Archives quotidiennes :

SYMBOLES : L’œil de la Providence

logo alainfini
La nouvelle série sur les symboles cherchait une plume nous l’avons trouvée avec ALAIN FINI qui assure cette rubrique depuis bien des lunes.
logo saint bol

Il lui fallait une logo qu’a cela ne tienne notre dessinateur CATALA le lui a donné.
Il l’a même flanqué d’un compagnon de route…
SAINT BOL un pèlerin inclassable et capable d’aller de l’alpha à l’oméga des symboles…. Ne cherchez pas plus longtemps il ne figure pas au calendrier.. mais il porte chance…
A condition d’avoir du bol.

L’œil de la Providence

L’œil de la Providence

Comment une image apparemment simple – un œil placé dans un triangle – est-elle devenue l’objet culte des théoriciens du complot ?

Les théories de la conspiration se nourrissent de symboles cryptés et de signes visuels cachés. L’ “œil de la providence” – un œil placé dans un triangle – est un de ces symboles, associé à la franc-maçonnerie mais aussi aux Illuminati apocryphes, un groupe secret d’individus d’élite qui chercherait à contrôler l’ordre mondial.

L’œil de la Providence est l’objet culte des théoriciens du complot car il est très caché à la vue de tous : non seulement il figure sur d’innombrables églises et bâtiments maçonniques dans le monde entier, mais il figure également au verso du billet d’un dollar américain ainsi que sur le Grand Sceau des États-Unis.

En vérité, c’est un choix étrange et franchement bizarre pour un symbole d’État américain. L’œil désincarné transmet fortement le sentiment d’un Big Brother autoritaire et indiscret.

  En combinaison avec la pyramide qui se trouve en dessous, nous avons des emblèmes qui suggèrent un culte ancien et ésotérique.
Alors, quelles sont les origines de l’Œil de la Providence, pourquoi nous fascine-t-il autant, et pourquoi est-il fréquemment lié aux Francs-Maçons et aux Illuminati ?

SON ORIGINE

L’œil divin dans la Cène d’Emmaüs de Pontormo (1525)

À l’origine, l’Œil de la Providence était un symbole chrétien, et les premiers exemples de son utilisation se trouvent dans l’art religieux de la Renaissance pour représenter Dieu.

Un exemple précurseur est le souper d’Emmaüs de Pontormo en 1525, bien que le symbole lui-même ait été peint plus tard, peut-être dans les années 1600.

Une autre source importante de l’icône se trouve dans un livre d’emblèmes appelé Iconologia, publié pour la première fois en 1593.

Dans les éditions suivantes, l’Œil de la Providence a été inclus comme attribut de la personnification de la
“divine Providence”, c’est-à-dire la bienveillance de Dieu.

Comme le suggère le nom du symbole et son usage initial, il a été inventé comme un signe de la vigilance compatissante de Dieu envers l’humanité.

S’appuyer sur le passé

Personne ne sait exactement qui l’a inventé à l’origine, mais celui qui l’a fait l’a élaboré à partir d’un ensemble de motifs religieux déjà existants.

Le triangle était un symbole de longue date de la Trinité chrétienne du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; parfois même, au cours des siècles précédents, Dieu était représenté avec un halo triangulaire.

Les rayons de lumière qui sont souvent montrés émanant du symbole sont également un signe préexistant du rayonnement de Dieu dans l’iconographie chrétienne.

Mais quelles sont les origines de cet œil désincarné et inquiétant ?

Dieu avait déjà été représenté de nombreuses manières cryptée auparavant, par exemple par une seule main émergeant d’un nuage, mais pas sous la forme d’un œil.

Dans le Livre “Book of Hours”, Dieu est représenté avec un halo triangulaire, faisant référence à la Trinité chrétienne du Père, du Fils et du Saint-Esprit

Les Sumériens utilisaient des yeux anormalement grands pour transmettre la sainteté des figures divines (Crédit : Metropolitan Museum of Art)

Crédit photo, Metropolitan Museum of Art Légende image, Les Sumériens utilisaient des yeux anormalement grands pour transmettre la sainteté des figures divines


Mais il y a une histoire plus profonde à l’œil en tant que symbole à considérer – une histoire qui nous ramène aux premières religions connues.


Au troisième millénaire avant Jésus-Christ, les Sumériens ont transmis la sainteté de certaines sculptures en agrandissant anormalement leurs yeux pour renforcer la sensation de vigilance.

Ils organisaient même des cérémonies au cours desquelles les artistes donnaient vie aux sculptures en “ouvrant” les yeux des personnages.

Mais ce sont les anciens Égyptiens qui sont à l’origine de l’œil détaché comme motif :
par exemple, une paire d’yeux peints sur un cercueil qui permettait aux morts de voir dans l’au-delà.

Et l’un des symboles égyptiens les plus célèbres est l’œil d’Horus.

Ce motif est en fait un hybride d’un œil humain et d’un œil de faucon, et il comprend les marques sombres des sourcils et des joues de l’oiseau.
Selon l’ancienne mythologie égyptienne, le dieu-roi Horus (souvent représenté comme un faucon, ou avec une tête de faucon) avait les yeux coupés lors d’une bataille avec son oncle Seth.
Avec l’aide de Thot, il a ensuite guéri ses yeux.

L’œil d’Horus était donc un symbole de protection, souvent utilisé comme amulette, une sculpture assez petite pour qu’une personne la porte dans sa poche comme forme de protection.

Ce hiéroglyphe et d’autres hiéroglyphes égyptiens représentant des yeux humains isolés ont ensuite influencé l’iconographie européenne pendant la Renaissance.

