Archives par étiquette : inconscient

La métaphore orientale de la calèche

Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline– BLOC NOTE
de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau:

La métaphore orientale de la calèche

Conscient et Inconscient
  Le voyage de notre vie


Dans cette métaphore orientale de la calèche, l’existence se présente comme un voyage.
Pour qu’il soit réussi, les 4 plans de l’être doivent être respectés :
corps / mental / émotionnel / spirituel.

 

Cette métaphore est tirée du livre de Michel Odoul sur la psycho-énergétique intitulé
« Dis-moi où tu as mal, je te dirais pourquoi » – Les cris du corps sont des messages de l’âme.

Selon lui le symptôme et le mal-être n’est pas le fruit du hasard ou de la fatalité, mais un indicateur de la nécessité de changement. « Pour la médecine orientale, la maladie témoigne d’un obstacle à la réalisation du Chemin de Vie. La conscience exprime ainsi par des troubles énergétiques générateurs de maladie les entraves à son plein épanouissement […] »

La santé personnelle est une des choses sur lesquelles nous avons un véritable pouvoir et dont nous pouvons avoir l’intention légitime de posséder.

Quelle symbolique…?

Tout d’abord, la calèche avec ses roues et son habitacle constitue notre corps physique.

Cette Calèche est tirée par deux chevaux, un blanc (Yang) qui est à gauche et un noir (Yin) qui est à droite.

Ces chevaux symbolisent les émotions, ce qui nous montre à quel point ce sont elles qui nous tirent, ou nous mènent dans la vie
Ils sont l’énergie qui nous permet d’aller de l’avant.

Cette Calèche est conduite par un Cocher qui représente notre mental, notre Conscient. C’est la partie consciente, la raison qui gouverne nos pulsions.

Elle possède quatre roues, deux devant (les bras), qui impliquent la direction donnée par le Cocher aux chevaux, et deux derrière (les jambes) qui portent et transportent la charge (d’ailleurs toujours plus grosses que celles de l’avant).

A l’intérieur de la Calèche il y a un passager que l’on ne voit pas. Il s’agit de notre Inconscient. Ce passager est notre nature profonde, notre moi intime, notre voix intérieure ou même notre âme.

Ainsi, cet attelage avance sur des routes et dans des conditions climatiques qui représentent notre chemin de vie. Il est une sorte de fil conducteur que tout individu suit au cours de sa vie.

Notre Calèche personnelle avance donc sur le chemin de la vie, dirigée en apparence par le Cocher. En apparence, car si c’est bien lui qui la conduit (la conscience), c’est en fait le passager (l’Inconscient) qui a donné la destination.

Le Cocher, qui est notre mental conscient, conduit donc la Calèche. De la qualité de sa vigilance, de sa conduite (ferme mais en douceur) va dépendre la qualité et le confort du voyage (existence).

 

S’il brutalise les chevaux (émotions) et les brime, ceux-ci vont s’énerver ou s’emballer à un moment donné et risquer de conduire la Calèche à l’accident, de la même manière que nos émotions nous conduisent parfois à des actes irraisonnables voire dangereux.

 

Choucaline a fait une synthèse détaillée et illustrée à partir des deux sites abordant cette question .
Cliquez

le voyage de la vie avec ma calèche


Conclusion

La métaphore de la calèche permet de porter un
regard imagé sur le processus de fonctionnement de l’être humain, parce qu’elle présente l’existence comme un voyage.

Pour qu’il soit réussi, il est nécessaire de respecter les 4 plans de l’être :

  • Premièrement, si la calèche (corps physique) est en mauvais état, comment pouvons-nous avancer sur notre chemin ?

         Par conséquent, il s’agit d’entretenir notre corps et de le respecter.

  • Deuxièmement, sans l’élan des chevaux (émotions), aurions-nous la force d’avancer ?

         S’il   est   nécessaire   de  nourrir  positivement  nos  choix  et  de  maintenir notre cap, nous  devons  également  apprendre à maîtriser nos émotions.

  • Troisièmement, si le cocher (mental) ne dirige plus et  ne maitrise pas ses chevaux, ou encore s’il ne prend pas soin d’écouter ses chevaux, que se passe-t-il ?

         Ce dernier risque de se couper de ses émotions. Or, elles sont un élan moteur de notre vie.

    • Et enfin, si le voyageur (voix intérieure) est mis de côté, comment pensons-nous trouver le sens profond de notre vie ?

Choucaline plus proche de toi tumeur

CHOUCALINE
Lire mon dernier article  cliquez pour accéder - Oh mon Dieu il gèle en enfer

Share Button

Bienfaits des activités artistiques


VETEMENTS ET ACCESSOIRES     SANTÉ ET SOINS DU CORPS     VOYAGES VALISES

Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline BLOC NOTE
de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau »

Ce qui se passe dans le dialogue Conscient-Inconscient

Lorsque nous sommes tendus, nous avons tendance à nous rigidifier et à camper sur nos positions.
Nous établissons ainsi des barrières.

