Archives par étiquette : philosophes

ALEXANDRE LE GRAND … NON… LE GRAND ALEXANDRE…!

Aujourd’hui on fête la saint Alexandre

Alexandre le Grand

ou

Alexandre III de
Macédoine
  -356 à  -323 ,

 

C’est un roi de Macédoine et l’un des personnages les plus célèbres de l’Antiquité.

 Fils de Philippe II, élève d’Aristote et roi de Macédoine depuis -336, il devient l’un des plus grands conquérants de l’histoire. Il fait de son petit royaume le maître de l’immense empire perse achéménide, s?avance jusqu’aux rives de l’Indus et fonde près de soixante-dix cités, dont la majorité porte le nom d’Alexandrie.

La notoriété d’Alexandre s’explique principalement par sa volonté de conquête de l’ensemble du monde connu. Cette aspiration, à la fois illusoire et pourtant presque réalisée, avant qu’il ne meure subitement à l’âge de trente-deux ans, a pour conséquence, durant un temps très court,  une unité politique jamais retrouvée ensuite entre l’Occident et l?Orient.

Alexandre l’un des meilleurs stratèges de l’histoire

Il est aussi à ce jour considéré comme l’un des meilleurs stratèges de l’histoire, parfois même considéré comme le meilleur de tous, plusieurs souverains militaires, toutes époques et tous continents confondus, lui rendront régulièrement hommage ou feront écho à sa légende.
Ainsi, des généraux antiques tel Hannibal ou César, ou des puissants souverains, tel Gengis Khan ou Napoléon revendiqueront au nom d’Alexandre celui de plus grand général de l’histoire, et à maintes reprises auront la prétention de reformer son empire, que cela soit par pure ambition, ou justification de leurs conquêtes.
Conquérant victorieux, Alexandre est resté invaincu sur les champs de bataille tout au long de sa vie.
Plusieurs peuples, occidentaux comme orientaux, lui voueront un culte, tels les Romains (Auguste aurait posé une couronne d’or sur la momie d’Alexandre), ou même les civilisations médiévales, où son épopée fait l’objet d’un recueil de légendes, le Roman d’Alexandre, qui mêle la réalité et le fantastique.

L’héritage d’Alexandre, marqué par une tentative de fusion des cultures grecque et orientale, est partagé entre ses généraux pour former les différents royaumes et dynasties de la période hellénistique.

source /wikipédia


Alexandre et  son cheval Bucéphale.
Une légende importante est celle de la rencontre d’Alexandre et de son cheval Bucéphale.
.

Alexandre et Bucéphale, par Jean Baptiste TIEPOLO, vers 1760, Petit Palais, Paris.Un jour, un marchand montra l’animal à Philippe II, mais le roi trouva le cheval bien trop sauvage, et ne voulut pas l’acheter.
Alexandre, encore jeune, insista pour que son père achète malgré tout l’animal.
Ce dernier accepta, à condition que son fils parvienne à dompter le cheval, sans quoi il devrait payer l’animal avec ses propres deniers.
Alexandre, qui avait remarqué que l’animal avait peur de son ombre, plaça le cheval face au soleil, et parvint à le monter.

Il baptisa alors ce cheval Bucéphale (son nom provient de boos, boeuf et de kephalê, ‘tête’.). En effet, soit l’animal avait une tête ressemblant à un boeuf, soit sa tête portait une tâche en forme de boeuf. A noter que Bucéphale, selon la légende, descendrait des juments de Diomède, des créatures qui mangeaient de la chair humaine.

 

Alexandre et le philosophe Diogène

– “ÔTE TOI DE MON SOLEIL”
Phrase prononcée par Diogène lors de la rencontre d’Alexandre le grand et de Diogène de Sinope

Plusieurs anecdotes témoignent du mépris des richesses et des conventions sociales de Diogène  dont sa rencontre avec Alexandre le grand

C’est à Corinthe que se situe la fameuse rencontre du vieux clochard-philosophe avec le jeune roi de Macédoine, Alexandre le Grand, qui avait conquis la Grèce et l’Asie.
ALEXANDRE  dit à Diogène :(* Bas-relief en marbre (env 4m x 3m) * La rencontre d'Alexandre et de Diogène de Sinope * Pierre Pujet, vers 1680, Musée du Louvre

– « Demande-moi ce que tu veux, je te le donnerai

Ôte-toi de mon soleil
(
Littéralement « Tiens-toi un peu à l’écart de mon soleil»)

N’as-tu pas peur de moi ?

