Dans les fourches du diable

Print pagePDF pageEmail page

Pour tous les verboriculteurs qui n’ont pas inventé l’eau chaude et qui tirant le diable par le queue ne peuvent se permettre de se payer un dico …
Jetez un œil ci- dessous pour en connaitre plus sur  l’origine de cette expression et découvrir plus loin que le bout de la queue du diable…..


– je te l’ai dit PAPY …!!!
ça vaut le coup que tu ailles chercher tes binocles

LA FOURCHE DU DIABLE

 Alors… Si je ne dis pas de bêtises, cette représentation date du Moyen-âge.

La fourche du diable est associée au trident de Neptune (Poséidon) et donc aux croyances antiques, au Paganisme.

Ce fut un moyen pour l’Église de montrer aux fidèles que les croyances anciennes étaient synonyme du Mal (et allaient par conséquent à l’encontre de la religion chrétienne).
Il me semble que ça vient de là, mais à vérifier tout de même 

Mon hypothèse :
Peut-être à cause de la langue de serpent ?

Le serpent à mené Adam et Eve à leur perte, parce que c’était le diable.

Lien logique ? non ?

Des usages modernes

Un trident camarguais utilisé par les gardians.

Les gardians de Camargue utilisent traditionnellement un trident pour faire obéir les taureaux.

Le trident est aussi de nos jours utilisé en pêche sous-marine, associé le plus souvent à une arbalète.

La Fourche du Diable est une liqueur de racines de gentiane d’Auvergne,

  • L’arrachage de rhizomes de gentiane (par le Gençanaïre) s’effectue avec une fourche d’origine jurassienne nommée « la fourche du diable », cet outil a donné son nom à un apéritif (à 16° d’alcool) à base de gentiane.
  • D’après la légende : les montagnards surveillent la grandeur de la lampe florale des gentianes jaunes, car elle annonce la hauteur de neige de l’hiver à venir

DIABLOTIN

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.