Archives par étiquette : plantes médicinales

HOMME DES BOIS: LE THYM


L’HOMME DES BOIS
Bloc Note de GUI7
Dans les méandres de l’internet au coeur de la toile d’une araignée céleste jaillit parfois la lumière…
C’est ainsi que j’ai découvert l’origine de mon nom.
Malgré sa consonance bien française, GUI7 est d’origine germanique et se traduit: « celui des bois  »
Ceux qui connaissent mon amour de la terre et de toutes les créatures de l’univers ne s’en étonneront pas.
J’ ai ainsi compris que quelque part dans la généalogie de ma famille, il y avait l’homme, qui avait vu l’homme, qui avait vu l’ours….!
Chatouillez moi ET CLIQUEZ MOI…! 
– « si vous n’êtes pas trop dur de la feuille …
je vous propose pour musique d’ambiance à la fois apaisantes et douces

Sonate en La mineur : Spirituoso    Musiques d’ambiance

barre verte

.
.
HISTOIRE DU THYM

Selon une vieille légende grecque, le thym naquit des larmes versées par la belle Hélène, la femme du roi Mélénas, dont l’enlèvement par Pâris déclencha la guerre de Troie plus de 1000 ans avant notre ère.
Ces larmes auraient été transformées en herbe généreuse et parfumée par les Dieux.

Le thym est une lamiacée proche du serpolet d’où l’origine de son appellation thym serpolet (thymus serpyllum), également nommé serpolet, thym sauvage, pillolet, serpoulet, farigoule suivant les régions. Le thym a besoin de soleil et c’est pourquoi on le trouve, à l’état sauvage dans des endroits pierreux ou dans des pâturages style garrigue.
Originaire du pourtour méditerranéen, ce sous-arbrisseau haut de 20 à 40 cm affectionne les coteaux arides et ensoleillés jusqu’à 1 500 m d’altitude. Il possède des tiges ligneuses et des rameaux tortueux dressés grisâtres, des fleurs mellifères à corolle bilabiée blanche à rose et des petites feuilles pointues aromatiques d’odeur piquante et de saveur amère.

Le thym est un végétal précieux qui accompagne la vie des hommes depuis plus de 5 000 ans, autant pour ses usages condimentaires que médicinaux, cosmétiques ou rituels.
– Les Égyptiens de la haute Antiquité l’utilisaient mélangé à d’autres ingrédients pour embaumer leurs morts.
– Les Grecs en brûlaient devant l’autel de leurs dieux et Dioscoride, médecin grec le prescrivait déjà, pour parfumer l’eau des bains

– Les Romains l’utilisaient pour ses vertus cosmétiques comme eau de toilette pour purifier leurs appartements ou améliorer le sommeil. A Rome, Pline le conseillait pour ses vertus stimulantes et dans le traitement des douleurs
– Au Moyen-âge, Les nobles portaient de petits bouquets de thym pour se prémunir des odeurs, des poux  et des microbes du peuple. On lui attribuait même des qualités aphrodisiaques. De nos jours, le thym connaît de nombreuses utilisations.
Le thym était brûlé pour purifier l’air de ses effluves aromatiques, et pour améliorer la saveur les aliments.
– Charlemagne en ordonna la culture dans l’ensemble de l’empire.
L’abbesse Hildegarde de Bingen mentionne le thym comme remède contre la lèpre, la paralysie et les maladies des nerfs.
A la fin du 18e siècle, le thymol – phénol puissamment antiseptique – est identifié et expérimenté avec succès.

barre verte


 DANS UN COIN DE LA GARRIGUE
THYMUS VULGARIS
LABIATEAE  LAMIACEAE

Le nom scientifique du thym est Thymus, qui signifie « parfumer » à cause de l’odeur agréable que la plante dégage. Cette plante, qui compte plus de trois cents espèces, est la plus connue de la famille des Lamiacées.