Qu’es-tu donc ? Un bien ou un mal ?

Un bien

Qui donc, pourrait craindre le bien ? ».

Le même Alexandre aurait avoué un jour :
« Si je n’étais Alexandre, je voudrais être Diogène »

Alexandre une vidéo puissante

retour sur la rubrique du même tabac - Diogène et Alexandrewikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs

         RETRO :
C’est du même tabac…..


 

605

Share Button

DIOGENE : Ôte toi de mon soleil… Cet idiot me gène…!

les potes doivent être éclairés

 CHRONIQUES CHOUCROUTE
  par le Pote H

 Dans mes chroniques on m’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser,  et de bien comprendre le sens des choses  …..
je viendrai de temps à autre revisiter la fresque de Raphaël  “L’école d’Athènes” pour éclairer leur lanterne sur les philosophes antiques qui y sont représentés –  N°16 – Diogène le philosophe cynique

  Aujourd’hui …. ÉVITER LE SYNDROME DE DIOGÈNE …
EN RESTANT PHILOSOPHE

Jean-Léon Gérôme [Public domain or Public domain], via Wikimedia Commons Le philosophe grec Diogène (404-323 av. J.-C.) assis dans son humble logis, un tonneau en terre cuite dans le quartier Métrôon d’Athène, allume une lampe en plein jour, signalant qu’il recherche un homme honnête. Les chiens qui l’entourent, des compagnons du philosophe, sont emblématiques du cynisme (du grec kynikos, pareil au chien), qui met de l’avant une vie austère.


Le syndrome de Diogène est un syndrome décrit par Clark en 1975 pour caractériser un trouble du comportement de la personne âgée conduisant à des conditions de vie négligées, voire insalubres.
Ce syndrome associe entre autres :

– Une négligence parfois extrême de l’hygiène corporelle et domestique ;
– Une accumulation d’objets hétéroclites nommée également syllogomanie  ;
– Un déni de son état, associé en conséquence à une absence de toute honte ;
– Un isolement social selon les critères habituellement admis dans sa culture ;
– Un refus d’aide concernant cet état, celle-ci étant vécue comme intrusive ;
– Une personnalité pré-morbide : soupçonneuse, astucieuse, distante, tendant à déformer la réalité (là encore selon les critères culturels en cours).

La première étude de ce modèle de conduite date de 1966. Le nom syndrome de Diogène adopté en 1975 fait référence à Diogène de Sinope, philosophe grec du IVe siècle av. J.‑C.,

Dygoène vu par Raphaêl -détail de la fresque l'école d'Athènes - En 1508, Raphaël (qui a signé dans le cou d'un des personnages, Euclide) est nommé officiellement peintre de la papauté, et réalise la fresque entre 1509 et 1512 pour les appartements de Jules II. Elle possède des dimensions impressionnantes : 7,70 x 4,40 m, dont une partie arrondie de 770 sur 250 cm. Les couleurs dominantes sont l'ocre, le beige et le pastel. L'orange et le bleu sont complémentaires dans cette peinture. L'utilisation de la lumière et de l'ombre est, à l'époque, une particularité.DIOGENE QUI ES TU…,

A une époque où Platon puis Aristote règnent en maîtres sur la pensée athénienne, voici que surgit Diogène, l’exilé de Sinope, qui revendique le chien comme emblème philosophique.

Il sera “le chien royal”, après Antisthène, “le vrai chien”, que l’on considère comme le père fondateur de l’école cynique.
Diogène crèe le personnage du philosophe vagabond, barbe hirsute, manteau de bure, besace et bâton dont il fera grand usage pour convertir ses contemporains à la philosophie, la sienne.
Vivant dans une jarre à proximité de l’Agora, interpellant les passants au hasard des rencontres, les raillant et les fustigeant de ses féroces jeux de langage  – le rire est sa méthode – il engage ses congénères à vivre selon les lois de la nature.
Faisant fi des tabous, des illusions et de toutes les conventions sociales, de provocations en provocations, Diogène vit comme un chien, mangeant au creux de ses mains, pissant et crachant sur les puissants, se masturbant sur la place publique…
Sa théatralité fait scandale et perturbe, par un renversement absolu des valeurs, la bonne conscience de ses contemporains et l’ordre de la cité.
On l’a beaucoup caricaturé, mais Diogène le subversif intempestif est un penseur qui exprime avec radicalité une  vision du monde et une pensée philosophique. Diogène, une philosophie en actes…

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteursDIOGENE LE PHILOSOPHE CYNIQUE
Le cynisme était une attitude face à la vie provenant d’une école philosophique de la Grèce antique, fondée par Antisthène, et connue principalement pour les propos et les actions spectaculaires de son disciple le plus célèbre, Diogène de Sinope.

