Archives par étiquette : poésie

Un coucher de soleil, en Bretagne

Print pagePDF pageEmail page

 BLOC NOTE POÉTIQUE
par WIKI

« La nature et le rêve »
et…. « La mer sans fin, commence où la terre finit !

Couché de soleil, Saint-Guénolé

Présent tous les jours sur le port de Saint-Guénolé et sur les côtes du pays Bigouden, je réalise régulièrement des photos du débarquement du poisson, des bateaux, ou de la côte. Je vous propose de partager ma passion pour la mer en les téléchargeant en fonds d’écran. » Sten Furic http://www.lacompagniebretonnedupoisson.fr/fonds_d_ecran.asp

 

  Un coucher du soleil en Bretagne

Un coucher de soleil sur la côte bretonne
Les ajoncs éclatants, parure du granit,
Dorent l’âpre sommet que le couchant allume.
Au loin, brillante encore par sa barre d’écume,
La mer sans fin, commence où la terre finit !

A mes pieds, c’est la nuit, le silence. Le nid
Se tait. L’homme est rentré sous le chaume qui fume ;
Seul l’Angélus du soir, ébranlé dans la brume,


A la vaste rumeur de l’Océan s’unit.
Alors, comme du fond d’un abîme, des traînes,
Des landes, des ravins, montent des voix lointaines
De pâtres attardés ramenant le bétail.


L’horizon tout entier s’enveloppe dans l’ombre,
Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre,
Ferme les branches d’or de son rouge éventail.

(José M. de Hérédia)

José-Maria de Heredia (né José María de Heredia Girard 18421905) est un homme de lettres d’origine cubaine, naturalisé français en 1893. En tant que poète, c’est un des maîtres du mouvement parnassien, véritable joaillier du vers. Son œuvre poétique est constituée d’un unique recueil, Les Trophées, comprenant 118 sonnets qui retracent l’histoire du monde, comme Les Conquérants, ou qui dépeignent des moments privilégiés, comme Le Récif De Corail.

– « Poème dédié à Chou blanc qui ne cesse de me parler de tous ses amis bretons….! »

Nous publions vos contributions vous pouvez transmettre vos poèmes favoris à partager à  choublanc@mafeuilledechou.fr

Share Button

LES POÈTES DE LA RÉCRÉ N°1 : Victor Hugo – Guy de Maupassant

Print pagePDF pageEmail page

LE BLOG
DE TOM ET DOUCE

Elles existent encore, dans mes vieux rêves, ces cours de récréation où les enfants déclamaient avec éloquence, et chacun leur tour, des poèmes appris l’heure d’avant…
Des poèmes courts souvent faciles à retenir que
TOM ET DOUCE vous feront revivre de temps en temps histoire de vous dire qu’il n’est pas encore venu le temps des poètes disparus… Écoutez les ..!

 

L’AUTOMNE

L’aube est moins claire, l’air moins chaud, le ciel moins pur
Les longs jours sont passés ; les mois charmants finissent.
Hélas ! voici déjà les arbres qui jaunissent !
L’automne est triste avec sa bise et son brouillard,
Et l’été qui s’enfuit est un ami qui part.

 VICTOR HUGO

 

LA CHANSON DU RAYON DE LUNE

Sais-tu d’où je viens ? Regarde là-haut.
Ma mère est brillante, et la nuit est brune.
Je rampe sous l’arbre et glisse sur l’eau ;
Je m’étends sur l’herbe et cours sur la dune ;
Je grimpe au mur noir, au tronc du bouleau,
Comme un maraudeur qui cherche fortune.
Je n’ai jamais froid ; je n’ai jamais chaud.

GUY DE MAUPASSANT

CHOU BLANC
retour sur la rubrique du même tabac
« La poésie, c’est le sourire du langage »

RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button

Poésie: Le sabbat

Print pagePDF pageEmail page

BLOC NOTE LITTÉRAIRE
par Chou Blanc

La poésie d’Halloween

The sabbat comes softlyMusique d’ambiance

illustration jep papy réalisé sur table graphique d'ordinateur
Le sabbat

Je connais l’’endroit,
Je connais la clairière
Où font leur sabbat,
Les affreuses sorcières !
Elles dansent en rond,
Hurlant dans le vent,
D’’ignobles chansons
Le démon encensant !
Crachant le feu.
Avec soudain,
Des éclairs dans les yeux,
Elles lancent à pleines mains,
Des maléfices dans la nuit,
Aux hôtes de la forêt,
Qui loin de la clairière fuient
Ce sabbat endiablé !

Et je n’avais que vingt ans,
Une âme d’’enfant,
Quand, parmi la ribambelle,
Dansant avec elles,
Et crachant le feu,
Des éclairs dans les yeux
J’’ai vu la fille que j’’aimais !
Elle dansait et hurlait,
Dans la sinistre clairière,
Avec les sorcières !
Brisant pour toujours,
Mon premier amour !

Je connais l’’endroit,
Je connais la clairière
Où font leur sabbat,
Les affreuses sorcières !
La lune apeurée,
Ce jour là se voile,
Se cachant pour pleurer,
Parmi les étoiles !
Cet affreux sabbat,
Cette ronde,
Ces sinistres ébats
Cet effrayant monde,
Ces maléfices dans la nuit,
Désespérée la lune fuit,
Loin de cette forêt,
Loin du sabbat endiablé !

Et je n’’avais que vingt ans,
Une âme d’’enfant,
Quand, parmi la ribambelle,
Danser avec elles,
Et cracher du feu,
Des éclairs dans les yeux,
J’’ai vu la fille que j’’aimais,
Danser et hurler
Dans la sinistre clairière,
Avec les sorcières,
Brisant pour toujours,
Mon premier amour

PERE GUISSET (auteur catalan)  1998

 Le SABBAT

Il a lieu certains mercredis et vendredis vers 22h. seules les créatures démoniaques sont sensibles à son appel.

 

Le sabbat a généralement lieu près d’un monument mégalithique ou des ruines. Là, le Diable accueille des hôtes transformé en bouc noir. La célébration est une parodie de tous les usages sociaux et moraux.

Après la messe, un immonde banquet est servi où l’on s’empiffre, on rote et on fait grand vacarme pendant que le Diable copule avec chaque sorcière.
Cela dure jusqu’à l’aube.

Les plus grand Sabbats ont lieu durant les nuits des 21 mars, 30 avril, 21 juin, 23 septembre, 31 octobre pour l’Halloween et 21 décembre.

 

Comment réagir face à une sorcière ?

– Pour conjurer un sort, il faut immédiatement tendre le bras en direction de la sorcière en faisant le signe : majeur et annuaire repliés sous le pouce sur la paume, index et auriculaire pointés en avant

Lui faire les cornes avec les doigts.
– Si une sorcière vous tape l’épaule, il faut tout de suite se taper la tête.
Si elle vous tape la tête, élever les mains et de l’une frapper l’autre pour rompre le charme.

Chou Blanc est effectivement magnétiseurChou blanc retour sur la rubrique du même tabac

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button