Dans le bassin méditerranéen
Les thyms sont de petites plantes buissonnantes, érigées (thym commun) ou plus étalées (serpolet), typiques de la région méditerranéenne où ils poussent naturellement. C’est un sous-arbrisseau à la végétation vivace.
On cultive le thym dans le monde entier, certaines variétés supportent le froid et l’humidité, d’autres la chaleur tropicale.
Ce sont néanmoins les thyms de garrigue qui possèdent les plus fortes concentration en huile essentielle, celle-ci aidant sans doute la plante à survivre à l’aridité et à la chaleur estivale de l’environnement méditerranéen.
Les botanistes différencient de nombreuses espèces de thym assez difficiles à différencier et souvent typiques d’une région ou d’un pays (espèces endémiques) .

On utilise les Rameaux herbacés fleuris, frais, séchés ou distillés.

barre verte
LE MYSTÉRIEUX COIN DU DRUIDE

Une coutume du Midi de la France voulait qu’on place en croix sur les portes, le jour de la St jean, du thym , du romarin afin d’éloigner les sorciers, les esprits et les fées.
Le diable aurait également peur du thym.

Le thym présente des propriétés magiques.

L’herboriste Maria Treben utilise un coussin d’herbes séchées composé de thym serpolet, de camomille et d’achillée cueillies au soleil, comme oreiller.
Confection du coussin d’herbes:
Faire sécher les herbes au soleil. Remplir les herbes dans un coussin et le refermer par une couture.  Ne pas utiliser plus de 2 mois.
 où en trouver?
En cas de crampes d’estomac et de crampes causées par les règles, ainsi que de crampes dans le bas-ventre, le thym est indiqué aussi bien en usage interne qu’en usage externe.
En usage interne :   On en boit deux tasses pendant la journée.
En usage externe : On fait des coussins avec les fleurs et les tiges cueillies au soleil de midi et séchées.  Avant de se coucher, ce coussin est réchauffé et posé sur l’estomac ou le bas-ventre.  En cas de tumeurs et de meurtrissures, ainsi qu’en cas de rhumatismes anciens, des coussins d’herbes sont également recommandés

Vin de thym contre l’asthme:
faire macérer pendant 8 jours 50 grammes de feuilles dans un litre de vin doux.
Agiter tous les jours, le bocal.
Filter.

Boire un petit verre à liqueur dès le début de la crise d’asthme. barre verte

LES VERTUS INSOUPÇONNÉES
DU THYM

 

Tonique général et anti-infectieux par ses phénols (anti-bactérienne, anti-fongique). Anti-oxydant (flavones, composé biphénylique).
Anti-spasmodique. Vaso-dilatateur en application locale.

Utilisation médicinale du thym

Utilisé dans les affections respiratoires : toux, bronchite, affections grippales,
Utilisé dans les troubles gastro-intestinaux : ballonnements, lenteur digestive.
Indiqué dans :  la stomatite, l’amygdalite et la laryngite.
Préventif de:  la carie et de la plaque dentaire.
Soin des plaies: cutanées superficielles.
Le thym est également recommandé pour l’hypotension (personne n’ayant pas suffisamment de tension artérielle), l’anémie, les parasites, les vers.

barre verte

Le thym possède par ailleurs des vertus apéritives mais, surtout, il favorise la digestion, aide à absorber les aliments contenant beaucoup de fer et à lutter contre les problèmes intestinaux.
Connu par les Grecs pour son effet stimulant, il a effectivement un pouvoir contre la fatigue et l’anémie, et il favorise la circulation sanguine.
Dans ce cas, c’est en friction que son huile est la plus bénéfique.
– En friction encore, l’huile essentielle de thym soulage également les douleurs d’origines rhumatismales et possède un véritable pouvoir antispasmodique
Des massages sur les zones concernées dénouent les tensions et apaisent les contractures musculaires.Toujours en usage externe, l’huile de thym, utilisée en massage convient dans les cas d’entorses, inflammations d’origine inconnue et rhumatismes..
En compresses, il atténue les piqûres d’insectes, soulage les brûlures, les écorchures, les petites plaies, les ecchymoses.
Appliqué sur les yeux (à l’aide de compresses), il atténue les irritations et les rougeurs des paupières.
Pour finir, vous pouvez aussi l’utiliser comme produit de beauté tonique.
Son eau resserre les pores de la peau, son infusion revitalise le cuir chevelu et son huile tonifie le corps.