Cette école a tenté un renversement des valeurs dominantes du moment, enseignant la désinvolture et l’humilité aux grands et aux puissants de la Grèce antique.
Radicalement matérialistes et anticonformistes, les Cyniques, et à leur tête Diogène, proposaient une autre pratique de la philosophie et de la vie en général, subversive et jubilatoire.

Par une dérivation du terme, on parle de nos jours de cynisme pour désigner un mode de pensée qui diffère tellement des normes établies (en particulier dans le domaine de la morale) qu’il en deviendrait choquant.
On peut attacher à ce cynisme une sorte d’humour noir (tantôt involontaire, tantôt malveillant), pince-sans-rire, mordant et ironique, souvent employé pour manifester une certaine rébellion face à un monde incompréhensible en raison de la multiplicité des conventions factices, socialement admises, qui le régissent — à la différence du sarcasme, qui ne recherche pour sa part qu’une démonstration de force.
Au-delà de cette indifférence affichée à la morale et aux convenances, le « cynique » moderne n’a plus grand-chose à voir avec les philosophes antiques dont il est question ici. (Source:Wikipédia)

– “ÔTE TOI DE MON SOLEIL”

Phrase prononcée par Diogène lors de la rencontre d’Alexandre le grand et de Diogène de Sinope

Plusieurs anecdotes témoignent de son mépris des richesses et des conventions sociales. Selon Diogène Laërce, il n’hésitait pas à mendier auprès des statues afin de « s’habituer au refus ». Il abandonna même son écuelle après avoir vu un enfant buvant à la fontaine dans ses mains.
Lorsqu’on l’interrogea sur la manière d’éviter la tentation de la chair, Diogène aurait répondu « en se masturbant », et aurait ajouté : « Ah, si l’on pouvait ainsi faire disparaître la faim rien qu’en se frottant le ventre ! »

On l’aurait également vu parcourir les rues d’Athènes en plein jour, une lanterne à la main, déclarant à ceux qui lui demandaient ce qu’il faisait : « Je cherche un homme » (parfois traduit « Je cherche l’homme » ou « Je cherche un vrai homme »).
Cet « homme » désignerait celui théorisé par Platon, l’idéal de l’humain, et Diogène aurait voulu par là réfuter son existence, ne voyant exister que des hommes concrets.
Une autre anecdote rapporte que, Platon ayant défini l’homme comme un « bipède sans cornes et sans plumes », le jour suivant, Diogène se promena dans la ville en tenant à la main un coq plumé aux ergots coupés, et déclarant : « Voici l’homme de Platon ! ».

À la fin de sa vie, il se dirigeait vers Égine en bateau, quand ce dernier fut pris par des pirates. Mis en vente comme esclave à Corinthe, il déclare au marchand qui lui demande ce qu’il sait faire qu’il sait « gouverner les hommes », et qu’il faut donc le vendre à quelqu’un qui cherche un maître. Il est acheté par un riche Corinthien qui admire son indépendance d’esprit, et lui rend la liberté.

C’est à Corinthe que se situe la fameuse rencontre du vieux clochard-philosophe avec le jeune roi de Macédoine, Alexandre le Grand, qui avait conquis la Grèce et l’Asie, et qui lui dit :(* Bas-relief en marbre (env 4m x 3m) * La rencontre d'Alexandre et de Diogène de Sinope * Pierre Pujet, vers 1680, Musée du Louvre

– « Demande-moi ce que tu veux, je te le donnerai

Ôte-toi de mon soleil (Littéralement « Tiens-toi un peu à l’écart de mon soleil»)

N’as-tu pas peur de moi ?

Qu’es-tu donc ? Un bien ou un mal ?

Un bien

Qui donc, pourrait craindre le bien ? ».

