginité ;

– que le jeune homme lui-même se fasse baptiser et instruire dans la foi, dans le même espace de trois ans.

 La troupe s’embarque sur le Rhin vers Cologne et Bâle, puis se rend en pèlerinage à Rome.

Les historiens pensent que les gens de l’époque auraient probablement mal interprété la numération romaine trouvée près des ossements attribués aux saintes vierges martyres : on pouvait en effet lire XIMV, ce qui signifie plutôt XI pour «onze», M pour «martyres» et V pour «vierges».

Autrement dit, l’inscription «XI Martyres et Vierges» aurait été interprétée comme étant « XI Mille Vierges ».

Sur le chemin du retour, le groupe tomba entre les mains du roi des Huns, Guam. Les soldats massacrèrent Ursule, son fiancé Eutherius, les 11 000 vierges, ainsi que le pape et sa suite.

Les jeunes filles furent enterrées dans une église de Cologne.

Les fouilles archéologiques permirent de découvrir des ossements de jeunes femmes décédées quelques siècles plus tôt et la croyance populaire les attribua aussitôt à Ursule et ses compagnes.

LE CHOURISTE


Sainte Ursule est aussi connue pour sa vie vertueuse. Elle fut longtemps invoquée en temps de guerre pour obtenir une bonne mort, un bon mariage, mais aussi comme protectrice de la jeunesse.

barre bleue
Retrouver les articles sur Bruges déjà publiés:
VOLET 1 les canaux              
montre moi
VOLET 2 le Markt – Le burg  
montre moi
VOLET 3 le musée Memling   montre moi
VOLET 4 le musée Groeninge montre moi

barre bleue

CHOURIANT

 “Les Découvertes de l’été“….  Font le bel été….!
et nous avons la faiblesse de le croire, de la belle ouvrage de vous le faire partager……

395JAMES ET MOI A BRUGES

Share Button