Principaux constituants de son huile essentielle

– Huile essentielle « Ol. thymi » (0,5 à 2,5 %) : contient essentiellement des phénols (thymol 40 %, carvacrol). Plusieurs « chimiotypes » sont disponibles sur le marché dont le thym à linalol, doux pour la peau et les muqueuses.
– Flavones.
– Hétérosides de l’apigénol et du lutéolol.

Propriétés des huiles essentielles de thym

– L’huile essentielle de thym à carvacrol ou thymolest fortement bactéricide (antibactérienne)
– Les huiles essentielles de thym à linalol, géraniol ou thuyanol ne sont pas aussi antiseptiques mais sont moins agressives pour la peau ou les muqueuses.
– Toutes ces huiles essentielles sont antibactériennes et possèdent aussi un pouvoir antifongique, antalgique et antispasmodique (relaxant la musculature lisse).
– L’action sur le système nerveux est plus variée : les huiles essentielles de thym sont le plus souvent toniques (excitantes) plus rarement sédatives (dépresseur de l’activité du système nerveux); c’est fonction de la dose ingérée et de la réponse de l’organisme.

Parfaite pour l’adulte dans le bain ou en massage en vue de chasser le stress et la dépression.

barre verte

LE THYM M’EN BOUCHE UN COIN

  Tisane de thym au miel - Le thym a des vertus antiseptiques, cette tisane peut donc être apaisante en cas de toux ou de léger souci respiratoire surtout associée au miel.En plus de son activité pulmonaire, l’on peut avoir recours au thym pour traiter les problèmes intestinaux ; associé au charbon végétal, il soigne l’aérophagie et les ballonnements.

Le thym peut également être employé avec succès en cas de diarrhée, son action antiseptique s’exerçant alors sur le système digestif en le désinfectant.
A savoir que grâce à ses vertus antivirales et stimulantes, le thym peut également s’utiliser pour prévenir les récidives de zona et d’herpès.

L’infusion est aussi efficace en gargarisme, contre les maux de gorge et les angines, utilisé en bains de bouche, il est antiseptique contre l’inflammation des gencives et les aphtes.
Qui boit le matin une tasse de tisane de thym au lieu de son café habituel ressentira très vite son action bienfaisante: esprit frais, estomac sain, plus de toux matinale et sensation générale de bien-être.

apothicairePOSOLOGIE CONSEILLÉE:
La tisane de thym peut être aussi prise en fin de repas pour faciliter la digestion Elle est très bonne ce qui ne gâche rien
.
– Dans une théière, mettre quelques branches de thym ( du frais est meilleur mais le thym séché garde de nombreuses propriétés), une cuillère à café de miel et de l’eau frémissante.

Laisser infuser 5 à 10 minutes avant de boire.

Vous pouvez la préparer en grande quantité et en boire toute la journée. Contre les nausées , boire une tasse le matin à jeun.

Si votre thym est émietté mettre à infuser 10 minutes une cuillère à café bien pleine  par grande  tasse ( 2 grammes environ)

MAL DES TRANSPORTS 
Il est également efficace contre le mal des transports, pour cela boire avant de partir une infusion de thym à raison de 15 grammes par litre d’eau bouillante et en boire trois tasses par jour pendant les trois jours qui précèdent le départ.

barre verte


LE  COIN  DE  LA  CUISINIÈRE

.retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraitéMémé Marthe mettait dans  de nombreux plats son bouquet garni ficelé en petit fagot. Trouvé entre la carotte, le navet et la viande du pot au feu, il avait pour moi la même valeur que la Madeleine pour Proust.

