Archives de catégorie : Lady Ladinde

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique ” Et si je ne voulais pas mourir idiote”

LADY LADINDE: Les aime sonnantes et trébuchantes….

dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note
de
LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

louis XVI – or

AUJOURD’HUI LADY LADINDE 

PAYER EN ESPÈCES SONNANTES ET TRÉBUCHANTES

  C’est la Monnaie qui est donc  sonnante et trébuchante


SONNANTE

Une pièce de monnaie est sonnante lorsqu’elle ne contient pas de vil métal et dont le titre approche le 10 sur 10 en or ou en argent ; de cette manière, elle tinte de manière reconnaissable pour une oreille avertie.

Point n’est besoin d’être grand clerc pour comprendre pourquoi on parle d’espèces ‘sonnantes’. Quiconque aura déjà manipulé des pièces de monnaie, à la manière de Blaze devant Don Salluste de Bazan dans le film « la folie des grandeurs », aura compris que cette monnaie fait un bruit reconnaissable lorsque les pièces s’entrechoquent, à la condition qu’elles ne soient pas fausses.

TRÉBUCHANTE

Une pièce ‘trébuchante’ se disait d’une pièce dont on avait pu constater qu’elle avait le poids requis après qu’elle a été ‘trébuchée’ c’est-à-dire pesée sur un trébuchet.

Petite balance de précision servant à peser de menus objets ou des matières précieuses : l’or, l’argent, les pierreries. Le trébuchet tire son nom du fait que la moindre augmentation de poids fait trébucher le plateau que l’on charge. Cette balance pèse au décigramme près de très faibles quantités de matières d’or. Elle fut utilisée jusqu’à l’apparition de la balance électronique.

 

Au  XIVe siècle un ‘trébuchet’ était une petite balance à plateaux servant pour la pesée de petits poids comme de l’or, de l’argent ou des bijoux

C’est à partir du XVIe siècle que des espèces sonnantes et trébuchantes a été une manière plaisante de désigner de bonnes vraies pièces de monnaie avant, par extension, de désigner l’argent liquide, tous supports confondus, par opposition aux chèques, cartes bancaires, virements et autres moyens de paiement.

Elle est trébuchante quand elle ne craint pas l’épreuve du trébuchet (une balance d’orfèvre).

Quentin Massys (ou Metsys, 1465-1530) : le changeur de monnaie et son épouse. 1514, Paris, musée du Louvre

Les pièces de monnaie s’usaient pendant leur durée de vie et parfois certains peu honnêtes grattaient les pièces pour en récupérer un peu de poudre d’or.

Pour que la pièce ait le même poids moyen pendant toute sa durée d’usage on lui donnait une surcharge à sa fabrication (frappe) qu’elle perdait peu à peu.
Cette surcharge était mesurable avec un trébuchet qui trébuchait facile quand elles étaient neuves.

Demander à être payé en monnaie sonnante et trébuchante signifiait donc que l’on voulait être payé en monnaie authentique et neuve.


« Pour les passer en Suisse …
Porter des pièces ou des lingots c’est plus lourd que les billets dans les valises
Encore qu’a la réflexion à dos d’âne…. Peut être….?? »


dinde LADY LADINDE
« La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours »

retour sur la rubrique du même tabacRETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

Lady Ladinde … Se balade dans les vignes du seigneur


Camarade GASTON …l’autre jour j’étais en bonne compagnie dans les vignes du seigneur.
– Ah BON….. Tu accompagnes Chou Blanc pour chercher les pierres aux mille visages….?

– Mais NON pas du tout…. J’ ai pris une biture avec LADY LADINDE …. Elle voulait être dans les vignes du seigneur… et avec moi…!
– AH Parce qu’en plus elle  boit…! Quelle expérience..! C’est pas rien de se beurrer et de finir PAF à côté du grand Firmin…. SEIGNEUR ET MAITRE….
Lui as tu tout dit …? car il y a d’autres explications à cette expression… après dégrisement nous avons travaillé ensemble les vignes du seigneur….


wikipédiatre est le détracteur en chef de ces jeunes rédacteurs « – Messieurs Messieurs…. un peu de retenue … c’est pas bien de faire passer Lady Ladinde pour une pocharde… Non …. une oie blanche c’est pas mieux…!