Le même Alexandre aurait avoué un jour : « Si je n’étais Alexandre, je voudrais être Diogène »

IL FAUT BIEN MOURIR DE QUELQUE CHOSE

La mythologie a eu raison de la vérité concernant la mort de Diogène de Sinope, et il subsiste de nos jours plusieurs versions différentes de la cause de son trépas : il serait mort à cause d’une infection due à la morsure d’un chien auquel il essayait de dérober son os, pour se nourrir.

D’autres sources affirment qu’il serait décédé des suites de l’ingestion d’un poulpe cru, suite à un pari, ou même qu’il aurait volontairement arrêté de respirer (acte biologiquement impossible).

Toutes ces versions contribuent à renforcer la légende selon laquelle Diogène serait mort comme il a vécu, d’une manière peu banale, et même subversive. Il meurt en tout cas à Corinthe âgé d’environ 86 ans.

Il avait demandé qu’après sa mort, on jetât son corps à la voirie, mais ses amis lui firent des funérailles magnifiques. On plaça sur son tombeau une colonne surmontée d’un chien en marbre de Paros et sur laquelle on pouvait lire les vers suivants :

« Même le bronze subit le vieillissement du temps,
Mais ta renommée, Diogène, l’éternité ne la détruira point.
Car toi seul as montré aux mortels la gloire d’une vie indépendante
Et le sentier de l’existence heureuse le plus facile à parcourir. »

wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteursNOS SOURCES :

http://www.philo5.com/Les%20philosophes%20Textes/Diogene_OntDitSur.htm
c’est pour moi la source la plus…”croquignolette” …et c’est pas triste … mais historique “
http://fr.wikipedia.org/wiki/Diog%C3%A8ne_de_Sinope
http://www.histophilo.com/diogene_de_sinope.php

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/laerce/6diogene.htm



POTACHE


1048

Share Button

LE POTE H…… Pelote PLOTIN


Warning: preg_replace(): Unknown modifier '/' in /homepages/38/d544418287/htdocs/mafeuilledechou/wp-content/plugins/jetpack/class.photon.php on line 489

les potes doivent être éclairés

 CHRONIQUES CHOUCROUTE
  par le Pote H

 Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser,  et de bien comprendre le sens des choses  …..
je viendrai de temps à autre revisiter la fresque de Raphaël  “L’école d’Athènes” pour éclairer leur lanterne sur les philosophes antiques qui y sont représentés
–  N°17 – PLOTIN le philosophe romain

Aujourd’hui …. j’ai décidé de peloter le philosophe PLOTIN le barbu dans le coin en haut à droite


Par Raphaël — Stitched together from vatican.va, Domaine public, Lien

  “Dieu est tout entier, à tout instant, en tout être”(Plotin)

“Ne cesse pas de sculpter ta propre statue jusqu’à ce que l’éclat divin de la vertu se manifeste.

Plotin s’est avéré d’une lecture plutôt difficile en raison du caractère fort abstrait des sujets traités. Sa philosophie est en effet complexe et difficile à appréhender en une première lecture.
Avec Plotin, la recherche de la sagesse devient une quête du salut de l’âme.

Cette théorie influença les Pères de l’Église, notamment saint Augustin.
Le désintérêt de notre société pour l’âme et l’au-delà nous a rendu la pensée de Plotin un peu étrangère, voire bizarre.
Cela va-t-il durer ? Peut-être pas….
Après tout, la mort est trop présente dans nos vies pour que l’on puisse toujours occulter ces questions.

je viendrai de temps à autre revisiter la fresque de Raphaël “L’école d’Athènes” pour éclairer leur lanterne sur les philosophes antiques qui y sont représentés - N°17 - PLOTIN le philosophe romainQui était Plotin… ?

PLOTIN : Né en Égypte en 205 après J.C. et mort à Rome en 270. C’était un philosophe romain de l’Antiquité tardive.
Il fut le fondateur d’un courant philosophique appelé « néoplatonisme », qui influença de manière profonde la philosophie occidentale.
Il installa son école à Rome, en 246, et son premier disciple fut Amélius.
Sa relecture des dialogues de Platon fut une source d’inspiration importante pour la pensée chrétienne, en pleine formation à l’époque.
L’intégralité de ses écrits a été publiée, par un autre disciple fidèle, Porphyre de Tyr, dans les Ennéades.

Eh  pote H …. C’est  quoi le ” Néo-platonisme.”… ?

Plotin et ses disciples.
C’’est le courant d’idées le plus remarquable dans l’Antiquité tardive qui fut surtout inspiré par la théorie de Platon. C’est pourquoi nous l’appelons le ” Néo-platonisme.”Il allait aussi exercer une forte influence sur la théologie chrétienne.