Le thym est utilisé pour parfumer tout type de plats, son arôme donne une saveur et un goût incomparables aux plats cuisinés. bouillons, pot au feu, marinades, viandes, ragoûts grillades.
Le thym fait également partie de certains mélanges d’épices : mélanges pour barbecue

Comment l’utiliser :
On peut l’utiliser frais ou séché.

Dans le commerce, préférez toujours l’acheter entier plutôt qu’émietté, sa saveur n’en sera que meilleure.
En branche ou sous forme de petits bouquets, le thym se conserve plusieurs semaines.
Pour le conserver plus longtemps:
Il suffit de le faire sécher en le pendant la tête en bas dans un endroit sec et aéré.
Une fois sec, émiettez-le et enfermez-le dans un bocal hermétique. Avec ce type de conservation, vous pouvez l’utiliser toute une année.
Au réfrigérateur, il se garde une semaine à condition d’être placé dans un sac plastique.

Allez-y doucement, c’est assez aromatique ne tuez pas les autres saveurs de votre plat

barre verte


LE COIN DU POÈTE EN HERBE…

 

DANSE

Qui danse parmi le thym ?
Est-ce un rayon, un lutin,
Peut-être un petit lapin ?

Est-ce une abeille en maraude,
Une couleuvre qui rôde,
Un lézard couleur d’émeraude ?

Je ne sais. Mais je sais bien
Que tout danse ce matin
Parmi les touffes de thym,

Que l’esprit est une abeille,
Un subtil lézard qui veille,
Un lutin qui s’émerveille,

Ou bien ce petit lapin
Qui joue et bondit soudain
Parmi les touffes de thym.

Cécile Périn (« Pénélope »)
école primaire de Fouqueville

barre verte

MESSAGE D’UN PRO  – 

 » – Personnellement je trouve que c’est complet et très bien fait, une petite remarque l’huile essentielle de Thym est « très costaud »  et dangereuse au-delà de 5 à 6 gouttes.
Où en trouver dans nos collines :   (Castelnou -66 ) , Camp de Rivesaltes 66 …
Il faut toujours en avoir frais à la maison :
Une ou deux touffes dans un carré du potager ( culture en carrés..).  
Bon Week End  »   
barre verte
L’homme des boisretour sur la rubrique du même tabac

RETRO :
C’est du même tabac…..

 

Savez vous qui est DIOSCORIDE…?

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px

les potes doivent être éclairés

CHRONIQUES CHOUCROUTE

par le Pote H

Dans mes chroniques on m’’a demandé de cultiver les potes âgés pour leur montrer la différence entre culture et agriculture.
Vu leur sénilité précoce nous procéderons toujours, par des anecdotes, qui leur permettront de mieux mémoriser, et de bien comprendre le sens des choses …..

Aujourd’hui découvrons ensemble  qui est ce médecin grec
DIOSCORIDE Pedanios

 

DIOSCORIDE Médecin grec (40 -90) par Sebastinao RICCI peintre vénitien (1659 1734)

DIOSCORIDE Pedanios

Médecin grec (vers 40 – vers 90)

Pendant près de quinze siècles, l’œuvre de
Dioscoride est restée une des principales référence en botanique médicale.
Elle est aujourd’hui un document unique pour l’étude de la botanique de l’antiquité.

Peu de temps après le début de l’ère chrétienne, nous voyons la pharmacie naître avec Dioscoride.
Jusque là ce sont les médecins qui préparaient les
médicaments avec des plantes médicinales achetées chez les herboristes ou rhizotomes et avec des produits chimiques achetés chez des droguistes ou pharmacopoles.

Nous sommes à une époque ou ces pharmacopoles vont se transformer en pharmaciens; toutefois s’ils fabriquaient les médicaments ils les vendaient non aux malades, mais aux médecins.

C’est Dioscoride qui va fournir aux pharmacopoles les bases scientifiques de leur métier.

Sa vie

Dioscoride est un Grec d’Asie Mineure, né vers 40 après J-C à Anazarbus en Cilicie actuellement le sud de la Turquie.
Il fit ses études à Alexandrie, puis à Athènes, où il fut l’élève de Théophraste.