  Musique d’ambiance


dinde BLOC NOTE LADY LADINDE Bloc note de LADY LADINDE

 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part…. De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... » Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire 

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

L’EXPRESSION …. ÊTRE DANS LE VIGNES DU
SEIGNEUR

  Être dans les vignes du seigneur :  c’est être ivre , bourré ,bituré, gelé, complètement PAF, façon poétique transcendantale et amusante de laisser croire à un chrétien qu’il peut gagner son salut par l’ivresse

Cette expression est aujourd’hui peu utilisée et vous avez peu de chance de vous y trouver confronté car elle est remplacée par des expressions plus modernes comme  déchiré–  plombé –  Défoncé – en avoir  un coup dans le pif ou encore être bourré comme un coing – rond comme une queue de pelle –  être noir ou pompette
On donnera la palme aux anglais qui disent:
« As lit as a Christmas tree  » ( Aussi allumé qu’un arbre de Noël)

Alors de quel seigneur parle t on?

Cette expression serait aussi utilisée par certains dans les sens « être en bonne grâce avec quelqu’un« .

Au  moyen âge, faire du vin était un privilège de seigneur et les inféodés qui étaient en odeur de sainteté avec leur seigneur avaient le privilège de s’occuper des vignes de ce dernier.

Le moyen âge est passé, l’expression elle, est restée.

On peut aussi dire

– Être en odeur de sainteté*.
– Être dans les petits papiers de quelqu’un, ou être apprécié au delà de ce que l’on espérait.

 
Mais alors  que devient le  seigneur tout seul dans ses vignes …?

Dieu seul le sait…. mais Marc dans son évangile en a une petite idée…Explication …!

Les paraboles de Jésus:
La vigne du seigneur

L’allégorie de la vigne, au chapitre 12 de l’évangile de Marc est une manière imagée de se représenter le destin de Jésus et des rapports du peuple d’Israël avec son, Dieu.
L’évangéliste Marc utilise l’allégorie (comparaison en forme de devinette) pour expliquer à ses lecteurs le destin de Jésus. Dieu, le peuple d’Israël Jésus, sont respectivement signifiés par le maître de la vigne, les vignerons, le fils du maître.

« Un homme a planté une vigne, l’a entourée d’une clôture, il a creusé une cuve et bâti un pressoir; puis il a donné cette vigne  en fermage à des vignerons et il est parti »

Le moment venu, il a envoyé un serviteur aux vignerons pour recevoir d’eux sa part des fruits de la vigne.
Les vignerons l’ont saisi, roué de coups et renvoyé les mains vides. Il leur a envoyé encore un autre serviteur; celui-là aussi, ils l’ont frappé à la tête et insulté. Il en a envoyé un autre ; celui-là ils l’ont tué ; puis beaucoup d’autres: ils ont roué de coups les uns et tué les autres

Il ne lui restait plus que son fils bien-aimé. Il l’a envoyé en dernier vers eux en disant: «Ils respecteront mon fils». Mais ces vignerons se sont dit entre eux:
« C’est l’héritier. Venez! Tuons-le et nous aurons l’héritage».
Ils l’ont saisi, tué et jeté hors de la vigne.

Que fera le maître de la vigne? Il viendra, il fera périr les vignerons et confiera la vigne à d’autres…..

 Marc, chapitre 12

La variante: « s’endormir dans les vignes du seigneur » : être ivre mort….. Trouve son origine dans l’allusion à Noé sortant de l’Arche.

L’ivresse de Noé….  et la malédiction de Cham

Noé sa  femme, et ses trois fils : Sem, Cham et Japhet. Sous les ordres de Dieu, bâtissent l’Arche de Noé afin d’échapper au Déluge, ces eaux dévastatrices lancées pour éradiquer l’humanité corrompue.
Le déluge passé…… voici un épisode de leur vie sur la terre …

Tout le monde ou presque à entendu parler de la malédiction de Cham.

Les fils de Noé sont Sem, Cham et Japhet. Un jour, Noé, qui a trop bu de vin de sa vigne, se trouve nu dans sa tente.
Cham le voit tout nu, mais pas ses frères qui le rhabillent en lui tournant le dos.
À son réveil, Noé furieux sanctionna Cham en maudissant le fils de ce dernier, Canaan, et sa descendance.

