Dis… BARBARA quand reviendras tu……

Dis PAPY …

C’est qui BARBARA…..?

 

Oh purée……

Là tu vois WIKI…
Je te la laisse…..

Explique lui parce que moi…. je craque…!

OK ..OK…!
Vous comprenez pourquoi nous avons décidé d’honorer BARBARA

Vous pourrez écouter une sélection des chansons les plus populaires de BARBARA en cliquant sur le bouton LECTURE… PIANO.. un par un SVP…

Moi, je suis resté Scotché sur le dos de « L’AIGLE NOIR  » Mais je me dois vous faire découvrir ses autres chansons…..

—————————————————–

Cliquez sur la photo pour découvrir sa biographie
La CHOUETTE a chassé pour vous sur la toile…d’araignée..!
—————————————————–

Lorsque fin 97, disparaît Barbara (elle disait détester le mois de novembre), on sent bien que c’est toute une période de la chanson française qui s’achève.
Avec les Brassens, Brel, Piaf et autre Ferré, Barbara symbolisait en fait cette génération issue du cabaret.
Faite d’abord pour la scène, et non pour le disque, cette race d’artiste entretenait avec son public une relation intime et forte. Il ne s’agissait pas de « starmania », mais simplement d’amour réciproque. C’est pour son public que Barbara avait écrit : « Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous ».

Mouloudji chante J PREVERTRappelle toi Barbara

– Bon que tu me dises qu’il faut un vieux de la vieille pour être aux manettes … ça me vexe
Mais que tu me demandes à moi de faire cet hommage ..
je dirais que là ….. j’ai rien entendu …

A nous deux BARBARA… !
– Quand tu es partie,  il pleuvait dans mon cœur comme il pleuvait sur la ville … « 
Rappelle toiBarbara » …. Il pleuvait... et pas que sur Brest ce jour là.
je sais que c’est sur le dos de cet « 
aigle noir » que je ferai vers toi  cet ultime voyage … pour peut être te retrouver…! et si tel est le cas, je n’aurai plus à me poser la question  » Dis quand reviendras tu« … puisque je serai là près de ma « dame brune ».
Finie  »
la solitude »  » ma plus belle histoire d’amour » commencera là.. et « tu seras douce« .
A BIENTÔT….

Contribution : Tout ce que cette saleté de chouette a chapardé sur le NET

LES DÉLICES de MUSICOCHOU

BARBARA 1930 – 1997
CETTE  GRANDE DAME BRUNE…… Monique Serf (future Barbara) est née à Paris le 9 juin 1930, deuxième enfant d’une famille qui en comptera quatre. Son père est alsacien et sa mère, originaire d’Odessa en Ukraine (ex-URSS).
Durant la Deuxième Guerre mondiale, sa famille est obligée de changer d’hôtels sans arrêt et de faire ses valises rapidement, comme de nombreuses familles juives.
A la libération, ils s’installent dans une pension du Vesinet.
Sa voisine, professeur de chant, lui fait travailler sa voix et lui enseigne le solfège ainsi que le piano. Entrée à l’Ecole supérieure de musique, elle suit, dès 1947, la classe de Gabriel Paulet. Elle travaille les mélodies de Duparc, Fauré, ou Debussy.
Pour gagner sa vie, elle se fait engager comme mannequin-choriste dans « Violettes Impériales » dont Marcel Merkès est la vedette au Théâtre Mogador de Paris. A cette époque, elle écoute Mireille, Edith Piaf, découvre Charles Trenet et commence à ébaucher elle-même des chansons.En 1949, elle rencontre Jean Wiener qui l’envoie auditionner chez les frères Prévert. Pierre Prévert dirige alors la « Fontaine des Quatre Saisons », cabaret parisien de la rue de Grenelle. Malheureusement, ses spectacles y sont boudés.
Pour l’aider, Prévert lui offre un emploi de plongeuse. Elle y voit se produire Boris Vian et Mouloudji.
De 1950 à 1952, elle séjourne à Bruxelles, dans des conditions parfois difficiles, et rencontre des peintres et écrivains qui vivent dans une vieille et belle maison qu’ils ont transformée en ateliers et en salle de concert. Ils lui installent un piano afin qu’elle puisse chanter en public.
Après cette expérience, elle ouvre un cabaret « Le Cheval Blanc ». Mais faute d’argent, elle rentre à Paris. Elle auditionne à « l’Ecluse » où elle est engagée pour huit jours.
En 1954, elle présente un tour de chant chez « Moineau ». Elle a ajoute à son répertoire des chansons de Léo Ferre ou Pierre Mac Orlan, et même les premières de Georges Brassens. L’année 57 voit l’enregistrement d’un 45 tours à Bruxelles, « Mon pote le gitan » et « l’Oeillet blanc ». Barbara interprète en public ses premières compositions en 1959 : « J’ai troqué » ou le célèbre, « Dis quand reviendras-tu ».
En 1960, elle sort chez le label Odéon un disque où elle chante Brassens et qui obtient le grand prix du disque et le prix d’interprétation.
De tours de chant en sorties de disques (le label Philips publie en 63 un 30 cm avec ses propres compositions « Barbara chante Barbara »).
Elle fait la première partie de Georges Brassens en décembre 64 à Bobino.
Elle est enfin révélée au grand public.
BONJOUR L’ARTISTE ET QUELLE ARTISTE…!
















>





AUJOURD’HUI MAMY TE DEMANDE DE REVENIR…
POUR SA CHOUPINETTE

– PAPY VIDÉO –


– DIS QUAND REVIENDRAS TU…. (paroles et musique BARBARA – 1962 )

Paroles et Musique: Barbara 1962
© François Llenas / Paul Beuscher

Voilà combien de jours, voilà combien de nuits,
Voilà combien de temps que tu es reparti,
Tu m’as dit cette fois, c’est le dernier voyage,
Pour nos cœurs déchirés, c’est le dernier naufrage,
Au printemps, tu verras, je serai de retour,
Le printemps, c’est joli pour se parler d’amour,
Nous irons voir ensemble les jardins refleuris,
Et déambulerons dans les rues de Paris,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

Le printemps s’est enfui depuis longtemps déjà,
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois,
A voir Paris si beau dans cette fin d’automne,
Soudain je m’alanguis, je rêve, je frissonne,
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine,
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne,
Ton image me hante, je te parle tout bas,
Et j’ai le mal d’amour, et j’ai le mal de toi,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus,

J’ai beau t’aimer encore, j’ai beau t’aimer toujours,
J’ai beau n’aimer que toi, j’ai beau t’aimer d’amour,
Si tu ne comprends pas qu’il te faut revenir,
Je ferai de nous deux mes plus beaux souvenirs,
Je reprendrai la route, le monde m’émerveille,
J’irai me réchauffer à un autre soleil,
Je ne suis pas de celles qui meurent de chagrin,
Je n’ai pas la vertu des femmes de marins,

Dis, quand reviendras-tu,
Dis, au moins le sais-tu,
Que tout le temps qui passe,
Ne se rattrape guère,
Que tout le temps perdu,
Ne se rattrape plus…

– « Maintenant que je connais …Voilà ma préférée

Je ne suis pas une grande dame de la chanson
Je ne suis pas une tulipe noire
Je ne suis pas poète
Je ne suis pas un oiseau de proie
Je ne suis pas désespérée du matin au soir
Je ne suis pas une mante religieuse
Je ne suis pas dans les tentures noires
Je ne suis pas une intellectuelle
Je ne suis pas une héroïne
Je suis une femme qui chante

 

MAESTRO
RETRO : C’est du même tabac…..retour sur la rubrique du même tabac
270

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.