La relaxation abaisse ces obstacles et permet aux informations de passer plus librement entre le Conscient et l’Inconscient.

Représentons ce qui se passe sur un graphique

dialogue conscient inconscient Dans la partie haute: le Conscient.
Dans la partie basse: l’Inconscient.
Entre les deux, AA’ et B B ‘ : une zone d’échanges accessible à l’un et à l’autre.

Pour qu’une information traverse facilement, il faut que cette zone soit suffisamment perméable.
Pour ce faire, nous pouvons raccourcir le trajet que les informations ont besoin de parcourir ou agrandir la zone de transmission des informations, afin que leur flux soit plus important.

La détente aide à rapprocher AA’ et B B’ en abaissant les faux de vigilance et de contrôle du Conscient.

Quand une information souhaite passer de l’Inconscient au Conscient, elle aura tendance à pousser pour rapprocher BB’ de AA’. C’est ce qui se passe quand nous rêvons.

Mais un organe de communication possède toujours une certaine résistance.
Il met en relation et sépare.
Des moments favorables, tels que le sommeil et la relaxation, abaissent l’intensité de cette résistance.
Il faut également permettre à un maximum d’informations de traverser en même temps, en laissant s’écarter les parois de la zone intermédiaire.

C’est ce qui se passe quand nous laissons aller notre esprit à des associations libres, à des activités artistiques ou méditatives. Nous « ouvrons le canal »,

Cependant, sous l’effet de différentes conditions :

  • croyance en la toute-puissance de notre raison, :
  • action de notre Surmoi qui refuse les éléments inacceptables par notre Moi,
  • morale, habitudes, préjugés … , les résistances peuvent se renforcer.

Alors se met en place une censure qui interdit le passage et renvoie les éléments de l’Inconscient dans l’Inconscient. C’est le mécanisme du refoulement.

En pratiquant une activité artistique, vous vous mettrez dans la situation d’être dans le bain culturel familier à votre Inconscient.

Je connais un peintre en bâtiment qui consacre tous ses loisirs à peindre des tableaux. Il n’a jamais appris quelque art graphique que ce soit. À ceux qui, moqueurs, lui demandent s’il
n’en a pas assez de la peinture, il répond:
« Non! Là je me branche avec moi-même. »
Il m’a dit l’autre jour qu’« au fil des années, je constate que je suis de plus en plus souvent branché avec une autre personne en moi. Même en peignant des façades ou des plafonds, je contacte quelque chose qui est plus réel que l’image que je donne à voir aux autres ».
C’est d’avantage de vie que nous souhaitons sentir s’écouler en nous.
Lorsque, par notre intellect, nous construisons et agrandissons le réceptacle de nos idées, nous ne faisons que préparer un berceau à la vie, un écrin à la sensibilité, une coupe pouvant devenir Graal.
Une « tête bien pleine ». pour être « bien faite », doit permettre des rencontres entre les savoirs.
Ne vous contentez pas d’engranger des informations.
À chaque nouvelle connaissance, observez en vous-même si elle ne peut pas se relier à des savoirs déjà acquis. Laissez-vous émettre des hypothèses. Une hypothèse n’est pas une vérité, mais elle est toujours riche de potentialités.
En effet, pour le sujet qui nous intéresse, c’est ce contact avec cette autre personne en nous que nous allons chercher à établir.

Lorsque votre main se laisse aller à improviser au piano et que votre oreille s’amuse et se réjouit de recevoir en écho ce qui vient de l’intérieur de vous, qu’elle dépose des couleurs sur une poterie et que votre œil se réjouit de les voir refléter celles que vous percevez dans votre jardin secret, ou encore quand les mots qui s’alignent sur une feuille de papier, presque à votre insu, vibrent comme vibre ce qui est dans votre cœur, quel que soit le moyen d’expression, vous savez bien que ce qui compte c’est l’émotion que vous ressentez.
Je vous invite donc à vous laisser aller à pratiquer une activité artistique dans l’objectif de créer ce dialogue en procédant comme si, allant dans un pays dont vous ne connaissez pas la langue, vous choisissiez d’apprendre par immersion, par bain culturel.

VOUS SAVEZ PAS COMMENT VOUS Y PRENDRE…?

Munissez-vous de terre glaise, de pinceaux ou d’éponges, de couleurs et laissez-vous faire. Pendant une demi-heure ou une heure par jour, régulièrement, laissez-vous surprendre.
Ce
n’est pas le résultat artistique qui compte.
L’activité que vous choisissez n’a pas d’importance en soi, si ce n’est que vous devez vous y sentir bien sans en connaître forcément la tech
nique. Cette activité a pour fonction de vous aider à déconnecter le mental et à créer un état favorable à l’arrivée d’idées neuves et d’associations nouvelles.
C’est à un état d’esprit
qui consiste à « laisser advenir » que vous vous entraînez.

