PEINTURE : Les femmes de John William Waterhouse

Print pagePDF pageEmail page

L’ART ET LA PALETTE AU CHOU
par Chou Blanc
– Wiki..! On a paumé les pinc eaux…
– On s’en fout, c’est de la peinture à l’huile
.

The Danaides

Cette œuvre illustre la publication sur le tonneau des danaïdes A VOIR

PEINTURE :
Les femmes de John William Waterhouse


John William Waterhouse
( – )
est un peintre britannique néoclassique et préraphaélite, célèbre pour ses tableaux de femmes inspirés de la mythologie et de la littérature.

.

Le Préraphaélisme est un mouvement artistique né au Royaume-Uni en 1848.

Ce mouvement tient la peinture des maîtres italiens du XVe siècle, prédécesseurs de Raphaël, comme le modèle à imiter.

John William Waterhouse, Pre-Raphaelite

Music: “Blowing in the Wind” (Bob Dylan) piano Harry Völker

Son tableau le plus célèbre: The Lady of Shalott

John William Waterhouse The Lady of Shalott.jpg
« John William Waterhouse The Lady of Shalott » par John William Waterhouse

Cette œuvre est la représentation d’une scène tirée du poème du même nom, écrit par Lord Alfred Tennyson en 1832, dans lequel le poète décrit le destin d’une jeune femme languissant d’un amour non partagé envers le chevalier Lancelot, enfermée pour une raison secrète dans une tour voisine du château du roi Arthur, Camelot.

Très prisés des poètes et peintres préraphaélites, les vers de Tennyson ont été illustrés par de nombreux artistes,

Résumé de la lègende

D’après la légende, il était interdit à la Dame de Shalott de regarder directement la réalité du monde extérieur ; elle était condamnée à voir le monde à travers un miroir et se mit à tisser ce qu’elle voyait sur une tapisserie. Son désespoir allait grandissant lorsqu’elle observait des couples amoureux enlacés au loin. Nuit et jour, elle se languissait d’un retour à la normalité. Un jour, apercevant le reflet de Lancelot passer devant le miroir, la Dame se mit à l’épier directement, ce qui déclencha une malédiction.
Durant la tempête automnale qui se produisit alors, la Dame embarqua dans un bateau sur la proue duquel elle inscrivit « La Dame de Shalott ». Elle chantait sa complainte en naviguant vers Camelot et une mort certaine.
Son corps gelé fut retrouvé peu après par les dames et chevaliers de Camelot dont Lancelot, qui prièrent ensuite pour le repos de son âme. La tapisserie qu’elle avait tissée durant toute sa captivité recouvrait un des bords de son embarcation.

logo poésie smallExtrait du poème

« Et dans les eaux sombres de la rivière
Tel un prophète téméraire en transe,
Réalisant toute son infortune —
C’est avec une figure terne
Qu’elle regarda Camelot.

Et lorsque le jour déclina,
Desserrant la chaîne, elle s’allongeait ;
Le courant au loin l’emportait,
La Dame de Shallot… »

— Lord Alfred Tennyson, Extrait de la IVe partie
LE CHOURISTE

COMMENTAIRES:
Si cette peinture est typiquement préraphaélite dans sa composition et ses tonalités, elle illustre parfaitement l’histoire d’une femme vulnérable et condamnée par le destin, enveloppée dans une lumière chaude de fin d’après-midi. La jeune femme est peinte fixant un crucifix, posé près de trois chandelles.
Durant la fin du XIXe siècle, les bougies étaient souvent utilisées pour symboliser la vie : dans cette image, deux d’entre elles sont éteintes.

Chou Blanc est effectivement magnétiseurChou blanc

 

Share Button

Une réflexion au sujet de « PEINTURE : Les femmes de John William Waterhouse »

  1. Ping : ALLEZ MAMY RACONTE : Les chaussons ensorcelés | JOURNAL LA CHOUETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.