Ils furent condamnés à être esclaves de leurs frères pendant plusieurs générations.
Canaan n’est ni noir ni africain. Cham peut-être.
Mais que disent réellement les textes sacrés ?
Justifient-ils vraiment l’esclavage des Africains, comme on l’a longtemps indiqué ?
Si de nombreux travaux existent sur la question, il s’agit le plus souvent d’études anciennes, de publications pointues et académiques, ou bien de textes polémiques et peu sérieux.


https://amzn.to/2MBUgh6 Furieux d’avoir été surpris ivre et nu par son fils Cham, Noé condamne le fils de ce dernier et sa descendance à être esclaves de leurs frères. Cet ouvrage analyse le mythe de cette malédiction, expliquant le rôle qu’il a joué dans l’esclavage des Africains, mais aussi dans bien d’autres épisodes méconnus de l’histoire

 dinde LADY LADINDE

retour sur la rubrique du même tabac “La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours

RETRO : C’est du même tabac…..

Share Button

LADY LADINDE: Fait la coupe à SAMSON…?


Aujourd’hui c’est la fête à  SAMSON ……

ET COMME ON EST NOMBREUX A PARLER DE

SAMSON ET DALIDA…

LADY LADINDE  LA  PREMIÈRE…!

ALORS ELLE VA  ÉCLAIRER LES CHOUPINETS
SUR L’ HISTOIRE DE  » SAMSON  ET  DALILA   « 

– Eh camarade… Véronique Sanson n’a rien à voir non plus ….
– Ok ok on va pas couper les cheveux en quatre… !
– Justement Si…  !

Samson et Dalila de Gerrit Van Honthorst -photo la Chouette expo Toulouse été 2012 sur le caravagismedinde

BLOC NOTE LADY LADINDE

 

 

Bloc note de
LADY LADINDE


 » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

Avec le nom que j’ai, vous comprendrez aisément que je ne veuille pas mourir idiote… Aussi, lorsque je découvre des choses pour m’instruire, je vais vous en faire part….
De temps en temps…. vous aurez à vous farcir Ladinde avec sa rubrique  » Et si je ne voulais pas mourir idiote »

« Les hommes doués d’intelligence ont une soif d’éducation semblable à la soif de pluie qu’éprouve un champ de culture... »
Je te dis pas…! pour les femmes … c’est encore pire

AUJOURD’HUI LADY LADINDE PROPOSE DE DÉCOUVRIR :

SAMSON ET DALILA

Dans la Bible, nombreux sont les élus de Dieu ; presque tous sont fidèles et lui obéissent. Quelques-uns, cependant, le déçoivent et se voient abandonnés de l’esprit divin. C’est le cas de Samson, doué d’une force exceptionnelle grâce à l’élection divine, mais qui finira pourtant captif et aveugle pour avoir perdu cette force par sa bêtise.
Voilà un épisode de la bible qui mérite d’être connu car il a inspiré les artistes … et hélas quelques dames qui se croient obligées de ressembler aux femmes qui ont trahis cet homme si fort et si faible à la fois. 

Par trois fois, Samson sera victime des femmes.

La première fois,  celle qui est devenue sa femme lui extorque la réponse de l’énigme qu’il avait proposée et la donne à ses compagnons philistins

La deuxième fois, même si le texte biblique n’est pas explicite à ce sujet, on peut supposer qu?une prostituée de Gaza le dénonce, là encore sans doute par crainte.

Enfin, la troisième fois, la plus célèbre de toutes, Dalila le livre aux Philistins ses ennemis.
Dalila est une femme, probablement philistine, dont s’éprend Samson pour sa perte.
Elle se fait acheter par les chefs de son peuple pour leur livrer ce héros qui les terrorise et les empêche d’opprimer les Israélites, et finit par lui arracher le secret de sa force prodigieuse.
Dalila fait donc raser Samson pendant son sommeil, afin de le priver de sa force et de l’assistance divine dont il s’est rendu indigne en exposant à des mains étrangères ce qui était voué à Dieu.

L’histoire de Samson ….. et Dalila

Samson et le lion, Rubens, 1633-1634

 

L’histoire de Samson commence  par un incident survenu lors de son mariage de Samson avec une Philistine.

Samson, en allant retrouver sa future femme à Timna, tue à mains nues un lion dont il voit plus tard la carcasse accueillant un essaim d’abeilles.

Samson apporte un rayon de miel à ses parents - le Guerchin Peintre ou Dessinateur : Guerchin, Giovanni Francesco Barbieri dit le (1591-1666) Datation : 1657 Source textuelle : Juges 14, 8-9 (Bible de Jérusalem, p. 368) Sujet de l'image ou genre : Sujet d'histoire sacrée. Samson et le lion Nature de l?image : Peinture sur toile Dimensions : Hauteur 102 * Largeur 117, cm Lieu de conservation : San Francisco, Fine Arts Museums, M. H. De Young Memorial Museum, inv. 65.20.2

 

De cet épisode, il tire une énigme qu’il propose aux convives le jour de ses noces :

« De celui qui mange est sorti ce qui se mange et du fort est sorti le doux. ».