S’étant rendu à Rome, il y devint médecin militaire, ce qui lui permit de suivre les légions romaines dans une grande partie de l’Europe (de 54 à 68 ap. J. C.) :
Italie, Gaule, Espagne, Afrique du Nord. Il put ainsi recueillir au passage une riche collection de plantes et d’observations.

Le « De Materia Medica » de Dioscoride…

 « De Materia Medica » de Dioscoride Description Ce livre est un parfait exemple du transfert des connaissances au fil des siècles. Au Ier siècle, le médecin et apothicaire grec Dioscoride, considéré comme le père de la pharmacologie, écrivit un document majeur sur la botanique et les remèdes. L'ouvrage fut traduit en arabe au Xe siècle, à l'époque d'Abd al-Rahman III (891−961), calife de Cordoue. En 1518, Antonio de Nebrija réalisa la première traduction en latin de l'ouvrage en Espagne, à l'Escuela de Traductores de Toledo (École de traducteurs de Tolède).

Ce contemporain de Pline l’Ancien est célèbre par son herbier connu sous le nom de « DE Materia Medica », description de plus de six cents plantes et presque 1 000 remèdes qui est aussi la source principale de connaissance en matière de plantes médicinales durant l’Antiquité.

On pense qu’il l’a rédigé vers 60 après J.-C., qu’il a été médecin militaire sous les règnes de Claudius Ier et de Néron.
L’ouvrage de botanique écrit en grec est plus connu sous son nom latin :

« DE Materia Medica ».

Il eut la plus grande influence dans l’histoire de cette discipline. Il décrit l’utilisation médicale de 1 600 produits, les trois cinquièmes sont des végétaux, le reste des animaux et des minéraux. Il donne le nom populaire de chaque espèce (avec leur synonyme en latin, en grec, souvent également en égyptien, en perse, en syrien, en espagnol), et les décrit brièvement, il indique leurs vertus et comment les récolter.

Il cite ses essais soit sur lui-même, soit sur les soldats de Néron; en cela c’est un travail remarquablement original. En ce qui concerne les animaux, on sent qu’il les connaît mal, car il raconte à leur sujet les superstitions les plus absurdes.
Par contre les sels de fer, de cuivre, de plomb, de soufre, d’antimoine et d’arsenic n’ont pas de secret pour lui. Il tente de donner, lorsqu’il le peut, leur distribution géographique.

Une quarantaine de remèdes mentionnés dans cet ouvrage figure toujours dans la pharmacopée moderne.

Le De Materia Medica est avant tout un ouvrage médical et Dioscoride ne s’intéresse que peu à la botanique en tant que telle, il préfère l’observation directe à la répétition de ouï-dire et critique les ouvrages de ses prédécesseurs à l’exception toutefois de Crateuas (médecin de Mithridate).

Le Dioscoride de Vienne ou codex Anicia Juliana est un des plus anciens manuscrits grecs du traité Peri hulês iatrikês.

Dans les siècles suivants, cet ouvrage sera abondamment recopié, en grec d’abord. Un fragment de manuscrit précoce, le Michigan Papyrus, laisse penser que l’œuvre originale de Dioscoride ne comportait pas d’illustration.
Lors des copies des ajouts sont parfois effectués ( des extraits de Galien et du Rhizotomicon de Crateuas (médecin de Mithridate).

La plus ancienne copie illustrée de ce traité a été découvert à Istanbul en 1560 datant probablement de 512 ou 513. Cette version est conservée aujourd’hui à Vienne.

Ce manuscrit magnifique aurait été offert pour l’anniversaire de Juliana Anicia, fille de l’empereur de Constantinople Anicius Olybrius.

Le manuscrit de Naples, de la fin du 7e siècle, hérite de la même lignée d’illustrations.


Le De Materia Medica sera également traduit en latin et en de nombreuses langues européennes et orientales.
De nombreux sites de copie existent, de l’Europe à l’Asie Centrale. Ces copies et ses traductions seront elles même les modèles de nouvelles copies et traductions… aboutissant au fil des siècles en Europe à une dégradation progressive du contenu.