Laissez advenir ce qui a envie de surgir, sans idée préconçue, sans projet préalable, là tout simplement. Laissez-vous également surprendre tout en restant vigilant et à l’écoute, afin de vous souvenir de vos expériences


« SOURCE :
inconscient
mon ami
Jean Dominique Larmet
edition JOUVENCE – 2003

(épuisé vendu d’occasion)
Il y a une édition plus récente de cet article – VOIR CI-CONTRE –

https://amzn.to/2Jrlmpo

Choucaline plus proche de toi tumeur CHOUCALINE

Share Button

Bobo la tête : j’ai plus de dialogue Conscient-Inconscient

Choucaline plus proche de toi tumeur

bloc note choucaline BLOC NOTE
de Choucaline

– « Les capacités de notre cerveau »

Quand mon mari tombe sur mes vieilles caisses de livres.. il est prompt à leur faire prendre un direction qui n’est pas la mienne.

Alors je plonge tête baissée dans une caisse pour en prendre une brassée ( vu l’embarras de mes mains et la position de mon arrière train, je le soupçonne de faire  des rangements de printemps pas toujours désintéressés)  j’en trouve toujours un ( heureusement pour moi et mon arrière train) qui me permet de lui lire quelques extraits pour lui montrer l’intérêt de la chose …. Je veux dire par là l’intérêt de la chose pour notre cerveau….( le sien est effectivement plus bas)
En fait  je  veux dire le mien parce que mon mari est déjà parti…. ( no problème ma blondasse de voisine est chez sa mère en ce moment)

Pour vous qui êtes restés,  je vous propose de découvrir à partir du livre de jean Dominique LARMET comment se passe le dialogue entre conscient et inconscient ….. (pas celui de la blondasse… c’est une inconsciente…!!!!)


– Vous noterez chers amis la sobriété de notre illustration Choucaline a refusé la photo fournie par son mari.. ( pas pour la caisse qui est photogénique)  nous disant s’ils veulent voir un arrière train qu’ils aillent sur la page de « fesse de bouc » de ma chèvre de voisine.
Pour trouver plus facilement, ils demandent au moteur de recherche :
Micheline…. fille du chef de gare de Montcuq….
c’est dans le  Lot …. question arrière
train c’est un beau lot..!

En dehors de ça…  l’arrêt de MONTCUQ c’est charmant et vallonné

Ce qui se passe dans le dialogue Conscient-Inconscient

Lorsque nous sommes tendus, nous avons tendance à nous rigidifier et à camper sur nos positions.
Nous établissons ainsi des barrières.

La relaxation abaisse ces obstacles et permet aux informations de passer plus librement entre le Conscient et l’Inconscient.

Représentons ce qui se passe sur un graphique

dialogue conscient inconscient Dans la partie haute: le Conscient.
Dans la partie basse: l’Inconscient.
Entre les deux, AA’ et B B ‘ : une zone d’échanges accessible à l’un et à l’autre.

Pour qu’une information traverse facilement, il faut que cette zone soit suffisamment perméable.
Pour ce faire, nous pouvons raccourcir le trajet que les informations ont besoin de parcourir ou agrandir la zone de transmission des informations, afin que leur flux soit plus important.

La détente aide à rapprocher AA’ et B B’ en abaissant les faux de vigilance et de contrôle du Conscient.

Quand une information souhaite passer de l’Inconscient au Conscient, elle aura tendance à pousser pour rapprocher BB’ de AA’. C’est ce qui se passe quand nous rêvons.

Mais un organe de communication possède toujours une certaine résistance.
Il met en relation et sépare.
Des moments favorables, tels que le sommeil et la relaxation, abaissent l’intensité de cette résistance.
Il faut également permettre à un maximum d’informations de traverser en même temps, en laissant s’écarter les parois de la zone intermédiaire.

C’est ce qui se passe quand nous laissons aller notre esprit à des associations libres, à des activités artistiques ou méditatives. Nous « ouvrons le canal »,

Cependant, sous l’effet de différentes conditions :

  • croyance en la toute-puissance de notre raison, :
  • action de notre Surmoi qui refuse les éléments inacceptables par notre Moi,
  • morale, habitudes, préjugés … , les résistances peuvent se renforcer.

Alors se met en place une censure qui interdit le passage et renvoie les éléments de l’Inconscient dans l’Inconscient. C’est le mécanisme du refoulement.


« SOURCE :
inconscient
mon ami
Jean Dominique  Larmet
edition JOUVENCE  – 2003

              (épuisé vendu d’occasion)
Il y a une édition plus récente de cet article          –   VOIR CI-CONTRE  –

https://amzn.to/2Jrlmpo

 Choucaline plus proche de toi tumeur CHOUCALINE

Share Button