Il révèle à sa femme la solution de l’énigme, mais celle-ci, menacée par les puissants de son peuple, trahit le secret et livre la réponse aux ennemis de Samson.
L’imprudence de Samson n’aura pas de conséquences graves pour lui, mais il ne sait pas en tirer d’enseignement.
Lorsqu’il tombera sous le charme de  Dalila, celle ci  le harcèle pour lui extorquer le secret de sa force prodigieuse et le livrer aux Philistins, il se rend compte du risque encouru mais se laisse malgré tout duper.
Samson est donc un personnage paradoxal : doué d’une force physique redoutable, il semble étonnamment vulnérable face aux femmes.
Le pouvoir des femmes sur lui a anéantit la force que lui a donnée Yahvé…… ainsi ses ennemis finiront par lui percer les yeux.
Seul son esprit de vengeance lui donnera une dernière fois l’assistance de Dieu pour faire effondrer le temple sur lui et tous ses ennemis.

Samson a maintes fois inspiré les grands maitres…..

Des peintres tel Rubens, Rembrandt, Van Dick et van Honthorst (ci-dessus) ont été inspirés par cet épisode biblique.

Rubens (vers 1625) nous relate la tonte de Samson

Samson et Dalila (version de Londres) - Rubens Peintre ou Dessinateur : Rubens, Pierre Paul (1577-1640) Datation : entre 1609 et 1610 Source textuelle : Juges 16, 19-21 (Bible de Jérusalem, p. 371)
Ce tableau de Rubens (vers 1625) nous relate la tonte de Samson.

Tandis qu’il est endormi sur les genoux de Dalila, un valet s’approche de lui et lui coupe les cheveux.
L’action est éclairée par une vieille femme qui surveille la scène.
Dalila semble s’abandonner complètement ; elle regarde Samson et son visage est paisible.
Au fond de la scène, en haut à droite, l’on aperçoit l’armée des Philistins qui attend à la porte.
Ces deux scènes sont éclairées par des bougies qui mettent en relief l’abandon total de Samson, le point central du tableau étant par ailleurs la musculature puissante de son dos.
On peut noter le contraste entre cette expression de force physique et la position presque foetale du héros.
Les deux personnages principaux se laissent faire et ce sont les personnages secondaires qui agissent.

Samson et Dalila par Van Dyck….

 Samson et Dalila, Sir Anthony van Dyck, v. 1630

Samson et Dalila, Sir Anthony van Dyck, v. 1630

 Samson fut trahi par Dalila, femme judéenne dont il était épris.
Cette dernière profita de son sommeil pour raser sa chevelure, de laquelle il tirait sa force.
L’épisode, relaté dans l’Ancien Testament, inspira à Anthony Van Dyck une toile d’une grande intensité dramatique dans laquelle se déploient des lignes sinueuses. Les reflets chatoyants des étoffes témoignent des talents de coloriste de l’artiste.

L’aveuglement de Samson de Rembrandt (1636)

Aveuglement de Samson, Rembrandt, 1636, huile sur toile, 236x306 cm.Si l’on considère L’aveuglement de Samson de Rembrandt (1636),
« Dans la pénombre, Dalila, tenant la chevelure coupée de Samson, s’enfuit : le héros étant ainsi réduit à l’impuissance, les Philistins s’emparent de lui et lui crèvent les yeux. La trahison, l’horrible mutilation du héros, sont exprimées avec force par la puissance et le choc de la couleur qui n’est plus utilisée pour sa facilité de reproduire la réalité mais se voit conférer de façon inattendue ici un véritable rôle de porte-parole du drame.

Dans le contre-jour, les Philistins alertés par Dalila enchaînent Samson et l’aveuglent. Un éclairage dramatique tombe de l’ouverture par laquelle Dalila s’enfuit. Sa main, tenant les ciseaux, est le point le plus éclairé du tableau. Se détachant sur le bleu pâle, le jaune citron, les gris de l’arrière-plan lumineux, le formidable pied de Samson ne peut plus atteindre celle qui l’a trahi. » (Rembrandt de L. Munz et B. Haack).

Sur Les démonstrations de force de Samson.