Grâce aux contacts avec la grande civilisation Arabe, alors dépositaire des savoirs de l’antiquité, un retour à des textes plus fidèles à l’original sera possible.

Jean de La Ruelle (1474-1537), le traducteur français de cet ouvrage, était médecin de François Ier.

Avec d’autres, il contribua à ramener la pharmacologie des recettes compliquées des Arabes aux sources de la nature.

Cet important ouvrage fut très utilisé au Moyen Âge dans sa traduction latine du VIe siècle.
Il fut imprimé en version latine à Colle en 1478 et en grec à Venise chez Alde Manuce en 1499.
Il devait faire ensuite l’objet de nombreuses éditions à travers tout le XVIe siècle.

Au XVIe siècle, le retour aux Anciens conduit à une étude plus exacte des plantes.

Les études de botanique, connexes avec la médecine, connaissent ainsi une véritable renaissance, laquelle est surtout due à la vogue de l’auteur grec Dioscoride.
Dioscoride est mort vers 90 .

SOURCE :

http://medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/dioscoride.htm

retour sur la rubrique du même tabac

 

RETRO :

C’est du même tabac…..

POTACHE

VERTUS DES PLANTES : Le persil nettoie..! Pas ton linge … Tes reins.. les miens aussi alors..!

retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité– LE BLOC NOTE
  CHOULAGER

par CHOU BLANC

Ma grand mère Marthe, magnétiseuse connaissait avant moi les vertus du PERSIL
.
Voilà ce qu’elle m’a confié :

« Petit écoute ta grand-mère…Tu leur diras que pour leur santé ils doivent manger des tonnes d’ail et des hectares de persil »
Cette phrase résonne encore dans ma tête, si bien que je ne résiste pas à vous donner un remède naturel pour nettoyer vos reins

C’est un Remède d’autrefois, mais si économique et bio que ça vaut pas la peine de laisser vos reins encrassés…

NETTOYER VOS REINS AVEC SEULEMENT UN BOUQUET DE PERSIL

Désintoxication des reins par un traitement naturel

Les années passent et nos reins filtrent le sang en retirant le sel,le poison et tout ce qui intoxique indésirablement notre corps.

Avec le temps, le sel s’ accumule et doit faire l’ objet de nettoyage et des traitements.

Comment allons-nous surmonter ce problème ?
C’ est très facile :

– acheter un bouquet de persil
– le laver, puis le couper en petits morceaux et le mettre dans une casserole, verser de l’ eau propre ( 1 litre ) la faire bouillir pendant dix minutes et le laisser refroidir.
– ensuite filtrer et verser la solution dans un flacon propre et la garder à l’ intérieur d’ un réfrigérateur.
Posologie : boire un verre par jour.

Résultat : vous remarquerez tout le sel et autres déchets accumulés sortir de vos reins par la miction et aussi vous serez en mesure de constater la différence que vous n’ avez jamais ressenti avant.
Le persil est connu comme le meilleur traitement de nettoyage pour les reins et il est naturel

LE CHOURISTE– Mémé a dit mémé a dit ..mais parlons de ce qu’elle aurait du ajouter

Que draine-t-on ?

Qu’est-ce que les reins évacuent ? De l’eau, bien sûr, comme vecteur de transport d’un tas de déchets. Ces déchets sont à la fois des déchets du métabolisme normal, des déchets pathologiques et des déchets issus de la pollution alimentaire et environnementale.

Les plantes drainantes des reins ne sont pas toutes équivalentes ! Certaines vont être plus puissantes que d’autres, et, selon la plante, elles ne vont pas éliminer la même chose.

Chaque plante a tout ou partie des qualités suivantes :

  • Un pouvoir diurétique (augmentation de l’élimination de l’eau) plus ou moins important
  • Une capacité à éliminer l’acide urique et/ou l’urée et/ou l’ammoniaque,
  • Une capacité à éliminer certains minéraux en excès (sodium, chlore …)
  • Une capacité à éliminer d’autres types de déchets (médicaments, drogues …)
  • Une capacité désinfectante (en cas d’infection urinaire).

