PEINTURE : les animaux de Rosa Bonheur…. QUE DU BONHEUR…!!!

Rosa bonheur- Peinture de Georges Achille FOULD


L’ART ET
LA PALETTE AU CHOU

Par Chou Blanc

– Wiki..!  On a paumé les pinc  eaux…
– On s’en fout, c’est de la peinture à l’huile
.

 

LES ANIMAUX DE
ROSA BONHEUR

Il y a parfois des jours où vos doigts emplumés se conduisent comme des pinceaux sur votre clavier et sont attirés par la lumière qui rayonne des sites de peinture vers lequel ils m’ont entrainé.
Le pote âgé Siorac (un gascon) me pardonnera de lui avoir largement copié sa rubrique, mais je la trouve parfaite et je veux vous donner envie aussi d’aller voir ailleurs …

Au delà du bout du jardin.
Cette envie d’ailleurs vous pouvez l’assouvir pour aller plus loin en découvrant sur Wikipedia la vie et l’œuvre de Rosa Bonheur .

Pour ceux qui n’ont pas le temps de lire ,découvrez la à travers ces vidéos, et ce court article  sur Rosa Bonheur…du vrai bonheur …le plein de champêtre et de nature..!

Marie Rosalie Bonheur, dite Rosa Bonheur, née le 18 mars 1822 à Bordeaux et décédée le 25 mai 1899 à Thomery en Seine-et-Marne, était une peintre française qui s’est spécialisée dans les représentations animalières.

Son père, Raymond Bonheur, est peintre, et l’a encouragée et soutenue dans sa voie alors qu’elle était encore enfant. Sa mère, de père inconnu, est adoptée par un riche commerçant bordelais, Jean-Baptiste Dublan de Lahet. Rosa Bonheur se plaira à imaginer que le mystère de ses origines cache quelque secret d’état, qu’elle est de sang royal, mais on sait à présent que son protecteur, Dublan de Lahet, était en fait son véritable grand-père.
Elle passe plusieurs années à la campagne, au Château Grimont (Quinsac) où elle a la réputation d’être un garçon manqué («J’étais le plus garçon de tous»), réputation qui la suivra toute sa vie et qu’elle ne cherchera pas à faire mentir, portant les cheveux courts et fumant des havanes.

Homosexuelle, elle a vécu deux passions. L’une pour Nathalie Micas, rencontrée en 1837 (Rosa avait 14 ans et Nathalie 12), qui deviendra peintre comme elle et dont elle ne sera séparée qu’en 1889, lorsqu’elle décèdera ; l’autre (après le décès de Nathalie Micas) pour une américaine, Anna Klumpke, également peintre, avec qui elle vivra dix ans, jusqu’à sa mort, et qui sera sa légataire universelle.
Paradoxalement, la vie excentrique que menait Rosa Bonheur n’a pas fait scandale à une époque pourtant très soucieuse de conventions.

Elle expose pour la première fois au Salon en 1843. Elle obtient une médaille de 3e classe au salon de 1845 et une médaille d’or au salon de 1848. L’année suivante, elle y expose le Labourage nivernais (Musée d’Orsay), commande de l’état.
détail du labourage nivernais Avec le Marché aux chevaux (MET, New York), présenté au salon de 1853, elle connaît une gloire internationale qui lui vaudra d’effectuer des voyages au cours desquels elle sera présentée à des personnalités telles que la reine Victoria. Elle rencontrera aussi l’impératrice Eugénie, ou encore le Colonel Cody (Buffalo Bill), qui lui offre une authentique panoplie de sioux.

En 1859, elle s’installe à By, coteau viticole de la commune de Thomery en Seine-et-Marne où elle installe son atelier et aménage des espaces pour ses animaux.

Première femme artiste à avoir été décorée dans l’ordre de la Légion d’honneur en 1865 – elle reçoit cette distinction des mains de l’Impératrice elle-même – elle est promue officier en cet ordre en avril (1894). Elle décède le 25 mai 1899 au château de By à et est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (division 74).

Pour l’anecdote, Rosa Bonheur dut réclamer aux autorités policières l’autorisation de s’habiller en homme – ou plus précisément, de porter des pantalons – pour fréquenter les foires aux bestiaux (autorisation de travestissement, renouvelable tous les six mois auprès de la préfecture de Paris).

On peut aujourd’hui visiter l’Atelier de Rosa Bonheur dans le musée-château de By, à Thomery, près de la forêt de Fontainebleau.

logo du livre sonore dans cette page

Le pote Choulestropic vous invite à faire un saut jusqu’à THOMERY (77 Seine et Marne)
découvrir le château musée de Rosa bonheur
Cliquez vous y allez…..

SOURCE :

Chou Blanc est effectivement magnétiseur...! voir son site cliquez
Chou Blanc

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.