La pensée de Plotin est originale en ce qu’elle approfondit la réflexion de Platon et d’Aristote sur la nature de l’intelligence.

Pour Plotin, l’univers est composé de trois réalités fondamentales ou hypostases :
Le Paysage aux trois arbres Signé et daté en bas vers la gauche Rembrandt f 1643 Eau-forte, pointe sèche, burin et morsure à la fleur de soufre. 212 x 283 mm B.N.F.
– l’Un (qu’il appelle parfois DIEU),
–  l’intelligence
–  l’Âme.

L’homme qui fait partie du monde sensible doit, par l’introspection, remonter de l’Âme à l’intelligence, puis de l’intelligence à l’Un et accomplir ainsi une union mystique avec le dieu par excellence.

Pour Plotin en effet, le principe premier est l’’Un transcendant, éternel, insaisissable et parfaite source du Bien ordonnant le monde.

En dessous de cet Un abstrait se situe l’Intellect dont la principale fonction est de définir les Idées contenant le monde.

La connexion entre l’’Intellect et le monde sensible est faite par l’Âme, qui crée la matière vivante et qui contient elle même une grande multiplicité d’âmes allant de celles des êtres éternels comme les astres à celle purement végétative des plantes.
Il reprend également une idée majeure du Platonisme en développant le thème de l’immortalité des âmes, conduisant à des réincarnations successives dans des enveloppes corporelles supérieures ou inférieures suivant les actes commis au cours de l’existence terrestre.

Plotin décrit donc longuement ces trois principes éternels ordonnateurs du monde réel et reliés entre eux par un mouvement de procession du haut vers le bas.
Chaque corps s’avance vers l’âme et reçoit d’elle la part d’intelligible qu’il est en mesure de supporter.
Plotin introduit ici un axiome capital tant pour sa théorie de la participation que pour toute sa doctrine de la procession : ce qui participe d’une chose ne peut recevoir qu’imparfaitement la puissance de son modèle et n’en reçoit que ce qu’il peut en prendre.

– Houla… houla….  POTE  H tu peux reprendre avec un exemple .. !
– Ok  Ok on y retourne personne… n’a la nausée…? Alors allons y pour un exemple


Le monde est, selon Plotin, tendu entre deux pôles.
– D’un côté, il y a la lumière divine, ce qu’il appelle “l’Un” ou parfois “Dieu”
– De l’autre côté, règne l’obscurité totale, là où la lumière de l’Un ne peut pas pénétrer.

Toute la démarche de Plotin est de nous faire prendre conscience que cette obscurité n’a pas d’existence. Elle est une absence de lumière, certes, mais elle
n’est pas.
La seule chose qui existe, c’est Dieu ou l’Un, mais telle une source de lumière qui petit à petit se perd dans le noir, il y a une certaine limite à la portée du rayonnement divin.

Selon Plotin, l’âme reçoit les rayons de l’Un, tandis que la matière est cette obscurité qui n’a pas de réelle existence. Même les formes dans la nature reçoivent toutes un pâle reflet de l’Un.

Imaginons un feu de camp dans la nuit. Des étincelles crépitent de tous les côtés. Dans un large périmètre autour du feu, la nuit est comme illuminée, mais si nous nous éloignons du feu, la lumière s’affaiblit de plus en plus jusqu’’à ce que nous ne la voyions plus.
Représentons la réalité comme un feu de camp.
Ce qui brûle, c’est Dieu et l’obscurité à l’extérieur est la matière dont sont faits les hommes et les animaux.
Tout près de Dieu se trouvent les idées éternelles qui sont la matrice de tout ce qui est créé.
L’âme des hommes est avant toute chose, une étincelle du feu.

Cependant, toute la nature reçoit un peu de rayonnement divin.

Tout ce qui EST participe au Mystère divin, mais c’est grâce à notre âme que nous nous approchons le plus près de Dieu. Là seulement, nous faisons “un” avec le grand mystère de la vie. Il peut même nous arriver de ressentir que nous sommes ce mystère même.

Pour ceux qui veulent aller plus loin voici quelques extraits des écrits de Plotin

Plotin l’’âme et le corps selon Plotin
Pour Plotin, le corps est amoureux de l’Âme, comme un amant posté au seuil du Bien-Aimé, sans réciprocité apparente. les corps sont attirés par l’Âme et cherchent à la rejoindre, alors que chez d’autres penseurs, l’Âme descend vers le corps qui lui correspond. Du coup, l’idée d’un amour de l’âme pour le corps est aussi formulée.