En principe, le phytothérapeute ou le naturopathe doit savoir choisir LA plante adaptée au patient. Attention à ne pas consommer la même plante que votre meilleure copine !

Quand drainer les reins et combien de temps ?

Seul un thérapeute expérimenté saura déterminer adéquatement la saison adéquate, le type de remède et la durée de la cure. Sachez déjà que :

  • toute plante drainante contient des principes toxiques pour l’organe drainé, ce qui entraîne une chasse (le drainage) mais du coup aussi une grande fatigue,
  • drainer fortement est dangereux lors des saisons trop froides ou trop chaudes car les grands écarts de température mobilisent notre force vitale
DES HECTARES DE PERSIL POUR MON DIABÉTIQUE DE MARI
retrouver régulièrement la rubrique le mal maltraitéEn plus de son pouvoir antioxydant, l’apigénine du persil
pourrait contribuer à la régulation du glucose sanguin. (L’apigénine est le principal flavonoïde présent dans le persil)
En effet, des chercheurs ont administré des extraits de persil à des rats diabétiques pendant plusieurs jours et ont remarqué une diminution du taux de sucre sanguin chez ces derniers.
Comme il reste encore beaucoup à découvrir sur les flavonoïdes des plantes, en particulier sur ceux des fines herbes, et étant donné qu’aucune étude n’a évalué directement les effets santé du persil chez l’humain, il serait prématuré à ce stade-ci d’attribuer à ce dernier des effets bénéfiques contre certaines maladies telles le cancer et le diabète
.

Restez svelte 160px
SOURCES:

www.passeportsante.net

www.presencenaturo.com

Chou Blanc est effectivement magnétiseur -cliquez pour visiter son siteretrouver régulièrement la rubrique le mal maltraité

Chou Blanc

L’ HOMME DES BOIS : Les forces personnifiées des plantes


L’HOMME DES BOIS
Bloc Note de GUI7

Dans les méandres de l’internet au cœur de la toile d’une araignée céleste jaillit parfois la lumière…
C’est ainsi que j’ai découvert l’origine de mon nom.
Malgré sa consonance bien française, GUI7 est d’origine germanique et se traduit: « celui des bois  »
Ceux qui connaissent mon amour de la terre et de toutes les créatures de l’univers ne s’en étonneront pas.
J’ ai ainsi compris que quelque part dans la généalogie de ma famille, il y avait l’homme, qui avait vu l’homme, qui avait vu l’ours….!

Restez svelte 160pxBannière ruedesplantes 468/60px

 

 

Les forces personnifiées des plantes

 

Comment nos lointains ancêtres faisaient-ils pour découvrir les vertus des plantes médicinales?
Le plus souvent, la réponse à cette question est que leurs propriétés furent découvertes empiriquement.
Certes, certaines vertus purent être découvertes par expérience ou grâce à de heureux hasards, par exemple en mangeant précisément la plante qu’’il fallait au moment où la maladie qu’’elle pouvait soigner s’’était déclarée.
La connaissance qu’’ils en avaient est-elle uniquement due soit au hasard soit à des découvertes empiriques, ou d’’autres moyens entraient-ils en jeu..?

Comment pouvaient-ils savoir quelles plantes utiliser?


Par l’’intermédiaire des êtres dotés du don de voyance

Les voyants par leur capacité à voir les corps subtils verront par exemple que chez tel malade du foie, le corps astral de cet organe n’’a plus la forme, l’’aspect et la couleur normales.
Ils pourront aussi voir parmi toutes les plantes qu’’ils rencontrent sur leur chemin que l’’une ou l’’autre d’’entre elles possède un corps astral présentant des caractéristiques proches de celles d’’un foie sain.

En recommandant cette plante au malade, le Voyant fournit au foie affaibli les forces dont il a besoin pour recouvrer la santé.

