RIGUEUR : En chansons… On va pas en faire un roman..!

CHOUSIALISTE LE BLOC INDISCRET….
DE BUSE A CORNEILLE, UN AUTRE REGARD SUR CE QUE NOUS ENTENDONS
Inscrit à la grille des programmes de la rentrée ce bloc sera contre tout ce qui est pour….. et pour tout ce qui est contre…!
Sa ligne éditoriale tient dans ces deux citations.
L’une d’un homme politique….. l’autre d’un homme du peuple français.
Dieu nous a donné deux oreilles et une bouche pour nous apprendre à dire seulement la moitié de ce que nous entendons
(Édouard Herriot)
– Ce qui accroche l’œil ne touche pas toujours le coeur. (Marcel)


VU DANS LE SONOTONE CES DERNIERS TEMPS….

LA RIGUEUR EN CHANSONS

TU CRIES DANS LE SONOTONE…ça va on t’a vu..!

DIS FRANÇOIS.. DIEU C’EST  QUI POUR TOI…?

barre bleue

LA RIGUEUR EN CHANSONS

barre bleue

  TU CRIES DANS LE SONOTONE…ça va on t’a vu..!

Je cause…. je cause de ce que je vois dans mon sonotone……. eux me répondent… et que me disent-ils…?
(
Note de synthèse des messages que je reçois dans ma boite à miel et aussi ceux de ma boite à fiel)

Mes lecteurs ont apprécié la coupe des queues de pies des redingotes des ministres…..Seulement Voilà…. tous les tailleurs vous dirons, que pour  faire une bonne coupe il faut se faire aider par un patron.
Attention, car eux les patrons, ils ont peur de François Hollande….. comme  les poissons ont peur du vendredi … Dame, c’est le jour où ils passeront à la casserole.
Certains m’ont fait remarquer que les redingotes c’était pratique pour accrocher les casseroles….. et sans casseroles on entendra plus nos politiques arriver de loin pour taper dans nos portefeuilles.

Un autre m’a fait observer que  du temps  de la colonisation, où l’on savait tanner le cuir, lorsque nos politiques devenaient ministres on disait qu’ils prenaient un maroquin ( oh les coquins…) et quand le capitalisme fut roi, ils prirent un portefeuille…. Si Hollande passe, ceux qui le suivront pour devenir ministres, n’auront que les bourses plates…..

Ah… j’oubliais les Robinsons de la Marine  qui m’ont dit….. Que c’était la faute à tous les vendredis de la terre, noirs, jaunes  ou café au lait, si on se retrouvait les bourses plates….!

« C’est toujours la même histoire. Ces pauvres êtres vivants, ces créatures de Dieu, sans appui désormais, sans guide, sans asile, s’en allèrent au hasard, qui sait même ? chacun de leur côté peut-être, et s’enfoncèrent peu à peu dans cette froide brume où s’engloutissent les destinées solitaires, mornes ténèbres où disparaissent successivement tant de têtes infortunées dans la sombre marche du genre humain. Ils quittèrent le pays. Le clocher de ce qui avait été leur village les oublia ; la borne de ce qui avait été leur champ les oublia; après quelques années de séjour au bagne, Jean Valjean lui-même les oublia.  »  Victor Hugo,  Les Misérables, tome I, livre 2, chapitre 6

Il est bien gentil le père HUGO, mais les Robinsons qui m’écrivent, ils s’enflamment vite….  et sont sûrs que c’est de leur faute à eux… tous ces étrangers qui ne sont venus de loin un vendredi que pour manger leur poisson.

Un autre m’a très justement rappelé qu’avec cinq pains et deux poissons son pote en avait nourri une ribambelle.
jean gabin (j valjean) -fernand Ledoux (monseigneur myriel)Il m’a relu un autre épisode des Misérables de Victor Hugo où  le bagnard Jean Valjean  pique à DIGNE  l’argenterie de son hôte l’évêque.
Comme nous tous, Monseigneur Myriel surnommé Monseigneur Bienvenu savait que Jean Valjean ce pouilleux, ce galeux, ce taulard ….ce voleur, l’avait baisé et  il savait aussi pourquoi….. Malgré cela, devant les gendarmes qui lui ramenaient son voleur, le religieux épargne Jean Valjean en leur faisant croire qu’il lui a offert son argenterie. L’évêque lui donna en plus deux chandeliers en argent en lui disant  « – N’oubliez pas, n’oubliez jamais que vous m’avez promis d’employer cet argent à devenir un honnête homme. – Jean Valjean qui n’avait aucun souvenir d’avoir rien promis, resta interdit. ».

Plus tard, Jean Valjean  sous les traits de M Madeleine, enrichi honnêtement et charitable, va, en voleur d’argenterie repenti, rendre aux pauvres….. et  au centuple,  les petites cuillères et les deux chandeliers de l’évêque Myriel qui l’avait nourri et hébergé “Quand dans sa vie il faisait faim“….  Quand dans sa vie il faisait froid….

Alors mon bon lecteur et moi, sans nous appeler ni Myriel, ni Bienvenu et sans habiter Digne, avons conclu, d’un commun accord, que nous serions bien marris de partir un jour les pieds devant et les poches vides, sans avoir su trouver deux chandeliers pour ceux qui nous piquent aujourd’hui des petites cuillères …. qu’on n’a même pas le courage de se laisser voler.
Bon appétit…. même s’il ne vous reste que  des couverts en inox pour le reste de poisson de ce vendredi midi….
Eh toi, Robinson de la Marine au dessert n’oublie pas les petits “beurs” ….
Parce que sans eux tu n’existes plus..!

“Chanson pour l’auvergnat” de Georges Brassens

Elle est à toi cette chanson
Toi l’étranger qui sans façon
D’un air malheureux m’as souri
Lorsque les gendarmes m’ont pris
Toi qui n’as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Riaient de me voir emmener
Ce n’était rien qu’un peu de miel
Mais il m’avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr’ d’un grand soleil

Toi l’étranger quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au père éternel”

Chanson “L’auvergnat” de Georges Brassens

barre bleue

DIS FRANÇOIS.. DIEU C’EST  QUI POUR TOI…?

– Dieu ..?
Bon heuuu….Y a quelqu’un …?

Cliquez sur la photo pour découvrir plus longuement sa relation à DIEU

Source: L’express octobre 2011 

barre bleue

LE SONOTONE
1844

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.