 

Son combat avec le lion

Par son naziréat, Samson acquiert une force hors du commun qui lui sera utile pour combattre les Philistins. Homme à l’âme simple et naïve, il est apprécié par le peuple tant que ses actes n’ont pas de conséquences désastreuses.

Il existe dans La Bible plusieurs passages sur cette force surhumaine dont le premier est son combat avec le lion. Les commentateurs du Moyen-Age et notamment l’auteur anonyme de la Glose ordinaire ont reconnu dans ce premier exploit de Samson la préfiguration du Christ aux Limbes, vainqueur de Satan.

Cette interprétation explique la fréquence du sujet dans l’art chrétien dès le XIIe siècle.
Dans l’iconographie traditionnelle, Samson est presque toujours représenté chevauchant le fauve et lui renversant la tête pour lui écarteler les mâchoires de ses deux mains désarmées.
Au XVe siècle, Dürer le représente assis sur la croupe de l’animal. Samson le terrasse en lui brisant l’encolure avec sa jambe droite repliée. Le même épisode est repris par Rubens au XVIIe siècle, mais la mise en scène diffère quelque peu :
Samson écarte les mâchoires du lion qu’il vient de tuer et un essaim d’abeilles s’échappe de sa gueule, ces abeilles rappelant la phrase de l’énigme de Samson : «de celui qui mange est sorti ce qui se mange, du fort est sorti le doux ».

Comme nous l’apprend le livre des Symboles dans La Bible, lorsqu’un être humain remporte un combat contre un lion, c’est un héros historique qui a le dessus sur un animal réel, il n’y a pas de portée symbolique, cette victoire est le simple signe de la «dextérité», de la force musculaire et de la bénédiction divine.

Samson et la mâchoire d’âne

Un autre épisode célèbre de la force de Samson est celui de la «mâchoire d’âne» :

Armé d’une mâchoire d’âne, Samson abat mille Philistins venus le chercher pour « le traiter comme il [les a] traités ».

..

Samson arrache les portes de GAZA

Ce passage est immédiatement suivi de l’épisode des portes de Gaza : Samson, recherché, s’enfuit en arrachant les portes de la ville et les dépose au sommet d?une colline en face d?Hébron. Il laisse ainsi la ville sans défense et humiliée. Ces épisodes, bien que sûrement exagérés, illustrent la force phénoménale du nazir.

Samson abat le temple des Philistins.

Le quatrième et dernier épisode célèbre de la force de Samson, celui du temple des Philistins, est celui qui explicite sa mission d’élu et lui permet de mettre directement sa force au service de son peuple et de son Dieu. Samson, qui a été trahi par Dalila, est emprisonné par ses ennemis et tourné en dérision lors d’une fête religieuse consacrée à leur dieu Dagon.
Sa force, qui l’avait abandonné quand Dalila par traîtrise lui avait fait couper les cheveux, revient peu à peu en même temps que ceux-ci repoussent. Prétextant de la fatigue, il demande à s’appuyer contre les colonnes centrales de l’édifice.
Un jour rassemblés dans leur temple pour offrir un grand sacrifice à Dagôn, leur dieu, ils font venir Samson aveugle pour les divertir. Samson demande à son jeune guide de le conduire vers les piliers de soutien de l'édifice et il fait une prière. Il adresse au Seigneur une prière : «Yahvé, daigne te souvenir de moi et me rendre plus fort ». S?arc-boutant sur chacune des colonnes, il retrouve la grâce de Yahvé et sa force : le temple s’écroule, ensevelissant le héros et ses ennemis : « les morts qu’il fit mourir par sa mort furent plus nombreux que ceux qu’il avait fait mourir durant sa vie ».

Dieu avait-il prémédité sa faiblesse avec Dalila pour susciter chez Samson le désir de vengeance ? c?est le mode de fonctionnement psychologique constant de notre héros ?, ou bien est-ce la prière de Samson et son repentir qui le conduisirent à rendre sa force au nazir pardonné ?

Quoi qu?il en soit, Samson fait preuve dans cette fin épique d?un courage nouveau : il ne s?agit plus seulement d?un exploit physique qu?il est sûr de pouvoir accomplir, mais d?un acte de foi en sa force revenue, d?où l?ampleur spectaculaire de son exploit et son insertion dans la Bible.

source:  site mythes bibiliques

dindeLADY LADINDE
retour sur la rubrique du même tabac
« La vieille ne voulait pas mourir car elle en apprenait tous les jours – 767 –« 

    RETRO :
C’est du même tabac…..

Share Button