Par l’’intermédiaire des forces personnifiées de la nature elle même
Peut être faut il croire aux messages des serviteurs de Dieu s’exprimant par les forces personnifiées de la nature tels que les gnomes, les elfes et les dieux de l’’Antiquité.
Ainsi l’’attestent de nombreux textes.

le thym que l'on faisiat bruler dans les temples pour assainir l'airDe tout temps, bien des croyants ont certainement été tout à fait prêts à suivre ce conseil, mais comment pouvaient-ils savoir quelles plantes utiliser ?

Si de nombreux chrétiens admettaient facilement que des anges aient pu transmettre la connaissance des vertus des plantes médicinales aux hommes, bien que les témoignages dans ce sens n’’abondent pas, très peu accepteraient l’’idée qu’’elle ait pu être transmise par d’’autres serviteurs de Dieu, par les forces personnifiées de la nature tels que les gnomes, les elfes et les dieux de l’’Antiquité, comme l’’attestent de nombreux textes, dans les écrits mythologiques de peuples vivant un peu partout dans le monde.

Ainsi des – textes sont considérés comme sacrés, au même titre que nous la Bible – de tels récits sont consignés.

 

 On pense aux Athéniens qui apprirent :

– d’’Athéna l’’utilisation de l’’olivier.

– d’’Aphrodite celle de l’’achillée millefeuille.

– d’’Hermès celle de l’’ail, etc.

 Pour des êtres élémentaux, transmettre un savoir sur les plantes est une chose toute naturelle et logique :
étant responsables de la croissance des plantes, ils savent si elles ont des propriétés médicinales et ils peuvent en informer les humains.
Ils le firent aussi bien dans le passé qu’’à notre époque.

Rappelons un témoignage ancien .

Le récit se déroule à Troie.

De nombreux guerriers troyens, blessés par des flèches empoisonnées qui empêchent la cicatrisation des plaies, sont malades.
Cassandre, la fille du roi Priam, qui est douée de facultés de voyance, est approchée par Asklépios, (Esculape) Dieu de la médecine.
Il lui indique comment soigner ces plaies qu’aucun remède connu jusqu’’alors n’’est à même de guérir.

Elle tombe en transe et révèle à son entourage ce qui lui est transmis :

Asclépios avec sa fille la nymphe Hygie

« Asklepios me montre une plante….
Vous devez la broyer et l’’appliquer sur les plaies avec la sève ; alors elles guériront.
La plante absorbe le poison, c’’est pourquoi il faut renouveler les applications plusieurs fois par jour, et brûler le tout ensuite.
Ceux qui n’’ont pas de plaie, mais qui dépérissent, doivent boire la tisane faite avec cette plante. »

Peu après, Cassandre accompagnée de deux autres femmes se rend dans la forêt pour chercher cette plante.

Toutes trois virent alors une forme lumineuse. Elle était frêle et transparente, et malgré tout on la voyait très distinctement.

– « Asklépios !» s’’exclama inconsciemment Cassandre, «M’’apportes-tu la plante ?»

La forme lumineuse désigna une petite plante vert foncé, au feuillage frisé. Cassandre s’’empressa de la cueillir, et l’’apparition s’’évanouit.

La jeune fille se tourna vers les autres :
– «Regardez cette curieuse plante !
»

Elles la considérèrent avec étonnement, sans souffler mot de ce qu’’elles venaient de vivre.
Elles n’’avaient encore jamais vu une plante pareille, et à présent il leur semblait qu’’il en poussait partout.
Toutes joyeuses, elles se les montraient mutuellement.
Elles en cueillirent sans interruption, et leurs paniers furent bientôt remplis…!

« Le Seigneur fait pousser les remèdes dans le sol, et quelqu’’un de raisonnable ne les dédaigne pas »,
Peut-on lire dans la Bible

 


« – Ce vers lisant est agaçant…
il veut toujours briller et tout savoir…
Pardonnez le.. »

barre verte

L’ HOMME DES BOIS


La Chouette a déjà dragué Esculape le Dieu de la médecine

un article lui est 
consacré

animation ruedesplantes