À cette époque, les érudits et les artistes étaient fascinés par l’écriture égyptienne ; le seul problème était qu’ils ne la comprenaient pas entièrement, et les tentatives de traduction étaient généralement truffées d’inexactitudes.
L’une des plus célèbres est apparue dans une romance de 1499 intitulée Le rêve de Poliphilo, dans laquelle la traduction d’un symbole égyptien représentant un seul œil était “Dieu”.

Perdu dans la traduction

Cette situation résulte d’un malentendu fondamental quant à l’utilisation originale des hiéroglyphes.
Nous savons aujourd’hui qu’ils sont un langage écrit composé principalement de signes phonétiques, mais dans les années 1400 et 1500, on leur attribuait une signification beaucoup plus mystique.
On pensait que les symboles de l’écriture hiéroglyphique – animaux, oiseaux et formes abstraites – étaient délibérément mystérieux, chacun d’eux créant un sens par l’inspiration du spectateur plutôt que de faire partie d’un système linguistique.
Ils étaient, pensait-on, des puzzles ouverts qui contenaient de multiples significations.

Cette croyance a eu un effet énorme sur l’art européen.
Lorsque les dictionnaires de symboles, tels que l’Emblemata d’Andrea Alciati de 1531 et plus tard l’Iconologia de Cesare Ripa, sont sortis, l’accent était mis sur des symboles visuels cryptiques, souvent très complexes, où le spectateur est inscrit comme participant au déchiffrage ainsi qu’à la construction de significations à partir de ceux-ci.

  En conséquence, un motif comme l’Œil de la Providence était délibérément ésotérique dans son apparence.
Il s’agit d’un symbole construit presque exprès pour être réinterprété, et peut-être même mal interprété.

Et cela s’est vraiment concrétisé à la fin du 18e siècle.

Trois exemples clés de cette période démontrent une diversité croissante dans la symbolique de l’Œil de la Providence.

Dans la France post-révolutionnaire, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de Jean-Jacques-François Le Barbier de 1789 présentait le texte de la nouvelle déclaration radicale avec l’Œil de la Providence en tête.
Il est devenu, en l’occurrence, un instrument de la raison paternaliste veillant sur la nation nouvellement égalitaire.

En Grande-Bretagne, en 1794, Jeremy Bentham a demandé à l’architecte Willey Reveley de lui concevoir un logo pour son “Panopticon”, une nouvelle prison révolutionnaire visant à permettre une surveillance continue de chaque cellule.
Le dessin qui en résulta comprenait de manière proéminente l’Œil de la Providence – symbole désormais du regard fixe de la justice – entouré des mots “Miséricorde”, “Justice” et “Vigilance”.

Quelques années auparavant, en 1782, le Grand Sceau des États-Unis d’Amérique avait été dévoilé.
Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et John Adams avaient proposé des idées pour la conception du sceau, mais c’est Charles Thomson, secrétaire du Congrès continental, qui, en collaboration avec un jeune avocat et artiste du nom de William Barton, a imaginé la pyramide et l’Œil de la Providence, parmi les autres éléments du sceau.
La pyramide inachevée devait symboliser “la force et la durée”, avec 13 niveaux pour représenter les 13 états originaux de l’Amérique.
L’Œil de la Providence – comme les deux autres exemples de la même période en Grande-Bretagne et en France – était un symbole conventionnel de la surveillance compatissante de Dieu sur cette nation naissante.
Dans aucun de ces exemples, la franc-maçonnerie n’a été impliquée dans le choix du symbole.

Et les Illuminati ?

Les détails des premières années du groupe original, fondé en Bavière en 1776 et dissous en 1787, sont relativement obscurs.
De plus, nous ignorons l’importance des symboles visuels par rapport à l’ordre initial.
Il est vrai que les Illuminati ont été inspirés par les idées de la franc-maçonnerie, qui avait sporadiquement utilisé l’œil de la Providence comme symbole de l’architecte suprême (Dieu), suivant en cela l’exemple de nombreuses autres églises de l’époque.

L’œil de la Providence apparaît en haut de la représentation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen

L'œil de la Providence apparaît en haut de la représentation de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de Jean-Jacques-François Le Barbier en 1789 (Crédit : Alamy)
  Toutefois, les maçons n’ont pas utilisé le symbole de l’Œil de la Providence à grande échelle avant la fin du 18e siècle au moins, et pas avant que Bentham, Le Barbier, Thomson et Barton ne l’aient adopté pour leurs propres besoins.

Malheureusement pour les théoriciens de la conspiration, l’Œil de la Providence sur le billet d’un dollar nous en dit beaucoup plus sur l’esthétique de la fin du XVIIIe siècle que sur l’autorité des élites secrètes.
  Et dans notre ère moderne, Madonna, Jay-Z et Kanye West ont tous été accusés d’utiliser l’iconographie des Illuminati, y compris l’Œil de la Providence.

Mais plutôt qu’un lien quelconque avec les Illuminati, ce que chaque artiste musical a en commun, c’est un œil averti pour l’iconique (et peut-être pour la provocation) – tant dans le visuel que dans la mélodie. L’utilisation répétée de l’Œil de la Providence – et nous pouvons l’appliquer aussi bien à Madonna et Jay-Z qu’à Bentham, Le Barbier, Thomson, Barton, les Francs-maçons, les artistes de la Renaissance ou à peu près n’importe quel autre individu ou groupe – est la preuve non pas d’une conspiration concertée, mais de son éclat durable en tant que pièce de conception de logo.

SOURCE :
le dictionnaire des symboles

https://www.bbc.com/afrique/monde-55143916

logo saint bolLe conseil de Saint BOL
LIRE LE SYMBOLE
DÉJÀ PUBLIÉ :
LE TRISKEL L’ALPHA ET L OMEGA
LE COQ ET LE BASILIC

logo alainfiniretour sur la rubrique du même tabacAlain Fini

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button