MON POTE LE FACTEUR : Edouard Manet …Portrait de Berthe Morisot (1872)

 OH HE LES MUCHACHOS ...J'APPORTE LE COURRIERpar
Mon pote le facteur
et son Muchacho Philochou

Fils de paysan, je veux vivre et mourir pour prouver que dans ma catégorie, il y a aussi des hommes de génie et d’énergie
Ferdinand Cheval (1836-1924)

– Philochou…..C’est moi de mon vrai nom Philippe ATHELISTE  mes copains m’appelle Phil…ATHELISTE
mais LADY LADINDE  quand elle  m’a vu au comité de rédaction …
elle m’a dit: “Toi chéri chéri…  Chou comme t’es, chez nous  tu vas t’appeler
PHILOCHOU
Je fais équipe avec mon voisin SANTA CRUZ un facteur retraité… un espagnol originaire de Tarbes comme Henri Genes son idole…!
Alors il m’a dit “Oh hé le muchacho…. Viens avec moi on va leur porter le courrier…. tu seras mon comparse… nous leur ferons découvrir la culture et  le rêve  contenu dans le timbre poste”

– Allez ..MOTEUR … ACTION … Vas y Muchacho appuie sur ce bouton pour envoyer le générique 

Musique d’ambiance

SANTA CRUZ ET PHILOCHOU VOUS FONT REDÉCOUVRIR UNE SÉRIE  SUR LES PORTRAITS DE  FEMMES
Les 12 visuels des timbres représentent des portraits de femmes dans la peinture :

Le 8 mars 2012.
Ce carnet de 12 timbres autocollants
est émis pour célébrer
la journée internationale de la Femme

AUJOURD’HUI
EDOUARD MANET
PORTRAIT DE
BERTHE MORISOT 1872

UNE FEMME: Berthe Morisot au bouquet de violettes

Artiste Édouard Manet Année 1872 Technique huile sur toile Dimensions (H × L) 55 cm × 38 cm Localisation Musée d'Orsay

Berthe Morisot au bouquet de violettes est un tableau réalisé par le peintre Édouard Manet en 1872.
La toile représente la future belle-soeur de l’artiste, Berthe Morisot, elle-même peintre, qui épousera son frère Eugène Manet en 1874.

La jeune femme, qui arbore un bouquet de violettes, est représentée dans un habile mélange de clair et d’obscur donnant au tableau un esprit très particulier.

Une oeuvre de Manet à voir au Musée d’Orsay

L’œuvre la plus réussie d’Édouard Manet.” (Paul Valéry)

La guerre franco-prussienne et la Commune ont profondément marqué Edouard Manet. Resté à Paris, il a servi dans la garde nationale et son activité artistique s’en est trouvée inévitablement ralentie. A la fin de l’année 1871 il se remet à peindre et retrouve alors ses anciens modèles dont Berthe Morisot, jeune peintre avec qui il partage une amitié profonde et qui épousera l’un de ses frères quelques années plus tard.

Plutôt que d’utiliser un éclairage homogène, comme souvent dans ses portraits, Manet préfère ici projeter sur son modèle une lumière vive et latérale, si bien que Berthe Morisot ne semble être qu’ombre et lumière. Ici avec les yeux noirs, ils étaient en réalité verts, elle est habillée et coiffée de noir, sans doute la meilleure façon d’exalter cette beauté “espagnole” remarquée dès sa première apparition dans l’?uvre de Manet en 1869. Avec cette sublime variation sur le noir, Manet livre une nouvelle preuve de sa virtuosité. Mais peut-être donne-t-il également un avertissement à sa jeune disciple en lui rappelant l’étonnante puissance des noirs, alors qu’elle peignait de plus en plus clair et filait droit sur le chemin de l’impressionnisme.

Ce portrait étrange et envoûtant a rapidement été considéré par ses proches comme un des chefs-d’oeuvre du peintre. Paul Valéry en fait également l’éloge en 1932, dans sa préface au catalogue de la rétrospective de l’Orangerie. “Je ne mets rien”, écrit-il, “dans l’?uvre de Manet, au-dessus d’un certain portrait de Berthe Morisot, daté de 1872”.
Source: Musée d?Orsay

Santa Cruretour sur la rubrique du même tabacz et Philochou

RETRO: C’est du même tabac…..

 
484

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.