“Chaque âme devient ce qu’elle contemple”.
“Supposons l’âme, comme le veut sa nature, placée dans le corps, soit au-dessus de lui, soit en lui, et formant avec lui ce tout qu’on nomme l’animal. Dans ce cas, l’âme, en se servant du corps comme d’un instrument, n’est pas forcée de participer à ses passions, pas plus que les artisans ne participent à ce qu’éprouvent leurs instruments.

Quant aux sensations, il est nécessaire qu’elle les perçoive, puisque, pour se servir de son instrument, il faut qu’elle connaisse, au moyen de la sensation, les modifications que cet instrument peut recevoir du dehors. C’est ainsi que l’âme se sert des yeux pour voir et qu’elle ressent en même temps les maux qui peuvent affecter la vue. Il en est de même pour les autres douleurs, pour toutes les souffrances, et en général pour tout ce qui peut arriver au corps ; il en est de même enfin des appétits, qui naissent du besoin que l’âme a de recourir au ministère du corps. »

La question du bonheur et du mal

Plotin affirme d’emblée que « le bonheur se trouve dans la vie » Il faut comprendre la vie en un sens bien particulier : il s’agit ici de la vie conforme à l’Intelligence. Ce type de vie est seul à pouvoir offrir un réel plaisir à l’homme. L’homme, pour être heureux, doit utiliser sa volonté pour tendre vers le bien jusqu’à s’y identifier : il doit donc se tourner non pas vers les éléments du monde sensible qui n’ont qu’un degré très limité de bonté, mais vers l’Intelligence qui est directement issue de l’Un (ou du Bien).

Le mal est simplement pour lui ce qui est le plus privé de perfection ; c’est un défaut de bien. Les évènements douloureux, la souffrance ne détournent pas forcément le sage de sa quête du bonheur, et ne sont pas non plus un indice de l’absence de Dieu. Le sage sait que le mal a sa place dans l’univers et qu’il résulte nécessairement du processus d’émanation qui mène de l’Un au monde sensible.

« De manière générale, il faut poser que le mal est un défaut de bien. Il est nécessaire que se manifeste ici-bas un défaut de bien, car le bien se trouve alors en autre chose»
— Plotin,
Ennéades III, 2 [47]
La statue et la  question de la beauté
“Ne cesse pas de sculpter ta propre statue


Nous sommes beaux quand nous nous connaissons et  laids quand nous nous ignorons”.

“Si tu ne vois pas encore ta propre beauté, fais comme le sculpteur d’’une statue qui doit devenir belle……”

“Regarde en toi-même pour y rechercher la beauté et, si tu ne l’y trouve pas, imite le sculpteur qui, pour parfaire son œoeuvre, la gratte, l’épure, la polit et lisse la matière jusqu’à ce qu’un beau visage apparaisse. Comme lui, enlève en toi ce qui est inutile, corrige ce qui te paraît imparfait, efface en toi les zones d’ombre pour que la lumière transparaisse, ne cesse pas de sculpter ta propre statue jusqu’à la rendre manifeste et lumineuse … Deviens cela, ton œoeuvre propre, demande-toi si vit en toi un être pur, sans que rien d’étranger ne le trouble ou ne le dévore … Et si tu le découvres, c’est que tu es devenu la véritable image de toi-même, que tu t’es élevé tout en restant au cœur du monde et que tu peux contempler, sans aucune aide, la vérité au fond de toi.”
Ennéades, I, 6, 9

  L’’amour selon Plotin

Pour Plotin, “l’amour est lui  en rapport avec la matérialité: c’est un démon engendré par l’âme, en tant qu’elle est privé du bien, mais en tant qu’elle désire le bien“.
Bref, l’amour, pour Plotin, est né à l’intérieur des âmes afin que celles-ci cherchent le bien et le beau.

Philosophes déjà maltraités le 15 11 2011 par la Chouette:

N 16 – Diogène de Sinope, philosophe grec du IVe siècle av. J.‑C.,

Radicalement matérialistes et anticonformistes, les Cyniques, et à leur tête Diogène, proposaient une autre pratique de la philosophie et de la vie en général, subversive et jubilatoire.

 
POTACHE

.

.

 

 

Share Button